Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Robert Ménard bousculé à Saint André de Cubzac

06/05/2018 | Une bousculade qui ne peut faire oublier les idées véhiculées par le maire de Béziers

Robert Ménard, maire de Béziers, a été chahuté avant de rejoindre la salle où se déroulait un débat sur la recomposition politique.

Robert Ménard, maire de Béziers, a reçu un accueil plutôt musclé lors de sa visite à Saint-André-de-Cubzac ce samedi 5 mai. Il était convié à participer à un débat sur la recomposition de la droite, une rencontre initiée par des élus de l’association « Demain Saint-André » partageant la même sensibilité politique. Finalement, une mobilisation d’une cinquantaine de personnes issues principalement de la gauche girondine ont préparé un comité d’accueil qui a engendré une bousculade autour du maire de Béziers.

13h45, devant la salle Dantagnan à Saint-André-de-Cubzac. Robert Ménard, maire de Béziers arrive. Il a été convié par l’association « Demain Saint-André » à s’exprimer lors d’un débat autour de la question « de la recomposition politique, sur son expérience de la gestion d’une ville moyenne et sur les préoccupations de nos concitoyens », ce samedi 5 mai. Un comité d’accueil l’attend. Parmi eux, des sympathisants de la France Insoumise, le socialiste Louis Cavaleiro (secrétaire de la section PS de l’estuaire). Sur les grilles quelques pancartes et banderoles (« Pas de fachos dans nos quartiers ») dénoncent la venue du maire polémique. Ils sont là depuis 13 heures, tapant contre des casseroles et soufflant dans des cornes-brumes. Les premiers participants à ce débat arrivent sous les huées mais les anti-Ménard les laissent passer. Mais lorsque le maire de Béziers arrive enfin la situation dégénère. Ça se bouscule dans les deux rangs. Des mots sont échangés. Robert Ménard chute à terre.

Sa réaction est sans appel. A son arrivée dans la salle, il contacte la préfecture de la Gironde. « C’est inadmissible, dit-il après avoir demandé le numéro de la préfecture. Je suis sidéré par cet accueil. Les tensions ont été alimentées par les partis locaux. A leur place j’aurais honte. Je suis un élu de la république. On doit me protéger. Où était l’Etat ? » 

Robert Ménard entouré par Jean-Jacques Edard, le maire de Cavignac (à g.) et Georges Belmonte (à d.) ainsi que Martine Hostier (Debout la France)

Le débat autour de la recomposition politique a finalement pris du retard. Une soixantaine de personnes se sont inscrites à ce débat. Élus ex-Les Républicains (certains ont été exclus du parti), Debout La France, Front National et sympathisants sont présents. Le propos s’est surtout recentré autour du comité d’accueil houleux

Assis aux côtés de Jean-Jacques Edard, maire de Cavignac et à l’initiative de la création d’un mouvement pour la France - la France unie qui rassemble élus de droite et d’extrême droite en nord gironde, de Martine Hostier (Debout La France), Robert Ménard a fait le show. Il a cité sa ville comme exemple et a reconnu l’initiative de ralliement des droites. « Ici les gens se battent pour l’union de la droite. Ils m’invitent, je viens pour débattre, parler de mon expérience personnelle à Béziers. Si la droite veut gagner aux prochaines élections il faut qu’elle s’unisse. Tout le monde est d’accord sur ce point. C’est une bonne idée de commencer cette union par la base dans des communes comme celles-ci", déclare-t-il, se défendant de ne pas être encarté au FN. « Je ne tiens pas de propos extrémiste. Je suis tout sauf extrémiste. » Georges Belmonte de Demain Saint-André, à l’initiative de l’invitation de Robert Ménard semblait satisfait et a eu quelques réponses à ses interrogations. « On voulait échanger des idées pour se préparer au mieux pour les prochaines élections ».

A la fin de la réunion, Robert Ménard a déposé plainte auprès d’officiers de la gendarmerie. Ces derniers étaient intervenus pour calmer les hostilités. Il a assuré que cet événement ne restera pas sans suite.
"Se taire c'est laisser faire"

A midi, devant l'hôtel de ville de Saint-André-de-Cubzac, plus de 120 personnes se sont réunis pour lutter contre l'extrême droite.

A midi, l’appel du Parti Socialiste à toutes les forces luttant contre l’extrême droite a été entendu. Plus de 120 personnes se sont réunies. Elus socialistes, de La République En Marche, du Parti Communiste, GénérationsS, tous étaient là unis aussi contre la venue de Robert Ménard à Saint-André-de-Cubzac. Un rassemblement qui se voulait républicain, citoyen et pacifiste. Aziz Skalli, référent LREM 33 a remercié toutes les personnes présentes à cette mobilisation. « Quelle que soit notre étiquette politique. Car se taire c’est laisser faire. C’est indéniable, il y a un repli identitaire, des stigmatisations. Il faut être solidaire et partager les valeurs de la République. » Sébastien Laborde, secrétaire départemental du PCF partage le même avis: « c’est naturel que le PC ait répondu présent. Une partie de la droite tisse des liens depuis plusieurs semaines avec l’extrême droite. Nous ne voulons pas de ce projet dans notre circonscription. Et on le montre. » Quant à Louis Cavaleiro, il était indigné par la venue de Robert Ménard: « On ne peut pas laisser Ménard cracher son venin. Imaginez Saint-André, le Blayais, aux mains de ces gens-là. On ne peut pas tolérer. Merci de lutter pour la liberté, l’égalité et la fraternité. Il faut s’indigner, s’opposer… dire non au FN. Mais attention à trop diviiser,  on n’avancera pas, à nous de travailler ensemble sur le ce territoire merveilleux. » Nicolas Tellier, secrétaire de la section Nord Gironde du Parti socialiste a animé le rassemblement bon enfant ; distribuant la parole et rappelant pourquoi ils étaient tous là. Et a fait une proposition. « il y aura une réunion ouverte à tous au centre culturel de Pugnac le 1er juin prochain. L’objectif est de créer un mouvement ensemble et d’aboutir peut-être sur une charte commune face au gouffre qui  est devant nous. »

Aucune personnalité politique Les Républicains n’était présente ce samedi à Saint-André-de-Cubzac. Toutefois le parti a publié un communiqué vendredi. Affirmant que « les membres du Comité des Républicains de la 11ème circonscription, militants, élus, sont totalement opposés à tout rapprochement avec le Front National et ses représentants locaux. Le ralliement de certains ex-membres des Républicains, tout comme la venue prochaine du Maire de Béziers à Saint-André-de-Cubzac, relèvent d’initiatives isolées et individuelles. Elles n’engagent en rien la parole des Républicains dont ce n’est en aucune manière la ligne politique départementale où nationale ».

Saint-André-de-Cubzac a donc fait la une de l’actualité… des débordements redoutés par le rassemblement pacifique. Qui pensait, en le craignant, qu’on ne retiendrait que la bousculade de Robert Ménard et non les questions idéologiques soulevées derrière cet épisode.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4555
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !