Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/09/18 : Nuit européenne des chercheur(e)s vendredi 28 septembre de 18h30 à minuit. A cette occasion, Cap Sciences proposent de partager avec plus de 50 chercheurs, 1001 histoires sur la magie de leur métier, au travers de récits, de jeux, de mises en scène…

25/09/18 : Renaud Lagrave, vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge des infrastructures et des transports, animera le comité de ligne Ter 32 Bordeaux - Arcachon le lundi 1er octobre à 17h45 à la Maison des arts de Gujan-Mestras.

25/09/18 : Le 26 septembre, la Coordination Rurale 47 sera mobilisée devant l’abattoir de volailles de Bazas pour « défendre les éleveurs face aux mensonges des associations véganes qui organisent à nouveau, cette année, une veillée devant cet abattoir ».

25/09/18 : Avec l’appui de la DRAC, la CCI Bordeaux Gironde restaure les toitures du Palais de la Bourse. Un chantier d’une durée de 3 ans et d’un montant de 3,7 millions d’€. Début des travaux : septembre 2018. Surface à restaurer : 7 000 m2.

25/09/18 : Le Crédit Agricole d’Aquitaine organise un Café de la création le 4 octobre baptisé le Pitch de la création. « Vous avez un projet ? Pitchez-le et repartez avec votre financement » le 4 octobre de 9h à 11h30 au Campus des Bassins à Flot à Bordeaux.

24/09/18 : Le maire d'Anglet Claude Olive, vice président du Conseil départemental, va présenter sa candidature à la présidence départementale Les Républicains des Pyrénées Atlantiques occupée (?) jusque-là par Michèle Alliot-Marie.

24/09/18 : Pont de Ré : des travaux d'inspection étant programmés ce lundi, la circulation est interdite à tous les véhicules de transport de marchandises dont le Poids Total Autorisé en Charge (PTAC) est supérieur à 3,5 t à du 24 à 20h au 25 septembre à 6h.

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

Banque Alimentaire, Agrisud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'Agrisud International, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.


- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/09/18 | Les Jeudis de l’Installation en Corrèze

    Lire

    Le 27 septembre, la Chambre d’Agriculture de la Corrèze organise à Montaignac St Hippolyte, dans le cadre des Jeudis de l’Installation, un après-midi sur le thème du maraîchage bio à destination des porteurs de projets et des jeunes en formation. Cet après-midi sera l’occasion de mieux connaître la filière maraîchage, et sa spécificité en bio, ainsi que d’échanger avec des agriculteurs récemment installés, des conseillers spécialisés mais aussi de visiter une exploitation.

  • 24/09/18 | Le désamiantage du Signal à Soulac se prépare

    Lire

    Les travaux préalables au désamiantage de l'immeuble Le Signal à Soulac-sur-Mer qui menace de s'effondrer,ont débuté mercredi 19 septembre afin de conforter la dune par un apport de sable et de mettre en sécurité le bâtiment pour permettre l’intervention des entreprises en toute sécurité. Les premiers travaux dureront une dizaine de jours, et en plusieurs étapes dont la protection des espèces floristiques. Ces travaux seront intégralement financés par l’État ainsi que les travaux de désamiantage de l’immeuble qui seront menés en début d’année prochaine.

  • 24/09/18 | La brigade "loup" missionnée dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Conformément à son engagement pris le 20 septembre, lors de sa venue à Pau, François de Rugy, ministre de la transition écologique et solidaire, a missionné la brigade mobile d’intervention spécialisée de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage pour remédier aux attaques de troupeaux par le loup hybride en vallée d’Ossau. "La mission sera préparée la semaine prochaine avec les maires et bergers. Des équipes seront sur place la semaine suivante pour une période d’une quinzaine de jours", annonce la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

  • 24/09/18 | La Gironde informe sur la fibre optique

    Lire

    A l'occasion du déploiement de la fibre optique sur le territoire de la Gironde à travers le plan "Gironde Haut Méga" visant à raccorder, d'ici 2014, "410 000 logements, entreprises, services publics et collectivités à un réseau public de fibre optique", le département lance officiellement une nouvelle phase de réunions publiques d'information. Ces dernières démarreront le 24 septembre à Avensan et se termineront notamment à Cadillac et Cestas les 2 et 3 octobre prochain. Pour retrouver l'ensemble des dates, des horaires et des lieux de ces réunions, rendez-vous sur www.girondehautmega.fr.

  • 21/09/18 | Gironde : les ministres "en action"

    Lire

    Programme chargé pour les visites ministérielles en Gironde ce vendredi. Les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement (François De Rugy et Stéphane Travert), en "opération séduction post-Hulot", visitent une entreprise développant une micro-algue censée remplacer les intrants chimiques en viticulture et un domaine viticole en agriculture raisonnée (château Sénéjac). Bruno Le Maire devait rencontrer syndicats et élus autour du dossier Ford Blanquefort à Bordeaux. Enfin, la ministre des transports Elizabeth Borne, intervenait à 15h à l'occasion d'une conférence "mobilité et santé" à Bordeaux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Régionales : les aspirations d'Olivier Dartigolles, nouveau chef de file communiste

31/07/2015 | Olivier Dartigolles, nouveau chef de file des communistes élu en juin pour mener le combat des régionales, se confie sur les priorités de la future campagne.

Olivier Dartigolles

Pas de vacances pour le PCF. Tandis qu'Olivier Dartigolles, 45 ans, a été élu en juin dernier, lors d'une conférence régionale à Bègles, chef de file pour mener campagne aux régionales de décembre prochain, il continue de battre le pavé à la rencontre des cheminots pour y évoquer "l'avenir du service public ferroviaire". Il y dénonce les errements de la loi Macron et volonté du libéral d'aller à l'encontre de l'aménagement du territoire. Au travers de cette campagne directe, il évoque les enjeux du scrutin à venir et l'éventuelle lueur d'espoir que pourrait représenter une alliance à gauche pour tous les déçus de la politique socialiste.

@qui! - Vous êtes actuellement en plein début de campagne des suites de votre récente élection en juin dernier à Agen. Quels sont vos objectifs ?

Olivier Dartigolles - Je souhaite constituer une liste qui pourrait s’inspirer de ce qui a déjà été fait à Barcelone ou Madrid et permettrait de rassembler toutes les forces de gauche qui veulent clairement en découdre avec l’austérité. J’espère qu’on va construire une liste bien au-delà des frontières actuelles du Front de Gauche. Je me rends compte dans mes déplacements qu’il y a des pans entiers de l’électorat de gauche qui ne se retrouve pas dans la politique gouvernementale actuelle, y compris dans l’électorat socialiste, et qui attendent de nous des gestes politiques forts pour prendre une autre direction. Comme je l’ai dit, on ne veut pas uniquement rassembler le Front de Gauche, c’est un esprit de très large ouverture pour « faire autrement ».

@! - Y'a t-il déjà des axes de campagne forts qui se dégagent pour les élections de décembre ?

O.D - La loi NOTRe vient d’être votée, elle entraînera une aggravation très préoccupante des inégalités territoriales et sociales. Elle est le bras armé de l’Europe libérale telle qu’elle fonctionne, en nous imposant des mises en concurrence des territoires et des populations. Pour nous, la réponse à ça, c’est de dire qu’il n’y a aucune fatalité. Les futurs élus du Front de Gauche dans la nouvelle Grande Région seront très attentifs à l’évolution de cette réforme territoriale. On défend aussi deux questions d’avenir : la démocratie locale et les services publics. Nous jugeons que les réponses d’avenir passent par la coopération et des solutions communes. Un sujet a été traité prioritairement : c’est la question de la mobilité et les trains du quotidien.

Le service public ferroviaire, un enjeu prioritaire

@! - Vous avez rencontré ce jeudi 30 juillet plusieurs syndicalistes cheminots à Bordeaux. La semaine dernière, vous étiez à Agen et à Saintes pour y aborder le même sujet. Quelle est la priorité et le message que le PCF souhaite faire passer sur ce fameux service public ferroviaire ?

O.D - Nous sommes très préoccupés par cette question. Il y a une convergence d’attaques contre le ferroviaire public. A commencer par la réforme ferroviaire votée par Alain Rousset, le rapport Duron qui est une alerte très grave sur les menaces concernant les trains du quotidien, les annonces du médiateur sur la LGV, la loi Macron qui vient de valider la libéralisation des transports par bus…

@! - Depuis que cette loi a été votée , les opérateurs se bousculent pour prendre d'assaut ce nouveau marché. Ne pensez vous pas qu'ils pourraient constituer une offre alternative au "tout ferroviaire" ?

O.D - On marche sur la tête. Ce sont des mesures hyper régressives. Le rapport du Giec et celui de l’ONU sont très clairs : le réchauffement climatique qui nous menace et qui peut s’aggraver est dû essentiellement à l’émission de gaz à effet de serre. Il y a deux origines dans cette émission : l’industrie et les transports. C’est donc pure folie, au moment où en décembre, on donnera des enjeux prioritaires à la lutte contre le réchauffement climatique, de décider à l’échelle de nos territoires de vider les trains pour mettre les gens dans des bus ! On sait très bien que ces compagnies de bus, qui se mettent en concurrence sur des lignes ferroviaires qui existent aujourd’hui (un nouveau trajet Pau-Bordeaux doit s’ouvrir en septembre) ciblent prioritairement les jeunes. C’est le retour de la troisième classe ferroviaire. Les trains seront réservés à ceux qui peuvent se permettre de monter dedans, et on dira à ceux qui ont très peu de moyens de prendre le bus.

@! - Vous militez donc pour le retour en force des trains dans les investissements des transports publics ?

O.D - Il faut que les trains aient des fréquences qui permettent d’irriguer les territoires. Nous ne sommes pas pour autant favorables au tout TGV. Si on prenait dix pour cent de l’ensemble de l’investissement mis sur la table pour la LGV Bordeaux-Tours, on pourrait réaménager l’ensemble de la région ferroviaire et remettre en état l’ensemble de l’infrastructure de la Grande Région SNCF qui couvre l’Aquitaine et le Poitou-Charentes. L’un des axes de bataille de proposition du Front de Gauche pour les élections régionales sera de présenter, dans les douze départements qui constituent cette nouvelle région, les lignes à renforcer, les dessertes des territoires à assurer et les lignes à rouvrir.

Un "état des lieux" de la réforme territoriale

@! - Derrière cette question d'irrigation des territoires, on sent une peur qui a déjà été soulignée de nombreuses fois concernant l'éventuelle métropolisation de la nouvelle région...

O.D - C’est une vraie crainte. Que ces méga-régions produisent une aggravation des inégalités territoriales, que la richesse et le nœud ferroviaire soient concentrés. A termes, si ces logiques infernales vont au bout, plus aucune gare de Creuse ne sera reliée au réseau principal de la SNCF. Dans tous mes déplacements, les syndicalistes m’alertent.

Le rapport Duron avait précisé le niveau de ces menaces. Le gouvernement a fait un peu de rétropédalage parce qu’il a voulu faire passer les élections régionales sans faire trop de bruit. Nous allons organiser de grosses mobilisation à la rentrée dans les gares de l’ensemble de la Grande région et informant les usagers en présentant ce qui serait pour nous une politique ferroviaire régionale offensive. Les libéraux sont sur du « court-termisme » et ne voient pas en quoi leurs choix politiques aggravent l’environnement. Dans ce moment là, on a la responsabilité politique de dire que lorsqu’on traite de la question des trains, ça va bien au delà de l’aménagement du territoire. C’est une question de société.

@! - La réforme territoriale est déjà votée, les discussions sont désormais orientées vers les futures capitales régionales. Vous qui militez contre la réforme, ne pensez-vous pas qu'il s'agit là d'un combat révolu ?

O.D - On demandera à mi-mandat un état des lieux précis des conséquences de cette réforme territoriale. Elle n’était pas dans les engagements du candidat Hollande. Beaucoup d’associations d’élus (AMF AMR, Conseils généraux) disent qu’elle va produire des effets catastrophiques pour nos territoires. Ceux qui y sont favorables disent qu’elle nous rendra plus compétitifs. Nous attendons simplement qu’un premier bilan de cette réforme soit effectué, afin de savoir si les politiques publiques pourront irriguer l’ensemble de ces grands territoires ou si, au contraire, la richesse appelle la richesse et les territoires en difficultés le seront encore plus. Nous demandons également aux CESR (Conseil Economique Social et Environnemental Régional), qui sont un peu le parlement des forces vives, d’être très attentifs à la manière dont les choses vont se mettre en place. Les organisations syndicales et le monde associatif doivent être très vigilants face à ces ruptures d’égalités. Quelque soit l’endroit où nous habitons, on doit pouvoir bénéficier du même niveau de politique publique.

Ouvert aux alliances

@! - Pour en revenir au scrutin, vous êtes actuellement en train de réfléchir à la constitution des listes. Vous êtes donc ouvert aux alliances éventuelles avec d'autres mouvances de gauche comme les Verts ?

O.D - Toutes ces thématiques là peuvent rassembler très largement à gauche. Beaucoup de gens, de toutes les sensibilités de gauche, pourraient se retrouver sur un pacte régional inscrivant ces objectifs là. On va donc travailler sur des listes le plus ouvertes possibles. Le point de rendez-vous, c’est faire la démonstration que l’austérité n’est pas une fatalité, que les politiques publiques peuvent recréer un peu d’espoir et d’imaginaire dans notre pays. La phrase « J’imagine une région qui » pourrait d’ailleurs très bien être un thème de campagne… 

L'info en + : A l'issue de ces rencontres qui vont se poursuivre à Limoges (dès le 6 août prochain) ou encore à Bayonne, un tract de synthèse sera diffusé dans les principales gares de la grande région au travers de trois journées de mobilisation à partir de fin septembre. Pour suivre le "carnet de campagne" du chef de file PCF, rendez-vous à cette adresse : www.dartigolles2015.fr

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3074
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !