aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/04/17 : A 16h45, dans les Pyrénées Atlantiques, le taux de participation atteignait 70,49% contre 74;59% en 2007 et 67,61% en 2012.

23/04/17 : Le taux de participation estimé à 17h00 dans le département de la Gironde est de 66,82% (contre 77,85% au 1er tour de l’élection présidentielle en 2012 et 77,91% au 1er tour de l’élection présidentielle en 2007).

23/04/17 : Dans les Landes, la participation à 17h n'est que de 65,79% soit près de 11 points de moins qu'au premier tour de la présidentielle en 2012.

23/04/17 : En Dordogne, le taux de participation estimé à 17 h est de 69,43 %, contre 78,06 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2012 et 81,67 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2007. La participation est identique au niveau national (69,42 %).

23/04/17 : Charente-Maritime : le taux de participation aux élections étaient de 28,22% à midi ce dimanche, soit près de 2% de moins qu'en 2012.

23/04/17 : Si au niveau national le taux de participation est de 28,54%, il est, selon les chiffres fournis par la préfecture, de 31,71% dans les Pyrénées Atlantiques. En 2007, il était de 32,97% et de 28,94% en 2012.

23/04/17 : Le taux de participation estimé à midi dans le département de la Gironde est de 25,90% (contre 35,08 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2012 et 37,46 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2007).

23/04/17 : En Dordogne, ce dimanche, à 12 h, le taux de participation au 1er tour de l’élection présidentielle est de 30,41 %. C’est mieux qu’au niveau national (28,54 %). La mobilisation était de 34,55 % au premier tour de l’élection présidentielle en 2012.

23/04/17 : Dans les Landes, la participation à midi est en légère baisse par rapport au premier tour de 2012 : 32,62% (contre 34,14%).

23/04/17 : Il se confirme que la viticulture girondine sera affectée par le gel en particulier de la nuit du 20 au 21 avril: le sauternais dans les secteurs bas mais aussi l'entre deux mers le libournais et certaines communes en Haute Gironde.

22/04/17 : En Dordogne, les 693 bureaux de vote seront ouverts dimanche de 8 h à 19 heures pour le premier tour des élections présidentielles. 314 954 électeurs périgourdins sont appelés aux urnes.

21/04/17 : Important risque de feux de forêt en Lot-et-Garonne! Depuis quelques jours, les sapeurs-pompiers interviennent sur des départs de feux. La préfecture du Département appelle à la plus grande prudence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/04/17 | Incendie de Cissac: la RD 1215 rouverte

    Lire

    A 14h30 ce dimanche l’incendie de Cissac-Médoc était considéré comme maîtrisé grâce à l’action soutenue des pompiers du Service départemental d’incendie et de secours de la Gironde et de ceux venus en renfort des départements voisins (17-24-40-19-87-79-64) : les routes départementales 1215 et 4 étaient à nouveau ouvertes A 14h30,(17-24-40-19-87-79-64).Les habitants et automobilistes sont invités à rester vigilants sur la zone.

  • 21/04/17 | Cissac-Médoc : incendie et perturbations routières

    Lire

    L'incendie déclaré ce jeudi à Cissac qui a dévasté 1100ha de forêt est «stabilisé mais pas encore fixé» selon la Préfecture. Il mobilise 300 pompiers, 143 véhicules et 2 canadairs. La RD1215 est fermée dès St-Laurent-Médoc avec une déviation vers St-Sauveur, puis vers Cissac, Vertheuil, et par la RD204 pour rejoindre Lesparre. Les RD 4, 205 et 3E2 sont barrées entre la RD1215 et Hourtin. La RD101 est fermée au niveau de la sortie de St-Laurent, en direction du lieu dit Lagunan. Une déviation est proposée par la RD 3 par Hourtin, Carcans, Brach et Castelnau

  • 13/04/17 | Lla FNSEA se démarque d'un éleveur qui reçoit Marine Le Pen

    Lire

    La FNSEA Nouvelle-Aquitaine tient à souligner qu’elle n’est le support d’aucun meeting, ni le porte-parole d’aucun des partis politiques dans la campagne présidentielle. C’est en son nom propre et sur la base d’une initiative personnelle, qu’un éleveur de bovins viande de la commune de PAGEAS (87) accueillera Mme Le Pen pour son prochain meeting. La FNSEA indique que ses statuts mentionnent que pour être éligibles dans ses instances, les administrateurs doivent satisfaire à plusieurs conditions dont « ne pas être investi d’un mandat parlementaire ou de conseiller régional ».

  • 09/04/17 | Le CESER veut plus d'équité territoriale

    Lire

    En avant première au Conseil régional, le Ceser a adopté une dizaine d’avis sur la mobilité, la transition énergétique, le développement culturel, la jeunesse, le tourisme et l’aménagement des territoires et mis l’accent sur l’emploi et l'amélioration des conditions de travail et d’accueil des saisonniers. La Région invitée à s’engager pour le tourisme solidaire et le départ en vacances des publics fragiles. Le Ceser estime que les enjeux définis dans le Schéma de développement des territoires ne traduisent pas l'ambition d'équité et de maîtrise des "dynamiques inégalitaires"

  • 09/04/17 | Région: Les" Républicains" saisissent le tribunal administratif

    Lire

    Les élus LR de la Région avec à leur tête, Virginie Calmels, Yves d'Amécourt et Olivier Chartier annoncent qu'ils ont saisi le tribunal administratif de Bordeaux, après avoir remis un mémoire au Président Rousset, le 23 mars, consacré à la gestion de l'ex-région Poitou-Charentes suite au rapport de la Chambre régionale des comptes et pour lui demander d’inscrire ce mémoire à l’ordre du jour de la séance plénière de ce 10 avril, ce qui n'a pas été possible car intervenant après le bouclage de cet ordre du jour. N'ayant pu obtenir "un complément" à celui-ci ils ont décidé d'ester en justice.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Charente-Maritime : l'Etat interpellé durant la session du Département

23/03/2017 | Les élus ont interpellé le préfet Eric Jalon sur plusieurs points nécessitant l'intervention des services de l'Etat

Eric Jalon et Dominique Bussereau

La session du printemps du Département Charente-Maritime s’est ouverte lundi 20 mars, pour se clôturer le 24. L’assemblée d’ouverture a été l’occasion pour les élus de revenir sur différents sujets d’inquiétude comme la perte de l’Ecotaxe, le projet de péage d’Oléron, la perte des services publiques en zones rurales ou encore l’avenir des transports. Cette session a été surtout l’occasion pour les élus d'interpeller le préfet Eric Jalon sur des thématiques sur lesquelles ils espèrent une intervention concrète et rapide de l’Etat.

Transports publics

Concernant les transports publics, Dominique Bussereau a exprimé son regret de voir la Région reprendre la main sur le réseau de transport départemental (non urbain) et scolaire (décision actée le 13 février) et de ne pas en donner la délégation au Département, comme la loi le permet. Le Département en sera officiellement dessaisi le 1er septembre prochain. « La Région n’a pas les outils ni la connaissance du domaine », estime Dominique Bussereau. « J’espère que les familles ne seront pas mises en difficulté par cette méconnaissance du dossier […] Nous avons prévenu la Région qu’elle se mettait dans une mauvaise posture […] Mais nous appliquons la loi. » Le maire de Marennes Mickaël Vallet a suggéré qu’il y avait peut-être « une voie médiane à trouver » avec la Région, « qui permettrait de ne plus avoir de délégation de délégation (la loi interdit le cumul de délégations, ndlr.) et de trouver un système qui nous permette d’être en direct, voire en régie, pour que la Région puisse de nouveau nous confier [les transports] par délégation […] Et comme c’est nous qui payons […] Ce serait au bénéfice de tout le monde. » Pour rappel, le coût du transport en Charente-Maritime est d’environ 32 millions d’euros annuel, dont 21 millions pour les seuls cars scolaires, et aussi 500 000 € pour la liaison maritime Fouras/Aix. Mais pour Dominique Bussereau, « le problème de notre département n’est pas la double délégation, c’est un choix purement politique […] et ça ne correspond pas aux engagements que nous avait faits Alain Rousset […] Pour l’instant, j’ignore pour quel type de structure la Région va opter. J’ai cru comprendre que La Région voudrait regrouper des antennes à Limoges, Poitiers et Bordeaux, mais pour être efficace, il faudrait que ce soit géré en local. Je ne verrais que des avantages à ce que les agents dévolus aux transports restent à La Rochelle. Plus on sera loin du terrain, moins on gèrera. »

Aéroport

Concernant l’organisation de l’aéroportuaire, Dominique Bussereau a affirmé que le Département et la communauté d’agglomération de La Rochelle étaient toujours prêts à créer un syndicat mixte pour porter la gestion des deux sites de Rochefort et La Rochelle, « mais on attend toujours la réponse de la région […] les études sont longues et compliquées ». La Charente-Maritime a enregistré 211 000 passagers l’an dernier, contre 330 000 au petit aéroport de Bergerac, qui bénéficie du passage des Anglais, « donc il va falloir se battre pour obtenir une participation de la Région et maintenir nos lignes », a prévenu Dominique Bussereau. Un combat d’autant plus nécessaire que l’Etat considère désormais comme nul l’engagement prit par Manuel Valls pour co-financer pendant deux ans la ligne La Rochelle-Poitiers-Lyon. Dominique Bussereau et le président de l’agglomération de La Rochelle Jean-François Fountaine ont écrit une lettre au ministre des transports pour que cette subvention soit maintenue, sinon la ligne sera en péril.

Accueil des jeunes migrants

Dominique Bussereau s’est dit préoccupé par la situation des mineurs étrangers isolés. « Nos services et nos points d’accueil sont saturés. De plus, l’évaluation de la minorité de ces jeunes est très difficile, puisque c’est à nous d’en apporter la preuve », a expliqué Dominique Bussereau au préfet Eric Jalon. Avec 184 mineurs isolés accueillis actuellement, le Département arrive à saturation et les 118 places tout justes créées, et les 50 places temporaires en cours de création (en dispositif de mise à l’abri) ne vont pas suffire. « Pour exemple, le foyer de l’enfance de La Rochelle accueille actuellement 24 mineurs isolés, pour une capacité de 16 places », cite Dominique Bussereau. « En une seule semaine, nous avons reçu onze demandes de prise en charge. C’est une situation difficilement tenable, pour nos travailleurs sociaux, et sur le plan financier », poursuit l’élu. « Depuis 4 ans, le nombre de jeunes accueillis a été multiplié par 15, ce qui représente aujourd’hui une dépense de 4 millions d’euros », renchérit la sénatrice Corinne Imbert. Un afflux qu’elle explique notamment par la constitution de  « filières bien organisées », et entraînant notamment une augmentation de l’arrivée de jeunes majeurs. Elle en appelle à l’Etat pour épauler le Département avec une « consolidation des expertises des services préfectoraux et de la police aux frontières quant à la vérification des documents, et un traitement plus rapide de l’analyse des pièces d’identité des demandeurs ». La sénatrice a rappelé que, si la Charente-Maritime refusait bien souvent l’aide aux jeunes majeurs avérés, les services départementaux étaient parfois contraints de poursuivre l’accueil d’un mineur au-delà de sa majorité, faute d’hébergement autonome et en l’absence de délivrance de titre de séjour. « J’insiste sur la sortie du dispositif de protection de l’enfance, pour que ces jeunes devenus majeurs rentrent le plus vite possible dans le système de droit commun. »

Eric Jalon a proposé aux conseillers départementaux de faire un point ensemble sur la situation. Il en a profité pour rappeler que les migrants de Calais accueillis dans des centres d'accueil temporaires cet hiver avaient tous quitté ces centres, rendus à leur fonction. Le dernier en fonction, aux Mathes-La Palmyre, a été fermé le 10 mars. "Je suis content d'avoir fait mentir ceux qui nous prédisaient le pire (en terme de montée de la délinquance, ndlr)", a souligné Eric Jalon. 

Plan anti-submersions

Suite à une intervention de l’élu Rétais Lionel Quillet, Dominique Bussereau s’est étonné auprès du préfet que les travaux de protection contre les submersions, en cours dans l’île de Ré, ne soient pas pris en compte dans la nouvelle cartographie du Plan de prévention des risques naturels (PPRL). Il a demandé une réunion avec les élus locaux, le Département et les services de l’Etat afin de « faire le point sur les cartes sur lesquels vous vous appuyez ». « Il n’est pas exact de dire que nous n’avons pas pris en compte les ouvrages réalisés entre temps ou à réaliser dans le cadre des PAPI », a précisé Eric Jalon avant d’assurer qu’ « une fois les PAPI réalisés, le PPRL restera modifiable dans les 6 mois après leur réalisation ». Tout en précisant que la préfecture attendra en contrepartie des études émanant du maître d’ouvrage concernant le pourcentage et des paramètres de fiabilité des ouvrages, en particulier en ce qui concerne La Flotte-en-Ré. Eric Jalon a demandé sur ce point « transparence d’informations » et une « analyse précise et conjointe ». Et s’est engagé à organiser une réunion publique l’été prochain.

 

Mise à jour le 24/03/17 : Lors de la séance de clôture, les conseillers départementaux ont adopté une motion simple à l'intention de la Région, pour "se faire écho" des inquiétudes du personnel du Département dévolu au transport et des salariés des prestataires de transports (scolaires et départementaux) concernant leur avenir. D'un côté, le personnel départemental s'interroge sur ses conditions (géographique, financière, statutaire) de transfert au niveau de la Région. De l'autre, les salariés des transporteurs actuellement en Délégation de service public (DSP), craignent tout bonnement pour leur emploi. Les conducteurs de cars de la société d'économie mixte d'autocars et d'autobus (SEMAAAS) d'Aunis et de Saintonge auraient notamment menacé de se mettre en grève. Les DSP votées par le Département vont en effet être prolongées jusqu'au 1er septembre, date à laquelle la Région prendra officiellement la gestion des transports. Vendredi soir, la Région n'avait pas réagi à cette motion. 

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
1438
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !