aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

28/04/17 : Dans le cadre du «Mai de la Photo», le Musée de Gajac de Villeneuve/Lot met à l'honneur le photographe d’après-guerre, Jean Dieuzaide. Artisan, globe-trotter et publicitaire, il explora divers domaines de la photo et fut primé de nombreuses fois.

27/04/17 : Charente-Maritime : le chômage a augmenté de +0,3% en 12 mois, portant à 56 550 le nombre de demandeurs d'emploi. L'augmentation est plus importante du côté des demandeurs en catégorie A (aucune activité) avec +1,4% entre février et mars.

24/04/17 : A La Rochelle, Macron arrive en tête avec 29,09%, devant Mélenchon (24,33%), Fillon (18,80%) et Le Pen (12%). Sur 50 905 inscrits, 73,86% se sont exprimés

24/04/17 : Résultats définitifs Villenave d'Ornon : EM 28,10%; JLM 26,63%; MLP 15,53; FF 12,04%; BH 8,30%; NDA 4,34%

24/04/17 : Résultats complets à Lormont : JLM 29,58%; EM 22,90%; MLP 19,36%; BH 10,14%; FF 9,46%; NDA 3,27%; PP 1,93%; FA 1,34%; JL 1,32%; NA 0,55%; JC 0,15%

24/04/17 : Résultats définitifs Mérignac : EM 31,03%; JLM 23,39%; FF 15,31%; MLP 12,89%; BH 9,21%; NDA 3,94%; JL 1,46%; PP 1,33%; FA 0,94%; NA 0,45%; JC 0,17%

24/04/17 : Résultats définitifs Saint-Médard-en-Jalles :EM 30,81%; JLM 20,28%; FF 16,35%; MLP 15,34%; BH 7,91%, NDA 4,73%

24/04/17 : A Bayonne, Emmanuel Macron, 25,69%, Jean-Luc Melenchon, 23,11%, François Fillon, 18,03%, Marine Le Pen, 13,50%; Benoît Hamon, 9,42%; Jean Lassale, 3,83%; Nicolas Dupont-Aignan, 3,29%; Philippe Poutou, 1;62%; François Asselineau, 0,94%

24/04/17 : Résultats complets Libourne : EM 24,69%; JLM 20,50%; MLP 20,27%; FF 17,98%; BH 7,88%; NDA 3,97%; JL 1,76%

24/04/17 : A Anglet, dont le maire Claude Olive était soutien de François Fillon, Emmanuel Macron est arrivé en tête 28,50% des voix devant François Fillon, 25% et Jean-Luc Mélenchon avec 18,55%. Marie Le Pen est quatrième avec 18,55%.

24/04/17 : Résultats définitifs Cenon : JLM 31,58%; EM 24,65%; MLP 16,13%; BH 10,28%; FF 8,93%

24/04/17 : Résultats définitifs Pessac : EM : 31.19 % ; JLM : 24.59 % ; FF : 14.81 % ; MLP : 11.45 % ; BH : 9.74 %

24/04/17 : Résultats définitifs Talence : EM : 31.43 % ; JLM : 26.29 % ; FF : 15.00 % ; MLP : 8.70 % ; BH : 11.43 %

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/04/17 | Le conseiller régional Christophe Cathus délégué aux liaisons routières

    Lire

    Le Conseiller régional bergeracois Christophe Cathus devient délégué aux liaisons routières régionales. Les priorités de cette délégation sont ainsi données au maintien d'une qualité de service public répondant aux besoins des usagers, à la poursuite et à l'harmonisation de l'intervention publique régionale mais aussi à l'élaboration d'une convention Ter unique au 1er janvier 2019 et à celle du schéma régional de l'Intermodalité.

  • 29/04/17 | Le maire de Périgueux en appelle aux bénévoles pour le 2e tour

    Lire

    Compte tenu des déclarations faites par les partis traditionnels dont le candidat n’est pas présent au second tour, les sympathisants qui endossent habituellement le rôle d’assesseurs et de scrutateurs ne participeront pas à la tenue des bureaux de vote. Le maire de Périgueux lance un appel à tout électeur de la commune qui voudrait bien assurer cette mission le 7 mai dans l’un des 20 bureaux. Les électeurs tentés par cette expérience sont invités à se faire connaître avant le 3 mai au 05.53.02.82.40.

  • 29/04/17 | Le PS de Dordogne appelle à voter Macron

    Lire

    La Fédération de la Dordogne du Parti Socialiste rappelle " avec gravité que l’abstention et le vote blanc ou nul n’auront d’autre conséquence que d’aggraver le score de la candidate de l’extrême-droite, voire de la porter au pouvoir. Au-delà des divergences existant vis-à-vis du projet porté par le candidat d' "En Marche", il n’y a d’autre attitude responsable que de faire barrage au Front National. C’est pourquoi le PS de la Dordogne appelle sans réserve les Périgourdins à se mobiliser le 7 mai contre la candidate du F.N en votant massivement pour Emmanuel Macron.

  • 26/04/17 | Nouvelle Aquitaine: Le chômage repart à la hausse

    Lire

    Fin mars en Nouvelle-Aquitaine, il y avait 299 700 demandeurs tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) augmentation de 2,2% sur un mois (4870 personnes) et de 1,7% sur 3 mois. France ( +1,2% sur 3 mois de +1,3% sur 1 mois). En un an l'évolution régionale est de - 0,8%; elle est de -0,9% au niveau national. Pôle emploi note qu'entre fin février et fin mars 2017, le nombre de demandeurs qui ont basculé des catégories B et C vers la catégorie A est inhabituellement élevé, ce qui contribue à la hausse du nombre de demandeurs d’emploi dans cette dernière catégorie

  • 26/04/17 | Brigitte Allain, députée EELV du Bergeracois votera Macron

    Lire

    Députée du Bergeracois, je voterai sans hésitation pour Emmanuel Macron au 2e tour des présidentielles et mettrai tout en œuvre pour faire barrage au Front national, dont le projet, source de division, de peur, de racisme et de xénophobie est une menace pour notre pays. Ce vote ne représente pas une adhésion au projet porté par le candidat Macron (...) J'attends d'Emmanuel Macron qu'il prenne en compte, avec humilité, les millions d'électeurs qui ne se reconnaissent pas dans son projet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Revenu universel : la Gironde s'interroge

13/03/2017 | Le département de la Gironde a tenu une séance exceptionnelle pour débattre autour du revenu universel. Constructif ? Voire.

plénière département

Il y a de cela quelques semaines à peine, le "revenu universel" était partout. A moins de deux mois des présidentielles et les sommes beaucoup moins universelles relayées dans la presse par l'affaire Fillon aidant, les débats autour de ce vaste sujet se font beaucoup plus rares. C'était sans doute pour ramener sa faisabilité en dehors des carcans classiques que le département de la Gironde, pressenti pour être un terrain d'expérimentation, a organisé une séance plénière sous forme de débat sur le sujet. Son objectif : voter une motion en faveur d'une expérimentation du revenu de base.

La mission a été plutôt remplie pour la majorité socialiste, puisque la motion en question a bel et bien été adoptée (non sans quelques voix dissonantes, dont celles de deux élus de l'Union de la Droite et du Centre). Cela dit, on a bien senti que les perspectives électorales proches était un parfait argument pour l'opposition, et on ne peut pas vraiment affirmer avoir senti une avancée notable après la réunion de l'hémicycle. Pour Jean-Luc Gleyze, il s'agissait avant tout de questionnements et d'une manière d'ouvrir le sujet aux élus du département, alors même qu'un avis citoyen ayant mobilisé 120 personnes de la société civile avait déjà été rendu en février (proposant un scénario médiant de 1000 euros minimum, dont 800 euros de l'État et 200 en monnaie locale). "Nos discussions ne visent pas simplement à déterminer si nous adhérons complètement et aveuglément à la mesure, elle devra surtout nous amener à déterminer si oui ou non nous voulons faire de la Gironde un Département pilote, une collectivité avec un temps d'avance pour se porter candidate à une expérimentation auprès du gouvernement". 

Un simulateur qui simule 

Le 15 février dernier, les services internes ont même officialisé l'ouverture à tous d'un simulateur de revenus universels (limité et ne prenant pas en compte l'impôt sur le revenu car simplifié, alors qu'un second serait déjà en route grâce au partenariat établi avec la Fondation Jean Jaurès). 28 000 connexions et 3000 propositions enregistrées plus tard, les résultats sont plutôt timides. "Les gens ont, d'une manière générale, proposé un revenu moyen de 860 euros avec une pondération pour les mineurs à hauteur de 30%. 56% sont pour une hausse de la fiscalité (impôts sur le revenu et taxe sur le patrimoine) pour le financement et une grande majorité n'a pas joué sur la TVA", a affirmé l'élu PS Mathieu Rouveyre. Pour la majorité, les discours, qui devaient davantage ressembler à des introductions qu'à des tribunes, ont eu l'air d'être de brûlants plaidoyers pour l'expérimentation, à la recherche de plus de "justice sociale", même si le dispositif ne devait pas, selon Martine Jardiné, être perçu comme un "solde de tout compte sans être accompagné d'une batterie fiscale importante". 

Reste que tous sont d'accord sur des arguments déjà avancés de nombreuses fois (plus d'un million de "pauvres en France", un revenu "qui ne doit pas gommer les problématiques individuelles", "un assistanat qui abaisse") et que le président du Conseil départemental, lui, serait plutôt "favorable à un revenu universel et inconditionnel impliquant une réforme fiscale et une redistribution". Seul sorti du lot, l'élu Jean-Marie Darmian, lui, a préféré chiffrer quelques scénarios concrets. Si vous avez suivi les débats sur la question, vous savez que pour l'instant, quatre scénarios d'expérimentation se dégagent : la fusion du RSA et des APL, la fusion de dix minimas sociaux, un revenu de base à 750 euros et un autre à 1000 euros. "Quel que soit le résultat de l'expérimentation de la Gironde, il va au moins avoir un avantage, c'est de mettre l'État face à ses responsabilités par rapport au financement d'une donne sociale qui se rapproche beaucoup de celle que nous avons appliquée jusqu'à présent", a notamment affirmé l'élu PS.

Un calcul de base

"La loi garantit que toute expérimentation accordée doit aller à la neutralité financière pour celui qui expérimente. Son coût se traduira forcément par une convention et la création d'un fonds spécifique. Concernant la première proposition, on peut faire un calcul simple. Partons d'un revenu accordé à 2000 personnes (dont 1000 au RSA et 1000 n'en dépendant pas) en Gironde sur un an avec deux allocations de base : une à 600 euros et l'autre à 800 euros. Le coût total sur un an, en partant de ses critères serait de 14,4 millions d'euros. Sauf que la récupération sur le RSA serait de 5,7 millions d'euros et sur les APL de 2,3 millions d'euros. Autrement dit, on arrive à une dépense mensuelle par personne recevant le revenu universel de 266 euros par mois en moyenne dans la première hypothèse et de 458 euros dans la seconde. Ça n'est déjà plus du tout en adéquation avec les chiffres que l'on entend dans les débats tels qu'ils sont présentés", a démontré Jean-Marie Darmian en se basant sur des calculs personnels.

En dehors de cette intervention, pas besoin d'être averti pour se rendre compte qu'on restait sur le terrain de l'expectattive. L'Union de la Droite et du Centre s'est opposée, EELV s'est rallié, le Front National est parti dans les tours sur l'utilité d'une telle motion (avant de partir tout court) mais la motion en elle même n'a évidemment pas fait office de protocole d'expérimentation. Ce dernier devra forcément être discuté avec l'État. Et il est évident qu'à l'exception du scénario dans lequel Benoît Hamon se retrouverait dans le fauteuil présidentiel en mai prochain, l'expérimentation Girondine ne dépendra de rien d'autre. Le 9 mars dernier, il présentait les modalités d'un revenu universel dans "l'Émission politique", mais toutes les zones d'ombres sont encore loin d'être levées sur le sujet. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4055
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Nathaniel | 28/03/2017

Si j'ai bien compris, ce projet ne sera envisageable que si M. Hamon est élu ?
Autant l'enterrer tout de suite. Sans expérience divinatoire aucune, s'il n'est pas sage de pronostiquer avec certitude qui sera élu, il est tout de même aisé de prévoir le trio de tête du 1er tour. Et Hamon n'y est pas.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !