Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

09/07/20 : L'inauguration de la Flow vélo, itinéraire cyclable de 294 kilomètres entre Thiviers en Dordogne et L'île d'Aix en Charente- Maritime a eu lieu ce jeudi après midi à Salignac sur-Charente, au Pont du Né, kilomètre zéro de la Charente Maritime.

09/07/20 : Xavier Bonnefont, maire LR d'Angoulême, devient président de l'agglomération de Grand Angoulême en étant élu à la majorité absolue dès le premier tour. Il détrône le socialiste Jean-François Dauré de sept voix.

08/07/20 : Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil Départemental de Gironde, a été élu ce 8 juillet, à l’unanimité de ses membres, Président du groupe des présidentes et présidents de gauche de l’Assemblée des Départements de France.

08/07/20 : Guillaume Guérin (Les Républicains) est élu président de la communauté urbaine de Limoges avec 47 voix face au socialiste Gaston Chassain.

08/07/20 : Le nouveau ministre délégué chargé des transports Jean-Baptiste Djebarri s'est rendu ce soir à la société Chronoplus de Bayonne où était employé le chauffeur Philippe Monguillot. Deux des agresseurs sont poursuivis pour tentative d'homicide volontaire.

04/07/20 : Beynac : Entre 250 et 300 personnes pro-déviation se sont réunis ce samedi matin pour que le chantier soit poursuivi, malgré la décision du conseil d'Etat, parmi elles, les maires des 4 communes concernées le président du Département Germinal Peiro.

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/07/20 | Cognac : un nouveau directeur du développement à la tête du BNiC

    Lire

    Le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC) vient de nommer Raphaël Delpech à la direction générale de l’interprofession en charge du développement, de la protection et de la valorisation de l’appellation Cognac. Sa mission, à compter du 7/09 : piloter le BNiC et mettre en œuvre les orientations stratégiques de la filière. Docteur en droit public, diplômé de l'IEP de Paris et du Kedge de Bordeaux, il a plus de 20 ans d’expérience dans les affaires publiques et la communication.

  • 09/07/20 | Airbus : Mérignac manifeste

    Lire

    La CGT a appelé les salariés de la filière aéronautique à la mobilisation, ce jeudi matin au rond-point de Dassault à Mérignac, en Gironde. La raison ? Manifester contre les 5000 suppressions de postes annoncées chez Airbus. Parmi ses filiales, l'un des sites de Stélia est basé sur la commune, employant 203 postes dont environ 80 sont menacés en plus des 95 autres sur le site de Rochefort en Charente-Maritime. Les négociations entre Airbus et les syndicats, qui viennent de commencer, doivent s'achever en octobre.

  • 09/07/20 | Le phare de Cordouan rouvre ses portes

    Lire

    Les visites reprennent à partir du 11 juillet au phare de Cordouan. Les travaux, qui avaient été suspendus durant le confinement, ont repris de mi-mai au 10 juillet. Le nombre de visiteurs au départ de Royan et du Verdon sera réduit, et chacun devra respecter les gestes barrières. Une nouvelle "offre de visite" est prévue par le syndicat gestionnaire (le Smiddest), avec une exposition de photos de Clément Chambaud. Les visiteurs pourront également observer le travail des compagnons sculpteurs.

  • 09/07/20 | 330 lieux incontournables en Nouvelle-Aquitaine pour un été gourmand

    Lire

    Selon une récente étude réalisée par le cabinet BVA, plus d’un Français sur deux envisage de partir cet été et 92 % d’entre eux prévoient de rester en France. Pour aiguiller les voyageurs friands de bonne nourriture, le Collège Culinaire de France a compilé, toutes les initiatives de producteurs, artisans et restaurateurs qui partagent les mêmes valeurs. Ces endroits sont géolocalisés sur une cartographie en ligne. Ils sont 330 en Nouvelle-Aquitaine!

  • 09/07/20 | Le Festival Biarritz Amérique latine fin septembre

    Lire

    La 29ème édition du Festival Biarritz Amérique Latine aura bien lieu du lundi 28 septembre au dimanche 4 octobre dans le cadre des mesures sanitaires qui auront cours et solidaire des festivals dont l'édition 2020 n'a pu avoir lieu insistent les organisateurs. Un thème particulièrement d'actualité a été retenu : la relation complexe et ambivalente qu’entretiennent les Etats-Unis d’Amérique avec cette Amérique latine. Les latino-américains aux USA constituent aujourd’hui la première minorité démographique, doit, 18% de la population totale.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | TER : le "tour de vis" régional

18/05/2019 | La Nouvelle-Aquitaine a signé ce vendredi, en présence du Président de la SNCF Guillaume Pépy, une nouvelle convention sur l'exploitation des TER courant jusqu'en 2024.

