Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/01/19 : Le lanceur de poids bordelais Jean-Luc Mastromauro a battu le record de France des moins de 50 ans. Il a réalisé 17m19 à Fronton le 13 janvier, améliorant ainsi son propre record de France, établi une semaine plus tôt avec 16m90.

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.

10/01/19 : Avec 6,8 millions de passagers et + 9,3% de hausse de trafic, l'Aéroport de Bordeaux conclut une 9ème année de croissance consécutive. En gagnant 576.000 voyageurs supplémentaires, 2018 représente la meilleure année sur la plateforme bordelaise.

10/01/19 : Pour la période des soldes, le réseau des bus de l'agglomération d'Agen fait voyager en illimité sur l’Agglo pour 1,20€ (au lieu de 2,50€). Offre valable les samedis 12, 19 et 26 janvier 2019.

10/01/19 : Fermeture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation en raison de travaux, du jeudi 10 janv 21h au vendredi 11 janv à 6h. Des déviations seront mises en place par la rocade intérieure et la rocade extérieure, via le pont F. Mitterrand.

09/01/19 : Bernard Giraudel, patron charismatique du Vieux Logis, le restaurant étoilé de Trémolat en Dordogne, est décédé ce mercredi. Il a trouvé la mort sur les routes de Dordogne, à l'âge de 93 ans. Il a fait un arrêt cardiaque au volant de sa voiture.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/01/19 | 150 postes à pourvoir à l'aéroport !

    Lire

    Pôle Emploi et l’aéroport de Bordeaux-Mérignac organisent un job dating inédit en partenariat avec la Ville de Mérignac le 31 janvier prochain. 150 postes seront à pourvoir immédiatement autour d’une vingtaine de métiers allant de l’agent d’exploitation au steward, en passant par l’agent de sûreté ou l’agent de piste. L'occasion, CV en main, de rencontrer directement toutes les entreprises de l’aéroport qui recrutent sur terre ou dans les airs ! Commerces, restaurants, loueurs de véhicules, compagnies aériennes, etc. Infos et détails des postes à pourvoir sur : www.pole-emploi.fr

  • 16/01/19 | Le Raid Saint-Martin : volume 2

    Lire

    Le département de la Vienne et le Stade Poitevin Triathlon organisent les 21 et 22 juin 2019 le 2ème Raid Saint-Martin. Cette épreuve sportive, labellisée, festive et culturelle permet de découvrir le 4ème chemin de randonnée lié à Saint-Martin en Touraine et Poitou. Deux formules XL (150km) seront proposées pour cette édition 2019 et un raid de 90 km. Les équipes s’inscriront par 2,3 ou 4 et pourront profiter d’étapes de course à pied, run and bike, VT canoë et course d’orientation.

  • 16/01/19 | Pyrénnées : partenariat Altibus-Air'Py

    Lire

    Présents actuellement au salon Grand Ski à Chambéry, le gestionnaire de l'aéroport Pau-Pyrénées et Altibus en ont profité pour signer un partenariat qui permet de relier par navette l'aéroport Palois à 18 stations de ski des Pyrénées. Ainsi, Altibus s'implante pour la première fois dans les Pyrénées! Les navettes sont proposées au tarif de 15€ l'aller simple, en correspondance avec les vols de Paris Orly, Brest, Caen, Lille et Strasbourg.

  • 16/01/19 | Dartess et Inno'vin main dans la main

    Lire

    Le leader français du conditionnement et de la logistique des vins et spiritueux, Dartess, souhaite devenir un acteur de l'innovation. En rejoignant le cluster INNO'VIN, qui rassemble plus de 150 acteurs viti/vinicoles en Nouvelle-Aquitaine, Dartess met ainsi l'innovation au cœur de son développement, afin de mieux prendre le virage digital. Ce rassemblement d'acteurs de l'innovation permet de s'associer avec des startups, entreprises ou organismes de recherche et mener des expérience concrètes

  • 16/01/19 | La Nouvelle-Aquitaine consommatrice de glyphosate

    Lire

    Alors qu'un sujet d'Envoyé Spécial y est consacré cette semaine, une étude récente enquête réalisée par France Info sur le glyphosate. Trois départements de Nouvelle-Aquitaine figurent dans les territoires où l'herbicide s'est le plus vendu en 2017 : la Charente-Maritime (271 tonnes), la Charente (270,1 tonnes) et la Gironde (248,9 tonnes). Selon cette enquête, qui se base sur les données de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris), 2017 "représente la troisième année où le produit s'est le plus vendu en dix ans".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Débat passionné à l'Hôtel de Région : « Les migrants : menace ou espoir ? »

26/05/2015 | L'association AQAFI, spécialiste des réflexions sur les mutations socio-économiques et politiques en Afrique, axe la réflexion de sa quatrième biennale autour des problématiques liées à l'immigration.

De gauche à droite : Cheikh Sow, modérateur de la conférence, Alioune Sy, fondateur de AQAFI, Dr Joëlle Perroton, Dr Cheikh Tidiane Gadio, Anne-Marie Cocula, vice-présidente du Conseil régional d'Aquitaine, Manuel Dias et Maître Lucille Hugon.

Jamais auparavant la thématique de la manifestation "Printemps de la Diversité" n'a tant été d'actualité. La médiatisation intense des tragédies se jouant chaque jour en Méditerranée nous rappelle quotidiennement, et de la plus violente des façons, la tournure dramatique que peuvent prendre certains déplacements de populations. Derrière les images d'horreur, les faits. Et il est nécessaire de les comprendre. Ce mercredi 20 mai, à l'occasion de la journée mondiale de la diversité culturelle, les panélistes de la table ronde "Les migrants : menace ou espoir ? " ont chacun défendu leur vision des phénomènes migratoires, face à un public venu en nombre.

230 millions de migrants internationaux en 2010

Invité d'honneur de cette table ronde, Cheikh Tidiane Gadio a déploré une crise politique généralisée en matière de migration, exacerbée par les crises sécuritaires, les tragédies perpétrées par des groupes terroristes, l'expansion de virus mortels et les trafics de stupéfiants. « Partis mettre fin à une vie de calvaire », plus de 1800 migrants ont déjà trouvé la mort en Méditerranée depuis janvier … Les chiffres émeuvent l'ancien ministre sénégalais des affaires étrangères, consterné par l'absence de représentants africains au dernier sommet européen consacré à la lutte contre ces dramatiques naufrages au larges des côtes libyennes. « Tous les régimes et paradigmes politiques ne sont pas parvenus à enrayer les déplacements de populations en Afrique » a t-il regretté. Le continent compte pourtant une écrasante majorité de jeunes, de nombreux cadres, un tiers de ressources naturelles mondiales … et des pays riches. Réunis, les deux Congos pèseraient un poids économique de 33 000 milliards de dollars !

Qu'en dit la loi ?

Maître Lucille Hugon, avocate au Barreau de Bordeaux, s'est replongée pour l'occasion dans la structure sémantique et textuelle des lois françaises relatives aux droits des migrants. Celle-ci l'affirme, notre législation ethno-centriste actuelle précarise et rend temporaire la présence des étrangers sur le sol français : « La loi française est régie par une véritable peur de l'envahissement ». Lucille Hugon s'est par ailleurs dite particulièrement apeurée par la possibilité d'arrestation d'étrangers en situation irrégulière à leur domicile : « C'est une traque, on  considère là les étrangers comme des criminels ». En France, seules les très précieuses « Carte Bleue Européenne » et « Carte de Séjour Compétences et Talents » seraient véritablement synonymes d'espoir pour les ressortissants étrangers : quand la première facilite le séjour en France de migrants hautement qualifiés, la seconde promeut les émigrés dont le projet contribue au rayonnement de leur pays. Pour Maître Lucille Hugon, il est très clair que cette immigration professionnelle éloigne de France les étrangers non viables économiquement.

« Pour la plupart, ils ont entre 20 et 50 ans et travaillent deux fois plus que les autres ! »

Le cri du cœur de Manuel Dias, président du Réseau aquitain pour l'histoire et la mémoire de l’immigration, en a certainement marqué plus d'un au Conseil Régional. Humaniste aux origines croisées franco-portugaises, il a remarquablement défendu les mérites d'une immigration en débat.

Sur le plan culturel, sportif, humain, social … la liste des apports de ce phénomène humain fondamental est longue ! « Aujourd'hui, les grandes nations doivent 30 à 40% de leur dynamisme à l'immigration » a t-il déclaré. Mais paradoxalement, si l'initiative de AQAFI incite au dialogue et à l'ouverture, pour Manuel Dias, la plupart des partis politiques se bornent depuis longue date à la vision unique du migrant comme menace. Depuis, le « pari fabuleux de l'immigration » est vécu comme une contrainte : « On ne veut pas les voir, on les considère comme des citoyens de seconde zone ou comme des parasites indésirables » appuie-t-il, avant d'ajouter « Nous serons une maison de retraite sans eux ». Donnant au passage une petite leçon d'histoire à l'audience en rappelant le rôle crucial des soldats coloniaux lors des deux conflits mondiaux, ce dernier ne désespère pas que notre logique actuelle de rejet et de méfiance se mute un jour en une logique de reconnaissance et de tolérance : « Nous leur devons nos valeurs !  » s'est-il exclamé.

Après être revenu quelques instants sur la période coloniale, « à l'époque où le discours dominant était celui d'une mission civilisatrice arrogée par l'Homme blanc » et sur la peur du « grand remplacement », Daouda Gary Tounkara, chargé de recherche au CNRS, a rappelé toute la symbolique de la migration : « Certains sont prêts à mourir car ils ont un sentiment de perte de dignité et de reconnaissance dans leur pays. Pour eux, la migration sonne le début de la maîtrise de leur destin ». 

« L'apartheid scolaire » selon Joëlle Perroton 

Au regard des chiffres, la part d'enfants issus de l'immigration scolarisés dans les écoles françaises, en constante diminution depuis les années 1980, ne représentente que 16% de notre système éducatif. Dans ce cadre, il n'est pas inutile de rappeler que le relatif « échec scolaire » de ces élèves est plus souvent lié à leurs caractéristiques socio-démographiques défavorables qu'à leurs origines ethniques. Et si l'on regarde les résultats et les notes des enfants français de mêmes caractéristiques, appartenant à des familles défavorisées nombreuses et peu diplômées, les différences s'amenuisent, voire s'inversent.

Lieu de brassage culturel, « indifférente aux différences », l'école française est devenu un élément d'intégration universel fort. Mais, lorsque les clivages économiques et sociaux augmentent, les rouages de ce modèle peuvent se gripper. De fait, l'école est plus ségrégée et ethnicisée que le secteur scolaire ne l'admet : « une trentaine de collèges accueillent à eux seuls plus d'un quart des élèves issus de l'immigration, et 40% des populations les plus discriminées » a expliqué Joëlle Perroton. Et quand ces ségrégations croisent les inégalités scolaires, une forme de résistance scolaire ethnicisée, motivée par un sentiment d'injustice, peut se développer. A partir de 2005, certaines dérives communautaires ont même conduit à l'embrasement d'écoles. Pour Mme Perroton, l'école ne constitue plus un socle d'espoir dès qu'elle devient organisée autour de ségrégations : « Dans certains contextes scolaires, le poids des différences devient trop important pour que l'école continue à jouer son rôle intégrateur. C'est la capacité de l'école à créer du vivre ensemble, de la cohésion sociale et une culture commune qui est interrogée. Si espoir il doit y avoir, c'est sur la jeune génération et sur l'école qu'il faut le faire reposer » a t-elle conclu.

Nicolas Leboeuf
Par Nicolas Leboeuf

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6321
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !