Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/02/20 : Les producteurs des Pyrénées-Atlantiques reviennent chargés de médailles du Salon International de l'Agriculture : 95 au total, dont 19 médailles d'or, 41 médailles d'argent et 35 de bronze, produits et vins confondus.

27/02/20 : Lac de Caussade. La préfète de Lot-et-Garonne vient de faire savoir qu'elle "engage une procédure à l'encontre de la Chambre d'agriculture visant à accomplir des travaux d'office afin d'effectuer la vidange de la retenue".

27/02/20 : « Rien n’est décidé sur l’intervention des forces de l’ordre, tout est encore à l’arbitrage du Premier ministre ». Voici ce qu’a dit le ministre de l’agriculture Didier Guillaume au président de la Chambre d’agriculture 47 ce matin au SIA.

27/02/20 : Elisabeth Borne, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, se rendra ce vendredi à Bordeaux pour soutenir le candidat LaRem Thomas Cazenave aux prochaines élections municipales.

25/02/20 : Le Ministère des Sports a suspendu provisoirement, à titre conservatoire Michel Poueyts, directeur technique national au sein de la Fédération de pelote basque suite à sa mise en examen pour corruption avec un employé de la sous préfecture de Bayonne.

25/02/20 : Au SIA à Paris, les récompenses commencent à pleuvoir sur la Dordogne, hier ont été décernés 4 médailles d’or, 12 médailles d’argent et 12 médailles de bronze pour les produits, ainsi qu’un prix d’excellence au concours des vins du Sud-Ouest.

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/02/20 | Gironde: 17 830 candidats aux municipales

    Lire

    Municipales: Dans les 535 communes de Gironde, ce sont 17 830 candidats qui se sont déclarés pour 8 887 sièges à pourvoir. Dans toutes les communes du département au moins une liste a été déposée. Dans les 231 communes de plus de 1 000 habitants, 496 listes ont été déposées soit 13 102 candidats (52% d’hommes et 47% de femmes) pour 5183 sièges à pourvoir. Bordeaux compte le plus grand nombre de listes, 10 listes déposées suivi de Mérignac avec 9 listes.

  • 28/02/20 | Municipales: 6 communes sans candidats dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Dans les 546 communes des Pyrénées-Atlantiques, 11 088 candidats se sont déclarés pour 7392 sièges à pourvoir. A Arrien, Urost, Higuères Souye, Pardies Pietat, Etsaut et Escout aucun candidat ne s'est présenté. Aucune élection ne pourra être organisée pour ce 1er tour. De nouveaux candidats pourront se déclarer entre les 2 tours et les élections pourront ainsi se tenir au 2nd tour. Si aucune candidature n’intervient pour le 2nd tour. Le préfet de département nomme alors une délégation spéciale chargée de gérer les affaires courantes de la commune et d’organiser de nouvelles élections dans un délai de 3 mois.

  • 28/02/20 | Création d'un nouveau label "Les Sentinelles du Goût"

    Lire

    « Les Sentinelles du Goût ». Tel est le nom du nouveau label créé de concert par l’Institut du Goût Nouvelle-Aquitaine et trois étudiantes de Licence Pro "Valorisation, Animation et Médiation des Territoires Ruraux" de l’Université Bordeaux Montaigne. Ce label a pour but de protéger et de valoriser les savoir–faire et les goûts des produits traditionnels de la région.

  • 28/02/20 | Pour l'Arche en Charente, transformation numérique rime avec inclusion

    Lire

    L'association l'Arche en Charente encadre les activités de plusieurs établissements médico-sociaux, dont 3 ESAT pleinement insérés dans le tissu économique local à de multiples étapes de la filière du Cognac, de la production à l'expédition. L'association, lancée dans une profonde transformation numérique, vient d'obtenir une aide de 88 330 € de la Région (50% du budget prévisionnel). Et pour cause, le projet se double d'une démarche d'inclusion numérique au profit de ses employés en situation de handicap mental. Un atout majeur pour leur réinsertion professionnelle en milieu « ordinaire ».

  • 28/02/20 | Exposition "Espace Nature" à Rochefort Océan (17)

    Lire

    Du 25 février au 28 mars 2020, l’Expo Espace Nature aura lieu à Rochefort Océan, pour le plaisir des visiteurs qui découvriront au fil des photographies un périple de 18 mois sur le thème de l’écohabitat. L’occasion de découvrir d’autres modes et matériaux de construction en accord avec l’environnement. A travers ces images, l’exposition tend à ouvrir le champ des possibles dans l’esprit des visiteurs, en encourageant l’émergence de nouvelles pratiques.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Rentrée politique à Bordeaux : éloge de l'équlilibre

10/09/2019 | Ce mardi 10 septembre, Nicolas Florian a effectué à la maison écocitoyenne sa première rentrée politique en tant que maire de Bordeaux. Il y a prôné l'équilibre.

Nicolas Florian Bordeaux

Cette première rentrée très attendue de Nicolas Florian en tant que maire de Bordeaux, organisée à la maison écocitoyenne, si elle n'a pas occasionné de propos surprises au sujet d'une élection municipale se rapprochant, a en tout cas été le point central d'une doctrine dont l'héritage est revendiqué : celle de la "co-construction" de la co-gestion" et de l'équilibre. Un discours partagé et modéré qui n'a pas non plus éludé les grands défis attendant Bordeaux dans les prochaines années, non sans une certaine insistance sur le volet écologique. On vous résume ce qu'on a retenu de cette note d'intention.

L'équilibre aura été sans conteste le terme phare à retirer de la rentrée politique du maire de Bordeaux, Nicolas Florian. Pour s'illustrer, il a choisi la maison écocitoyenne pour y annoncer une "maison de la parole" rebaptisée "échoppe du débat et de la citoyenneté". Pas grand-chose à se mettre sous la dent sur le plan électoral, à six mois des municipales. Nicolas Florian préfère botter en touche : "Je ne suis pas dans le temps électoral, je suis plutôt concentré sur la vie municipale. Je suis content que le campus des territoires se soit fait à Bordeaux, ça fait travailler le commerce mais une élection municipale doit se détacher des contingences nationales". Il préfère y opposer le terme de "maire du quotidien". Au travers de ce statut ambivalent, il a égrené les principaux dossiers à traiter dans les mois à venir. "Cette perte de confiance de nos concitoyens dans leurs élus, on ne peut pas s'y résoudre. Ce que je souhaite, c'est une politique équilibrée dans tous les domaines. Nous ne courrons pas après les records mais après l'équilibre. Et même si nous sommes fiers d'être bordelais, nous ne mésestimons pas les difficultés de notre ville. Elle doit être attractive et accueillante mais ne pas exclure". 

Boulevards et BHNS

Au menu des résolutions, on retrouve cette transformation des boulevards, passant d'espace routier à "espace urbain". "Depuis juillet, nous avons récolté 200 contributions pour un projet qui a une utilité à la fois publique et sociale". Nicolas Florian s'est ainsi servi de l'exemple du BHNS entre Bordeaux et Saint-Aubin, dont la déclaration d'utilité publique a été annulée début septembre, pour se livrer à une résolution. "Nous devons nous préparer collectivement à une judiciarisation de l'action publique. Nous sommes déjà en capacité de porter des projets très solides sur le plan technique mais il faut y rajouter cette nouvelle bordure juridique. Si on ne le fait pas, on s'exposera à des ralentissements de nos grands projets d'infrastructures et d'aménagements urbains. Pour ce qui est du BHNS, nous avons relancé l'enquête publique pour annoncer des aménagements : un bus de 18 mètres au lieu de 24, une offre reconditionnée du stationnement et un travail sur les différents sens de circulation. Nous devons aussi profiter de ce retard pour engager des travaux sur les voieries et les trottoirs". 

Axe écolo

L'un des marqueurs de cette rentrée aura aussi été l'écologie. Si "le chantier avance" sur la place Gambetta et que l'objectif de septembre 2020 "sera tenu", pas question d'y supprimer les arbres et de sacrifier le cadre de vie. "45 arbres seront replantés et le bassin sera réaménagé". Même discours sur la zone de la Jallère, un temps envisagée pour accueillir une partie consacrée à l'urbanisation et aux logements (2000 en tout). "Le projet est segmenté en trois secteurs : l'activité économique, un projet de ferme urbaine et une troisième partie dédiée à la création de logements. Je propose qu'on arrête ce projet et qu'on ouvre une concertation avec les habitants pour savoir ce que l'on fait de cet espace", a ainsi annoncé le maire de Bordeaux, toujours engagé dans un "plan Canopée" qui prévoit de planter quelques 20 000 arbres nouveaux en cinq ans contre "15 000 en dix ans" sur les précédentes mandatures, preuve d'une accélération notable. L'objectif du "comité de l'arbre" nouvellement créé sera d'ailleurs de "recenser les arbres existants sur la ville qui pourraient avoir besoin d'entretien mais aussi d'augmenter les sanctions adossées à des destructions d'arbres. Il faut transformer les îlots de chaleur en îlots de fraîcheur, partout en ville. Dès l'an prochain, on enracinera des arbres place Pey Berland et dans d'autres lieux en ville", a ainsi précisé Nicolas Florian, répondant indirectement à ses détracteurs de l'opposition dénonçant l'"opération de communication" de l'Ombrière en pot inaugurée début juillet. 

Une police pour réguler la circulation

Pour le reste, Nicolas Florian préfère ouvrir au débat. Sur le métro, d'abord, sujet sur lequel la métropole a commandé une étude qui sera débattue en plénière d'ici novembre. Pour ou contre ? Le maire de Bordeaux préfère être "favorable au débat. Je n'ai pas de préjugés mais je ne veux plus me présenter avec des convictions irréfragables". Concernant les déplacements dans Bordeaux, l'élu a évoqué la mise en place prochaine d'une "police de circulation" sur les secteurs les plus tendus aux heures de pointe", présence humaine à la clé. Sur ce sujet de la sécurité, peu de précisions supplémentaires sur cette "missions squats" mise en place par la métropole en ce mois de septembre. "La réponse ne peut pas être uniquement bordelaise. Je remercie la préfète de l'action qu'elle a mené cet été mais je ne me résouds pas non plus à savoir que près de 200 familles avec enfants sont à la rue. Nous souhaitons dans les jours qui viennent organiser une réunion avec tous les acteurs institutionnels du territoire pour en discuter. L'objectif de cette mission, c'est d'abord d'avoir un rôle de médiation, d'aller au contact. On ne peut pas laisser des gens s'isoler sans avoir d'échanges et sans avoir le B.a-ba de la santé publique respecté. Ces mesures concrètes, on ne pourra pas les prendre seuls, mais il faut être en capacité d'avoir une expertise sur le sujet". Pour les orientations d'une campagne inévitable, en revanche, il ne faudra rien espérer avant janvier...

L'info en plus : Sur les principaux grands dossiers politiques et municipaux de cette rentrée politique, Nicolas Florian a déjà répondu à aqui.fr dans un grand entretien à retrouver juste ici

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5273
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !