Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/09/20 | Plus de 5 millions d’euros pour les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Lors de la Commission Permanente du 25 septembre, le Département des Pyrénées-Atlantiques a attribué plus de 5 millions d’euros de subventions à 63 projets. Parmi les projets soutenus, 1 147 000 euros sont en faveur de la promotion de la langue basque, 447 436 euros en soutien aux acteurs de la culture dans le cadre de la crise sanitaire. Le Département s’engage aussi au travers d’une délibération à la préservation et la restructuration de la forêt de Chiberta fortement touché lors de l’incendie.

  • 26/09/20 | La Charente s’engage contre la fermeture de Verallia

    Lire

    Lors de sa commission permanente du 25 septembre, les élus du Département de la Charente ont voté une motion contre la fermeture de Verallia. A l’heure où cette fermeture entraîne la suppression de 80 emplois Ils souhaitent que "tout puisse être mis en œuvre pour préserver le bassin d’emploi de Cognac, et notamment que le plan de restructuration porté au niveau national préserve l’unité des acteurs du tissu économique local". De plus, le Département s’engage à être présent aux côtés des salariés et des élus pour faire face à cette annonce.

  • 26/09/20 | Le festival du film court d'Angoulême ce week-end

    Lire

    Le festival international du film court d'Angoulême revient du 25 au 27 septembre inclus, dans sa forme habituelle, à la Cité internationale de la bande-dessinée. 17 films en compétition sont à découvrir samedi après-midi. Ceux qui auront été primés seront de nouveau diffusés le dimanche à 18h30. Certains réalisateurs seront là pour échanger. A découvrir également : des courts-métrages à destination des plus jeunes, dont un Wallace et Gromit. Infos: www.filmcourtangouleme.com

  • 25/09/20 | L’hôpital de La Rochelle active son plan blanc

    Lire

    Le Groupe hospitalier Littoral Atlantique, qui regroupe les établissements de La Rochelle/Ré/Aunis, Rochefort et Marennes/Oléron, a activé mardi le niveau 1 de son plan blanc. Le nombre de patient Covid-19 est passé de 4 à 8 cette semaine, dont un en réanimation. Si le nombre de cas à l'échelle du Département reste faible (taux d'incidence <50 pour 100 000 habitants), le service réanimation est déjà sous tension, avec 2 places disponibles. Une unité spéciale Covid sera mise en place début octobre.

  • 25/09/20 | Bordeaux célèbre Mauriac

    Lire

    À l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de François Mauriac, les bibliothèques de Bordeaux proposent tout au long de l’automne une saison dédiée à l'écrivain, journaliste et Prix Nobel de la littérature. Conférences, expositions, projections et match d'improvisation exploreront les résonances contemporaines des engagements de François Mauriac, au travers de documents rarement montrés voire pour certains inédits. Point d’orgue de la saison, l’exposition "Écrire, c’est agir", à la bibliothèque Mériadeck du 5 novembre 2020 au 17 janvier 2021. http://mauriac2020.bordeaux.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Stratégie aéroportuaire régionale : Quel sort pour les aéroports de la région ?

23/10/2017 | Ce lundi le Conseil régional se réunit en séance plénière, au programme notamment la présentation de la nouvelle stratégie aéroportuaire régionale.

Aéroport Pau-Pyrénées

La Nouvelle-Aquitaine compte 11 aéroports, avec pour particularité leur grande diversité tant en termes de structuration, de typologie ainsi que de nombre de passagers, avec des trafics allant de 5,6M de passagers par an pour l'aéroport de Bordeaux Mérignac à 6 000 par an pour Périgueux... Depuis 2 ans, suite à la fusion des régions, la Nouvelle-Aquitaine travaille à une stratégie aéroportuaire régionale, visant à l'harmonisation de ses interventions auprès de ces infrastructures ; chacune des 3 anciennes régions ayant eu en la matière des approches ( ou absence d'approches...) radicalement différentes. C'est cette stratégie que Mathieu Bergé, le conseiller régional en charge du dossier, présente ce lundi à ses collègues élus régionaux réunis en séance plénière.

Désenclavement du territoire (au regard de Paris et Lyon), soutien à une base économique forte ou encore assurer la venue de touristes sur le territoire, voilà les 3 vocations principales des aéroports français et régionaux. Une typologie établie par deux récentes études menée l'une par la DGAC (Direction génerale de l'Aviation Civile), l'autre par la Région Nouvelle-Aquitaine, en vue de l'élaboration de sa stratégie régionale. Cette dernière cela dit, pousse un peu plus loin l'analyse et « permet de mettre en avant que ces infrastructures peuvent avoir plusieurs vocations tout en identifiant une vocation principale », indique Mathieu Bergé.
Au total, en Nouvelle-Aquitaine : « certains aéroports ont une forte base économique mais à vocation touristique, c'est le cas des aéroports de Biarritz et Pau en particulier. Il y a des aéroports qui peuvent avoir une vocation de désenclavement première, mais avec une vocation touristique partielle, comme l'aéroport de Brive. L'aéroport de Limoges sert une base économique et touristique avec rôle de désenclavement. L'étude relève trois aéroports touristiques : Bergerac, La Rochelle et Poitiers mais pour ce dernier, tempère l'élu, cette vocation est marginale car cela se concentre essentiellement sur une ligne unique : Londres-Poitiers. » Enfin pour Agen, Périgueux et Angoulême qui n'a pas de trafic commercial, les trois aéroports sont identifiés comme des « aéroports locaux de proximité ».

Une participation à 25% pour tous les aéroports "cibles"
Forte de cette connaissance des différents aéroports, complétés d'échanges nourris avec les acteurs du territoire et de débats réguliers avec les élus régionaux, « la région dans sa stratégie, propose d'accompagner des aéroports « cibles », c'est à dire non pas par rapport à leur seule classification, mais par rapport à l'impact qu'ils ont sur le territoire au regard des enjeux identifiés de désenclavement, et de soutien aux bassins économiques et touristiques. », explique le conseiller régional.

Au sein de ces aéroports cibles, la stratégie de la Région est d'harmoniser ses prises de participation, jusque-là très « asymétriques », selon le terme de l'élu. « Au sein des syndicats mixtes qui gèrent les aéroports, on est actuellement présent de 0% jusqu'à 49,7% à Limoges, en passant par 10% de participation régionale à Brive ou Bergerac et 33% à Pau ». « Désormais, poursuit-il, la position de la région est de rentrer au capital de tous les aéroports cibles à hauteurs de 25 %, c'est à dire les aéroports de Biarritz, Pau, Limoges, Brive, La Rochelle et Bergerac. Pour certains ce sera une entrée au capital à hauteur de 25% (La Rochelle et Biarritz), pour d'autres, une montée au capital (Brive et Bergerac), et pour d'autres enfin, une baisse. Ce sera le cas des aéroports de Pau et Limoges » Sur Limoges, cependant, prenant compte du difficile désenclavement de territoire, la région prend ses précautions : « ce sera une trajectoire de baisse à 25% sur 10 ans qui sera conditionnée aux économies d'exploitation et au développement du désenclavement de Limoges par les autres modes ferroviaires et routiers. », précise Mathieu Bergé.

Aéroport Agen La Garenne

Agen et Poitiers, les cas particuliers

Mais dans cette liste semblent manquer Poitiers et Agen, qui ne sont pas totalement oubliés pour autant. « La particularité de Poitiers c'est qu'il ne peut pas être considéré comme un aéroport de désenclavement puisqu'il y a une desserte ferroviaire assez exceptionnelle vers Paris, par contre nous avons noté un véritable enjeu issu de la demande des acteurs du territoire qui est de soutenir la ligne de désenclavement transversale vers Lyon. Pour cette raison, nous proposons de contribuer au financement de cette ligne OSP (obligation de service public). En réalité, c'est un engagement que nous avons pris depuis le début du mandat mais qui n'existait pas à l'époque de la gestion par la région Poitou-Charentes. La délibération avait été votée quelques mois avant la fusion, mais n'avait pas était appliquée. »
A ceux qui pourraient s'émouvoir de l'absence de prise de participation de la région, Mathieu Bergé rappelle que le rôle de la région est « d'assurer une politique de mobilité efficace en combinant les différents modes et donc, n'est pas à financer des actions de désenclavements aériennes, surtout quand la desserte ferroviaire est à ce point exceptionnelle. » Quant à la vocation touristique de l'infrastructure, c'est essentiellement la ligne Londres-Poitiers qui l'assure. « L'aéroport, n' a pas su jusqu'à maintenant se développer comme d'autres l'ont fait, comme un aéroport à vocation touristique structurant. Par contre, avec notre soutien à la ligne OSP, nous répondons à une demande prioritaire du territoire. On est loin d'un abandon de Poitiers; la politique régionale n'a même jamais été aussi en faveur de l'aéroport de Poitiers qu'à l'heure actuelle, puisque avant il n'y avait rien. »
Quant à l'aéroport d'Agen, « aéroport local avec une vocation de désenclavement », la région s'autorise un temps d'observation. « Agen est impacté positivement par la mise en service de la LGV, avec une durée de 3h20 pour relier Paris. Mais, suite aux discussions avec les élus et acteurs locaux, on s'est donné un an pour évaluer l'impact du ferroviaire sur la ligne aérienne. Pendant cette période, on finance là aussi la ligne de service public OSP vers Paris. »

Vers un "parlement aéroportuaire régional" ?
Au total selon l'élu en charge du dossier, la région signe ici une stratégie « volontariste » qui entraînera une augmentation du budget passant de 4,3M€ par an, 5,6M€ par an sur un prévisionnel de 10 ans . « Au regard de l'ambition de la stratégie c'est une augmentation des coûts qui parvient à rester modérée », estime Mathieu Bergé. Quant à la suite, une fois passé le vote des élus, « nous allons contractualiser avec chacune des plateformes aéroportuaires un plan pluri-annuel de développement assorti de nos 25 %. C'est une minorité de blocage qui loin de vouloir imposer un dictat de la région aura simplement vocation à faire respecter cette contractualisation »
En outre, la Région devrait également créer un établissement aéroportuaire régional, qui aura vocation à gérer les participations de la région dans les différentes plateformes. Véritable « parlement aéroportuaire » de la région, il permettra l'échange et la rencontre entre les acteurs afin de les engager à plus de mutualisation ainsi qu'à développer une vision stratégique qualifiée du territoire, et permettra des négociations avec les grands comptes dont les compagnies aériennes pour des mutualisation de ligne, d'exploitation, etc ».

Enfin concernant l'Aéroport de Bordeaux-Mérignac et son statut particulier de Société anonyme à gestion publique (avec l'Etat à 60% et le bloc des collectivités et CCI à 40%), Mathieu Bergé insiste sur le fait qu'à l'occasion de cette nouvelle stratégie, la Région « affirme avec force qu'elle est extrêmement attachée au maintien de la gouvernance publique de l'aéroport de Bordeaux, et que le jour où l'Etat serait tenté de se séparer de ses parts, il faudrait que le bloc des collectivités locales ait capacité de racheter 10% plus une voix du capital, pour assurer ce maintien dans la sphère publique de l'infrastructure ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Wikimedia-Poudou99

Partager sur Facebook
Vu par vous
26715
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !