Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/11/19 : Charente-Maritime : selon le journal officiel du 7/11, le nouveau préfet Nicolas Basselier, ex préfet de l'Aisne, prendra ses fonctions le 25/11. Il succède à F.Rigoulet-Roze, devenu directeur de cabinet du ministre de la Cohésion des territoires.

13/11/19 : Niort : le festival des films sur smartphone Takavoir lance un appel à candidature pour sa prochaine édition, qui se tiendra les 27 et 28 mars 2020. Les candidats doivent livrer leur film de 3 min max avant le 16 février prochain sur takavoir.fr

13/11/19 : Niort : 32 entreprises ont participé en septembre dernier au Challenge de la mobilité, soit 713 salariés du territoire. 44% ont opté pour le vélo, 12% le bus, 15% le covoiturage, 8% la marche, 8% le train. La remise des prix s'est tenue hier soir.

13/11/19 : Deux-Sèvres : Le salon des professionnels de la filière caprine Caprinov' dont la dernière édition s'est tenue en novembre 2018, reviendra du 25 et 26 novembre 2020 au parc des Expositions de Niort.

13/11/19 : Après plusieurs passages au Festival Musicalarue, Miossec revient à Luxey (40) dans le cadre intimiste de la salle de spectacles “Les Cigales“, samedi 30 novembre à 20h30. Le Brestois viendra présenter son onzième opus "Les Rescapés".

12/11/19 : Les gendarmes et la Guardia civil sont arrivés en nombre au péage de Biriatou en raison de l'opération escargot lancée par Tsunami Democra-tic, le mouvement indépendantiste catalan, relayé localement par Bizi! et Aitzina bloquant la frontière à 18h30

12/11/19 : Charente : un groupe d’étudiants en BTS SAM de CCI Charente Formation, mène un projet sur la gestion citoyenne des déchets depuis 1 an et organisent une journée environnementale ce mercredi A 15h30 au Campus CCI, à l'ex CIFOP de L’Isle d’Espagnac.

08/11/19 : La liquidation judiciaire de la SNEM, société éditrice du quotidien l'Echo, diffusé sur 5 départements, a été confirmée cet vendredi par le Tribunal de commerce de Limoges. Les 42 salariés du journal recevront prochainement leur lettre de licenciement.

08/11/19 : Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Didier Guillaume se rendra ce samedi au salon de l'agriculture basque, Lurrama qui a ouvert ses portes ce matin. Il y rencontrera ses organisateurs et I. Berhocoirigoin, le président? et les exposants

08/11/19 : Dordogne : Dans le cadre du Grenelle des violences conjugales, la préfecture propose le jeudi 14 novembre, à 17 h h à la mairie de Montrem, une rencontre ouverte à tous sur le thème de la prise en charge des violences conjugales en milieu rural.

07/11/19 : Beynac : Samedi 16 novembre, à 10 heures, un rassemblement citoyen sur les allées de Tourny à Périgueux est organisé pour soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural.

06/11/19 : Petr Drulák, ambassadeur de Tchéquie en France, sera présent à la Maison de l'Europe à Bordeaux le 14 novembre à 19h pour une conférence autour de l'après Révolution de Velours. L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/11/19 | Keolis Bordeaux a un nouveau Directeur général

    Lire

    Eric Moinier a été nommé le 1er novembre Directeur Général de Kéolis Bordeaux. Il succède à Hervé Lefèvre qui a rejoint la SNCF, en vue de sa nomination au poste de directeur régional Nouvelle-Aquitaine à compter de janvier 2020. Agé de 46 ans, Eric Moinier, était depuis 2016, Directeur Général de la filière indienne de Kéolis en charge du lancement puis de l’exploitation du nouveau réseau de métro automatique. A Bordeaux, il aura pour mission de diriger l’exploitation du réseau TBM.

  • 13/11/19 | Les vins de Corrèze conservent leur AOC

    Lire

    En 2014, le Conseil d’État avait interdit la mention « vin paillé » sur les bouteilles de vins corréziennes à la demande de la société de viticulture du Jura. En 2017, les Corréziens avaient contre-attaquer en constituant une AOC de nouveau contestée. Le Conseil d’État vient de rejeter la requête et les vins de Corrèze conservent donc leur AOC !

  • 13/11/19 | Tennis: Llodra, Forget, Clément et bien d'autres font le show à Bordeaux

    Lire

    Michaël Llodra et Lionel Roux, 2 anciens joueurs de tennis professionnels, organisent les 6 et 7 décembre prochains le Bordeaux Mica Challenge, une exhibition de tennis réunissant autour d'eux d'autres grands noms du tennis français: Mansour Bahrami, Arnaud Clément, Guy Forget, Nicolas Mahut et Lucas Pouille. "Quelques sportifs de haut-niveau pas maladroits raquette en main" devraient aussi se joindre à eux, ajoute Mickaël Llodra, soucieux de conserver un peu de suspense... Le rdv est donné au grand public au Palais des sports pour une proximité assurée. Réservations en ligne .

  • 13/11/19 | Beynac :l'association Défendre l'intérêt général en Dordogne interpelle le préfet

    Lire

    Dans une lettre, l'association Défendre l'Intérêt Général en Dordogne a demandé au préfet si la manifestation du 16/11 avait été déclarée et si oui, si sa localisation près de la préfecture, ne posait pas un problème au regard de l'éthique politique. Elle lui aussi demandé qu'elle était la position de l'État qui, selon elle, devrait faire respecter l'État de droit et empêcher les pressions sur la justice. Elle tente toujours d'obtenir une réponse sur l'utilisation du port de l'écharpe tricolore dans de tels rassemblements.

  • 13/11/19 | Beynac : un rassemblement le 16 novembre pour réclamer la reprise des travaux

    Lire

    Le président du Département de la Dordogne, Germinal Peiro, les maires de Périgueux, Bergerac, Nontron et Sarlat, les présidents du Grand Périgueux et de la Communauté bergeracoise, le sénateur PS Claude Bérit-Debat, les patrons des chambres consulaires, une majorité de décideurs économiques appellent les Périgourdins à se joindre au « rassemblement citoyen » organisé le 16 novembre à 10 h, sur les allées Tourny à Périgueux, pour «soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Santé : douze mesures pour enrayer la crise des urgences

11/09/2019 | La ministre de la Santé a révélé douze mesure dans le pacte de refondation des urgences. L'objectif est de réduire la fréquentation de ces services asphyxiés.

Le service des urgences de l'hôpital de Poitiers.

Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, a présenté ses douze mesures pour répondre à la crise des urgences. En effet, 250 établissements sont en grève au 10 septembre selon le collectif Inter-Urgences. Un mouvement initié en mars dans un hôpital parisien qui s’est rapidement propagé et qui a mis en avant des urgences asphyxiées. Ce lundi 9 septembre, la ministre a pourtant rencontré les fédérations hospitalières, les syndicats et le collectif inter-urgences  ainsi que les médecins libéraux pour leur détailler son pacte de refondation des urgences. D’ici 2022, ce sont  750 millions d’euros qui seront alloués à ce plan. Concernant, les annonces, pas de surprise, elles sont dans la droite ligne des annonces qu’Agnès Buzyn avait en partie révélées lors de sa visite au service des Urgences du CHU de Poitiers, ce 2 septembre.

On connaissait les douze travaux d’Hercules, désormais ce sont aussi les douze mesures d’Agnès Buzyn. Ce lundi 9 septembre, la ministre des Solidarités et de la santé a présenté son pacte de refondation des Urgences. L’objectif premier reste la réduction de 43 % de la fréquentation des urgences qui accueillent plus de 20 millions de patients par an, un chiffre qui a plus que doublé en 20 ans. Pour financer ces douze mesures, une enveloppe de 754 millions d’euros. 

Ces mesures se découpent en différents axes. La mesure phare est la création, d’ici l’été 2020, d’une plateforme dans tous les territoires pour répondre à toute heure aux demandes de soins. Son nom : Service d’Accès aux Soins (SAS). Cette plateforme sera accessible par différents canaux aussi bien par téléphone que par Internet. 

Le deuxième axe, celui de la création en cabinet, en maison et centre de santé, d’une alternative complète et attractive, comporte cinq mesures. La ministre souhaite renforcer l’offre des consultations médicales sans rendez-vous, à compter de septembre 2019, 3 500 postes d’assistants médicaux seront déployés ; elle veut donner à la médecine de ville les outils de prise en charge ainsi qu’aux urgences :  par exemple permettre au Samu de solliciter un transport sanitaire pour conduire un patient à un rendez-vous libéral ; offrir aux professionnels non médecins des compétences élargies pour prendre directement en charge les patients (dispensation sans ordonnance par les pharmaciens de médicaments, adaptation de traitements par les infirmiers, autorisation de protocoles de coopération nationaux dans un cadre simplifié) ; intégrer la vidéo assistance à distance dans tous les SAMU (ce qui devrait se faire progressivement d’ici 2020) ; généraliser les parcours dédiés aux personnes âgées pour éviter les urgences. Pour désengorger les urgences, il est également prévu la création de cinquante maisons de garde, du tiers payant pour la médecine en ville mais chaque patient devrait tout de même avancer la part complémentaire.

Autre axe, le renfort de la qualité et de la sécurité des prises en charge dans les services d’urgences. Cinq mesures encore : renforcer et reconnaître les compétences des professionnels des urgences ; lutter contre les dérives de l’intérim médical ; réformer le financement des urgences ; renforcer la sécurité des professionnels exerçant aux urgences. Cela se traduit par le fait que dès octobre les infirmiers spécialisés pourront prescrire des examens radiologiques ou faire des sutures.  

Enfin le dernier point est la facilitation de la sortie des patients des services d’urgences. Les groupements hospitaliers de territoire (GHT) vont devoir se doter d’une cellule de gestion interne des lits. Un budget de 105 millions d’euros est prévu pour cela à partir de 2020.

Le collectif inter-urgences poursuit la mobilisation

Ces annonces qu’Agnès Buzyn avait déjà évoqué lors de ces différences visites dans des centres hospitaliers, notamment ce 2 septembre à Poitiers, semblent insuffisantes pour les professionnels de santé. Le Collectif inter-urgences à l’origine de ce mouvement en mars dernier a voté la suite du mouvement lors de l’assemblée générale qui s’est déroulée ce mardi 10 septembre. Sur leur site internet, 250 services sont recensés comme grévistes. Quant à la CGT, elle a fait savoir qu’elle manifesterait déjà ce mercredi 11 septembre.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3520
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !