aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/09/16 : Alain Rousset:"je l'ai demandée depuis longtemps" après l'annonce de M.Valls qu'à compter du 1er janvier 2018, les régions au lieu de la DGF bénéficieront d'une "fraction de TVA dont l’effet dynamique garantira et pérennisera leurs moyens d’actions"

29/09/16 : Alors que les attaques de vautours sur le bétail augmentent dans les Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, le président de la FDSEA demande que des tirs de prélèvement soient faits sur ces rapaces, "exactement comme c'est le cas ailleurs pour le loup"

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 29/09/16 | Une belle reconnaissance pour les Vignerons de Buzet!

    Lire

    Ils viennent d'obtenir le label Diversité. Un premier pas vers la double certification « égalité & diversité », proposée par la Région Aquitaine et le groupe AFNOR. Cette certification veille à la gestion équitable et impartiale de la richesse humaine, sans discrimination aucune. Les Vignerons de Buzet s'inscrivent là dans un projet pilote pour les PME, porté par la Région Aquitaine. Une démarche expérimentale et innovante qui évoluera au sein de la démarche RSE globale.

  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Spécificité Pays basque et LGV au coeur des Régionales

06/11/2015 | Ce sont les deux sujets majeurs qui intéressaient dans un théâtre Quintaou d'Anglet complet, le Pays basque. Avec la présence bruyante des anti-LGV

Calmels Coutant  Colombier, Dartigolles Rousset Régionales

Qui a dit que les élections régionales n'intéressaient personne? Les sondages commencent à en revenir de leurs études "définitives" et le public emplissait la salle Quintaou d'Anglet pour ce débat décentralisé "hors Bordeaux" de deux heures organisé par nos confrères de France3 (Totte Darguy), France Bleu (Yves Thussaud) et "Sud Ouest" (Pierre Sabathié). Deux heures dont nous extrairont le verbatim de deux sujets majeurs au Pays basque: les intercommunalités dont l'EPCI basque et évidemment la ligne LGV à laquelle est particulièrement attaché le président de Région sortant Alain Rousset (PS).

La salle Quintaou d’Anglet était comble — près de 800 personnes — pour ce débat des Régionales sur la Nouvelle Aquitaine, entre cinq des dix candidats pour les échéances des 6 et 13 décembre. De nombreux maires étaient présents, mais aussi le député européen et ancien maire d’Anglet, Alain Lamasoure. Avec un casting de choc : de gauche à droite, du moins sur scène, la challenger Virginie Calmels, tête de liste de la Droite réunissant, Les Républicains, centristes du Modem et de l’UDI, du moins d’un représentant choisi par les États majors. À propos du président de l’ACBA et maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray, présent dans la salle et dans la dissidence, elle lança un peu cinglante : « J’ai pas à me prononcer sur les problèmes de l’UDI ; quant aux propos du maire de Bayonne, ils n’engagent que lui » ; Jean Colombier, Le Front national girondin « ravi d’être pour la première fois depuis 40 ans, convié à un débat pour donner son avis sur ce mastodonte des eurorégions » ; Françoise Coutant (Europe Écologie les Verts), la représentante du Poitou Charente, qui glissa en douce à Alain Rousset qui déployait son arsenal des industries aux énergies renouvelables dans sa Région : « Sur ce sujet, le Poitou — Charente n’a pas de leçons à recevoir de l’Aquitaine » ; Olivier Dartigolles, Parti communiste qui d’une certaine manière séduisit l’assistance avec son humour décapant et balança quelques phrases du style : « Le gouvernement a donné naissance à un monstre de région et ils ont du mal à la nommer. » « Quand Juppé dit que la région bordelaise doit être le vaisseau amiral, cela veut dire que les autres sont des sous-régions ». « Un jour, je suis allé en Poitou-Charentes. Une dame m’a dit vous avez un accent du sud. Ben oui, je suis Béarnais. Ce simple exemple démontre la complexité de cette nouvelle région. »

Enfin la tâche n’était pas aisée pour le président sortant Alain Rousset qui se déploie tout azimut ces temps-ci et qui, malgré des sondages favorables semblait être un peu fatigué et seul contre tous. Olivier Da rtigoles reconnut toutefois qu’« il n’y avait pas que du mauvais dans ce qu’il avait fait. » Président qui rappela que « cette grande région aussi étendue que l’Autriche était au départ une idée de Jean-Pierre Raffarin et d’Edouard Balladur, qui sera fer de lance de l’agriculture, de la Fôret et de l’industrie aéronautique ». Mais l’essentiel en ce Pays basque profond, que le transfrontalier aidant Alain Rousset veut transformer en « Académie du savoir-faire » se trouvait dans deux thèmes : le projet d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) intéressant le territoire basque et évidemment la LGV. Les antis qui s’attachent aux basques d’Alain Rousset dès qu’il franchit la commune de Bidache ou arrive en provenance de Soule, n’ont évidemment pas manqué, bruyamment, le rendez-vous de mercredi soir renforcés par des syndicalistes CGT de la SNCF.

Quels territoires et intercommunalités pour demain ? Oivier Dartigolles (PCF). — On est choqué par la méthode. Le préfet ne propose qu’un choix de 158 communes qui ne seront pas toutes représentées par la gouvernance. C’est une perte d’autonomie pour les plus petites communes, les plus petits villages. Je vois que l’on joue sur la question identitaire. Certes, il y a cette demande d’EPCI, mais nous demandons que d’autres options soient travaillées, que d’autres équilibres soient trouvés. La porte d’entrée, ce sont les besoins sociaux. Il faut réfléchir aux bassins de vie. Je pense que le maire de Tarnos peut être aussi intéressé, pourquoi ne regarderait-on pas du côté du Seignanx ? Il faut plusieurs options, sinon c’est le passage en force. Les syndicats intercommunaux offrent des services de qualité au public et ils sont menacés.

Calmels débat angletVirginie Calmels (Les Républicains). — Je suis plutôt d’accord avec Monsieur Dartigolles, il faut remettre de la démocratie et du débat. Au Pays basque, je sais combien à quel point les cultures et les identités doivent être préservées. Au sein de ma propre liste, il y a des pour et des contre. Localement un vrai débat démocratique doit s’installer. Ce sont les gens du territoire qui savent le mieux ce qui est bon pour eux. Je souhaite clairement que les centres de décision ne soient pas à Bordeaux. Il existe des pouvoirs de décision à Poitiers. Le Pays basque pourrait en être un pour les langues régionales. Si nous voulons que cette région vive au XXI siècle, il faut travailler en réseau, à distance et mailler le territoire. »

Jacques Colombier (Front national). — L’EPCI ? Non et non ! C’est une proposition de l’État sans concertation. Et pour le Béarn ? On ne fait rien ? 158 communes, cela participera à supprimer les petites communes au profit de grosses agglomérations. Au déplacement du Pays basque rural vers la Côte et une strate supplémentaire dont le coût va revenir encore aux contribuables. Je propose que l’on fasse des économies en diminuant nos indemnités de 10 % et en ne mettant pas un euro pour les vagues migratoires. Notre devoir est de « occuper d’abord des Frnçis qui souffrent.

Françoise Coutant (EELV). — « Notre projet écologiste, c’est d’abord une méthode participative. Nous souhaitons travailler avec tout le monde pour construire les politiques régionales et les mettre en œuvre ensemble. Ce n’est pas moi depuis Angoulême qui vais m’immiscer dans ces questions spécifiquement basques. Mais si les territoires en ont envie, ces projets d’EPCI me semblent pertinents. Il y a intérêt général et celui des territoires. On me parle d’explosion des coûts, mais je n’en suis pas sûre. Il devrait y avoir moins d’élus, 232, et on parle d’une économie de 800 000 euros d’indemnités. Le potentiel pour travailler et donner une puissance économique ou agricole me paraît existant.

Calmels Coutant  Colombier, Dartigolles Rousset RégionalesAlain Rousset (PS). — L’Aquitaine est passée d’une économie de rente et de cueillette à une économie d’innovation. L’EPCI, ça me séduit. L’avenir est à la coopération entre la Grande Région et ses interlocuteurs qui seront capables de porter des dossiers plus puissants. Qund on est ensemble on est plus. Avec 80 syndicats mixtes, on n’en sort plus.
Ne nous cachons pas derrière la question du débat qui dure depuis des dizaines et des dizaines d’années ici. Il fallait trouver une modalité juridique. Un département Pays basque avait été évoqué, mais il allait complexifier les choses. Cette fois ce n’est pas le cas. Cette intercommunalité ne fera rien perdre à la Soule, à Biarritz ou au piment d’Espelette. Aujourd’hui on a une identité qui négocie un contrat. Ce sont des engagements sur mesure. L’Eurorégion créée avec le Pays basque espagnol incarne aussi une belle idée qui gère les crédits européens pour le transfrontalier. Si bien que d’ici quatre ans, un train direct mettra moins d’une heure pour relier Bayonne à Saint-Sébastien.

LGV : D’“Améliorons l’existant” à “l’investissement pour un siècle” Alain Rousset. —  La Région a investi 2,2 milliards d’euros dans le ferroviaire ; en 2016, la Région a permis de rétablir ligne Bayonne-Saint-Jean-Pied de-Port....Mais il faut que la SNCF se réforme, il n’est pas normal que 25 trains par jour soient supprimés ou qu’il y ait de retards. Il y parfois un bras de fer entre nous. On est en bagarre avec la SNCF parce qu’elle ne fait pas bien son boulot. La LGV ? Il y a 9 000 camions et on élargit les voies sur l’autoroute, l’arrivée de la LGV permettra de passer de 9 à 18 millions de passagers et tripler le nombre de voyageurs à Bayonne par le moyen de transport le plus sûr.
L’État entre 2020 et 2030 aura un budget de 4000 milliards. OK ? Si on n’a pas 8 milliards pour une priorité alors il faudra qu’on me l’explique. C’est un investissement public pour cent ans. C’est de l’intérêt général.

Colombier debat anglet

Jacques Colombier. — Pour ce qui concerne les transports de proximité il faut élaborer un plan régional et la création d’une police régionale des transports et choisir une entreprise française, Alstom et non canadienne (Colombier) pour renouveler le parc des trains. Par ailleurs, je tiens à dire mon opposition à la ligne LGV Bordeaux-Dax. C’est une saignée dans les vignobles et dans la nature. Et deuxièmement, il existe des lignes. Ces lignes évidemment, il faut les moderniser fortement.

Françoise Coutant. — En tant que vice-présidente de la Région Poitou Charente, je tiens d’abord à dire que chez nous les trains ont beaucoup moins de retard qu’en Aquitaine. Il faudra à partir du mois de janvier établir un maillage que nous devons accomplir dans le cadre de cette nouvelle grande Région et nous devons travailler avec la SNCF. Il existe un bras de fer avec la SNCF, mais il faut travailler ensemble. Sur cette ligne Bordeaux-Bayonne, on a la possibilité d’arriver à la grande vitesse. La grande vitesse c’est 220-250 km/h. Ces lignes-là on peut les moderniser en faisant un certain nombre de travaux d’infrastructure qui nous coûteront nettement moins cher. Arrêtons les frais, Il est hors de question que le Conseil régional finance la LGV.

Dartigolles débat

Olivier Dartigoles. — On assiste à un dépeçage du ferroviaire en France, notamment avec l’arrivée des autobus Macron. J’aimerais que la SNCF revienne à son métier d’origine, le rail et non les autocars. Je choisis la rénovation des trains du quotidien à la LGV. Pour moi un kilomètre de LGV c’est 30 crèches de 50 places, c’est un lycée de 850 places avec l’ensemble des ordinateurs, des salles de cours ; c’est trois maisons de 85 lits et je m’en arrêterai la ligne fantome Pau-Canfranc.

Virginie Calmels. — Il nous faut aujourd’hui un vrai plan d’urgence pour les infrastructures routières et du rail. J’en appelle à une négociation avec la SNCF. Le fait que la Région mette 0 euro sur les routes est un sujet. Sur le rail il faut améliorer la ponctualité, comme sur la ligne Bayonne-Pau-Tarbes. Si je suis présidente du futur Conseil régional, j’arrêterai la ligne fantôme Oloron-Canfranc à Bedous. Je suis ouverte à l’expérimentation de la concurrence des TER à la fin des conventions pour favoriser l’intermodalité. La LGV ? Si je regrette que l’on ait rayé d’un coup de crayon les conclusions de l’enquête publique, je pose la question : aujourd’hui qui peut financer ? nous avons 2000 milliards de dettes dans ce pays, la SNCF a 37 milliards de dettes et elle perd 3 milliards d’euross par an!

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
2216
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
François | 09/11/2015

V.Calmels ce n'est "Républicains" mais "LES Républicains" ou LR ... les autres candidats aussi sont tous supposés être républicains !

Webmestre | 09/11/2015

Vous avez tout à fait raison. Nous avons modifié l'article. Merci à vous

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !