Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Reportage : Ma journée avec Alain Juppé

25/02/2008 |

Charlotte Lazimi

Dans cette campagne, l'a-t-on assez répété, Alain Juppé joue son avenir politique. Rien d'étonnant donc à ce qu'il déploie une énergie et un dynamisme sans faille. La veille, il a été donné gagnant lors du second débat avec Alain Rousset. Parfois irrité, souvent souriant, le maire termine, ce vendredi 22 février, une journée chez Auguste pour la soirée organisée en son honneur par Laetitia Jarty. Charlotte Lazimi l'a suivi, pas à pas, une semaine après Alain Rousset (cf aqui.fr) dans des endroits, souvent les mêmes. Récit.


Il est 11h55 à la permanence d’Alain Juppé. Le maire sortant est au téléphone; quelques journalistes l’ attendent. Son attaché de presse, Michèle Walter rappelle : « Il est candidat mais on oublie souvent qu’il est toujours maire ». Sur le mur est affichée la Une de Sud Ouest « Juppé a dominé le débat ». Le point presse annonce l’évènement du soir: la réunion « les jeunes avec Juppé », au bar « Chez Auguste » place de la Victoire. Le patron de l'endroit le soutient officiellement.
Alain Juppé a rendez-vous à 15h, au 7 rue Bonnefin, devant la maison de retraite, à la Bastide. Murielle Parcellier, conseillère municipale adjointe de ce quartier et candidate UMP au conseil général pour ce canton attend, impatiente. « Ils vont avoir 15 minutes de retard annonce-t-elle à Michael qui filme la campagne pour le site d’Alain Juppé. « Le dernier conseil de la CUB a dû s’éterniser ...». Le maire sortant aura finalement un peu plus d’une heure de retard, pris dans les bouchons place des Quinconces. « Ca ne lui ressemble pas » témoigne Paola, une colistière. » Heureusement, le planning prévu est large ». Murielle Parcellier voulait lui montrer les nouvelles constructions immobilières, ce sera pour une autre fois.


Place Calixte Camelle, le maire affirme son autorité

Alain Juppé débat avec les BordelaisDirection place Calixte Camelle. Le maire est en campagne et il le fait savoir. Se dirigeant vers deux jeunes filles surprises de le voir là il s'adresse à elles: « Bonjour Mesdemoiselles vous allez bien ? », « Bonjour Monsieur Juppé » répond l’une, l’autre réplique « Ah! je me disais, votre tête me disait quelque chose ». Il salue toutes les personnes qu’il croise et répond toujours à ceux qui l’interpellent, comme cet homme d’une quarantaine d’années qui souhaite lui parler, seul à seul, quelques instants. « Merci lui répond le maire, je vais voir ce que je peux faire ». Alain Juppé entre dans chaque magasin. Ce n’est pas une coïncidence si ce sont les mêmes commerçants visités par Alain Rousset, la semaine précédente. Le ton est d’ailleurs différent;le rythme aussi : rapidité et efficacité sont de mise. Le maire entre, s’enquiert des problèmes de voisinage, demande aux commerçants comment ils vont. La fleuriste se plaint du bruit et des mésententes avec le café d’en face. « Nous allons nous en occuper » assure le maire. Sitôt dit, sitôt fait, Alain Juppé traverse la rue. « On se plaint de vous dans le voisinage. Je ne suis pas satisfait. Vous n’avez pas le droit d’installer tables et chaises sur le trottoir » déclare-t-il mécontent. « Vous devez rentrer votre poubelle le soir ». Le ton monte un peu « Où voulez-vous qu’on la mette: c’est minuscule dans nos maisons l'interpelle " un jeune homme du café, avec insolence . « Ce n’est pas mon problème » répond le maire, agacé, « Je m’occupe de ce qui se passe dans la rue, pas chez vous. Il existe une règle, il faut l’appliquer ». Après quelques minutes, le maire reprend son tour des commerçants, pharmacie, boulangerie, magasin de décoration, de journaux, bar.

« Monsieur Juppé, il faut gagner »

Dans la rue, les réactions sont pour la plupart chaleureuses. Une femme avec son landau : « Je vous demande une chose Monsieur Juppé, il faut gagner» dit-elle au maire qui lui sourit.
Il est 17 heures, le maire s’arrête chez des habitants rue de la Benauge. Ces derniers se plaignent des vibrations dans leur maison. Dans l’appartement, quelques voisins sont réunis. Le maire est venu constater. L’objectif : trouver une solution. Un voisin insiste pour lui montrer son garage. Les responsables des fissures selon ce dernier: les ralentisseurs placés dans la rue.

Nous nous rendons ensuite en voiture à la cité Reinette, à quelques centaines de mètres, où le maire est attendu de pied ferme, par une vingtaine de riverains. Ils protestent contre la construction dans leur rue de nouvelles habitations, à deux ou trois étages. Pendant près d’une demi-heure, le maire argumente, écoute les récriminations et répond, point par point, aux habitants. Si le maire ne les convainc pas tous, l’ambiance demeure conviviale. Un peu irrité, Alain Juppé s’explique « Je fatigue un peu. Je suis seul face à vous. Nous en rediscuterons, tout à l’heure, lors de la réunion publique. Pour le projet immobilier, je vous rappelle que rien n’est définitif ». Une femme blonde d’une cinquantaine d’années hésite. Elle souhaite qu'il prenne une photo d'elle avec Alain Juppé.

Maison de retraite des Reinettes : « Elles ne vont plus le laisser sortir »

Direction les Reinettes, seconde maison de retraite. La semaine dernière, c’est son rival socialiste qui s’y rendait. Le maire doit visiter les appartements; il y aurait des problèmes avec les volets. Une dizaine de femmes l’attendent. L’une d’elle plaisante: « elles ne le laisseront plus sortir ». Quelques instants plus tard, le maire sort amusé. « Elles voulaient toutes que je descende leur rideau. Ca coince un peu mais ça va » raconte-il souriant.

Il est bientôt 18h30, la réunion publique organisée par l’association du "Cap Bastide" doit bientôt commencer. La salle est pleine. « Je m’asseois parce que j’ai beaucoup marché » déclare Alain Juppé . Les questions se succèdent sur l’organisation de la ville, les logements, les crèches, la concertation. Le maire est irrité par certaines questions et monte vite au créneau. Mais il se calme tout aussi rapidement « Vous me connaissez, il ne faut pas me titiller, quand on me cherche, on me trouve ». Une femme enceinte remarque « C’est ingrat la politique ». Alain Juppé parait un peu las: « Il y a beaucoup de choses faites ici, mais à chaque fois que je viens vous voir j’ai l’impression que tout va mal ». Pourtant la salle lui est acquise. Ceux qui discutent âprement avec lui, concèdent : « On est avec vous Monsieur Juppé ». Le maire retrouve le sourire : « Ah, là on est d'accord. »

21h chez Auguste, des jeunes arborent un t-shirt « Les jeunes avec Juppé ». Des bracelets fluorescents pour le décompte sont distribués à l’entrée. La salle est bondée :« On attend au moins 200 personnes » précise Laetita Jarty, après une interview de TV7. Le maire, accompagné de son épouse Isabelle Juppé entre sous les acclamations: « Juppé, Juppé! ». A la surprise générale, il s’asseoit sur le bar aux côtés de Laetitia Jarty, Jean Louis Triaud et Fabien Robert. Il a changé de tenue. Jean taille haute et chemise rose ont remplacé son costume sombre et sa cravate rose du matin. La salle applaudit à chaque intervention. Les questions se succèdent : heures de fermeture des boites de nuits, nombre de logements étudiants à construire, création d’un grand Zénith etc. Il est 22h00 passée quand Alain Juppé termine sa journée; il semble toujours en pleine forme pour une campagne menée à 100 à l’heure.

Charlotte Lazimi

Partager sur Facebook
Vu par vous
4433
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
3 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
chenu daniel | 13/04/2008

alain juppé le meilleur pour bordeaux,et j'espere encore pour trés longtemps,encore bravo:

Océane | 27/02/2008

Il suffit d'entendre parler Alain Juppé pour voir toute la passion qu'il a pour sa ville, Bordeaux.
Un bras d'honneur? Il faudrait réviser ces "classiques" car il faisait juste signe qu'il partirait en cas de défaite.
Mais rassurez vous Alain Juppé est bien décidé à gagner à Bordeaux et à y rester encore un moment !

Gabrielle P. | 27/02/2008

Tout l'amour de Juppé pour Bordeaux est dans sa réponse à la question"que ferez-vous en cas de défaite?": un grand bras d'honneur! Sous-entendu 'je me casse'.
C'est très élégant, à peu près du même niveau que Sarkozy au Salon de l'agriculture : même mépris, même vulgarité.

Et puis quelle passion pour la ville et ses habitants, c'est bouleversant ! Une passion qui se limite à l'obtention d'un mandat visiblement. On comprend mieux pourquoi notre maire est locataire à Bordeaux mais propriétaire à Paris...

Les images du bras d'honneur de Juppé aux bordelais :

http://fr.youtube.com/watch?v=Ptf-74gvuEo

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !