17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | LGV : Virginie Calmels dénonce un projet "non financé"

06/10/2015 | Virginie Calmels, candidate de la droite à la tête de la nouvelle région Aquitaine-Limousin-Poitou Charentes accélère sa campagne autour de la politique des transports.

Dans une tribune, elle a insisté sur l'absence de financement de la LGV

La décision est une surprise pour certains, une fatalité pour d'autres : le 29 septembre dernier, le gouvernement a validé la réalisation des lignes à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, malgré l'avis négatif de la commission d'enquête publique. Dans une tribune, Virginie Calmels, tête de liste de la droite et du centre pour la nouvelle région, dénonce la volonté de l'Etat de relancer le projet "sans présenter la moindre piste de financement". La candidate était présente cet après-midi à Libourne pour une table ronde sur les infrastructures et la politique de transports qu'elle entend porter. Détails.

« Comment imaginer une économie sans connexions ni réseaux ? Ça ne sert à rien de saupoudrer les aides aux entreprises. La région apporte 120 millions d’euros dans le financement des TER : avoir un rapport sur les difficultés et l’état des services semble être un droit », s’est fendu Yves d’Amécourt cet après-midi dans une table ronde organisé avec des utilisateurs des transports (on pouvait tout de même y croiser de nombreux représentants d’association de défense des usagers de transports) en compagnie de Viriginie Calmels. La candidate à la présidence de la région, qui a sérieusement accéléré le déroulement de sa campagne, a publié dans une tribune récente quelques pistes politiques pour « construire un projet global pour les infrastructures de transports de la grande région ».

Un volet routier importantParmi ces pistes, la candidate, actuellement adjointe au maire de Bordeaux, a notamment insisté sur le volet routier. Lancement d’études sur la RN21 Limoges-Agen, financement d’une 2x2 voies sur l’A831 entre Rochefort et Fontenay-le-Comte et la RN147 entre Limoges et Poitiers, financement de la rocade de Marmande ou aménagements entre Oloron et Pau sur la RN134. Viriginie Calmels justifie cette insistance, que ne semble pas partager son adversaire politique. « Alain Rousset n’apporte rien dans le nouveau CPER (Contrat de Plan État Région) sur le financement des routes. C’est une prise de position très claire, mais je n’ai pas la même », affirme-t-elle. « De mon point de vue, le développement économique passe par les infrastructures numériques et les infrastructures de transports, à commencer par la route. Parler de développement économique sans avoir résolu ce problème ne me semble pas cohérent. Pour le financement, nous sommes sur des budgets nettement inférieurs au ferroviaire, et les résultats sont souvent assez immédiats. Donner des subventions économiques, c’est une chose, mais la base d’un développement économique, ce sont quand même les infrastructures. Cela résulte d’un choix politique, ce n’est pas du tout une fatalité ».

Ter : Un renouvellement nécessaireEvidemment, l’élue a également beaucoup insisté sur un plan de renouvellement des TER, précisant qu’il faudrait « négocier d’avantage avec la SNCF et l’État la revalorisation de sa dotation pour le renouvellement du matériel roulant ». « Tous les usagers savent combien la ligne Bordeaux-Libourne est saturée, combien la ligne Limoges-Ussel est décatie. Tous déplorent la mauvaise qualité des lignes Poitiers-Lusignan et Poitiers-Montmorillon. Là ne semble pourtant pas être la priorité du président sortant, qui après avoir dépensé 130 M€ pour les 25 km de la ligne Oloron-Bedous, empruntée seulement par quelques rares touristes, s’engage dans le pharaonique projet de la ligne Bedous-Canfranc, qui coûtera plus de 370 M€ aux contribuables de la région », écrit-elle dans sa dernière tribune. Pour lutter contre ce parc vieillissant, Virginie Calmels a avoué avoir dans l’idée de transformer la Grande région en territoire expérimental en matière d’ouverture à la concurrence sur les TER. « Cela ne toucherait pas forcément la totalité du réseau, mais au moins une partie. Il faut ouvrir cette réflexion ça a été fait en Allemagne et ça a permis une baisse très significative du coût pour l’usager (entre 20 et 30 %) ». 

La LGV, un terrain glissantEnfin, après les nombreuses réactions politiques qui ont suivi la reprise du projet GPSO par l’État, la candidate se montre beaucoup plus pragmatique qu’un simple « Pour/Contre ». Je ne suis ni contre la modernité ni contre la grande vitesse. Je pense qu’il faut simplement dire la vérité : aujourd’hui, ce projet n’est pas financé. Ce qui vient de se passer, c’est ni plus ni moins que rayer d’un trait de plume une enquête publique qui donnera, peut-être, une déclaration d’utilité publique. Mais il n’y a pas le début du commencement d’un financement de ce projet. Dans l’absolu, sans problématique environnementale et financière, je serai pour et je me battrai pour ça. Mais on est en train de faire des promesses à un moment où la SNCF a 37 milliards d’euros de dettes. Il faut se concentrer sur les projets sur lesquels nous avons des leviers d’action, notamment la baisse des dépenses publiques pour essayer d’avoir davantage d’argent pour aller vers de l’investissement ».

Alors qu’Alain Juppé, lui, s’est clairement prononcé en faveur de la GPSO, il pourrait être intéressant de savoir si, une fois à la manœuvre, l’avis de Virginie Calmels resterait aussi objectif. Dans tous les cas, les quelques pistes évoquées semblent s’éloigner assez radicalement de celles d’Alain Rousset. La campagne, elle, devrait s’accélérer jusqu’en décembre pour Virginie Calmels, qui sera à Limoges le 14 octobre prochain pour un premier meeting régional aux côtés d’Alain Juppé et de... Nicolas Sarkozy. Quant à la LGV, l’État s’est engagé à compenser les défauts de paiement de certaines collectivités qui avaient fait savoir leur mécontentement il y a quelques mois, pour un coût du projet établi à 8,3 milliards d’euros.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
8598
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Romain | 09/10/2015

Quid d'un axe autoroutier
St-André de Cubezac-Libourne-Langon (via La Brède ou La Réole) + rocade à Mt de Marsan et interdire les PL en transit à Bordeaux ?
Voire prolonger La Brède-Le Barp-A63
Cela permettrait-il un désengorgement de Bordeaux ?

Augmenter le trafic ferroviaire inter-cité en liaison directe avec une fréquence de 1 train toutes les 30 minutes serait également très dynamisant.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !