Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/02/18 | Charente-Maritime et Deux-Sèvres font Chambres communes

    Lire

    Les deux Chambres d'Agriculture de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres ont fusionné leurs services en janvier. En fait de fusion, il s'agit plus exactement d'une "mutualisation" de moyens à travers le regroupement des services. Les 180 agents des Deux-Chambres travaillent désormais pour les deux départements, de façon complémentaires : le 17 apportera son expertise en maraîchage au 79, qui apportera son expertise en élevage. L'accueil du public et les antennes locales ne changent pas.

  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Rentrée 2015: Alain Rousset "continue le boulot"

01/09/2015 | La fin de sa mandature approche. Mais pour le Président de la Région, ça n'est pas une raison pour voir petit en cette rentrée 2015 qui marque pourtant les 4 derniers mois de l'Aquitaine

Conférence de presse de rentrée 2015 du Président de la région Aquitaine, Alain Rousset

Entre une rentrée scolaire marquée par la visite de différents lycées d'Aquitaine, des inaugurations d'infrastructures nouvelles, le lancement de nouvelles politiques, une fusion de régions à préparer ou encore des échéances électorales en approche, avec une campagne qui démarre juste, la rentrée promet d'être chargée pour Alain Rousset. Pour autant, le Président de la Région s'y est engagé devant les journalistes lors de sa conférence de presse de rentrée « le boulot continue. Au premier janvier 2016, il ne faut qu'aucun dossier ne s'arrête! ». Des thématiques « développement durable » au lancement du service numérique de l'emploi, en passant par « l'émergence de champions », économiques s'entend, tour d'horizon des dossiers phares portés par la Région en cette rentrée 2015.

A la veille de la rentrée scolaire, Alain Rousset a tenu à souligner que « les jeunes sont au cœur de la responsabilité de la Région ». L’occasion pour lui de rappeler, outre la compétence régionale liée à la construction et rénovation de lycées, un certain nombre de dispositifs préexistants, à l’image le dispositif « Un, deux, toit », à destination des jeunes nécessitant un hébergement de courte durée dans le cadre de leur formation ou encore « Clé Aquitaine » qui a vocation a leur faciliter l’accès au logement, la Région se portant garante de leur loyer et/ou de prêts. Parmi les nouveautés de cette rentrée 2015, Alain Rousset a insisté sur deux outils permettant de lutter contre le décrochage scolaire : un micro-lycée implanté au sein du lycée Victor Louis à Talence, dédié à la réintégration des élèves décrocheurs (sur le modèle du micro-lycée déjà créé à Agen) et un dispositif d’aide aux devoirs offert par le biais d’un service téléphonique gratuit. Cette expérimentation, inspirée d’une initiative québécoise (Allô Prof) en plein essor outre-Atlantique, devrait débuter dès le mois d’octobre, avec le concours des universités pour recruter des étudiants de master, qui répondront aux élèves éprouvant des difficultés en mathématiques, physiques, français ou langues étrangères.

Leadership sur l’hydrolien, ambition forte sur la chimie verteAutre dimension avancée par le Président de la Région, en cette rentrée 2015 et à quelques mois de de la COP 21 à Paris : les dossiers ayant trait aux « actions concrètes de la Région en matière de développement durable ». Au cœur de cette thématique, il évoque par exemple sa volonté de voir l’Aquitaine « jouer le leadership » dans le domaine de l’hydrolien fluvial. A ce titre, la prochaine commission permanente (14 septembre) se verra proposer de voter un financement de 700 000 € pour accompagner le tour de table financier devant permettre la réalisation d’un site expérimental estuarien national pour l’essai et l’optimisation d’hydroliennes. Celui-ci permettrait de tester des technologies hydroliennes sur leurs performances mécaniques et énergétiques.
Sur le développement durable, Alain Rousset cite aussi la livraison imminente de la drague qui restera à demeure dans le port de Bayonne et qui aura notamment pour mission « d’optimiser le réensablement régulier des plages d’Anglet afin de lutter contre le phénomène d’érosion ». Un dossier donnant l’occasion aussi au Président de la Région de rappeler son ambition forte sur le développement des activités liées à la chimie verte en Aquitaine, à travers son « souhait de faire du Bassin de Lacq, une véritable Carbon Valley » (exemple avec l’usine Toray).

« Bon espoir » sur la LGV GPSOEnfin, insistant sur la nécessité de développer des alternatives à la circulation automobile, il a rappelle la réouverture de la ligne Saint-Jean-Pied de Port – Bayonne, « qui ne se ferait pas si la Région n’avait pas avancé 15 M€ en lieu et place des crédits de l’État », glisse-t-il, et évoque « sa bataille » continue pour la réouverture de la Pau-Canfranc, ajoutant qu’il allait écrire au Président de la République à ce sujet. Sur les questions de transport, il est également revenu sur l’importance et la lourdeur du trafic poids lourds à la frontière.
S’appuyant sur une étude du climatologue Hervé Le Treut, il s’exaspère notamment de l’exemple de la route N10 « qui reçoit chaque jour plus de 10 000 camions, faisant de celle-ci la partie la plus polluée par les microparticules d’Aquitaine ». Et de conclure à la nécessité d’une LGV nouvelle au sud de Bordeaux pour faciliter le fret ferroviaire. Un sujet sur lequel, il confie « avoir plutôt bon espoir » sur la décision à venir du gouvernement, même s’il reconnaît « ne pas avoir reçu d’infos particulières à ce sujet », alors que la commission d’enquête publique ne s’était pas prononcée en faveur de la Déclaration d’Utilité Publique du projet. Une question du fret qui lui donne également l’occasion de tacler le Gouvernement sur l’abandon de l’écotaxe « sur les transporteurs longue distance », considérant pour sa part cette dernière comme une solution « évidente » de financement des projets de report du fret sur le rail.

« Faire émerger des champions » Au titre des autres priorités du Président de la Région, l’économie et l’emploi pour une région qui attire chaque année 25 000 nouveaux habitants dont 13 000 personnes d’âge actif. La clé selon lui : « faire la compétitivité de nos entreprises aquitaines à partir de la reconstruction des usines ». En d’autres mots continuer dans la lancée du programme « usines du futur », permettant pour l’heure à 110 usines de la région d’avoir été auditées en vue d’un accompagnement par la Région pour leur reconstruction visant à une plus grande productivité et compétitivité.
Dans la même idée selon laquelle, « le rôle de la région est de contribuer à faire émerger des champions parmi les PME et ETI d’Aquitaine », Alain Rousset cite l’arrivée d’un nouveau dispositif : les « Chèques transformations numériques ». Financés par les fonds européens dont la région a désormais la gestion, ils viseront « à accélérer l’usage avancé des technologies numériques au sein des entreprises ». Dans la même veine les Chèques Export, visant à accompagner les entreprises dans le développement de marché à l’exportation. Persuadés que c’est par les PME et les ETI que se fera le développement de l’emploi, ces outils les concernent en priorité.
Enfin à partir du 15 septembre sera mis en place le Service Numérique de l’Emploi en Aquitaine, permettant aux chercheurs d’emploi « d’identifier les métiers en tension de recrutement et de recevoir des offres d’emplois correspondant à leur profil ainsi que des propositions de formations complémentaires visant à faciliter leur insertion dans l’emploi. »

« Une DATAR à l’échelle de la grande région » Autre actualité de la rentrée pour le Président du Conseil régional, proposer des initiatives pour soutenir les agriculteurs subissant une crise des prix. Parmi elles, une aide a parité et complémentaire à celle de l’État, soit environ 2 M€, sera débloquée, et l’organisation d’une rencontre début octobre se tiendra entre gestionnaires de lycées et les organisations agricoles afin de parvenir à créer des circuits courts d’approvisionnement sécurisés pour les cantines des lycées par les acteurs agricoles et agro alimentaires Aquitains.
Enfin, dernière dimension forte aux aspirations du Président du Conseil régional d’Aquitaine : l’aménagement du territoire. Alain Rousset propose de recréer une DATAR (Délégation à l’Aménagement du Territoire et à l’Attractivité Régionale) à l’échelle de la grande Région ». Une idée qui tient donc, pour l’heure, davantage d’un projet de campagne électorale qu’autre chose...

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2206
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
RECARTE Pierre | 03/09/2015

Alain Rousset avance toujours des contre-vérités avec un aplomb déconcertant. Il ne circule pas plus de 10 000 camions sur l’ex N10. La dernière statistique disponible est de 2012, elle est donnée par la DREAL Aquitaine lors du dernier conseil scientifique de l’observatoire des trafics du 25 juin 2014. Elle fait état d’un trafic moyen journalier annuel de 8190 camions en 2012 contre 8642 en 2006 (source ASF). « Une LGV facilitera le fret ferroviaire ». Cet argument a été aussi utilisé en Espagne et démenti par la réalité. Pourquoi les trains de marchandises n’emprunteront pas la LGV ? Lors du dernier colloque à Bilbao, les experts de la RENFE (SNCF espagnole) ont déclaré que les trains de fret n’utiliseront pas le Y basque « parce qu’ils ne peuvent croiser dans les tunnels un train de voyageurs roulant à 220km/h », ils arriveront donc en France par la ligne actuelle. De plus tous les experts s’accordent pour dire que « l’impact de charges supérieures par essieu des trains de marchandises entraîne une importante détérioration des lignes LGV et donc un surcoût de maintenance ». Le seul bénéfice qu’apporterait une LGV est la libération de quelques sillons par les TGV nationaux jusqu’à Bayonne (car au-delà ils emprunteront la ligne actuelle) et par quelques rares TGV internationaux (4 à 6 tout au plus). C’est ainsi que Mr Rousset veut résorber « le mur de camions » ?
C’est se moquer des citoyens pensant qu’ils ne sont pas informés. Mais il se peut que ce soit le président de région qui ne soit pas informé tant il a l’habitude de survoler les sujets !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !