Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/11/19 : Charente-Maritime : selon le journal officiel du 7/11, le nouveau préfet Nicolas Basselier, ex préfet de l'Aisne, prendra ses fonctions le 25/11. Il succède à F.Rigoulet-Roze, devenu directeur de cabinet du ministre de la Cohésion des territoires.

13/11/19 : Niort : le festival des films sur smartphone Takavoir lance un appel à candidature pour sa prochaine édition, qui se tiendra les 27 et 28 mars 2020. Les candidats doivent livrer leur film de 3 min max avant le 16 février prochain sur takavoir.fr

13/11/19 : Niort : 32 entreprises ont participé en septembre dernier au Challenge de la mobilité, soit 713 salariés du territoire. 44% ont opté pour le vélo, 12% le bus, 15% le covoiturage, 8% la marche, 8% le train. La remise des prix s'est tenue hier soir.

13/11/19 : Deux-Sèvres : Le salon des professionnels de la filière caprine Caprinov' dont la dernière édition s'est tenue en novembre 2018, reviendra du 25 et 26 novembre 2020 au parc des Expositions de Niort.

13/11/19 : Après plusieurs passages au Festival Musicalarue, Miossec revient à Luxey (40) dans le cadre intimiste de la salle de spectacles “Les Cigales“, samedi 30 novembre à 20h30. Le Brestois viendra présenter son onzième opus "Les Rescapés".

12/11/19 : Les gendarmes et la Guardia civil sont arrivés en nombre au péage de Biriatou en raison de l'opération escargot lancée par Tsunami Democra-tic, le mouvement indépendantiste catalan, relayé localement par Bizi! et Aitzina bloquant la frontière à 18h30

12/11/19 : Charente : un groupe d’étudiants en BTS SAM de CCI Charente Formation, mène un projet sur la gestion citoyenne des déchets depuis 1 an et organisent une journée environnementale ce mercredi A 15h30 au Campus CCI, à l'ex CIFOP de L’Isle d’Espagnac.

08/11/19 : La liquidation judiciaire de la SNEM, société éditrice du quotidien l'Echo, diffusé sur 5 départements, a été confirmée cet vendredi par le Tribunal de commerce de Limoges. Les 42 salariés du journal recevront prochainement leur lettre de licenciement.

08/11/19 : Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Didier Guillaume se rendra ce samedi au salon de l'agriculture basque, Lurrama qui a ouvert ses portes ce matin. Il y rencontrera ses organisateurs et I. Berhocoirigoin, le président? et les exposants

08/11/19 : Dordogne : Dans le cadre du Grenelle des violences conjugales, la préfecture propose le jeudi 14 novembre, à 17 h h à la mairie de Montrem, une rencontre ouverte à tous sur le thème de la prise en charge des violences conjugales en milieu rural.

07/11/19 : Beynac : Samedi 16 novembre, à 10 heures, un rassemblement citoyen sur les allées de Tourny à Périgueux est organisé pour soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural.

06/11/19 : Petr Drulák, ambassadeur de Tchéquie en France, sera présent à la Maison de l'Europe à Bordeaux le 14 novembre à 19h pour une conférence autour de l'après Révolution de Velours. L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/11/19 | Keolis Bordeaux a un nouveau Directeur général

    Lire

    Eric Moinier a été nommé le 1er novembre Directeur Général de Kéolis Bordeaux. Il succède à Hervé Lefèvre qui a rejoint la SNCF, en vue de sa nomination au poste de directeur régional Nouvelle-Aquitaine à compter de janvier 2020. Agé de 46 ans, Eric Moinier, était depuis 2016, Directeur Général de la filière indienne de Kéolis en charge du lancement puis de l’exploitation du nouveau réseau de métro automatique. A Bordeaux, il aura pour mission de diriger l’exploitation du réseau TBM.

  • 13/11/19 | Les vins de Corrèze conservent leur AOC

    Lire

    En 2014, le Conseil d’État avait interdit la mention « vin paillé » sur les bouteilles de vins corréziennes à la demande de la société de viticulture du Jura. En 2017, les Corréziens avaient contre-attaquer en constituant une AOC de nouveau contestée. Le Conseil d’État vient de rejeter la requête et les vins de Corrèze conservent donc leur AOC !

  • 13/11/19 | Tennis: Llodra, Forget, Clément et bien d'autres font le show à Bordeaux

    Lire

    Michaël Llodra et Lionel Roux, 2 anciens joueurs de tennis professionnels, organisent les 6 et 7 décembre prochains le Bordeaux Mica Challenge, une exhibition de tennis réunissant autour d'eux d'autres grands noms du tennis français: Mansour Bahrami, Arnaud Clément, Guy Forget, Nicolas Mahut et Lucas Pouille. "Quelques sportifs de haut-niveau pas maladroits raquette en main" devraient aussi se joindre à eux, ajoute Mickaël Llodra, soucieux de conserver un peu de suspense... Le rdv est donné au grand public au Palais des sports pour une proximité assurée. Réservations en ligne .

  • 13/11/19 | Beynac :l'association Défendre l'intérêt général en Dordogne interpelle le préfet

    Lire

    Dans une lettre, l'association Défendre l'Intérêt Général en Dordogne a demandé au préfet si la manifestation du 16/11 avait été déclarée et si oui, si sa localisation près de la préfecture, ne posait pas un problème au regard de l'éthique politique. Elle lui aussi demandé qu'elle était la position de l'État qui, selon elle, devrait faire respecter l'État de droit et empêcher les pressions sur la justice. Elle tente toujours d'obtenir une réponse sur l'utilisation du port de l'écharpe tricolore dans de tels rassemblements.

  • 13/11/19 | Beynac : un rassemblement le 16 novembre pour réclamer la reprise des travaux

    Lire

    Le président du Département de la Dordogne, Germinal Peiro, les maires de Périgueux, Bergerac, Nontron et Sarlat, les présidents du Grand Périgueux et de la Communauté bergeracoise, le sénateur PS Claude Bérit-Debat, les patrons des chambres consulaires, une majorité de décideurs économiques appellent les Périgourdins à se joindre au « rassemblement citoyen » organisé le 16 novembre à 10 h, sur les allées Tourny à Périgueux, pour «soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Rentrée politique à Bordeaux : éloge de l'équlilibre

10/09/2019 | Ce mardi 10 septembre, Nicolas Florian a effectué à la maison écocitoyenne sa première rentrée politique en tant que maire de Bordeaux. Il y a prôné l'équilibre.

Nicolas Florian Bordeaux

Cette première rentrée très attendue de Nicolas Florian en tant que maire de Bordeaux, organisée à la maison écocitoyenne, si elle n'a pas occasionné de propos surprises au sujet d'une élection municipale se rapprochant, a en tout cas été le point central d'une doctrine dont l'héritage est revendiqué : celle de la "co-construction" de la co-gestion" et de l'équilibre. Un discours partagé et modéré qui n'a pas non plus éludé les grands défis attendant Bordeaux dans les prochaines années, non sans une certaine insistance sur le volet écologique. On vous résume ce qu'on a retenu de cette note d'intention.

L'équilibre aura été sans conteste le terme phare à retirer de la rentrée politique du maire de Bordeaux, Nicolas Florian. Pour s'illustrer, il a choisi la maison écocitoyenne pour y annoncer une "maison de la parole" rebaptisée "échoppe du débat et de la citoyenneté". Pas grand-chose à se mettre sous la dent sur le plan électoral, à six mois des municipales. Nicolas Florian préfère botter en touche : "Je ne suis pas dans le temps électoral, je suis plutôt concentré sur la vie municipale. Je suis content que le campus des territoires se soit fait à Bordeaux, ça fait travailler le commerce mais une élection municipale doit se détacher des contingences nationales". Il préfère y opposer le terme de "maire du quotidien". Au travers de ce statut ambivalent, il a égrené les principaux dossiers à traiter dans les mois à venir. "Cette perte de confiance de nos concitoyens dans leurs élus, on ne peut pas s'y résoudre. Ce que je souhaite, c'est une politique équilibrée dans tous les domaines. Nous ne courrons pas après les records mais après l'équilibre. Et même si nous sommes fiers d'être bordelais, nous ne mésestimons pas les difficultés de notre ville. Elle doit être attractive et accueillante mais ne pas exclure". 

Boulevards et BHNS

Au menu des résolutions, on retrouve cette transformation des boulevards, passant d'espace routier à "espace urbain". "Depuis juillet, nous avons récolté 200 contributions pour un projet qui a une utilité à la fois publique et sociale". Nicolas Florian s'est ainsi servi de l'exemple du BHNS entre Bordeaux et Saint-Aubin, dont la déclaration d'utilité publique a été annulée début septembre, pour se livrer à une résolution. "Nous devons nous préparer collectivement à une judiciarisation de l'action publique. Nous sommes déjà en capacité de porter des projets très solides sur le plan technique mais il faut y rajouter cette nouvelle bordure juridique. Si on ne le fait pas, on s'exposera à des ralentissements de nos grands projets d'infrastructures et d'aménagements urbains. Pour ce qui est du BHNS, nous avons relancé l'enquête publique pour annoncer des aménagements : un bus de 18 mètres au lieu de 24, une offre reconditionnée du stationnement et un travail sur les différents sens de circulation. Nous devons aussi profiter de ce retard pour engager des travaux sur les voieries et les trottoirs". 

Axe écolo

L'un des marqueurs de cette rentrée aura aussi été l'écologie. Si "le chantier avance" sur la place Gambetta et que l'objectif de septembre 2020 "sera tenu", pas question d'y supprimer les arbres et de sacrifier le cadre de vie. "45 arbres seront replantés et le bassin sera réaménagé". Même discours sur la zone de la Jallère, un temps envisagée pour accueillir une partie consacrée à l'urbanisation et aux logements (2000 en tout). "Le projet est segmenté en trois secteurs : l'activité économique, un projet de ferme urbaine et une troisième partie dédiée à la création de logements. Je propose qu'on arrête ce projet et qu'on ouvre une concertation avec les habitants pour savoir ce que l'on fait de cet espace", a ainsi annoncé le maire de Bordeaux, toujours engagé dans un "plan Canopée" qui prévoit de planter quelques 20 000 arbres nouveaux en cinq ans contre "15 000 en dix ans" sur les précédentes mandatures, preuve d'une accélération notable. L'objectif du "comité de l'arbre" nouvellement créé sera d'ailleurs de "recenser les arbres existants sur la ville qui pourraient avoir besoin d'entretien mais aussi d'augmenter les sanctions adossées à des destructions d'arbres. Il faut transformer les îlots de chaleur en îlots de fraîcheur, partout en ville. Dès l'an prochain, on enracinera des arbres place Pey Berland et dans d'autres lieux en ville", a ainsi précisé Nicolas Florian, répondant indirectement à ses détracteurs de l'opposition dénonçant l'"opération de communication" de l'Ombrière en pot inaugurée début juillet. 

Une police pour réguler la circulation

Pour le reste, Nicolas Florian préfère ouvrir au débat. Sur le métro, d'abord, sujet sur lequel la métropole a commandé une étude qui sera débattue en plénière d'ici novembre. Pour ou contre ? Le maire de Bordeaux préfère être "favorable au débat. Je n'ai pas de préjugés mais je ne veux plus me présenter avec des convictions irréfragables". Concernant les déplacements dans Bordeaux, l'élu a évoqué la mise en place prochaine d'une "police de circulation" sur les secteurs les plus tendus aux heures de pointe", présence humaine à la clé. Sur ce sujet de la sécurité, peu de précisions supplémentaires sur cette "missions squats" mise en place par la métropole en ce mois de septembre. "La réponse ne peut pas être uniquement bordelaise. Je remercie la préfète de l'action qu'elle a mené cet été mais je ne me résouds pas non plus à savoir que près de 200 familles avec enfants sont à la rue. Nous souhaitons dans les jours qui viennent organiser une réunion avec tous les acteurs institutionnels du territoire pour en discuter. L'objectif de cette mission, c'est d'abord d'avoir un rôle de médiation, d'aller au contact. On ne peut pas laisser des gens s'isoler sans avoir d'échanges et sans avoir le B.a-ba de la santé publique respecté. Ces mesures concrètes, on ne pourra pas les prendre seuls, mais il faut être en capacité d'avoir une expertise sur le sujet". Pour les orientations d'une campagne inévitable, en revanche, il ne faudra rien espérer avant janvier...

L'info en plus : Sur les principaux grands dossiers politiques et municipaux de cette rentrée politique, Nicolas Florian a déjà répondu à aqui.fr dans un grand entretien à retrouver juste ici

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3389
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !