Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/10/19 : L’état de catastrophe naturelle "inondations et coulées de boue" a été acté pour la commune de Langon pour la journée du 26/07/19. Les sinistrés ont 10 jours à compter du 23/10 pour déposer un état estimatif de leurs dommage auprès de leur assurance

22/10/19 : La ville de Bordeaux a lancé une consultation en ligne pour déterminer quel équipement public de la ville pourrait porter le nom de Jacques Chirac. Le Parc des Expositions, la Bibliothèque Médiadeck ou "un autre lieu" sont les trois propositions énoncées.

21/10/19 : Fermée en septembre 2018 suite à des inondations survenues durant l’été, la médiathèque de Gan (64) rouvre dans des locaux provisoires de 150 m2, rue du Bel Air, près du centre de loisirs, le mardi 22 octobre à 14h.

19/10/19 : Trafic SNCF toujours perturbé en Nouvelle-Aquitaine à la fois sur le service OUIGO et sur les TER à la suite du mouvement national de "droit de retrait" suite à un accident. "un détournement du droit de retrait à l'impact inacceptable" pour E. Philippe

18/10/19 : Ce 18 octobre, environ 250 retraités agricoles ont manifesté devant la préfecture de Dordogne. Le montant moyen des pensions des 25 612 retraités agricoles périgourdins est de 447 euros par mois. Ils revendiquent une retraite à 85% du SMIC.

18/10/19 : Les 8, 9 et 10 novembre prochains aura lieu la 14ème édition du salon de l’agriculture paysanne et durable Lurrama à la Halle d’Iraty de Biarritz. Cette année, la thématique sera une reprise de la formule de Flow Food, "Le climat, c'est la vie".

15/10/19 : Nouveau passage du Tour de France en Béarn l'été prochain! A noter dans les agendas, l'étape Pau-Laruns le dimanche 5 juillet 2020, avec au menu les cols de la Hourcère (1440m), du Soudet (1540 m), d'Ichère (674 m) et de Marie-Blanque (1035 m).

15/10/19 : Tour de France : c'est officiel, la Charente-Maritime accueillera une journée de repos à l'Île d'Oléron, l'Île de Ré et Châtelaillon-Plage seront villes étapes du Tour de France 2020.

15/10/19 : La ville de La Rochelle a à son tour pris un arrêté contre l'épandages de pesticides. Le maire promet d'accompagner vers la sortie des intrants celle des deux exploitations sur la commune n'étant pas biologique.

08/10/19 : Niort: Le réaménagement du boulevard Main, entre le Moulin du Roc et le quai Métayer, a débuté en janvier. A partir du 21/10, la voie qui longe le port Boinot sera définitivement fermée aux véhicules et la circulation basculée sur la nouvelle voie.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/10/19 | Pau: Focus sur l'animation handicap du Concours complet 5*

    Lire

    Dans le cadre du Concours Complet International 5 étoiles de Pau, une animation «Découverte du cheval» est proposée les 25 et 26 octobre aux personnes handicapées, adultes et enfants. Cette animation, proposée par les Ateliers de la Cavale, s'organise autour de 3 ateliers: le pansage, le travail du pied et une balade en calèche (adaptée pour l'accueil d'une personne en fauteuil roulant). Cette animation d'une heure permet l'accueil de 6 personnes pouvant chacune participer aux 3 ateliers. Inscription uniquement par mail mission.handicap@ville-pau.fr. Rappel : l'entrée est gratuite le vendredi, payante le samedi.

  • 23/10/19 | L'Entre-deux-Mers interroge sa ruralité

    Lire

    Du vendredi 25 au dimanche 27 octobre prochain, le Comité de Liaison de l'Entre-Deux-Mers (CLEM) organise un colloque autour de "l'histoire des relations du Cadillacais et du Podensacais avec Bordeaux". Y seront notamment abordés les thèmes de la ruralité et de l'effet de la métropolisation sur ce territoire viticole et le projet de labellisation "Pays d'Art de d'Histoire" porté par plusieurs communautés de communes de Sud-Gironde. Les débats se tiendront à Rions (le 25 octobre), à Sainte-Croix-du-Mont le 26 et à Cadillac le 27. Plus d'infos au 05 56 84 45 75.

  • 23/10/19 | Charente-Maritime : une soixantaine d'agriculteurs mobilisés

    Lire

    Une soixantaine d'agriculteurs ont répondu à l'appel à mobilisation de la FNSEA 17 ce 22 octobre. Ils sont allés jusqu'à la station d'épuration de La Rochelle chercher des boues, qu'ils sont ensuite allés épandre devant la mairie de Chambon, dont le maire fait partie du mouvement des "pisseurs de glyphosates". Une trentaine d'entre eux sont ensuite allés poser des banderoles et distribuer des tracts au rond-point à l'entrée de Rochefort.

  • 22/10/19 | Ford signe la revitalisation du site de Blanquefort

    Lire

    Lors d'un nouveau comité de suivi qui s'est tenu ce lundi 21 octobre, le protocole d'accord pour la revitalisation du site de l'ancienne usine Ford à Blanquefort a officiellement été signé par le constructeur. Ce dernier s'engage à injecter 18 millions d'euros dans cette opération, dont quatre millions pour céder certains terrains à Bordeaux Métropole. Ford s'est également engagé à dépolluer le site d'ici 2024. D'anciens salariés de l'usine se sont rassemblés devant la préfecture de Bordeaux à l'appel de la CGT. Pour cibler où seront injectés les 14 millions restants, une nouvelle réunion doit se tenir en novembre.

  • 22/10/19 | Un escape game d'horreur à Bordeaux !

    Lire

    Le frisson pour aider (ou pas) à la réflexion. Closed Escape Game a ouvert dans le Parc d'Activités du Grand Stade (Tram B arrêt Berges de la Garonne) le 06 juin dernier. Deux parcours d'horreur pour 2 à 5 personnes sont proposés, avec pour chacun une immersion dans le frisson garantie. Par sécurité pour les joueurs, les parcours sont déconseillés aux personnes sensibles et aux femmes enceintes. Les joueurs peuvent également abandonner en cours de parcours. Depuis l'ouverture, 63 abandons ont été comptabilisés.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | LGV : Virginie Calmels dénonce un projet "non financé"

06/10/2015 | Virginie Calmels, candidate de la droite à la tête de la nouvelle région Aquitaine-Limousin-Poitou Charentes accélère sa campagne autour de la politique des transports.

Dans une tribune, elle a insisté sur l'absence de financement de la LGV

La décision est une surprise pour certains, une fatalité pour d'autres : le 29 septembre dernier, le gouvernement a validé la réalisation des lignes à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, malgré l'avis négatif de la commission d'enquête publique. Dans une tribune, Virginie Calmels, tête de liste de la droite et du centre pour la nouvelle région, dénonce la volonté de l'Etat de relancer le projet "sans présenter la moindre piste de financement". La candidate était présente cet après-midi à Libourne pour une table ronde sur les infrastructures et la politique de transports qu'elle entend porter. Détails.

« Comment imaginer une économie sans connexions ni réseaux ? Ça ne sert à rien de saupoudrer les aides aux entreprises. La région apporte 120 millions d’euros dans le financement des TER : avoir un rapport sur les difficultés et l’état des services semble être un droit », s’est fendu Yves d’Amécourt cet après-midi dans une table ronde organisé avec des utilisateurs des transports (on pouvait tout de même y croiser de nombreux représentants d’association de défense des usagers de transports) en compagnie de Viriginie Calmels. La candidate à la présidence de la région, qui a sérieusement accéléré le déroulement de sa campagne, a publié dans une tribune récente quelques pistes politiques pour « construire un projet global pour les infrastructures de transports de la grande région ».

Un volet routier importantParmi ces pistes, la candidate, actuellement adjointe au maire de Bordeaux, a notamment insisté sur le volet routier. Lancement d’études sur la RN21 Limoges-Agen, financement d’une 2x2 voies sur l’A831 entre Rochefort et Fontenay-le-Comte et la RN147 entre Limoges et Poitiers, financement de la rocade de Marmande ou aménagements entre Oloron et Pau sur la RN134. Viriginie Calmels justifie cette insistance, que ne semble pas partager son adversaire politique. « Alain Rousset n’apporte rien dans le nouveau CPER (Contrat de Plan État Région) sur le financement des routes. C’est une prise de position très claire, mais je n’ai pas la même », affirme-t-elle. « De mon point de vue, le développement économique passe par les infrastructures numériques et les infrastructures de transports, à commencer par la route. Parler de développement économique sans avoir résolu ce problème ne me semble pas cohérent. Pour le financement, nous sommes sur des budgets nettement inférieurs au ferroviaire, et les résultats sont souvent assez immédiats. Donner des subventions économiques, c’est une chose, mais la base d’un développement économique, ce sont quand même les infrastructures. Cela résulte d’un choix politique, ce n’est pas du tout une fatalité ».

Ter : Un renouvellement nécessaireEvidemment, l’élue a également beaucoup insisté sur un plan de renouvellement des TER, précisant qu’il faudrait « négocier d’avantage avec la SNCF et l’État la revalorisation de sa dotation pour le renouvellement du matériel roulant ». « Tous les usagers savent combien la ligne Bordeaux-Libourne est saturée, combien la ligne Limoges-Ussel est décatie. Tous déplorent la mauvaise qualité des lignes Poitiers-Lusignan et Poitiers-Montmorillon. Là ne semble pourtant pas être la priorité du président sortant, qui après avoir dépensé 130 M€ pour les 25 km de la ligne Oloron-Bedous, empruntée seulement par quelques rares touristes, s’engage dans le pharaonique projet de la ligne Bedous-Canfranc, qui coûtera plus de 370 M€ aux contribuables de la région », écrit-elle dans sa dernière tribune. Pour lutter contre ce parc vieillissant, Virginie Calmels a avoué avoir dans l’idée de transformer la Grande région en territoire expérimental en matière d’ouverture à la concurrence sur les TER. « Cela ne toucherait pas forcément la totalité du réseau, mais au moins une partie. Il faut ouvrir cette réflexion ça a été fait en Allemagne et ça a permis une baisse très significative du coût pour l’usager (entre 20 et 30 %) ». 

La LGV, un terrain glissantEnfin, après les nombreuses réactions politiques qui ont suivi la reprise du projet GPSO par l’État, la candidate se montre beaucoup plus pragmatique qu’un simple « Pour/Contre ». Je ne suis ni contre la modernité ni contre la grande vitesse. Je pense qu’il faut simplement dire la vérité : aujourd’hui, ce projet n’est pas financé. Ce qui vient de se passer, c’est ni plus ni moins que rayer d’un trait de plume une enquête publique qui donnera, peut-être, une déclaration d’utilité publique. Mais il n’y a pas le début du commencement d’un financement de ce projet. Dans l’absolu, sans problématique environnementale et financière, je serai pour et je me battrai pour ça. Mais on est en train de faire des promesses à un moment où la SNCF a 37 milliards d’euros de dettes. Il faut se concentrer sur les projets sur lesquels nous avons des leviers d’action, notamment la baisse des dépenses publiques pour essayer d’avoir davantage d’argent pour aller vers de l’investissement ».

Alors qu’Alain Juppé, lui, s’est clairement prononcé en faveur de la GPSO, il pourrait être intéressant de savoir si, une fois à la manœuvre, l’avis de Virginie Calmels resterait aussi objectif. Dans tous les cas, les quelques pistes évoquées semblent s’éloigner assez radicalement de celles d’Alain Rousset. La campagne, elle, devrait s’accélérer jusqu’en décembre pour Virginie Calmels, qui sera à Limoges le 14 octobre prochain pour un premier meeting régional aux côtés d’Alain Juppé et de... Nicolas Sarkozy. Quant à la LGV, l’État s’est engagé à compenser les défauts de paiement de certaines collectivités qui avaient fait savoir leur mécontentement il y a quelques mois, pour un coût du projet établi à 8,3 milliards d’euros.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
10168
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Romain | 09/10/2015

Quid d'un axe autoroutier
St-André de Cubezac-Libourne-Langon (via La Brède ou La Réole) + rocade à Mt de Marsan et interdire les PL en transit à Bordeaux ?
Voire prolonger La Brède-Le Barp-A63
Cela permettrait-il un désengorgement de Bordeaux ?

Augmenter le trafic ferroviaire inter-cité en liaison directe avec une fréquence de 1 train toutes les 30 minutes serait également très dynamisant.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !