aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/04/17 : Charente-Maritime : le chômage a augmenté de +0,3% en 12 mois, portant à 56 550 le nombre de demandeurs d'emploi. L'augmentation est plus importante du côté des demandeurs en catégorie A (aucune activité) avec +1,4% entre février et mars.

24/04/17 : A La Rochelle, Macron arrive en tête avec 29,09%, devant Mélenchon (24,33%), Fillon (18,80%) et Le Pen (12%). Sur 50 905 inscrits, 73,86% se sont exprimés

24/04/17 : Résultats définitifs Villenave d'Ornon : EM 28,10%; JLM 26,63%; MLP 15,53; FF 12,04%; BH 8,30%; NDA 4,34%

24/04/17 : Résultats complets à Lormont : JLM 29,58%; EM 22,90%; MLP 19,36%; BH 10,14%; FF 9,46%; NDA 3,27%; PP 1,93%; FA 1,34%; JL 1,32%; NA 0,55%; JC 0,15%

24/04/17 : Résultats définitifs Mérignac : EM 31,03%; JLM 23,39%; FF 15,31%; MLP 12,89%; BH 9,21%; NDA 3,94%; JL 1,46%; PP 1,33%; FA 0,94%; NA 0,45%; JC 0,17%

24/04/17 : Résultats définitifs Saint-Médard-en-Jalles :EM 30,81%; JLM 20,28%; FF 16,35%; MLP 15,34%; BH 7,91%, NDA 4,73%

24/04/17 : A Bayonne, Emmanuel Macron, 25,69%, Jean-Luc Melenchon, 23,11%, François Fillon, 18,03%, Marine Le Pen, 13,50%; Benoît Hamon, 9,42%; Jean Lassale, 3,83%; Nicolas Dupont-Aignan, 3,29%; Philippe Poutou, 1;62%; François Asselineau, 0,94%

24/04/17 : Résultats complets Libourne : EM 24,69%; JLM 20,50%; MLP 20,27%; FF 17,98%; BH 7,88%; NDA 3,97%; JL 1,76%

24/04/17 : A Anglet, dont le maire Claude Olive était soutien de François Fillon, Emmanuel Macron est arrivé en tête 28,50% des voix devant François Fillon, 25% et Jean-Luc Mélenchon avec 18,55%. Marie Le Pen est quatrième avec 18,55%.

24/04/17 : Résultats définitifs Cenon : JLM 31,58%; EM 24,65%; MLP 16,13%; BH 10,28%; FF 8,93%

24/04/17 : Résultats définitifs Pessac : EM : 31.19 % ; JLM : 24.59 % ; FF : 14.81 % ; MLP : 11.45 % ; BH : 9.74 %

24/04/17 : Résultats définitifs Talence : EM : 31.43 % ; JLM : 26.29 % ; FF : 15.00 % ; MLP : 8.70 % ; BH : 11.43 %

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 26/04/17 | Nouvelle Aquitaine: Le chômage repart à la hausse

    Lire

    Fin mars en Nouvelle-Aquitaine, il y avait 299 700 demandeurs tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) augmentation de 2,2% sur un mois (4870 personnes) et de 1,7% sur 3 mois. France ( +1,2% sur 3 mois de +1,3% sur 1 mois). En un an l'évolution régionale est de - 0,8%; elle est de -0,9% au niveau national. Pôle emploi note qu'entre fin février et fin mars 2017, le nombre de demandeurs qui ont basculé des catégories B et C vers la catégorie A est inhabituellement élevé, ce qui contribue à la hausse du nombre de demandeurs d’emploi dans cette dernière catégorie

  • 26/04/17 | Brigitte Allain, députée EELV du Bergeracois votera Macron

    Lire

    Députée du Bergeracois, je voterai sans hésitation pour Emmanuel Macron au 2e tour des présidentielles et mettrai tout en œuvre pour faire barrage au Front national, dont le projet, source de division, de peur, de racisme et de xénophobie est une menace pour notre pays. Ce vote ne représente pas une adhésion au projet porté par le candidat Macron (...) J'attends d'Emmanuel Macron qu'il prenne en compte, avec humilité, les millions d'électeurs qui ne se reconnaissent pas dans son projet.

  • 24/04/17 | Gironde: un millier d'hectares pourraient être affectés par le gel

    Lire

    Ce chiffre a été évoqué avec les précautions d'usage lors de l'assemblée générale du CIVB ce lundi à Bordeaux. Le gel a en tout cas touché à des degrés divers le bas sauternais, des secteurs du Blayais et de l'entre deux mers et particulièrement dans la nuit du 20 avril. Une certaine inquiétude persiste puisque des températures très basses sont attendues ce milieu et cette fin de semaine alors que la vigne sous l'effet des fortes chaleurs de ce mois d'avril a accéléré son débourrement.

  • 24/04/17 | 'Isabelle Vetois: En Marche en Charente-Maritime

    Lire

    Face aux résultats obtenus par Emmanuel Macron, Isabelle Vétois s'est dit "absolument enthousiaste". "Les Français veulent moderniser la France, on va vers de l'espoir [...] C'est le seul qui peut rassembler une majorité plurielle". Elle a conscience qu'il faudra encore convaincre la vingtaine de pourcentage ayant voté Le Pen dans le département (en particulier dans les petites communes rurales) et préfère retenir le recul du FN dans les quartiers populaires de La Rochelle.

  • 24/04/17 | P-Atlantiques : un front républicain se dessine face au FN

    Lire

    A gauche comme à droite, les voix se succèdent pour faire barrage au second tour au Front National dans les Pyrénées-Atlantiques. Qu'il s'agisse de la sénatrice Frédérique Espagnac, porte-parole de Benoit Hamon, comme des députés PS Martine Lignières-Cassou et David Habib. Une même position est adoptée par Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. Même si celui-ci entend combattre les mesures d'Emmanuel Macron qui porteraient atteinte aux travailleurs. Nicolas Patriarche, secrétaire départemental LR, soutiendra pour sa part Macron, en souhaitant que ce dernier... s'en souvienne.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Soraya Ammouche, la dame du faire de La Rochelle

11/09/2016 | Femme de terrain, fraîchement élue au Conseil régional, elle ne se considère pas comme « un politique » mais un « citoyen exerçant des fonctions démocratiques »

Soraya Ammouche, adjointe à La Rochelle, fait partie des 20 conseillers régionaux de Charente-Maritime

Elle avait annoncé son intention de quitter le conseil municipal de La Rochelle à la veille de vacances d’été, pour ne pas cumuler ses mandats d’adjointe à la Ville, de conseillère à la communauté d’agglomération et d’élue à la Région. Jean-François Fountaine lui a demandé de rester, pour mieux porter les dossiers rochelais à Bordeaux. Elle a finalement coupé la poire en deux : elle garde un pied à la ville et à l’agglo, mais ne sera plus adjointe. Retour sur le parcours d’une femme de conviction.

Depuis huit ans au conseil municipal de La Rochelle, avec Maxime Bono (PS), puis avec Jean-François Fountaine (DVG), Soraya Ammouche, 41 ans, fait partie de ces jeunes élus non issus du sérail, entrée en politique un peu par hasard. « On est venu me chercher parce que j’étais une femme d’action, issue de la diversité. J’ai conscience de ça », affirme cette fille d’immigré, arrivée en France à 22 ans. Pour autant, elle fustige les mauvaises langues qui voient dans ces nouveaux politiques de simples faire-valoir de têtes de listes : elle estime avoir sa place et un rôle à jouer. « Pour moi, l’élu est la passerelle entre l’administration, qui peut paraître froide, et le citoyen, qui est en attente de réponses.» Cette ancienne chargée de développement de l’économie sociale et solidaire (2005 – 2009) ne se considère d’ailleurs pas comme « un politique » mais un « citoyen exerçant des fonctions démocratiques ». Et ne cache pas son admiration pour le modèle scandinave, où l’égalité entre l’élu et le citoyen lambda n’est pas seulement sur le papier.

En femme de terrain, cette dame du « faire » regrette la lenteur de l’appareil politique, là où elle voit l’urgence d’agir in situ : « On est toujours dans les promesses, les critiques, les petites phrases, la posture, au lieu d’incarner des projets ». Elle avoue sans complexe avoir découvert un univers fait de calculs, de coups bas et de combats d’égos qu’elle ne soupçonnait pas. « Je n’aurais jamais imaginé qu’on puisse se positionner pour quelqu’un sans être automatiquement considéré en opposition à un autre », faisant notamment référence à son soutien au dissident PS Olivier Falorni aux législatives de 2012, face à Ségolène Royal. Un systématisme en contradiction avec sa vision du monde, elle qui confie croire davantage aux hommes qu’aux partis. D’ailleurs, si elle est encartée au PRG, c’est autant « par fidélité à des gens » que par adhésion à ses « valeurs humanistes ».

Huit ans de pratique du milieu l’ont laissé un peu désabusée, mais l’ont convaincue de la nécessité urgente d’incarner les valeurs républicaines - valeurs auxquelles elle croit depuis toute jeune fille, elle qui rêvait d’intégrer Sciences-Po ou une école de journalisme, avant de faire du Droit. C’est d’ailleurs pour respecter la loi sur le non cumul des mandats (effective en 2017) qu’elle dit avoir voulu démissionner. « Mais je me rends compte, en voyant les réactions autour de moi, que le non cumul des mandats est has been avant même d’avoir été.» Elle ira donc porter ses valeurs à la Région, tout en continuant à assumer un certain nombre de ses missions rochelaises (notamment en tant que présidente déléguée de la Mission locale). Cette fois, ce sont les questions de la transition énergétique et écologique qui l’attendent, ainsi que l’élaboration d’un plan de lutte contre le gaspillage alimentaire. Soraya Ammouche prévient : ses nouvelles fonctions vont l’obliger à prendre du recul avec le terrain. « Aujourd’hui, je ne me perçois plus comme un acteur de proximité […] je suis toujours pour l’action dans l’urgence, mais quand vous êtes dans la construction d’un projet à terme, on est forcément dans la réflexion, ce qui nécessite une prise de distance. » La dame du faire a pris son envol.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5939
Aimé par vous
4 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Dekkiche Ben | 12/09/2016

courage et respect vous être sur la bonne voix amitiés indéfectible

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !