Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/04/19 : A l'occasion du Joli Mois de l'Europe, la Maison de l'Europe Direct Limousin organise une rencontre avec Jürgen Habermas. Philosophe allemand, il consacre sa réflexion à la question de l'intégration européenne. Rdv jeudi 2 mai, 18h30 à Limoges.

18/04/19 : A la suite de l'incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris, la ville de Périgueux proposera un soutien financier de 10 000 €, lors de son prochain conseil municipal, pour aider à la reconstruction de ce bâtiment emblématique de l'histoire de France.

17/04/19 : Le coq reliquaire de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l’on croyait disparu dans l’incendie de lundi, a été retrouvé mardi. Il devrait regagner prochainement l'entreprise Socra à Marsac-sur-l'Isle (24) pour être restauré comme initialement prévu.

16/04/19 : Emmanuel Macron au 20 heures ce 16 avril: "Je vous le dis ce soir avec force : nous sommes ce peuple de bâtisseurs. Nous avons tant à reconstruire. Nous rebâtirons Notre-Dame plus belle encore. Je veux que ce soit achevé d'ici cinq années"

16/04/19 : Patrick Bobet, président de Bordeaux métropole, frappé par la tragédie qui touche Paris et les français va demander au Conseil de métropole de participer, par le versement d’une subvention, à l’effort de reconstruction de la cathédrale Notre Dame.

10/04/19 : Les Chambres d’agriculture de Lot-et-Garonne, Haute-Vienne et Vienne, estampillées Coordination rurale, ont créé, le 9 avril, l’Association des Chambres d’agriculture de Nouvelle Aquitaine pour le développement agricole et rural

02/04/19 : A partir du 1er septembre prochain, la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) lance un nouveau réseau de transport gratuit pour tous. L’exploitation a été confiée au groupe Transdev pour les huit prochaines années.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/04/19 | Châtelaillon-Plage célèbre le cerf-volant ce week-end

    Lire

    C'est un rendez-vous incontournable des amoureux du cerf-volant. Le festival du vent de Chatelaillon-Plage attend ses 70 0000 visiteurs durant ces trois jours de week-end de Pâques. Au programme : démonstrations de cerf-volants, des combats de rokkakus, compétitions, exposition de cerf-volants revisités par des artistes, dont ceux du dessinateur BD américain Scott Hampton, en avant-première en France. Un nouvel espace est dédié aux mobilités, aux nouvelles énergies et à des expériences en 3D.

  • 19/04/19 | Bordeaux : du mouvement à la MÉCA

    Lire

    La Maison de l'Économie Créative en Nouvelle-Aquitaine sera inaugurée le 28 juin prochain. En attendant cette échéance, le site béglais de l'ALCA (Agence Livre, Cinéma et Audiovisuel) Nouvelle-Aquitaine, s'installe à la MÉCA à partir de fin avril. Les équipes de l'ALCA - site de Bègles conservent leurs lignes téléphoniques le temps du déménagement. Les professionnels du livre et de l'audiovisuel pourront s'y rendre sur rendez-vous uniquement.

  • 19/04/19 | Pau : 10 ans de logement solidaire !

    Lire

    L'association paloise Presse Purée fête cette année son dixième anniversaire. Une décennie d'alternatives à la crise du logement des jeunes et de lutte contre l'isolement des personnes âgées. En effet, Presse Purée compose des "duos" ou "trios" de jeunes et de séniors. Ces derniers proposent un hébergement gratuit à des jeunes en échange de services du quotidien (acheter le pain, etc.) et d'une présence rassurante, notamment le soir. En dix ans, Presse Purée a accompagné 350 personnes.

  • 19/04/19 | Le Tour de France des Hôpitaux en Charente-Maritime

    Lire

    Les hôpitaux de La Rochelle et Rochefort seront mis à l'honneur. Dans le cadre du "Tour de France des Hôpitaux" lancé par la promotion Albert Camus de l'École de Directeur ou directrice d'Hôpital, les centre hospitaliers de Rochefort et La Rochelle-Ré-Aunis sont mis en vidéo par des étudiants stagiaires. Ces clips de 140 secondes font partie d'un documentaire réalisé à partir des différents tournages, dévoilé à la fin du Tour de France des Hôpitaux.

  • 19/04/19 | Les Landes s'engagent auprès des agriculteurs

    Lire

    Le département des Landes se classe en 2019 parmi les départements ayant le plus de productions sous signes officiels de qualité. Il va donc, avec Agrilocal40, consacrer 1.7M€ à la préservation des exploitations agricoles familiales et 2.3M€ pour inciter les agriculteurs à des pratiques plus respectueuses de l'environnement, tout en développant l'ancrage territorial de l'alimentation, entre espaces tests agricoles et circuits-courts.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Saint-Médard-en-Jalles : le collectif « Urgence Grande Ligne D » est lancé

03/09/2015 | Jacques Mangon et ses collaborateurs signent, à l'occasion d'une rencontre avec la presse, la pétition « Urgence Grande Ligne D ».

Urgence Grande Ligne D

Ce jeudi 3 septembre, Jacques Mangon, maire de Saint-Médard, vice-président de Bordeaux-Métropole et conseiller départemental de la Gironde, et Etienne Lhomet, ex « Monsieur-Tram » de la CUB, ont rencontré la presse place de la République, à Saint-Médard-en-Jalles, pour annoncer et expliquer la création d'un collectif « Urgence Grande Ligne D ». L'occasion de rappeler la nécessité de plus en plus grande d'une meilleure liaison entre Bordeaux-centre et le quadrant Nord-Ouest de l’agglomération.

Les projets d'extension du réseau de tramway ne sont pas récents. Votée à la CUB en 2009, appuyée par une enquête publique et de deux déclarations d'utilité publique (DUP) en 2011 et 2012, la création d'une ligne, D reliant Bordeaux-Quinconces à Eysines-Cantinole, apparaissait comme la suite logique du développement du tramway bordelais. Une dynamique stoppée le 23 octobre 2014 par un jugement du tribunal administratif de Bordeaux, qui cassait les deux DUP, soulignant des lacunes sur le plan économique. La décision, très commentée, reflétait la controverse plus globale qui entourait le projets du tram B et du tram-train du Médoc. 2015 apporte un nouveau revers. Revenant sur la décision précédente, la Cour administrative d'appel a relancé la ligne D le 21 juillet dernier, encourageant par la même occasion les élus à poursuivre le développement du réseau de tramway.

Un tramway pour 2020La réponse de Jacques Mangon, maire centriste de Saint-Médard et ardent défenseur du tramway, ne s'est pas faite attendre. Le tramway à Saint-Médard était au cœur de son programme municipal ; il ne se détourne pas aujourd'hui de sa promesse initiale. Au lendemain de la décision de la Cour, il propose un nouveau tracé. Auparavant demandeur d'une prolongation de la ligne A vers sa ville, il présente aujourd'hui un projet d'extension de 4,1km du tramway D, entre Cantinolle et la place de la République. Une deuxième option plus logique et moins coûteuse. Avec 40 millions d'euros annoncé, le projet reste relativement modeste, et très vite rentabilisé par les 4000 voyageurs quotidiens prévus par les études. « Nous voulons leur offrir une liaison rapide avec le centre de Bordeaux » : l'objectif annoncé, une durée de 35 mn, contre des trajets en bus pouvant s'élever jusqu'à 1h30 aujourd'hui aux heures de pointe, est séduisant.

Pour sa ville comme pour les communes voisines, la mise en place d'un réseau de transport plus performant est une nécessité. «  En termes de transports en commun, nous avons été mal traités depuis dix ans, alors même que nous portons le dynamisme économique de la métropole, et avons pour nous une démographie très dynamique » explique le maire. Le quadrant Nord-Ouest et ses 120 000 habitants font selon lui jusqu'ici l'effet d'avoir été un peu délaissés. Saint-Médard, qui compte aujourd'hui 30000 habitants, fait face à une croissance rapide de sa population. S'y ajoute la présence de grands groupes mondiaux (Thalès, Airbus, Dassault, Safran) sur l'aéroparc – une liaison directe et rapide devient indispensable.

Un constat face auquel Jacques Mangon tire la sonnette d'alarme : « Ce territoire ne peut plus supporter de faire l'objet d'une temporisation financière ». L'objectif du collectif semble être moins de s'assurer de la mise en place du tramway, aujourd'hui une quasi-certitude, que de précipiter son arrivée. L'enjeu est de montrer que l'installation du tram est soutenue dans les territoires. « Nous sommes convaincus que nous allons rassembler plusieurs milliers de signataires » avance Jacques Mangon quand il évoque sa pétition, lancée aujourd'hui sur le site internet du collectif. D'après lui, élus locaux, habitants, entreprises et associations sont dans l'attente de dessertes dont le besoin se fait de plus en plus sentir. D'où son désir d'hâter la prise de mesures concrètes, avec pour objectif une réalisation du projet à l'horizon 2020.

 

Urgence Grande Ligne D

 moment symbolique : la pétition reçoit ses premières signatures

La Grande Ligne D, un cas d'école ?Ce changement en termes de transports s'inscrit dans une logique plus globale. Comme l'explique Etienne Lhomet, « le développement du tramway périurbain est un phénomène européen, voire mondial. Il s'agissait à l'origine de dynamiser les centre-villes, mais la relocalisation des industries fait que ce qu'on appelait jusqu'ici les « banlieues » deviennent une zone prioritaire. Aujourd'hui, c'est dans les tissus périurbains que ça se passe». Selon l'expert, la priorité, dans cette 3e phase des travaux, est d'utiliser le ferroviaire léger pour rapprocher la ville des communes environnantes. Et de commencer à développer de réelles liaisons de banlieue à banlieue : « Bordeaux a été un des meilleurs exemples au monde pour sa revalorisation du centre-ville par le tramway. Le défi aujourd'hui est de poursuivre cette trajectoire exemplaire avec le développement périurbain ». Nouvelle étape, donc, pour un « modèle bordelais » qui doit maintenant accompagner la volonté affichée de la zone de devenir, à l'horizon 2030, une « métropole millionnaire ».

Faire passer le tram de l'autre côté de la rocade est une démarche nouvelle. Très pratiquée à l'étranger, notamment en Suisse, en Allemagne ou en Autriche, elle repose sur des logiques différentes de celles expérimentées jusqu'ici à Bordeaux : avec des arrêts moins nombreux, un poids du foncier moins lourd et la réutilisation d'un axe ferroviaire préexistant, la ligne D sera structurellement beaucoup moins coûteuse. Elle est de plus une arme très efficace contre l'engorgement des routes : « Apporter le tramway, c'est comme rajouter 2x2 voies à la rocade. L'agglomération en a besoin ». Les effets immédiats sur les embouteillages et les nuisances sonores seront extrêmement bénéfiques - plus encore quand on sait que Bordeaux est la 3ème ville la plus embouteillée de France. A ce constat, s'ajoutent des données écologiques qui ne peuvent que renforcer la décision de la métropole  : en termes d'énergie, un tramway est en moyenne dix fois moins consommateur qu'une voiture. Pour Etienne Lhomet, l'urgence est aussi écologique.

Infos supplémentaires et pétition sur : www.urgence-grandeligned.fr

Joséphine Duteuil
Par Joséphine Duteuil

Crédit Photo : Joséphine Duteuil

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
5366
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
CLOSONT | 05/09/2015

Contre le prolongement de la ligne D sur la piste cyclable du Haillan et de St Médard en Jalles !
Mensonge de prévoir 4000 voyageurs quotidiennement dans ce tram à grande vitesse qui ne prévoit qu'un seul arret et passe dans un endroit boisé hors des voies principales pour gagner 5 Minutes. Ecologiquement sera un désastre pour la faune et la flore passant près d'endroit classé Natura 2000 et traversant 2 rivières ,la Gamarde et la Jalles.
Beaucoup d'habitants son contre ce trajet , mais Mr Mangon n'en tient pas compte

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !