Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Rythmes scolaires à Bordeaux : Alain Juppé répond aux polémiques

08/09/2014 | Alain Juppé a précisé les critères d'accès à la cantine le mercredi midi

Bataille entre la gauche et Alain Juppé sur la mise en place de la réforme des rythmes scolaires à Bordeaux

Alors que le PS bordelais multiplie les polémiques sur les modalités de mise en oeuvre de la réforme des rythmes scolaires à Bordeaux, Alain Juppé, le maire, a tenu un point presse ce lundi 8 septembre pour faire le point et répondre aux attaques de l'opposition. Il était accompagné d'Emmanuelle Cuny, adjointe en charge de l'Education. Deux heures plus tard, des élus PS bordelais tenaient une conférence de presse également sur le même sujet. Explications.

Alain Juppé l'assure : "il n'y a aucune difficulté majeure dans la mise en place de la réforme des rythmes scolaires à Bordeaux et les premiers échos sur la qualité des activités proposées sont positifs". Désormais, chaque jour la classe se termine à 16 h au lieu de 16 h 30 (et 11h30 le mercredi matin). Un changement difficile à gérer parfois pour les parents, notamment lorsque le père et la mère travaillent. Selon Alain Juppé, la demi-heure supplémentaire de garderie chaque jour, par rapport à l'an dernier, devrait revenir à Bordeaux à 19 euros par an pour les familles ayant le quotient familial le plus bas. En outre, à noter que la Ville a créé cette année 800 places d'accueil en garderie supplémentaires. Pour la cantine du mercredi midi, réservée aux enfants inscrits en centres de loisirs l’après-midi, 62 parents ont demandé des dérogations pour faire admettre leurs enfants. "Sur ce total, il y avait 19 enfants d'agents communaux travaillant dans les écoles, qui ont été naturellement admis. Sur les 43 familles demandeuses de dérogations, 18 ont été acceptées, 9 repoussées, car il s'agissait de demandes non justifiées, donc pour confort personnel, et 16 sont à l'étude, car insuffisamment renseignées", a précisé le maire. "Il n’y a  donc pas de discrimination, puisque des dérogations sont accordées, sur la base des justifications apportées par les familles, et qui ne sont pas exclusivement professionnelles", a poursuivi le maire, en réponse aux accusations de l'opposition socialiste.

"C'est de la calomnie pure et simple"De leur côté, Michèle Delaunay et Matthieu Rouveyre maintiennent leurs accusations. Il dénoncent  le caractère discriminant des restrictions d’accès à l’accueil périscolaire des écoles bordelaises. Ainsi, ce dernier est réservé prioritairement aux enfants dont les parents travaillent excluant de facto les enfants dont les parents sont au chômage. Ils ont tenu aujourd’hui une conférence de presse, pour évoquer le lancement d’une campagne d’information auprès des parents d’élèves les informant de leurs droits et leur proposant leur aide en cas de problèmes à l’inscription. 10 000 tracts seront distribués dans les jours prochains à la sortie des écoles. Alain Juppé a séchement répondu à ces attaques : "c'est de la calomnie pure et simple et on dirait qu'en ce moment c'est le moyen à utiliser pour se faire entendre". "C’est une allégation mensongère. Il n’a jamais été question de refuser des parents sous prétexte qu’ils étaient chômeurs. C’est un fantasme absolu", s'est-il indigné.  Nous vous tiendrons informés des évolutions de ce dossier et reviendrons prochainement sur le sujet. 

 

 

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : Ville de Seyssinet-Pariset

Partager sur Facebook
Vu par vous
1231
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !