Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/04/21 | « De l’air ! » en Deux-Sèvres

    Lire

    L’association Ah ? qui propose des spectacles vivants et des évènements artistiques propose pour cette année 2021, 40 représentations dans 8 communes du département comme du théâtre de rue, de la poésie ou des dispersions graphiques. Les 22 compagnies programmées auront pour thématique « De l’air ! » en référence à l’épidémie de Covid-19 et traitera du besoin de liberté, de grands espaces, et de véritables retrouvailles. Festival espéré du 27 mai au 6 juin 2021...

  • 09/04/21 | Les « Marais d’Olives » à Parempuyre recherche un agriculteur

    Lire

    Bordeaux Métropole, propriétaire des « marais d’Olives » à Parempuyre, lance un Appel à Manifestation d’Intérêt pour recruter un agriculteur sur le site. Le site de 90 ha abrite une partie en prairie, un « marais pédagogique » et une partie non-valorisée comprenant des terrains agricoles et un bâtiment. Ce bail agricole environnemental sera d’une durée de 9 ans renouvelable. Les dossiers de candidature sont à transmettre avant le 30 juin 2021.

  • 09/04/21 | David Fortems, lauréat du prix Régine Desforges

    Lire

    Pour la 6ème année, le prix Régine Desforges, porté par la Ville de Limoges et les enfants de l’auteure, récompense un premier roman écrit par un auteur francophone. Cette année, le jury a décerné son prix à David Fortems, 24 ans, pour son roman « Louis veut partir ». Le lauréat a été récompensé par la Ville à hauteur de 3 000 €.

  • 09/04/21 | Plusieurs départs de feu de forêts en Charente-Maritime

    Lire

    Le sud du département de la Charente-Maritime a été touché par plusieurs feux de forêt le dimanche 4 avril (Montendre) et le jeudi 8 avril (Cercoux), qui ont nécessité le déploiement d’importants moyens de secours, ainsi que l’évacuation de plusieurs habitants à titre préventif. Face à cette situation, le préfet a demandé à la Gendarmerie nationale d’intensifier les patrouilles de surveillance afin de repérer et de procéder à l’interpellation de tout individu présentant un comportement suspect.

  • 08/04/21 | Ségur de la santé: 240 M€ pour la modernisation du CHU de Bordeaux

    Lire

    C'est Olivier Véran, ministre de la santé et des Solidarité qui en a fait l'annonce, le CHU de Bordeaux va bénéficier de 240 M€ dans le cadre du Ségur de la Santé. Cette enveloppe permettra de mener à bien le projet de "Nouveau CHU" porté par l'établissement lourd d'un investissement de 800 M€ sur 10 ans. Au total, une dizaine d’opérations va être menée sur les différents sites du CHU entre construction de nouveaux bâtiments (90 000 m²), et rénovation de l'existant. Les sites de Pellegrin et Saint-André notamment seront entièrement réhabilités, proposant aussi une réorganisations des services.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Accord de relance et budget 2021 : des divergences mais pas de schisme au sein de la majorité régionale

19/12/2020 | Andréa Brouille et Alain Rousset ont présenté le budget primitif 2021 aux élus régionaux, ce 17 décembre 2020

vote budget primitif 2021 conseil régional - Andréa Brouille et Alain Rousset

Ce jeudi et vendredi le Conseil régional réunit ses élus en séance plénière. La dernière de l'année, et l'avant-dernière avant les élections régionales, prévues en juin. Un enjeu électoral, qui à l'image des 2 précédentes plénières, est désormais omniprésent dans les débats entres les élus régionaux. Et d'autant plus quand ceux-ci, comme ce fut le cas sur la première journée de débats, se consacrent à des questions budgétaires de premier ordre : le Budget primitif de la collectivité pour 2021 et le contrat de relance Etat-Région. En jeu : 3,2 et 2,8 milliards d'euros. Bien conscient des enjeux, c'est par un « vœu de zénitude » qu'Alain Rousset a choisi de lancer cette plénière. Vœu presque respecté, à deux ou trois « politesses » près.

Avant d'entrer dans le dur des dossiers budgétaires, c'est par une minute de silence et quelques mots d'hommage à trois personnalités disparues récemment qu'Alain Rousset a ouvert la séance plénière ce 17 décembre. Dans les esprits, Jean Tavernier, un de ces prédécesseurs à la présidence de la Région Aquitaine, l'ancien président de la République, Valéry Giscard d’Estaing, et Emmanuelle Ajon, vice-présidente du conseil départemental de Gironde, adjointe à la Mairie de Bordeaux, et ancienne élue régionale dont le décès très récent a déclenché, entre stupeur et tristesse, une vague d'hommages particulièrement importante ces derniers jours.

La questions des infrastructures a cristallisé le débat
Passé ce temps de recueillement, est venu dans la matinée le débat sur l'accord de relance Etat-Région. Un document prévoyant la mise en oeuvre de 2,8 Mds d'investissement sur le territoire régional sur les 2 ans à venir. Une enveloppe financée à parts quasi égales par l'Etat et la Région. Une part étatique que le président de Région  interprète comme « un effort significatif » même s'il admet volontiers qu'elle est en vérité « un rattrapage des retards de l'Etat sur le Contrat de Plan Etat-Région précédent ».
Concrètement, « le tiers de ces engagements ira au ferroviaire », pointe Alain Rousset, citant en exemple « le sauvetage de lignes », telles que Poitiers-Limoges, Niort-Saintes ou encore Périgueux–Agen. Mais à côté du fer, le réseau routier n'est pas non plus oublié de cet accord de relance, avec des opérations financées par l'Etat, prévues notamment sur les RN10, RN141 et RN147. Si l'accord prévoit aussi des interventions en matière de logement étudiant, d'enseignement supérieur ou encore de cohésion sociale et territoriale, c'est bien la question des infrastructures qui a cristallisé le débat des conseillers régionaux.
Et pour cause, outre les débats qu'il soulève en terme d'aménagement du territoire, de mobilité ou de pollution notamment s'il est un sujet sensible au sein de la majorité, c'est bien celui-là. Et les élus de l'opposition ne s'y sont pas trompés.

"Quid du projet GPSO?"
Pour le Mouvement de La Ruralité, Philippe Rabit tire le premier, s'enthousiasmant tel un enfant au pied du sapin des « passes d’armes au sein de l’ex-majorité » qu'il imagine sur ce thème,concernant notamment le soutien aux infrastructures routières.
Vint ensuite le tour de Guillaume Guérin, pour LR, qui interroge tout de go, sur un autre point de désaccord bien connu entre élus EELV et le président socialiste : « Quid du projet GPSO ? [...] La LGV Bordeaux Dax a disparu, purement et simplement, au profit de « la création d'une capacité ferrovière nouvelle pour le fret entre Bordeaux et l'agglomération basque » note-t-il, avant de poursuivre : « Est-ce pour ne pas froisser vos alliés d'aujourd'hui qui seront vos adversaires de demain ? » Puis, loin de ses déclarations sentimentales de la dernière plénière, et regrettant « le manque d'orientations sur le prochain Contrat de plan Etat Région », il analyse le contenu de l'accord de relance comme « une opération de communication, de remplumage, qui sert surtout à ceux qui seront candidat à leur propre succession ».

Mettant en avant les avances financières de la Région à l'Etat sur la question de l'entretien et de la modernisation des lignes, pénalisant selon lui les investissements de la région sur le transport routier, Jacques Colombier, pour le Rassemblement national, cherche une réponse du côté des « Kmer-verts menaçants ». Propos qui d'ailleurs ne resteront pas sans réaction du côté desdits verts et plus particulièrement de Nicolas Thierry, interrompant pour un temps la « zenitude » espérée en début de séance.
Une « zénitude » mise à mal aussi par le Président de l'assemblée régionale lui-même face à un Jean Dionis du Séjour (Modem et Union centriste) à son goût un peu trop « donneur de leçon » quant au manque de concertation avec les territoires estimé par le Maire d'Agen, quant aux projets retenus au titre de cet accord de relance.

"Un budget diablement pas écologique "
Enfin, les EELV, dont l'intervention de Christine Moebs-Séguinaud était visiblement attendue de l'opposition dans l'espoir de la confirmation d'un divorce net au sein de la majorité, ils n'ont en effet pas voté cet accord. Une surprise pour personne en réalité,  puisqu'ils s'étaient exprimés par voie de presse dans ce sens la veille de la plénière. Cela dit s'ils n'ont pas voté pour, il n'ont pas voté contre non plus, faisant le choix, semble-t-il de dernière minute, de s'abstenir, tout en saluant "la clarté de la réponse" d'Alain Rousset sur la question posée par Guillaume Guérin sur la LGV GPSO. Une réponse confirmant qu'il n'y avait pas de crédits, ni dans le contrat de relance ni dans le Budget primitif pour 2021, qui soient destinés à cette LGV. Quant à la raison invoqué par Alain Rousset: l'absence de dossier porté par l'Etat.

Un schisme au sein de la majorité que les élus de l'opposition devront donc encore attendre, puisque sur le budget primitif 2021, les alliés écologistes de la majorité ont tenu leur rôle en votant le budget à presque 3, 2 Mld€ proposé par l'éxecutif. Un vote « pour », à deux chapitres près (soutien aux aéroports et soutien à la démarche HVE en agriculture, considérée comme une "tromperie" par le groupe ). Un choix que justifie Lionel Frel : « nous ne voulons pas ajouter du désordre à la crise qui nous touche ». Pour autant pas de carte blanche (ni verte), « ce budget n'est diablement pas un budget écologique » juge l'élu, avec une nuance tout de même : « d'une façon générale, la direction de la Nouvelle-Aquitaine va dans un sens plus écologique. La direction est meilleure mais nous trouvons que nous allons trop doucement. » Ce à quoi Alain Rousset répondra, "le succès de cette transition se fera en la crantant, pas en la décrétant".

 

L'info en plus

Le budget voté ce 17 décembre par les élus régionaux, s'élève à 3,186 Mds d'euros. « Un budget placé sous le signe de la relance pour impulser un rebond économique, écologique et solidaire avec les territoires et la jeunese » a ainsi présenté Andrea Brouille Vice présidente en charge des Finances, soulignant « l'investissement massif et record pour la collectivité régionale » à hauteur de 937 M€. Impacté par la crise du covid à la fois par une baisse importantes de recettes (-120 M€) et la nécessité des engagements budgétaires complémentaires (240 M€ correspondant aux plans d'urgence et aux premiers moyens du plan de relance), les indicateurs financiers de la Région se dégradent à fin 2020, en raison d'un recours logique à l'emprunt augmenté. La capacité de désendettement de la Région passant ainsi de 4 à 10 ans en cette fin d'année. Pour autant, grâce à « une maîtrise de dépense de fonctionnement », le Président de la Région et sa vice-présidente assurent pouvoir espérer « un retour à la normal d'ici 2025 ». Un scénario un peu trop optimiste au goût des représentants des groupes d'opposition lors de cette plénière du mois de décembre.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Région Nouvelle-Aquitaine

Partager sur Facebook
Vu par vous
3846
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !