Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Régionales : Pascal Deguilhem (PS) "Nous devons rassurer les Périgourdins sur les enjeux de la grande région"

29/09/2015 | Le député Pascal Deguilhem est à la tête d'une liste PS renouvelée pour la Dordogne pour les élections régionales des 6 et 13 décembre.

Pascal Deguilhem, tête de liste PS pour la Dordogne pour les Régionales

Pascal Deguillhem, le député de la vallée de l'Isle mène la liste PS et apparentés pour les régionales en Dordogne. L'équipe a été présentée mardi à Saint-Astier, en présence d'Alain Rousset. Elle ne compte que deux conseillers sortants : Béatrice Gendreau et Jean-Pierre Raynaud. Tous sont encartés au PS sauf Jean-Pierre Raynaud et Aurélie Thomasson Bernier. Les candidats représentent tous les secteurs du Périgord où ils sont investis dans la vie locale, qu'il s'agisse de leur milieu professionnel ou associatif. Le point avec Pascal Deguilhem sur le programme, les enjeux de ce scrutin.

@Aqui ! Quelles sont les raisons qui vous ont conduites à accepter d'être tête de liste PS pour la Dordogne derrière Alain Rousset, pour ces élections régionales ?
Pascal Deguilhem - Cela correspond à une envie et aussi à  une forte sollicitation. Celle- ci a été confirmée par les militants. Cette première candidature à des régionales, dans un contexte totalement nouveau n'est pas liée à un désengagement  de ma part au niveau des Départementales. Je milite pour une limitation à deux mandats consécutifs. Principe que je me suis appliqué cette année pour le Département et chose que je m’appliquerai en 2017 pour les législatives. J’ai pensé que mon expérience d’élu rural pouvait apporter une contribution intéressante à cette équipe. Le monde rural, c’est toute la Dordogne : les agglomérations fonctionnement avec le milieu rural. Le milieu rural vit un sentiment de relégation.  Ce sentiment de relégation conforte le vote frontiste, y compris dans nos campagnes.  Il est indispensable de rassurer la ruralité, sur ce type d’élection en positionnant les enjeux forts de la ruralité sur les compétences de la région. C’est un élément fort de mon engagement. Je porte une liste renouvelée qui est prête.

@! Qui sont les candidats périgourdins ?
Pascal Deguilhem - 
Il s’agit d’une équipe compétente, ambitieuse, et renouvelée.  Il y avait une demande forte d’Alain Rousset. Le scrutin de liste  appelle le rajeunissement, le renouvellement, la diversité des origines socio-professionnelles, des parcours militants, associatifs, acteurs économiques. Elle est composée de 15 noms. Il y a des origines très diverses. Le benjamin a 21 ans, le plus âgé a 68 ans, avec une moyenne d’âge qui se situe autour de 45-46 ans. Il y a seulement deux conseillers sortants : Jean-Pierre Raynaud et Béatrice Gendreau. Cette liste, c’est l’occasion de faire se cotoyer des élus avec des compétences dans l’exercice dans leurs fonctions et des acteurs investis sur leur territoire, qui n’ont pas de mandats mais qui ont envie d’engagement. Comme en témoigne le parcours de notre jeune chef d’entreprise Aurélie Thomasson Bernier. Elle est à la fois un chef d’entreprise qui fait vivre un territoire. Elle a un engagement fort et elle  n’est pas militante.

@Aqui ! Quelles sont les axes principaux  du programme et que peuvent en attendre les Périgourdins ?
Pascal Deguilhem - Il s’agit d’un programme régional. Il y a aura bien sûr des déclinaisons pour le département de la Dordogne. Il met avant tout l’accent sur le développement économique, l’emploi, le soutien aux entreprises à l’innovation puisque c’est la compétence première de la région.  Le tissu économique de la Dordogne, ce ne sont pas de grandes entreprises, que l’on trouve surtout dans la métropole bordelaise. Que peuvent en attendre les acteurs économiques de la Dordogne ? Ce qui sera décliné, ce sera un accompagnement à la fois en ingénierie et en moyens, pour celles qui seront porteuses de projets de développement et celles qui créeront de l’emploi mais pas que. Personnellement, je milite aussi pour aider celles qui pourront connaître des difficultés passagères et mettront tout en œuvre pour sauvegarder l’emploi. Nous avons un tissu localement de TPE innovantes. Il faudra aussi sans doute que l’on accompagne davantage ces petites entreprises à l’international.

@Aqui ! Autre question qui semble importante aux yeux des Périgourdins, la question de la mobilité et des transports. Quelles solutions mettez vous en avant ?
Pascal Deguilhem -
La question de la mobilité est à la fois à une question de compétence régionale et locale. Ce sujet dépasse largement le cadre de la grande région, c'est aussi un sujet lié au souci de maîtriser notre consommation d’énergies fossiles et de la faire diminuer. Cela passe inévitablement par une amélioration de l'offre de transport. C'est le chapeau énergétique.  Pour les Périgourdins, et le président Rousset l’a rappelé, il y a quelques jours, il y a des choses engagées par la Région. Elles vont être poursuivies si nous sommes aux affaires après le mois de décembre. Pour le rail, notamment. Exemple, la première tranche du Sarlat Bergerac est réalisée. Il y a la  ligne Bergerac -Libourne où pour l'instant 45 millions sont programmés.  Il y a pas tout à fait les sommes nécessaires. Dans ce mandat, le Bergerac Libourne sera fait. A l'évidence, le Bordeaux- Limoges, via Périgueux, va retrouver une pertinence majeure dans le nouveau contexte régional, une pertinence qui avait été un peu oubliée.  Dans ce mandat il faut que les décisions soient prises et les choix opérés  pour que soit le doublement ou l'électrification de cette  ligne, ou encore les deux soient effectifs avant la fin du mandat.  On va viser aussi du cadencement de la desserte de l'agglomération périgourdine avec la navette ferroviaire entre Mussidan et Niversac. Un projet qui n'est pas abandonné. Je souhaite d'ici un an une amélioration du cadencement sur cet axe sans pour l'instant la création des nouveaux arrêts prévus. Sur le rail, nous prenons des engagements forts. Nous poursuivrons  aussi sur les mobilités douces, la véloroute de la Vallée de l'Isle vient d'être inaugurée. Il y a aura aussi celle de la vallée de la Dordogne, entre Bergerac et le Lot, pour laquelle la région doit s'engager. 

@! - Et le numérique ?
Pascal Deguilhem - L
a mobilité, c'est aussi l'information, le numérique. La région sera présente dans le plan de développement du numérique, qui est bien sûr synonyme de développement économique. C'est impératif. Les engagements sont pris. Il faudra simplement vérifier que les crédits soient mis en place annuellement, car le plan se déroule sur dix ans.

@! - Que redoutez vous le plus de ce scrutin, qui est pour l'instant mal compris de la plupart de nos concitoyens, surtout dans le cadre du nouveau contexte territorial?
Pascal Deguilhem -
Tous ceux qui s'engagent dans des élections auhourd'hui, outre le fait qu'ils souhaitent l'emporter sur leur projet, ont principalement deux craintes,  l'abstention, puisqu'elle est durablement installée. Ce contexte d’élargissement territorial peut renforcer chez certains le sentiment de relégation, d’où un éloignement des urnes. Notre deuxième crainte, c’est que des solutions populistes portées par certains recueillent un nombre de suffrages conséquents, alors que chaque type d'élection correspond à des enjeux particuliers. Il y a une vraie crainte que certains de nos concitoyens fassent le choix d'un vote à l'extrême droite, notamment dans les campagnes.  Il faut rassurer nos concitoyens. Il faudra retenir quelques mots clefs qui sont ceux de la formation de leurs enfants, le lycée qui est un contact d'évidence avec la Région. Le projet d'Alain Rousset porte la volonté d'accompagner partout là où se sera nécessaire, notamment dans le domaine de la santé, un sujet de préoccupation pour beaucoup. Avec mes colistiers, notre volonté est d'aller dans tous les cantons, au plus près des gens, et rencontrer ceux et celles qui voudront échanger avec nous sur les compétences, les enjeux et le projet que nous portons. Nous devrons faire preuve de pédagogie. Nous avons une trentaine de rendez-vous prévus entre le 9 octobre et début décembre. Il s'agit de journées sous forme de rendez avec des artisans, des chefs d'entreprises, des élus, des agriculteurs, des responsables associatifs,  avec en soirée un débat public.

La liste complète :1. Pascal Deguilhem (Saint-Aquilin).
2. Béatrice Gendreau (Parcoul).
3. Jean-Pierre Raynaud (Rouffignac).
4. Mireille Volpato (Marsaneix).
5. Christophe Cathus (Calès).
6. Aurélie Thomasson Bernier (Saint-Jory-Lasbloux).
7. Benjamin Delrieux (Siorac-du-Périgord).
8. Nathalie Trapy (Prigonrieux).
9. Daniel Benoist (Saint-Astier).
10. Cathy Tytgat (Périgueux).
11. Jean-Claude Castagnier (Issigeac).
12.Marie Remaud (Neuvic)
13. Abdelhamid El Moueffak (Coulounieix-Chamiers).
14. Amély Teyssere (Terrasson).
15. Lucas Guillemot (Périgueux).

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
1920
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !