Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Reportage: Ma journée avec Alain Rousset...

19/02/2008 |

Charlotte Lazimi

Quel homme se cache derrière les slogans de campagne du candidat, les adjectifs aux accents définitifs qui surgissent le temps d'un débat, d'un meeting ? Rien de tel pour tenter de cerner la personnalité que de partager, une journée durant, la vie de... C'est ce à quoi s'est attachée Charlotte Lazimi. Elle a emboîté le pas à Alain Rousset et nous livre son récit d'une journée de campagne, en attendant de suivre celle d'un certain Alain Juppé.

Tournée des commerçants, visite de la braderie, interviews en chaîne. Le candidat du PS a la mairie de Bordeaux mène une campagne à son image. Discrète, simple mais qui, sur le terrain, paraît revigorante et sans artifice.

Il est 10h30, Alain Rousset, accompagné de son attaché de presse, arrive place Calixte Camelle, à la Bastide. C’est jour de marché. Photographes et journalistes l’attendent depuis près d’une demi-heure. A ses cotés, Michèle Delaunay et sa suppléante Emmanuelle Ajan, des militants et le conseiller général Patrick Jaud. La tournée du marché commence. Classique: le candidat va de commerçants en commerçants, un brin gêné par les caméras. On sent que l’homme n’aime pas en rajouter. « Vous n’aurez jamais pris autant de fruits et légumes » plaisante t-il. Une équipe de TF1 a bien besoin des journalistes locaux pour savoir qui est qui; elle l’interroge sur les sondages qui le donnent perdant : « J’aime les défis, affirme-t-il. Ce sont d’ailleurs les mêmes sondages qu’avait Michèle Delaunay quelques semaines avant son élection » leur répond-il. Son discours est carré." Si la ville a changé, c’est aussi grâce à la Communauté Urbaine de Bordeaux. Mais il reste de graves lacunes sur le plan social. Il y a trois foyers de jeunes à Bordeaux dont un est fermé» explique le candidat socialiste. « A Pau, il y a trois fois plus de logements pour les jeunes.. » déplore-t-il. « La différence avec Alain Juppé ? Il n’est pas accessible, je le suis spontanément »; Il ne cessera d'enfoncer ce clou tout au long de la journée.

« La campagne est bien partie »Alain Rousset tournée des commerçants

La rencontre va durer 1h30. Autour de la place Calixte Camelle, mais aussi sur l’avenue Thiers. Boucherie, boulangerie, magasins de décoration, marchands de journaux, de vins, de portes. Dans chaque magasin, la discussion ne dure pas moins de cinq minutes. Alain Rousset s’intéresse aux problèmes des commerçants. L’accueil est, souvent, chaleureux. Certains commerçants lui souhaitent bonne chance, d’autres demeurent plus réservés. Ce qui vaut ce commentaire de Michèle Delaunay: « la campagne est bien partie ».

Il est midi. L'heure du déjeuner approche. Mais avant de se retrouver, à la brasserie du Phare, à deux pas de la place Stalingrad, nous ferons un arrêt à la maison de retraite des Reinettes. C’est l’heure du repas. Alain Rousset serre quelques mains, parle aux intéressés. Mais on sent que l‘homme ne veut pas déranger. Il aura l’occasion plus tard, sans la presse, de rendre viste aux pensionnaires d'une seconde maison de retraite.
A ce rythme, les interviews du début d’après midi ne sont pas forcément une partie de plaisir. L’homme montre quelques signes de fatigue; il n'est pas satisfait de ces réponses: « J’ai vraiment besoin de dormir la nuit ! » confie-t-il.

Son équipe repartie, Alain Rousset rejoint sa permanence. Mais ce sera à pied, par le cours Victor Hugo. Nous courrons pour le rattraper, il a pris de l’avance. Alain Rousset en profite pour s’arrêter, un instant, sur le pont de Pierre. Des plongeurs s’entraînent dans les remous de la Garonne. Attablés à la terrasse des cafés, sur le cours Victor Hugo, les hommes le reconnaissent et le saluent d’un bonjour. Il répond d’un sourire. Toujours réservé. Pendant ce trajet, il parlera peu sauf, à un homme qui l’interpelle, la cigarette à la bouche. « Excusez-moi Monsieur Rousset, c’est pas normal que les poubelles passent à 1h du matin. « Soyez tranquille, ça peut changer » lui répond l’intéressé, visiblement agacé que l’homme jette sa cigarette par terre.

Temps fort de l’après midi dans l’émission de Michel field

Après une visite de la Braderie rue sainte Catherine, un tour chez les commerçants place Tourny, il est temps d’aller au bureau de TF1 à Bordeaux. Alain Rousset a rendez-vous pour un enregistrement, dans les conditions du direct, pour l’émission de Michèle Field, qui sera diffusée à 18h30 sur LCI. Pierre Hurmic prépare avec le candidat ses réponses pour l’interview, devant des Bordelais un peu surpris. « Ca faisait longtemps que je ne vous avais pas rendu visite » dit-il, en saluant les journalistes de TF1. A peine arrivé, il répond en sept minutes aux questions de Michel Field. Nous partons « C’était pas mal ? » demande-t-il à son attaché de presse qui acquiesce.
On saute ensuite dans le tram, direction la Victoire. Les gens sont étonnés de le voir dans le tram: « Bonjour » « Bonne chance » lui lance-t-on. Une femme, un bébé dans une poussette l’interroge « Comment se passe votre campagne ? » « On est mobilisé 24h sur 24 h » répond le candidat, souriant. Une voix dans le tram annonce « En raison d’une panne d’énergie, le tramway s’arrêtera à Saint Nicolas ». « On n’a pas voulu m’écouter. rapelle Alain Rousset, ce tram utilise une alimentation par le sol. C’est une grosse erreur. »

Accueil très chaleureux dans les quartiers populaires


Alain Rousset et Pierre Hurmic17h15: Alain Rousset est rejoint par un autre journaliste du Figaro et un journaliste de Marianne. Pierre Hurmic arrive à vélo. Une marche citoyenne a été organisée dans le quartier. L’objectif comme ce matin est de rencontrer les habitants et les commerçants dans les quartiers populaires : Cours de la Marne, cours de l’Yser, place des Capucins. Des quartiers populaires, où l’espoir de voir gagner la gauche est réel. Nous sommes rejoints par des militants, eux-mêmes candidats, Matthieu Rouveyre et Serge Simon.
Cours de la Marne, un homme salue sur le trottoir d’en face Alain Rousset « C’est mon concurrent dans le cinquième canton, Fabien Robert » explique Matthieu Rouveyre qui, lui aussi, fait campagne chez les commerçants. Alain Rousset est accompagné, désormais, d’une petite dizaine de personnes. Ici, cela se sent , Alain Rousset est en pays de connaissance. Un homme l’interpelle : « Monsieur Rousset moi je l’aime. Je l’adore. J’ai 45 ans et je suis exclu de l’ANPE je préférerais retourner en Guadeloupe». Alain Rousset entre dans les bars, chez les coiffeurs, dans un magasin de téléphonie. L’accueil et chaleureux, certains l’applaudissent. « Monsieur Rousset, il faut gagner! ». Un colistier confie: « L’accueil est en total décalage avec ce que disent les sondages ». Une réunion d’appartement suivra avec une vingtaine de personnes. Les équipements sportifs absents des quartiers populaires, l’éducation, la cantine, la culture: autant de sujets qui seront abordés.

19h37: Comme chaque semaine depuis le début de la campagne Alain Rousset va à la rencontre des bordelais dans un café de la ville; ce soir le "Passage" place Saint-Michel. Il entre salue les gens, et entame la discussion. « Je ne sais pas pour vous, déclare-t-il mais à partir de 21h je n’ai plus envie de m’arrêter » lance-t-il souriant. Une nouvelle journée commence, on est surpris de le voir en aussi bonne forme, comme si cette journée l’avait finalement revigoré.

Charlotte Lazimi

Partager sur Facebook
Vu par vous
494
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !