Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

  • 21/06/21 | Lavaveix-les-mines (23) réhabilite ses bâtiments

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-mines en Creuse souhaite réhabiliter l’ancienne infirmerie afin d’en créer un logement locatif à destination de jeunes agriculteurs ou de nouveaux arrivants envisageant d’y développer une activité professionnelle agricole. Afin de proposer les meilleures conditions de logements possibles, la réhabilitation correspondra à des performances énergétiques et une haute qualité environnementale.

  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Sénatoriales : les ambitions vertes en Gironde

28/08/2020 | Monique de Marco, qui s'était déclarée candidate cet été, a officiellement présenté ce vendredi sa liste de candidats pour les élections sénatoriales. Focus.

Sénatoriales EELV Gironde

L'enjeu est évidemment de taille : surfer sur la "vague verte" des municipales, qui a vu Bordeaux changer de cap 73 ans après un règne sans alternance. Ce vendredi, Monique de Marco, toute habillée de vert, a donc présenté officiellement la liste des candidats écologistes girondins aux prochaines élections sénatoriales du 27 septembre. On résume les enjeux qui devront convaincre les 3298 grands électeurs du département.

Monique de Marco n'est pas un nouveau visage pour les verts. Élue d'opposition talençaise, tête de liste EELV aux élections régionales de 2010 et ancienne vice-présidente de la région Nouvelle-Aquitaine en charge de l'environnement et de l'adaptation au changement climatique, avait officialisé sa candidature dès cet été. Également candidate en 2014, elle avait obtenu 4,83% des voix derrière le PCF, le PS et l'union UMP-UDI. Les enjeux restent les mêmes : six sénateurs sont à élire. Sauf que cette fois, Monique de Marco sent bien que le vent a tourné.

Voix vertes 

"La précédente candidature servait de témoignage. Maintenant, je pense que la donne a changé. Les français ont montré leur soif d'écologie avec les marches pour le climat, les élections européennes et surtout municipales. Cette fois, c'est une candidature pour gagner. Il y a une anomalie actuellement : nous n'avons aucun député et une seule sénatrice écologiste", a affirmé ce matin l'ancienne conseillère régionale. Esther Benbassa, seule sénatrice écologiste (parisienne), confirme : "nous avons besoin d'un groupe pour donner des signaux forts, porter des amendements et tenter de faire bouger les choses. Quand on en a pas, on n'existe pas". Le maire écologiste de Bègles, Clément Rossignol Puech, venu resserrer les rangs des écologistes partis en solo, croit lui aussi que la vague peut donner au moins une réplique. "Elle a eu un effet, je suis très confiant pour qu'on puisse avoir une sénatrice écologiste en Gironde. Il y a une bonne dynamique, beaucoup de maires, au niveau périurbain comme rural, comprennent les enjeux environnementaux. Les enjeux de développement territorial sont aussi très importants, je pense que la vague va se poursuivre". 

Les cartes ont en effet été rebattues dans les 28 communautés de communes que compte la Gironde depuis les dernières municipales. Les élus non-encartés rendent le jeu flou car ils peuvent restent à convaincre et à rallier. Mais là encore, la voix verte porte, à l'entendre, un peu plus fort qu'en 2014. "On fait campagne sur tout le département. Nous avons un accueil très favorable, nous sommes reçus et écoutés. Les municipales ont marqué comme une étape. Lors des précédentes sénatoriales, nous avions beaucoup de contacts mais très peu de retours. Cette fois-ci, les maires sont volontaires pour nous recevoir et organiser des rencontres. On sent une attente", affirme Monique de Marco. La liste sera donc composée de sept autres élus.

Sénatoriales EELV Gironde

Aux côtés de l'élue à Talence, on retrouve Benoît Aulanier, 61 ans, conseiller municipale de Léognan (troisième mandat) et vice-président de la communauté de communes en charge de l'urbanisme, adhérent EELV depuis vingt ans. Suivent Christine Moebs, adjointe au maire d'Eysines en charge de l'environnement et de la transition écologique ; Anne Laure Bedu, élue régionale déléguée à l'innovation depuis 2015 récemment encartée chez Génération Écologie ; Grégory Faucon, délégué de la France au Parti Vert Européen et adjoint au maire de Lormont et Agnès Séjournet, adjointe déléguée à la mairie de Libourne. Les deux derniers noms sont encore tous neufs en politique : Nicolas Dubot, chef d'entreprise de 34 ans à Biganos (engagé chez EELV depuis 2012) et le bordelais Romain Dostes, 33 ans. "On est sur un bon moment", confie ce dernier. "Ça fait trois ans que je suis chez EELV, je souhaite m'engager pour l'environnement mais aussi pour une vision de la société autour de laquelle les écologistes peuvent être au rendez-vous. Ne serait-ce que pour l'équilibre des territoires, je pense qu'on a besoin d'un groupe écologiste au Sénat. Ces élus qui ont des convictions mais n'ont pas d'étiquette nous permettraient peut-être d'avoir deux sénateurs et constituer un groupe écologiste, ce qui changerait tout en termes de poids politique".

Priorités et adversaires

L'ambition d'un groupe est donc entendue, mais pour porter quoi ? "Les préoccupations rurales sont extrêmement précises parce que ces maires, souvent de petites communes, sont un peu livrés à eux-mêmes. Il manque un travail pour expliquer comment ils peuvent interpeller leurs sénateurs pour avoir un retour et une voix qui porte leurs préoccupations. C'est un engagement que je prends. Ils sont à l'écoute mais ce sont souvent des élus sans étiquette, je ne sais pas vraiment où va pencher leurs voix. J'essaie de convaincre. On n'a pas de sénateur en Gironde, j'essaie de leur montrer que je sais être disponible", tente la tête de liste. Au rang des priorités, elle cite un projet de loi porté par Esther Benbassa sur l'élevage et le bien-être animal, les 149 propositions (forcément hiérarchisées) sorties de la convention citoyenne, le projet de réforme des retraites repoussé aux calendes, l'aménagement du territoire, le développement durable, la rénovation des logements dans les petites communes, de nouvelles modalités pour le réseau de transports, le développement des tiers-lieux et du télétravail ou encore l'artificialisation des sols. "J'espère aussi lancer une commission d'enquête sur le stockage du nitrate d'ammonium à Ambès, composé tristement célèbre dernièrement pour avoir provoqué la double explosion de Beyrouth et dont l'efficience des contrôles ont récemment été remises en cause.

Les verts ont encore du pain sur la planche pour convaincre, mais la tournée continue. Elle passera par des réunions avec les maires et communautés de communes pendant tout le mois de septembre, notamment ceux de la métropole bordelaise le 10, mais aussi par La Réole, Léognan ou encore St Loubès. "Ça risque de se jouer à quelques voix. On y croit". Ils devront faire face à au moins trois listes pour l'instant déclarées. Si la gauche (qui envisage déjà une alliance leur étant profitable avec les verts au niveau national) rempile avec Laurence Harribey et Hervé Gillé, la droite aura aussi son mot à dire avec la candidature indépendante d'Yves d'Amécourt (allié au Mouvement de la ruralité, ancien CPNT, dirigé par Eddie Puyjalon), la sénatrice Nathalie Delattre (Mouvement Radical) qui a également confirmé son souhait de repartir en campagne et une troisième liste dirigée par Florence Lassarade, adjointe au maire de Saint-Macaire et élue sénatrice (LR) depuis 2017. Enfin, une liste RN sera portée par la chef de file départementale Edwige Diaz, qui présentera l'ensemble des candidats en septembre.  

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
7325
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !
Hôtel de Région Nouvelle Aquitaine  9 mars 2017 Politique | 21/06/2021

Régionales : Rousset en tête, EELV avance, le RN recule, droite et centre s'évitent... Demain quelles alliances ?

Photo d'illustration urne vote élection Politique | 21/06/2021

Départementales dans les Pyrénées-Atlantiques : entre abstention, prime aux sortants et progression d'EH Bai

Les conseillers départementaux de la Gironde dans l'hémicycle Politique | 21/06/2021

Départementales en Gironde : les sortants plébiscités, Jean-Luc Gleyze réélu au premier tour

Il faut un sursaut de participation dimanche prochain Politique | 21/06/2021

Départementales en Dordogne : la prime aux sortants

Le premier tour des élections départementales a eu lieu ce dimanche 20 juin 2021 Politique | 21/06/2021

Élections départementales dans la Vienne : la majorité départementale en ballottage favorable

Carte électorale Politique | 21/06/2021

Aucun candidat élu aux Départementales en Haute-Vienne, abstention record

Hôtel de Région Nouvelle Aquitaine  9 mars 2017 Politique | 16/06/2021

Elections régionales: Quels candidats pour quelles compétences ?

La gauche espère conserver la majorité à l'assemblée départementales Politique | 15/06/2021

Départementales en Dordogne : la gauche espère conserver la majorité

Illustration urne Politique | 15/06/2021

Elections départementales en Charente : la droite mise sur ses têtes d'affiche

Les candidats rochelais issus du parti du maire Jean-François Fountaine, présenté le 29 avril Politique | 14/06/2021

Départementales en Charente-Maritime : on reprend (presque) les mêmes…

Le politologue Jean Petaux Politique | 14/06/2021

Départementales en Gironde: "Si instabilité il doit y avoir, elle sera plutôt à Bordeaux qu’en zone rurale" selon le politologue Jean Petaux

Jean-Jacques Lasserre, président du Département des Pyrénées-Atlantiques Politique | 11/06/2021

Pyrénées-Atlantiques : l'union droite-centre, déjà en route pour le second tour des Départementales ?

La salle du conseil du Conseil Départemental de la Haute-Vienne Politique | 11/06/2021

Elections départementales : Cinq listes se disputeront les suffrages des haut-viennois

Présentation du nouveau site internet de Limoges Métropole Politique | 03/06/2021

Limoges Métropole se dote d'un nouveau site Internet

Le collectif Pour que vivent nos langues est vent debout contre le Conseil Constitutionnel et compte manifester Politique | 28/05/2021

Loi Molac : des associations demandent la révision de la Constitution