convention région TER

C'est incontestable : depuis les annonces gouvernementales d'ouverture à la concurrence dans le ferroviaire, la SNCF a entamé une véritable campagne de reconquête. Une nouvelle étape s'est déroulée aujourd'hui à Bordeaux avec la signature officielle de la nouvelle convention d'exploitation sur les TER signée entre la région Nouvelle-Aquitaine et SNCF Mobilités, active depuis janvier. Elle court jusqu'en 2024 et s'impose des défis réels, autant en termes de ponctualité que d'amélioration de l'offre. Non contents d'avoir exprimé un consensus clair sur la nécessité d'un passage à la vitesse supérieure, les signataires ont aussi affirmé qu'ils souhaitaient que celui-ci se fasse de manière plus écologique. Thermomètre sous le bras, on est allés prendre la température.

Ce vendredi 17 mai, le Président de la SNCF, a signé officiellement, après d'âpres mois de négociations, la version officielle et définitive de la nouvelle convention d'exploitation 2019-2024 entre le Conseil régional et SNCF Mobilités sur l'exploitation des TER. Cette dernière est ambitieuse et a pour but d'améliorer le réseau ferroviaire régional, autant en termes de ponctualité que de fiabilité. Des objectifs chiffrés ont ainsi été définis pour une flotte assurant 700 circulations quotidiennes et qui accueille chaque jour 60 000 voyageurs. La SNCF s'est ainsi vu imposer des contraintes : diviser par deux le nombre de trains en retard (l'objectif de régularité a bondi à 95% en 2014 contre 91% depuis la régionalisation en 2002). Sur ce point, si l'indice de régularité tournait autour des 89 à 90%, les premiers résultats de la convention régionale, lancée en réalité depuis janvier, sont plutôt encourageants : 94,3% de régularité et 1,2% de trains supprimés (pour un objectif de 1,8% sur 2019). La convention a également acté la volonté de créer une "remise à plat" des horaires sur les cinq zones de Nouvelle-Aquitaine, avec une offre adaptée à chaque territoire.

Concrètement, cela se traduit par l'incitation à créer une soixantaine de nouveaux trains par jour, avec une pénalisation de 1,50 euros par train et par kilomètre non réalisé sur chaque étoile ferroviaire "si l'offre n'augmente pas de 5%". En plus d'un engagement à maintenir le même niveau de service, la SNCF s'est engagée à ne pas réduire le nombre de gares ou de guichets et à ne pas étendre les trains sans contrôleurs après la polémique suscitée de la part des usagers sur la ligne Bordeaux-Arcachon en 2018. Un "fonds de garantie voyage" pour les abonnés annuels promet également une indemnisation en cas de "dégradation trop importante du service". Le tout s'inscrit dans un budget de fonctionnement 2019 de 296 millions d'euros, incluant une baisse des charges de 8%. En gros, SNCF Mobilités devra augmenter ses recettes de 24% entre 2018 et 2024 (entre 3 et 4% par an), le tout sans augmenter le prix des billets. Elle sera également soumise à un bonus/malus pouvant monter jusqu'à 3,2 millions d'euros par an, sans compter les éventuelles pénalisations "sans plafonnement de pénalités et sans franchise" en cas de grève notamment. Les efforts régionaux effectués depuis 2002 (+ de 3,5 milliards d'euros en fonctionnement), ont visiblement porté leurs fruits : la fréquentation sur 2017 a augmenté de 9,8% (contre 4,3% au niveau national), et le nombre d'abonnés de plus d'un tiers à la rentrée 2018 par rapport à 2017. 

"Colonne vertébrale"

Ce nouveau tour de vis régional, le président de la Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, ne s'en est pas caché : "le sens que nous voulons lui donner, c'est de faciliter la vie quotidienne. Nous sommes dans un moment de transition et face à un défi important. Nous avons dû synthétiser les trois conventions passées auparavant par les trois anciennes régions, établir une synthèse en tenant compte des attentes de chacun. Faire en sorte que les trains partent à l'heure de Bordeaux, c'est enclencher dans toute la région une mécanique de régularité implacable. Un succès commercial suppose un service commercial performant, autant au niveau de l'information donnée aux usagers qu'à celui des lieux de distribution. Nous avons encore trop l'impression de ne pas participer au choix des horaires, c'est la raison pour laquelle nous avons mis en place OptimTER, pour réviser l'organisation des cinq lots ferroviaires régionaux tous les six mois et pouvoir revoir les horaires et les fréquences, avec l'objectif clair de faire rouler plus de trains", a ainsi déclaré l'élu. "Notre troisième défi, c'est maintenant de sauver les lignes. Cette convention permettra à la Région de dégager des moyens sur les infrastructures, nous voulons les multiplier par deux. Cela suppose qu'SNCF Réseaux se réforme. La France est encore trop frileuse sur l'investissement mis dans ses infrastructures ferroviaires par rapport à nos voisins européens". 

Guillaume Pépy, de son côté, ne s'est pas montré plus rassurant sur l'état du chantier qu'il reste encore à mener sur le plan de la compétitivité, le tout sans se priver non plus de faire de multiples allusions à l'ouverture du rail à la concurrence envisagée pour 2023. "C'est une région sur laquelle le ferroviaire est absolument indispensable puisque sa taille et la présence de la LGV font que c'est une colonne vertébrale. On était devant une qualité de service médiocre, on n'avait pas le potentiel de clients qu'on doit avoir aujourd'hui. C'est un sacré défi. C'est la convention la plus ambitieuse de France à bien des égards et sa mise en œuvre va nécessiter au sein de la SNCF une véritable révolution interne. La négociation a été difficile. On avait beaucoup de contentieux, du mal à se parler, il a fallu purger tout ça. Ce qui nous a paru fondamental, c'est de jouer le "train gagnant" dans la Région. Nous partageons le fait que le chiffre de 60 000 voyageurs par jour n'est pas en rapport avec le potentiel de service public et que si l'on veut vraiment inverser le rôle négatif de la mobilité sur la planète (responsable de 27% des émissions de gaz à effet de serre), il faut se donner des objectifs de recomposition et de fréquentation très ambitieux. Un voyageur TER qui fait un kilomètre dans cette région, c'est moins de dix grammes de CO2 par kilomètre. Un automobiliste seul dans sa voiture, c'est vingt fois plus. Le mécanisme choisi est vertueux : si la SNCF fait son job, elle a de grandes chances d'être choisie et retenue. Sinon, la mise en concurrence sera le levier qui permettra à la Région d'atteindre ses objectifs. Ça nous met le ballon dans les pieds et c'est à nous de jouer", a ainsi jugé le patron de la SNCF. 

"Concernant l'objectif de la qualité de service, nous allons le jouer en partenariat avec Réseaux, nous pensons que nous sommes capables de le relever. Nous étions à 88% de régularité il y a trois ans, on est aujourd'hui à 94% depuis le début de l'année. Je ne connais pas de Région qui ait fait ce score en trois ans, maintenant il faut consolider. Sur l'attractivité, il y a un énorme potentiel, il faut qu'on travaille une multimodalité effective et pratique" (peut-être via le billet unique actuellement en discussion via Modalis et la création du syndicat mixte intermodal de Nouvelle-Aquitaine en juillet dernier). "Sur la performance économique, enfin, on a accepté la baisse de prix de 10% en euros constants sur la période. Ca suppose une révolution industrielle et des organisations à l'intérieur de l'entreprise. Il y a 2500 hommes et femmes cheminots qui travaillent dans cette région sur les TER. C'est dans cette région que l'évolution des métiers, des organisations, des parcours professionnels, vont être les plus durs à réaliser. On a fait une gestion prévisionnelle, c'est clairement la plus ambitieuse de France, on ne la réussira qu'en s'occupant individuellement de ces personnes. Les organisations syndicales nous l'ont dit, de grands changements seront nécessaires pour atteindre cet objectif". 

"Combien et quand"

Du côté des usagers, on a globalement salué l'ambition. Christian Broucaret, régional de l'étape à la FNAUT (Fédération Nationale des Associations des Usagers du Trains), l'a rappelé : la Nouvelle-Aquitaine a été récompensée ce jeudi 16 mai à Paris lors de la cérémonie des "Grands prix des Régions" du magazine Ville, Rail & Transports pour son dispositif de concertation "connectée" dans le cadre des comités de lignes TER, organisés chaque année. "La région continue les comités de lignes alors que de nombreuses régions en France les ont purement supprimés. C'est un endroit où les usagers et les corps intermédiaires disent ce qu'ils ont à dire. Il faut à certains moments les écouter. Certes, c'est parfois un peu des enfants gâtés qui demandent beaucoup de choses au Père Noël, mais c'est le principe et les élus qui ont la légitimité du vote sont là pour trancher". Toujours prêt pour les petits rappels, Christian Broucaret a rajouté : "ce qu'il ne faut pas oublier, c'est qu'on a un réseau qui est assez dégradé. Il est bien aussi que SNCF Réseaux soit impliqué, ça évite le renvoi de balle. Les choses vont mieux depuis le début de l'année, ça remonte dans les comités de lignes. La prochaine chose qu'on demandera, c'est le billet unique. C'est un problème technique qu'on arrivera, je pense, à résoudre assez facilement (...) Un usager des transports, c'est un client. Il a deux préoccupations, c'est combien et quand. Le combien est respecté puisque le client ne paye que 20%. Le quand pèche encore. Il faut que la SNCF se réforme et n'ait pas peur d'être transparente et de dire les choses. Elle n'a pas à avoir peur de l'ouverture à la concurrence. En Europe, dans tous les monopoles ouverts à la concurrence, l'opérateur historique a de toute façon gardé la plus grande partie du marché. C'est une marge de progrès : on constate que la DB Netz en Allemagne fait maintenant plus de trains qu'elle n'en faisait quand elle avait le monopole" (des voix discordantes parlent aussi d'une baisse importante des salaires...). "On voit une marge de progrès, on peut donc être optimiste...". 

Des trains plus verts à l'étude

L'élève perfectible attend donc le prochain conseil de classe pour savoir si le redoublement est effectif ou pas. En plus de l'ombre d'incertitude que fait planer la concurrence, il va également falloir composer avec des objectifs non moins ambitieux concernant le verdissement de la flotte. Dans un rapport publié en novembre 2018, le député Benoît Simian met les choses au clair sur les ambitions du verdissement du matériel roulant, précisant que "si 80 % des circulations sont réalisées par des matériels roulants à traction électrique, les 20 % restant correspondent à des trains fonctionnant au diesel, dont la plupart circulent en zone urbaine". Ce rapport précise également que la Nouvelle-Aquitaine, qui dispose aujourd'hui de 158 matériels roulants à moteur Diesel sur 204 rames, réfléchit déjà (via une association chiffrée à trois millions d'euros avec les régions Grand-Est et Occitanie) à un projet de développement de TER Hybride, et a identifié plusieurs lignes sur lesquelles ce nouveau système pourrait être déployé (à proximité des centres de maintenance) : Angoulême-Saintes-Royan, Bordeaux-Bergerac-Sarlat, Bordeaux-Périgueux-Limoges et Bordeaux-Le Verdon. À l'entendre, Guillaume Pépy compte bien suivre la marche : "nous sommes engagés à constituer des prototypes et nous voudrions signer un accord dès cet été pour pouvoir disposer de prototypes dans les 18 mois, même si cela implique un gros chantier de rénovation des infrastructures". Interrogé, Benoît Simian ironise : "on ne peut pas demander à nos concitoyens de laisser leur diesel au garage et continuer à faire rouler des trains au diesel. Il y a plusieurs solutions : les trains hybrides à batteries, à hydrogènes ou électriques/hydrogène. Nous sommes en capacité, avec Alstom, de gagner ce défi là et d'avoir le premier hybride électrique à hydrogène au Monde. Un certain nombre de lignes dans la Région ont tous les prérequis pour développer ce type de technologies. Je me bats pour réaffecter les crédits budgétaires des électrifications de ces lignes pour acheter du nouveau matériel ferroviaire. Sur la ligne Bordeaux-Soulac sur Mer, par exemple, la caténaire est à bout de souffle et l'hydrogène serait une bouffée d'oxygène". Si même les calembours s'y mettent...

Lors de cette signature officielle, on a aussi appris que pour le vice-président de la Région en charge des transports, le débat et les échanges sur le verdissement de la flotte étaient déjà ouverts, non sans certaines conditions, notamment un contrôle accru de la collectivité sur le type de trains qu'elle fera rouler demain. "On est en train de regarder cette question, non pas sous le prisme d'une seule technologie mais sur plusieurs. Des rendez-vous auront lieu dans les jours qui viennent avec des constructeurs qui ne sont pas forcément dans les radars aujourd'hui. On a acheté à Bombardier et Alstom, mais c'est la SNCF qui fait les appels d'offre. Nous, on paye. Demain, on souhaite lancer nous-mêmes les appels d'offre, d'où ces rencontres avec les opérateurs qui vont nous proposer des trains avec des rechargements électriques beaucoup plus simples que les caténairs, des trains hybrides ou encore des trains à hydrogène. On a la proposition d'Alstom sur le train à hydrogène sur la table, mais on ne va pas commander des trains à l'avance alors qu'on ne sait absolument pas si le prototype va marcher, quel hydrogène on va utiliser, à quel endroit il y aura des stations de rechargement, ect. On regarde toutes les possibilités avant de prendre une décision". Ce ne sont pas nos voisins d'Occitanie dénoncant "une piètre qualité du service" de la SNCF ou les perturbations entre Lyon et Saint-Étienne qui vont nous démentir : le chemin de la rédemption sera long. Mais maintenant que les sillons sont tracés, plus qu'à faire rouler tout ça...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
85194
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !