Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/02/20 : Les producteurs des Pyrénées-Atlantiques reviennent chargés de médailles du Salon International de l'Agriculture : 95 au total, dont 19 médailles d'or, 41 médailles d'argent et 35 de bronze, produits et vins confondus.

27/02/20 : Lac de Caussade. La préfète de Lot-et-Garonne vient de faire savoir qu'elle "engage une procédure à l'encontre de la Chambre d'agriculture visant à accomplir des travaux d'office afin d'effectuer la vidange de la retenue".

27/02/20 : « Rien n’est décidé sur l’intervention des forces de l’ordre, tout est encore à l’arbitrage du Premier ministre ». Voici ce qu’a dit le ministre de l’agriculture Didier Guillaume au président de la Chambre d’agriculture 47 ce matin au SIA.

27/02/20 : Elisabeth Borne, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, se rendra ce vendredi à Bordeaux pour soutenir le candidat LaRem Thomas Cazenave aux prochaines élections municipales.

25/02/20 : Le Ministère des Sports a suspendu provisoirement, à titre conservatoire Michel Poueyts, directeur technique national au sein de la Fédération de pelote basque suite à sa mise en examen pour corruption avec un employé de la sous préfecture de Bayonne.

25/02/20 : Au SIA à Paris, les récompenses commencent à pleuvoir sur la Dordogne, hier ont été décernés 4 médailles d’or, 12 médailles d’argent et 12 médailles de bronze pour les produits, ainsi qu’un prix d’excellence au concours des vins du Sud-Ouest.

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/02/20 | La Région investit: Bientôt des alambics charentais thermodynamiques ?

    Lire

    Chalvignac Process Distillation, spécialisée dans la fabrication et l'installation d'alambic pour la production de spiritueux, porte un projet R&D qui s'inscrit dans une démarche environnementale forte et innovante : installer une pompe à chaleur comme moyen de chauffe de ses alambics au lieu du gaz. Ainsi l'entreprise rompt avec l'utilisation d'énergie fossile, diminue sa consommation énergétique, réduit les émissions de gaz à effet de serre du procédé de chauffe de l'alambic et l'empreinte carbone de la filière Cognac. Un projet (et un défi organoleptique...) à 489 000 € soutenu par la Région pour 122 300 €.

  • 28/02/20 | Gironde: 17 830 candidats aux municipales

    Lire

    Municipales: Dans les 535 communes de Gironde, ce sont 17 830 candidats qui se sont déclarés pour 8 887 sièges à pourvoir. Dans toutes les communes du département au moins une liste a été déposée. Dans les 231 communes de plus de 1 000 habitants, 496 listes ont été déposées soit 13 102 candidats (52% d’hommes et 47% de femmes) pour 5183 sièges à pourvoir. Bordeaux compte le plus grand nombre de listes, 10 listes déposées suivi de Mérignac avec 9 listes.

  • 28/02/20 | Municipales: 6 communes sans candidats dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Dans les 546 communes des Pyrénées-Atlantiques, 11 088 candidats se sont déclarés pour 7392 sièges à pourvoir. A Arrien, Urost, Higuères Souye, Pardies Pietat, Etsaut et Escout aucun candidat ne s'est présenté. Aucune élection ne pourra être organisée pour ce 1er tour. De nouveaux candidats pourront se déclarer entre les 2 tours et les élections pourront ainsi se tenir au 2nd tour. Si aucune candidature n’intervient pour le 2nd tour. Le préfet de département nomme alors une délégation spéciale chargée de gérer les affaires courantes de la commune et d’organiser de nouvelles élections dans un délai de 3 mois.

  • 28/02/20 | Création d'un nouveau label "Les Sentinelles du Goût"

    Lire

    « Les Sentinelles du Goût ». Tel est le nom du nouveau label créé de concert par l’Institut du Goût Nouvelle-Aquitaine et trois étudiantes de Licence Pro "Valorisation, Animation et Médiation des Territoires Ruraux" de l’Université Bordeaux Montaigne. Ce label a pour but de protéger et de valoriser les savoir–faire et les goûts des produits traditionnels de la région.

  • 28/02/20 | Pour l'Arche en Charente, transformation numérique rime avec inclusion

    Lire

    L'association l'Arche en Charente encadre les activités de plusieurs établissements médico-sociaux, dont 3 ESAT pleinement insérés dans le tissu économique local à de multiples étapes de la filière du Cognac, de la production à l'expédition. L'association, lancée dans une profonde transformation numérique, vient d'obtenir une aide de 88 330 € de la Région (50% du budget prévisionnel). Et pour cause, le projet se double d'une démarche d'inclusion numérique au profit de ses employés en situation de handicap mental. Un atout majeur pour leur réinsertion professionnelle en milieu « ordinaire ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Santé : douze mesures pour enrayer la crise des urgences

11/09/2019 | La ministre de la Santé a révélé douze mesure dans le pacte de refondation des urgences. L'objectif est de réduire la fréquentation de ces services asphyxiés.

Le service des urgences de l'hôpital de Poitiers.

Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, a présenté ses douze mesures pour répondre à la crise des urgences. En effet, 250 établissements sont en grève au 10 septembre selon le collectif Inter-Urgences. Un mouvement initié en mars dans un hôpital parisien qui s’est rapidement propagé et qui a mis en avant des urgences asphyxiées. Ce lundi 9 septembre, la ministre a pourtant rencontré les fédérations hospitalières, les syndicats et le collectif inter-urgences  ainsi que les médecins libéraux pour leur détailler son pacte de refondation des urgences. D’ici 2022, ce sont  750 millions d’euros qui seront alloués à ce plan. Concernant, les annonces, pas de surprise, elles sont dans la droite ligne des annonces qu’Agnès Buzyn avait en partie révélées lors de sa visite au service des Urgences du CHU de Poitiers, ce 2 septembre.

On connaissait les douze travaux d’Hercules, désormais ce sont aussi les douze mesures d’Agnès Buzyn. Ce lundi 9 septembre, la ministre des Solidarités et de la santé a présenté son pacte de refondation des Urgences. L’objectif premier reste la réduction de 43 % de la fréquentation des urgences qui accueillent plus de 20 millions de patients par an, un chiffre qui a plus que doublé en 20 ans. Pour financer ces douze mesures, une enveloppe de 754 millions d’euros. 

Ces mesures se découpent en différents axes. La mesure phare est la création, d’ici l’été 2020, d’une plateforme dans tous les territoires pour répondre à toute heure aux demandes de soins. Son nom : Service d’Accès aux Soins (SAS). Cette plateforme sera accessible par différents canaux aussi bien par téléphone que par Internet. 

Le deuxième axe, celui de la création en cabinet, en maison et centre de santé, d’une alternative complète et attractive, comporte cinq mesures. La ministre souhaite renforcer l’offre des consultations médicales sans rendez-vous, à compter de septembre 2019, 3 500 postes d’assistants médicaux seront déployés ; elle veut donner à la médecine de ville les outils de prise en charge ainsi qu’aux urgences :  par exemple permettre au Samu de solliciter un transport sanitaire pour conduire un patient à un rendez-vous libéral ; offrir aux professionnels non médecins des compétences élargies pour prendre directement en charge les patients (dispensation sans ordonnance par les pharmaciens de médicaments, adaptation de traitements par les infirmiers, autorisation de protocoles de coopération nationaux dans un cadre simplifié) ; intégrer la vidéo assistance à distance dans tous les SAMU (ce qui devrait se faire progressivement d’ici 2020) ; généraliser les parcours dédiés aux personnes âgées pour éviter les urgences. Pour désengorger les urgences, il est également prévu la création de cinquante maisons de garde, du tiers payant pour la médecine en ville mais chaque patient devrait tout de même avancer la part complémentaire.

Autre axe, le renfort de la qualité et de la sécurité des prises en charge dans les services d’urgences. Cinq mesures encore : renforcer et reconnaître les compétences des professionnels des urgences ; lutter contre les dérives de l’intérim médical ; réformer le financement des urgences ; renforcer la sécurité des professionnels exerçant aux urgences. Cela se traduit par le fait que dès octobre les infirmiers spécialisés pourront prescrire des examens radiologiques ou faire des sutures.  

Enfin le dernier point est la facilitation de la sortie des patients des services d’urgences. Les groupements hospitaliers de territoire (GHT) vont devoir se doter d’une cellule de gestion interne des lits. Un budget de 105 millions d’euros est prévu pour cela à partir de 2020.

Le collectif inter-urgences poursuit la mobilisation

Ces annonces qu’Agnès Buzyn avait déjà évoqué lors de ces différences visites dans des centres hospitaliers, notamment ce 2 septembre à Poitiers, semblent insuffisantes pour les professionnels de santé. Le Collectif inter-urgences à l’origine de ce mouvement en mars dernier a voté la suite du mouvement lors de l’assemblée générale qui s’est déroulée ce mardi 10 septembre. Sur leur site internet, 250 services sont recensés comme grévistes. Quant à la CGT, elle a fait savoir qu’elle manifesterait déjà ce mercredi 11 septembre.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4013
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !