aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Régionales : Pascal Deguilhem (PS) "Nous devons rassurer les Périgourdins sur les enjeux de la grande région"

29/09/2015 | Le député Pascal Deguilhem est à la tête d'une liste PS renouvelée pour la Dordogne pour les élections régionales des 6 et 13 décembre.

Pascal Deguilhem, tête de liste PS pour la Dordogne pour les Régionales

Pascal Deguillhem, le député de la vallée de l'Isle mène la liste PS et apparentés pour les régionales en Dordogne. L'équipe a été présentée mardi à Saint-Astier, en présence d'Alain Rousset. Elle ne compte que deux conseillers sortants : Béatrice Gendreau et Jean-Pierre Raynaud. Tous sont encartés au PS sauf Jean-Pierre Raynaud et Aurélie Thomasson Bernier. Les candidats représentent tous les secteurs du Périgord où ils sont investis dans la vie locale, qu'il s'agisse de leur milieu professionnel ou associatif. Le point avec Pascal Deguilhem sur le programme, les enjeux de ce scrutin.

@Aqui ! Quelles sont les raisons qui vous ont conduites à accepter d'être tête de liste PS pour la Dordogne derrière Alain Rousset, pour ces élections régionales ?
Pascal Deguilhem - Cela correspond à une envie et aussi à  une forte sollicitation. Celle- ci a été confirmée par les militants. Cette première candidature à des régionales, dans un contexte totalement nouveau n'est pas liée à un désengagement  de ma part au niveau des Départementales. Je milite pour une limitation à deux mandats consécutifs. Principe que je me suis appliqué cette année pour le Département et chose que je m’appliquerai en 2017 pour les législatives. J’ai pensé que mon expérience d’élu rural pouvait apporter une contribution intéressante à cette équipe. Le monde rural, c’est toute la Dordogne : les agglomérations fonctionnement avec le milieu rural. Le milieu rural vit un sentiment de relégation.  Ce sentiment de relégation conforte le vote frontiste, y compris dans nos campagnes.  Il est indispensable de rassurer la ruralité, sur ce type d’élection en positionnant les enjeux forts de la ruralité sur les compétences de la région. C’est un élément fort de mon engagement. Je porte une liste renouvelée qui est prête.

@! Qui sont les candidats périgourdins ?
Pascal Deguilhem - 
Il s’agit d’une équipe compétente, ambitieuse, et renouvelée.  Il y avait une demande forte d’Alain Rousset. Le scrutin de liste  appelle le rajeunissement, le renouvellement, la diversité des origines socio-professionnelles, des parcours militants, associatifs, acteurs économiques. Elle est composée de 15 noms. Il y a des origines très diverses. Le benjamin a 21 ans, le plus âgé a 68 ans, avec une moyenne d’âge qui se situe autour de 45-46 ans. Il y a seulement deux conseillers sortants : Jean-Pierre Raynaud et Béatrice Gendreau. Cette liste, c’est l’occasion de faire se cotoyer des élus avec des compétences dans l’exercice dans leurs fonctions et des acteurs investis sur leur territoire, qui n’ont pas de mandats mais qui ont envie d’engagement. Comme en témoigne le parcours de notre jeune chef d’entreprise Aurélie Thomasson Bernier. Elle est à la fois un chef d’entreprise qui fait vivre un territoire. Elle a un engagement fort et elle  n’est pas militante.

@Aqui ! Quelles sont les axes principaux  du programme et que peuvent en attendre les Périgourdins ?
Pascal Deguilhem - Il s’agit d’un programme régional. Il y a aura bien sûr des déclinaisons pour le département de la Dordogne. Il met avant tout l’accent sur le développement économique, l’emploi, le soutien aux entreprises à l’innovation puisque c’est la compétence première de la région.  Le tissu économique de la Dordogne, ce ne sont pas de grandes entreprises, que l’on trouve surtout dans la métropole bordelaise. Que peuvent en attendre les acteurs économiques de la Dordogne ? Ce qui sera décliné, ce sera un accompagnement à la fois en ingénierie et en moyens, pour celles qui seront porteuses de projets de développement et celles qui créeront de l’emploi mais pas que. Personnellement, je milite aussi pour aider celles qui pourront connaître des difficultés passagères et mettront tout en œuvre pour sauvegarder l’emploi. Nous avons un tissu localement de TPE innovantes. Il faudra aussi sans doute que l’on accompagne davantage ces petites entreprises à l’international.

@Aqui ! Autre question qui semble importante aux yeux des Périgourdins, la question de la mobilité et des transports. Quelles solutions mettez vous en avant ?
Pascal Deguilhem -
La question de la mobilité est à la fois à une question de compétence régionale et locale. Ce sujet dépasse largement le cadre de la grande région, c'est aussi un sujet lié au souci de maîtriser notre consommation d’énergies fossiles et de la faire diminuer. Cela passe inévitablement par une amélioration de l'offre de transport. C'est le chapeau énergétique.  Pour les Périgourdins, et le président Rousset l’a rappelé, il y a quelques jours, il y a des choses engagées par la Région. Elles vont être poursuivies si nous sommes aux affaires après le mois de décembre. Pour le rail, notamment. Exemple, la première tranche du Sarlat Bergerac est réalisée. Il y a la  ligne Bergerac -Libourne où pour l'instant 45 millions sont programmés.  Il y a pas tout à fait les sommes nécessaires. Dans ce mandat, le Bergerac Libourne sera fait. A l'évidence, le Bordeaux- Limoges, via Périgueux, va retrouver une pertinence majeure dans le nouveau contexte régional, une pertinence qui avait été un peu oubliée.  Dans ce mandat il faut que les décisions soient prises et les choix opérés  pour que soit le doublement ou l'électrification de cette  ligne, ou encore les deux soient effectifs avant la fin du mandat.  On va viser aussi du cadencement de la desserte de l'agglomération périgourdine avec la navette ferroviaire entre Mussidan et Niversac. Un projet qui n'est pas abandonné. Je souhaite d'ici un an une amélioration du cadencement sur cet axe sans pour l'instant la création des nouveaux arrêts prévus. Sur le rail, nous prenons des engagements forts. Nous poursuivrons  aussi sur les mobilités douces, la véloroute de la Vallée de l'Isle vient d'être inaugurée. Il y a aura aussi celle de la vallée de la Dordogne, entre Bergerac et le Lot, pour laquelle la région doit s'engager. 

@! - Et le numérique ?
Pascal Deguilhem - L
a mobilité, c'est aussi l'information, le numérique. La région sera présente dans le plan de développement du numérique, qui est bien sûr synonyme de développement économique. C'est impératif. Les engagements sont pris. Il faudra simplement vérifier que les crédits soient mis en place annuellement, car le plan se déroule sur dix ans.

@! - Que redoutez vous le plus de ce scrutin, qui est pour l'instant mal compris de la plupart de nos concitoyens, surtout dans le cadre du nouveau contexte territorial?
Pascal Deguilhem -
Tous ceux qui s'engagent dans des élections auhourd'hui, outre le fait qu'ils souhaitent l'emporter sur leur projet, ont principalement deux craintes,  l'abstention, puisqu'elle est durablement installée. Ce contexte d’élargissement territorial peut renforcer chez certains le sentiment de relégation, d’où un éloignement des urnes. Notre deuxième crainte, c’est que des solutions populistes portées par certains recueillent un nombre de suffrages conséquents, alors que chaque type d'élection correspond à des enjeux particuliers. Il y a une vraie crainte que certains de nos concitoyens fassent le choix d'un vote à l'extrême droite, notamment dans les campagnes.  Il faut rassurer nos concitoyens. Il faudra retenir quelques mots clefs qui sont ceux de la formation de leurs enfants, le lycée qui est un contact d'évidence avec la Région. Le projet d'Alain Rousset porte la volonté d'accompagner partout là où se sera nécessaire, notamment dans le domaine de la santé, un sujet de préoccupation pour beaucoup. Avec mes colistiers, notre volonté est d'aller dans tous les cantons, au plus près des gens, et rencontrer ceux et celles qui voudront échanger avec nous sur les compétences, les enjeux et le projet que nous portons. Nous devrons faire preuve de pédagogie. Nous avons une trentaine de rendez-vous prévus entre le 9 octobre et début décembre. Il s'agit de journées sous forme de rendez avec des artisans, des chefs d'entreprises, des élus, des agriculteurs, des responsables associatifs,  avec en soirée un débat public.

La liste complète :1. Pascal Deguilhem (Saint-Aquilin).
2. Béatrice Gendreau (Parcoul).
3. Jean-Pierre Raynaud (Rouffignac).
4. Mireille Volpato (Marsaneix).
5. Christophe Cathus (Calès).
6. Aurélie Thomasson Bernier (Saint-Jory-Lasbloux).
7. Benjamin Delrieux (Siorac-du-Périgord).
8. Nathalie Trapy (Prigonrieux).
9. Daniel Benoist (Saint-Astier).
10. Cathy Tytgat (Périgueux).
11. Jean-Claude Castagnier (Issigeac).
12.Marie Remaud (Neuvic)
13. Abdelhamid El Moueffak (Coulounieix-Chamiers).
14. Amély Teyssere (Terrasson).
15. Lucas Guillemot (Périgueux).

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
1191
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !