Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Reportage: Une journée avec Jean-Luc Gleyze, Conseiller général de Captieux (Gironde)

10/07/2013 | A quoi sert un conseiller général? Réponse de principe: à représenter son canton au sein du Conseil général. Parfait. Mais, finalement que place-t-on derrière? Difficile a priori de le concrétiser.

Jean-Luc Gleyze en réunion à Giscos

En conseiller général, l'imaginaire collectif, placerait bien là un notable, souriant lors des inaugurations, serrant des mains, participant à quelques conférences et votant quand on lui demande un budget par ci, une politique par là. Il n'est d'ailleurs pas rare de voir circuler sur le net des «pétitions», le plus souvent ni sourcées ni signées, demandant la réduction drastique du nombre des élus en général et des conseillers généraux en particulier, au regard de leur nombre, de leur coût et de leur inutilité potentielle. Et pourtant... Pour en savoir plus, Aqui a suivi durant une journée un conseiller général girondin: Jean-Luc Gleyze, élu du canton de Captieux depuis 2008 et par ailleurs Vice Président du Conseil général en charge de l'aménagement économique solidaire. Aperçu d'une journée bien remplie au service du territoire et des hommes.

8h: La journée démarre au Café Commercial de Captieux, lieu du rendez-vous avec Jean-Luc Gleyze et sa précieuse assistante Isabelle Augieras Rabaud. La journaliste est un peu en retard, ça tombe bien l'élu aussi. Lui a une bonne excuse, il a terminé d'écrire le discours qu'il lira un peu plus tard dans la journée, à 1h30 du matin la veille au soir, après une journée chargée... Quelques «puits d'amour» (pâtisserie locale à découvrir) et un café plus tard, l'emploi du temps est calé. Au programme: visite d'une entreprise du secteur tertiaire, inauguration d'un chantier formation, déjeuner de travail pour une mise en réseau de partenaires, réunion autour de la thématique circuit court et restauration collective et enfin, permanence auprès des administrés du canton. Un premier entretien où l'on comprend vite, que l'homme, habitant de Captieux, est proche du terrain et de sa population: compter le nombre d'arrêts, de salutations, et de mains serrées, effectués dans la journée serait peine perdue.

8H30: Direction l'entreprise EuroEDI.

En visite dans l'entreprse EuroEDI, au côté de son directeur Gilbert Lavier

Une entreprise chère à Jean-Luc Gleyze qui démontre que même dans un environnement rural, le tertiaire peut s'installer. Et la petite histoire qui accompagne la « délocalisation de la société » de la région parisienne à Captieux, n'est pas étrangère, loin de là, au rôle de l'élu de terrain. Informé par un salarié de cette entreprise de l'intention du dirigeant de descendre dans ce coin de Gironde, le conseiller général, en bon «promoteur de son territoire», s'est spontanément mis au service de l'entreprise, allant jusqu'à chercher et proposer des terrains au dirigeant de l'entreprise, Gilbert Lavier. Un dévouement qui a convaincu ce dernier de choisir Captieux plutôt que Langon pour y installer son entreprise d'échange de données informatiques. Désormais installé depuis 7ans, et visiblement sans regret, ni pour le patron, ni pour les salariés qui l'ont suivi ou ont été recrutés depuis, le contact entre l'élu et l'entrepreneur reste très régulier. La question du jour: l'accès a un débit internet plus élevé, autrement dit le raccordement à la fibre optique.
La question intéresse Jean-Luc Gleyze à double titre, celui de conseiller général qui travaille à la venue de nouvelles entreprises sur le territoire, et celui de vice président de Gironde Numérique, la structure du Conseil général de Gironde qui oeuvre au déploiement du haut et très haut débit dans tout le département. Un sujet frustrant pour les deux hommes qui constatent que la fibre passe sous l'A65 autant dire très prés de la zone, mais avec des tarifs de raccordement proposés par la société autoroutière prohibitifs. Lors de l'entretien sont évoqués les besoins de l'entreprise et les divers pistes envisagées pour y répondre: la négociation des acteurs publics avec la société autoroutière pour amoindrir les coûts, création d'un réseau public de fibre optique, ou utilisation d'une autre technologie (VDCL). Mais cette rencontre, assez informelle est aussi l'occasion pour le chef d'entreprise, bientôt à la retraite, d'expliquer à l'élu, comment et avec qui se passera la direction de l'entreprise. La relation de proximité ne s'arrêtera donc pas au départ de l'actuel dirigeant...

9h45: Départ pour Grignols.

Inauguration du jardin partagé à Grignols et remise de cadeaux aux stagiaires de la formation

C'est sur cette commune du canton voisin, qu'a lieu l'inauguration d'un jardin partagé créé dans le cadre d'un chantier formation. Ce dispositif créé par la Région Aquitaine offre «un cursus d'apprentissage à vocation qualifiante et diplômante à destination de demandeurs d'emploi et bénéficiaires du RSA éloignés de l'emploi. Autrement dit, un mécanisme d'«insertion active», que le Conseil général au regard de ses compétences à vocation à accompagner financièrement en partenariat avec la Région et la Mairie concernée. Cette fois-ci, c'est donc en tant que représentant du Président du Conseil général que Jean-Luc Gleyze prendra la parole.
Mais, au delà de la célébration d'une action menée en bonne entente avec d'autres collectivités, c'est dit-il, ce qui se passe après la manifestation qui est pour lui le plus intéressant; «le pot n'est jamais anecdotique». Une opportunité pour lui de rencontrer d'autres acteurs du territoire, dans un moment informel où la parole est libérée. A ce moment là, «les messages passent dans les deux sens». L'occasion de questionner ou sensibiliser l'élu sur des problèmes ou sujets qui n'auraient peut-être pas pu être abordés dans des temps d'échange plus officiels. La capacité d'écoute tout le temps et partout apparaît alors comme une caractéristique du rôle du conseiller général. C'est par cette écoute non seulement dans le cadre d'instances officielles mais aussi sur le terrain qu'il pourra répondre au mieux aux attentes et besoins des personnes ou acteurs. «On ne peut pas se prétendre omniscient», confirme Jean-Luc Gleyze. Des réponses que le conseiller général peut parfois participer à apporter simplement en rapprochant deux interlocuteurs, qui sans ça n'aurait peut être pas eu l'opportunité de se rencontrer.


12h: Déjeuner de travail

Déjeuner de travail à Goualadea

C'est justement à cet exercice de mise en réseau qu'a consisté le déjeuner de travail de Jean-Luc Gleyze organisé à Goualade. L'objectif ici, permettre à Thierry Baia, responsable de FEMBA, entreprise de fabrication de mur en bois récemment installé dans le canton, de finaliser son projet de développement, en parvenant à démontrer sa capacité à pouvoir répondre à des marchés publics. Une dernier élément de structuration que pourra sans doute désormais lui apporter un architecte spécialisé dans le bois, Jean-Jacques Soulas, rencontré lors de ce déjeuner à l'initiative du conseiller général. Un collaboration qui semble prometteuse sur cette question comme sur bien d'autres, vu l'attrait et la passion commune pour le matériaux bois des deux interlocuteurs visiblement satisfaits de leur rencontre.
Mais d'autres questions ont été évoquées tant sur des aspects généraux du secteur bois et de la commande publique, que sur des ambitions plus précises et pour lesquelles une fois de plus Jean-Luc Gleyze s'est engagé à trouver les bons interlocuteurs. Une rencontre qui sur bien des points fait écho à la conférence tenue quelques jours plus tôt au Conseil général avec les professionnels du secteur forestier qu'avait présidée Jean-Luc Gleyze. Là encore, l'objectif était d'"écouter les besoins de chacun afin de pouvoir élaborer une politique qui y réponde au mieux."

14h: La salle des fêtes de Giscos.

Réunion sur les circuits courts et la restauration collective avec les maires du canton et les maires voisins

En ce début d'après-midi, Jean-Luc Gleyze reprend ici une double casquette, celle de conseiller général doublée de celle de vice-président en charge de l'aménagement économique solidaire. En présence de maires de son canton, de maires de communes voisines, de gestionnaires communaux et de cantinières d'écoles primaires, la réunion qu'il préside a trait au développement des circuits courts en lien avec la restauration collective. L'idée ici est d'étendre aux communes des cantons voisins une pratique mise en place dans les points de restauration des écoles du canton de Captieux, en leur présentant le bilan positif de cette expérience débutée en 2012. Une initiative qui permet à la fois une structuration des producteurs locaux, tout en assurant une meilleure qualité d'alimentation aux élèves et un renforcement du lien entre producteur et consommateurs, les parents d'élève étant associés à la démarche. Autre avantage et condition, limiter l'incidence de ce changement sur les prix des repas.
A l'issue de la réunion, une fois encore le bilan est positif pour l'élu, les maires présents se sont prononcés comme étant favorables à la mise en œuvre d'une telle démarche au sein de leurs écoles. Si ces accords de principe entraîneront toute un série de réunions avec les différents partenaires (parents, enseignants, gestionnaires des cantines, producteurs...) pour que chacun puisse exprimer ses attentes et besoins, il est le signal qu'espérait Jean-Luc Gleyze, pour permettre à terme la constitution d'une véritable plate-forme de producteurs locaux pour l'approvisionnement des cantines mais aussi, peut être un jour prochain, d'autres acteurs de restauration collective tels que les établissements médico-sociaux, les maisons de retraite, les collèges... En tous les cas le cercle vertueux de la dynamique de l'économie locale est en marche.
De quoi satisfaire le conseiller général, avant qu'il file à sa permanence où il a renez-vous avec des administrés en attente de réponses ou de conseils dans des domaines variés. Ce jour-là, il sera interpellé sur la constitution d'une association, une demande d'aide pour la création d'une entreprise, ou encore une difficulté de paiement de la taxe d'habitation... Autant de personnes que l'élu du caton a, une fois de plus, écouté afin de tenter de répondre au mieux à leurs questions ou difficultés. Car outre un engagement pour son territoire, le Conseiller général est aussi là pour les hommes et les femmes qui l'habitent.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1844
Aimé par vous
41 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !