aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Roland Cayrol : "Il est faux de dire que le FN n’est plus un vote de protestation"

27/06/2014 | Roland Cayrol a décrypté pour nous les dernières élections européennes et la future réforme territoriale.

Roland Cayrol était interrogé par Joël Aubert, directeur d'Aqui.fr et le politologue Jean Petaux

Au lendemain des élections municipales et européennes, les amis d’Aqui.fr, en liaison avec l'ALIMSO, l'Association des lecteurs internautes et mobinautes de Sud Ouest, ont organisé une rencontre jeudi 26 juin avec Roland Cayrol, président d’honneur des amis d’Aqui.fr et politologue. Une rencontre passionnante, de l'avis du public, qui a permis de relativiser la montée du FN et d’expliquer la poussée de ce vote protestataire. Il fut aussi question de la réforme territoriale et de la future élection présidentielle.

Aqui ! Comment analysez-vous les résultats du FN aux élections européennes ?
Roland Cayrol :
Il faut les relativiser. C’est la seule élection à la proportionnelle en France. Et, c’est une élection secondaire, qui n’a pas vraiment de sens pour les Français, car ils ne voient pas l’intérêt du parlement européen. Mais, ne nous méprenons pas, le FN ne fera pas 25% aux prochaines élections nationales. Lors de ces européennes, 70% de ceux qui ont voté l'ont fait pour un parti pro-européen. Etre en tête dans une proportionnelle n’a jamais été une victoire. C’est une erreur des médias de dire que le FN est le premier parti de France.

@ ! : On entend aussi beaucoup dire que le FN n’est plus un vote de protestation, qu’en est-il vraiment ?
R.C :
C’est faux de dire que le FN n’est plus un vote de protestation. La majorité absolue des électeurs du FN ne veulent pas quitter l’Europe et ne savent rien du programme économique du parti. Pire, la majorité des électeurs du FN ne souhaite pas que ses cadres participent à un gouvernement. A l’évidence, ce n’est pas un vote d’adhésion ! Pour autant, il ne faut pas négliger la montée de la protestation et du FN dans ce type d’élections. Il s’agit notamment d’ouvriers déçus par la situation économique nationale, la baisse du pouvoir d’achat. Actuellement, la force du FN de Marine Le Pen c’est de réussir à faire une jonction entre le Midi et une droite exacerbée et le Front national du Nord-Est, un FN de base ouvrière, de tradition de gauche. Alors que dans le Midi, c’est plutôt identitaire, par rapport aux étrangers. Ils rassemblent ces deux électorats sur l’hostilité contre les immigrés et un front anti-musulman. La nouveauté, c’est que la barrière de la nationalité est tombée. Désormais, les électeurs disent « dehors », même si les dits « immigrés » sont français.

@ ! : Le FN a aussi arrondi son image avec Marine Le Pen ?
R.C :
Oui, car Marine Le Pen est une femme, elle est blonde et elle sourit, ce qui change l’image du FN. Et, le programme économique a changé du tout au tout. Jean-Marie Le Pen était un libéral, alors que celui de Marine Le Pen ressemble étrangement à celui de Mélenchon. On le voit notamment à son discours pour défendre les syndicalistes CGT de la SNCF. Ceci étant, dans les sondages, l’immigration ne vient qu’en septième position. C’est d’abord le chômage, le pouvoir d’achat et l’avenir des enfants. Il paraît difficile d’imaginer le FN arriver au pouvoir. Je ne vois pas qui aurait intérêt à l’UMP à se rapprocher du FN.

@ ! : Comment expliquez-vous que Jean-Luc Mélenchon et le Front de gauche ne montent pas malgré de plus en plus d’aspirations sociales ?
R.C :
La première chose est que les Français ne sont pas sûrs que ce soit un parti protestataire. Ils se demandent si ce ne serait pas considéré plutôt comme un vote de gauche. Ce n’est pas une protestation sur la gauche de l’électorat, mais sur des gens qui attendent des résultats. Par exemple, le Front de gauche s’est insurgé contre le choix de Manuel Valls. Mais, en réalité, l’électorat socialiste ne veut  pas une politique plus à gauche. Il veut des résultats. On n’est plus dans un vote idéaliste. Il n’y a aucune raison que ça profite à la gauche de la gauche, car ils ont été mouillés dans les échecs précédents.

@ ! : Sur un tout autre sujet, comment jugez-vous la façon dont le gouvernement a mis en place la réforme territoriale ?
R.C :
Enfin ! Même si le gouvernement s’y est mal pris, il s’est enfin attaqué aux mille-feuilles, ce que personne n’a fait depuis 20 ans. Sur le sujet, même si je suis un fervent défenseur du débat, si on ouvre les débats, on n’y arrive jamais. La seule façon d’enclencher le processus, c’est de dire voilà une carte. Après, il y a le fait de ne discuter qu’avec certains « copains ». Cela fait un peu petits arrangements entre amis. Je n’ose pas croire que l’on laissera la région Pays de la Loire toute seule. Et, même chose, pour le gouvernement, le Massif central n’existe pas. Sur la question du cumul des mandats, le Sénat a tout essayé et n’a pas gagné. S’il y a une volonté politique et des gens de droite qui jouent le jeu, le gouvernement réussira cette réforme. Alain Juppé fait partie de ceux-là, a priori. Au fond, tout le monde a compris que les deux niveaux, c’est la métropole et la Région et qu’il fallait qu’elles soient plus puissantes par rapport à la taille économique. C’est important d’avoir compris cela. Le problème, ce n’est pas combien on va gagner, mais d’être plus efficace.

@ ! : A droite, la prochaine élection présidentielle est déjà dans toutes les têtes, quel candidat vous paraît le mieux placé ?
R.C :
Il n’ya que trois candidats possibles : Fillon, Juppé et Sarkozy. Cela va se jouer sur leurs personnes et la dynamique qu’ils représentent. Si ce sont uniquement les militants qui se prononcent à la primaire de l’UMP, Alain Juppé ne passera pas, car il est trop modéré et trop âgé. A l’inverse, aux yeux de l’opinion publique, il est apprécié parce qu’il est modéré et âgé. A mon avis, Nicolas Sarkozy va essayer de faire durer l’idée qu’en tant qu’ancien président de la République, il peut sauter la case primaire. Mais, il a perdu les dernières élections. Et, les gens risquent de lui dire : « au nom de quoi ? ». Il ne faut pas enterrer trop vite François Fillon, car il a une base historique à l’UMP et a fait jeu égal avec Jean-François Copé pour la présidence de l’UMP. On devrait y voir plus clair en décembre 2015, car on verra si le pacte de responsabilité du gouvernement fonctionne ou non et la campagne des élections régionales sera engagée.

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : NC

Partager sur Facebook
Vu par vous
295
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !