Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/07/19 : Suite à l’interruption à mi-spectacle du traditionnel feu d'artifice du 14 juillet sur les quais de Bordeaux, pour cause d'incendie sur la barge de tir, Nicolas Florian a décidé d'en proposer un nouveau le samedi 7 septembre pour marquer la rentrée.

18/07/19 : Le 2 Juillet dernier, la Fondation Poitiers Université a élu Marc Bonassies, directeur départemental de la Banque Populaire Val de France, comme Président. Il succède à Roger Belot, président de la Fondation depuis juillet 2015.

18/07/19 : La ville de Biarritz vient d’être condamnée par le tribunal de Pau à verser 1730 € au Comité de Liaison du Camping-car. En cause: 15 panneaux d’interdiction de stationnement pour les camping-cars. Déjà désavouée, elle avait un mois pour les retirer

18/07/19 : Nouvelle mesure de restriction d’irrigation sur le bassin du Clain. En effet, les prélèvements d’eau en rivière destinés à l’irrigation agricole, rattachés à la borne de Vouneuil-sous-Biard, seront interdits à partir de 8 h, ce vendredi 19 juillet.

17/07/19 : Ce vendredi 19 juillet à 11 h, dans l’hémicycle de l’Hôtel du Département à Agen, une session spéciale se tiendra lors de laquelle les élus départementaux se prononceront sur le lancement d’un budget participatif citoyen et sa mise en oeuvre.

17/07/19 : CAN 2019. Dans le cadre de la finale de la Coupe d'Afrique des Nations, qui verra s'opposer vendredi soir le Sénégal à l'Algérie, et afin d'éviter tout débordement, la Ville d'Agen fermera les principaux axes de circulation entre 20h et 2h du matin.

17/07/19 : La Cité du Vin réduit ses tarifs! Les porteurs de la Carte Jeune de Bordeaux Métropole bénéficient dorénavant de 20 % de réduction pour le porteur de la carte, et également pour l'accompagnant adulte quand le porteur a moins de 16 ans.

17/07/19 : Marc Médeville, succéde à Bernard Farges à la tête des Bordeaux et Bordeaux supérieurs avec 2 priorités de mandat: la reconquête des parts de marché auprès des professionnels et l'inscription de 100% des AOC dans des démarches environnementales.

17/07/19 : Elizabeth Borne nommée ministre de la transition écologique va cumuler ce poste avec celui des Transports qu'elle occupait déjà mais sans rang de ministre d'Etat comme son prédécesseur François de Rugy.

16/07/19 : L'allemande Ursula Von der Leyen a été élue ce 16 juillet présidente de la Commission européenne à une courte majorité - 383 voix sur 747 membres - par le parlement de Strasbourg après un discours où elle avait annoncé un « green deal » pour l'Union.

16/07/19 : Le maire de Cenon sur la rive droite de Bordeaux qui s'oppose à l'occupation illégale du parc du Loret par quelques 200 caravanes "évangélistes" de passage s'est vu notifier l'obligation préfectorale d'accepter leur présence jusqu'au 24 juillet.

16/07/19 : Elections municipales 2020: ce sera les 15 et 22 mars a fait savoir le ministère de l'intérieur ce 16 juillet avec comme date limite de dépôt des candidatures le 27 février.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/07/19 | Le Phare de Cordouan élu phare de l'année

    Lire

    En attendant la décision de l'Unesco sur son éventuel classement au patrimoine mondial, le Phare de Cordouan a été élu "phare de l'année" par l'association internationale de la signalisation maritime". Ce trophée purement symbolique a été remis ce jeudi à la présidente du Syndicat mixte pour le développement durable de l'estuaire de la Gironde (SMIDDEST) Françoise de Roffignac, par la nouvelle préfète de région Fabienne Buccio. De quoi patienter en attendant le verdict de l'Unesco, dans un an.

  • 18/07/19 | Emmaüs Gironde réintégrée

    Lire

    Le tribunal de grande instance de Bobigny vient d'annuler les décisions de l'assemblée générale d'Emmaüs France du 23 mai actant l'exclusion d'Emmaüs Gironde face à ce que l'instance nationale dénonçait comme une "gestion opaque". "Le tribunal considère que les conditions d'exclusion n'ont pas été régulières et que l'importance des manquements d'Emmaüs France dans le traitement de ce dossier, a porté préjudice à l'image d'Emmaüs Gironde et à sa crédibilité sur le territoire", a ainsi souligné l'avocat d'Emmaüs Gironde, maître Galinat. Un administrateur judiciaire a été demandé, la décision doit être rendue le 29 juillet prochain.

  • 18/07/19 | Une AMAP arrive à Ludon-Médoc

    Lire

    En Gironde, des "consomacteurs" de Ludon et du Pian adhérents de l’AMAP de Parempuyre ont décidé d’en ouvrir une nouvelle à Ludon-Médoc. Grâce à la mise à disposition d’un local par la Mairie de Ludon ainsi qu’au soutien des maraîchers eysinais Aurore et Philippe Sournac, l’AMAP a pu voir le jour. L’objectif est de rassembler des agriculteurs et les consommateurs. Deux réunions d’information vont avoir lieu à cet effet ; une le 22 juillet à Ludon et une le 24 juillet au Pian.

  • 18/07/19 | Les Jeudis de l'océan de Biarritz proposent six soirées gratuites

    Lire

    Depuis quelques années, pendant l'été, Biarritz Evénement propose des spectacles gratuits diurnes - à partir de 18 heures- et nocturnes dans les Jardins de la Cité de l'Océan, au sud de la ville quartier Ilbarritz. Six sont programmés à partir de ce soir et jusqu'au 29 août. Danse, chansons, films en constituent le menu. Le 16 août sera dédié au 50e anniversaire du Festival de Woodstock et le répertoire des chansons mythiques du Flower Power. Ce soir, la Biarritz Dance School et le Léon Newars show. Sur fond de coucher de soleil….

  • 18/07/19 | "AVC tous concernéS" sur les plages de NA

    Lire

    Du 21 au 27 juillet, "AVC tous concernéS" mène une action de prévention des AVC sur les plages de Nouvelle-Aquitaine baptisée "#MinibusAVC sur les plages de Nouvelle-Aquitaine pour prévenir les AVC auprès des vacanciers". Ainsi, de 10h à 17h le 21 jt à Saint-Trojan (17), le 22 jt à Lacanau (33), le 23 jt à Lège-Cap-Ferret (33), le 24 jt à Arcachon (33), le 25 jt à Mimizan (40) le 26 jt à Moliets-Plage (40) et le 27 jt à Anglet (64).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Un quartier populaire requalifié en quartier durable à La Rochelle

08/03/2019 | La Rochelle est en train de transformer un de ses quartiers populaires en quartier durable en interaction avec l’environnement

Projection de rénovation de Villeneuve

« Penser global, agir local », cette formule employée par René Dubos lors du premier sommet sur l'environnement en 1972, résumant l'esprit du développement durable, l’agglomération de Rochelle pourrait sans doute se targuer de l’avoir faite sienne. Engagée dans un programme de développement d’un territoire durable, avec pour but de tendre vers le « zéro carbone » d’ici 2040, La Rochelle repense progressivement son urbanité, à commencer par ses quartiers défavorisés. Objectif : penser leur réhabilitation de façon globale, en incluant l’habitat, l’environnement, le lien social et l’éducation.

Après quelques opérations ponctuelles de rénovation dans les quartiers de Saint-Eloi et de Mireuil depuis 2014, l’agglomération et la ville de La Rochelle se lancent cette fois dans un plan d’envergure qui va complètement refondre le paysage de tout un quartier : Villeneuve-les-Salines. Avec près de 7000 habitants aujourd’hui et un taux de chômage atteignant les 32%, ce quartier a été construit après la guerre d’Algérie et la guerre du Viet-Nam. Entre 1970 et 1975, plus de 800 logements sont sortis de terre sous forme de barres d’immeubles pour accueillir de nouvelles populations. Comme ailleurs en France, le quartier est pensé aussi vite qu’il est construit, pour répondre davantage à une problématique de quantité qu’à une problématique de l’humain. « Le maire de l’époque, Michel Crépeau, a fait arrêter sa construction en cours de route, quand on s’est rendu compte qu’on avait assez de logements », explique Michel Carmona, adjoint au maire de La Rochelle en charge de la gestion urbaine du secteur sud, « Le problème, c’est que ça a complètement déstructuré l’aménagement de l’espace : ce qui devait être la place centrale s’est retrouvée décentralisée, la médiathèque s’est retrouvée enclavée sur une place peu passante, bref ce qui était censé être le cœur du quartier ne l’est jamais devenu. Au fil du temps, on s’est rendu compte que les gens du quartier n’avaient pas de lieu public où se rencontrer ni même se croiser. Le lieu de rassemblement, c’est le supermarché du quartier ! »

"C’est aujourd’hui l'un des plus grands quartiers en projet de renouvellement urbain de la région Nouvelle-Aquitaine."

Devant l’obsolescence de son architecture comme de son agencement, le quartier avait urgemment besoin d’être repensé pour répondre aux besoins d’aujourd’hui. Des réunions publiques et des ateliers de concertation du public sont menés dès 2014 pour recueillir les doléances et les visions des habitants pour leur quartier. Une Maison du projet va même s’ouvrir en 2019 rue du Cabestan pour informer et recueillir les suggestions des habitants.

Les grandes lignes du projet se sont dessinées jusqu’en 2017, d’où ressortent six ambitions : redonner vie aux espaces publics, notamment la place centrale du 14 juillet ; regrouper les services publics au même endroit ; aménager les abords des lacs tout proche ; accueillir des activités économiques productives et créatrices d’emploi ; attirer de nouvelles populations et diversifier l’offre de logements (accession sociale, logements étudiants, logements privés...) pour une plus grande mixité socio-économique. Depuis, la rénovation de Villeneuve a été déclarée « site d’intérêt régional » dans le cadre du nouveau programme national de renouvellement urbain 2014-2024. C’est aujourd’hui l'un des plus grands quartiers en projet de renouvellement urbain de la région Nouvelle Aquitaine.


Nouveaux habitats, nouvelle architecture

L’attractivité d’un quartier passe naturellement par une nouvelle offre d’habitat. Un vaste programme de réhabilitation et de construction, acté en 2016, est lancé : 600 logements seront réhabilités d’ici 2024, en terme de confort et de performance énergétique – avec une promesse de déperdition de chaleur divisé par trois. Certains immeubles bénéficieront notamment d’une centrale photoélectrique. Pour remettre de la mixité sociale, 5 immeubles vont être détruits. Une centaine de nouveaux logements, essentiellement en privatif, vont être reconstruits en divers endroits du quartier, sous forme de maisons en résidence ou de petits immeubles. Sur les 180 logements à détruire, 110 foyers sont déjà relogés en dehors des quartiers dits prioritaires. 11 logements sociaux seront tout de même construits par l’office public de l’habitat (voir le projet), près de la future Maison de santé. Concernant les nouvelles constructions, l’agglomération promet des bâtiments « aux formes architecturales diversifiées et esthétiques » mais surtout « économes en énergie». « Il faut que tous les équipements, des logements aux équipements publics, s’inscrivent dans la sobriété énergétique et dans l’innovation technologique, car notre agglomération est engagée dans un projet de territoire de grande ambition dans la volonté de devenir un territoire « zéro carbone » en 2040 », affirme le président de l’agglomération et maire de La Rochelle Jean-François Fountaine.

Le marais de Tasdon jouxte les habitations de Villeneuve
Au coeur de Villeneuve, le marais de Tasdon va faire l'objet de travaux de réhabilitation pour l'intégrer au quotidien des habitants, d'un point de vue social, environnemental et pédagogique.

Un quartier en interaction avec l’environnement

Pour ne pas réitérer les erreurs du passé, l’espace urbain va être repensé, avec notamment des espaces de jeux pour les enfants et des circulations douces pour les piétons et les vélos. Objectif pour Jean-François Fountaine : « Créer une interaction forte avec la nature environnante et les espaces urbains voisins ». Car Villeneuve touche le marais de Tasdon, qui s’étend jusqu’à son quartier éponyme. Il s’agit donc de repenser son inclusion au cœur de la ville, dans le rapport quotidien des habitants avec cet environnement naturel, comme dans une prise en compte écologique et éducative. « Un marais doit vivre et doit être mis en valeur. Ce n’est pas un espace que l’on nie ou à combler parce que ça prend de la place. Au contraire, c’est de la richesse, car les marais sont des puits de carbone qui créent un équilibre. On émettra toujours un peu de carbone, on n’arrivera jamais à zéro, mais d’avoir des lieux de captation comme ça, c’est cohérent avec notre projet de territoire zero carbone », explique Jean-François Fountaine, qui veut notamment créer une école expérimentale et moderne ouverte sur la nature et aux sciences du vivant. Ce futur site pilote s’incarnera dans la reconstruction du groupe scolaire Lavoisier, groupé avec le centre de loisirs. Son innovation passera entre autre par une architecture née des dernières avancées en matière d’éco-construction, exemplaire d’un point de vue énergétique et adaptée à un nouveau projet pédagogique, ouvert aux interactions avec l’extérieur. Le marais de Tasdon, lui, va bientôt faire l’objet de travaux de mise en valeur et de préservation. De nouveaux espaces entre les lacs proches et le parc de Condorcet seront aménagés, et la place « centrale » du 14Juillet, ouverte notamment sur le marais.

Le groupe scolaire Lavoisier va être reconstruit en un bâtiment innovant et écologique

Le groupement scolaire va devenir un bâtiment novateur avec un nouveau projet pédagogique tourné vers la nature et les sciences du vivant.

Remettre du lien social et de l’activité économique

La nature n’est pas la seule à devoir reprendre ses droits à Villeuneuve. Pour l’agglomération, le renouvèlement du quartier doit aussi profiter à l’emploi des habitants et au renforcement du lien social, dans cette cité où le milieu associatif est très présent. Les vitrines des commerces seront rénovées et de nouveaux espaces commerciaux construits, pour accueillir également de nouvelles formes d’activité économique comme des pépinières commerciales. Un nouveau pole va accueillir l’ensemble des services publics de proximité comme l’annexe de la mairie, un espace culturel incluant la médiathèque et des locaux d’associations. En face de cette Maison des services, le centre social sera reconstruit d’un côté, et de l’autre la Maison du lac va devenir le pole petite enfance. Objectif : créer une zone d’attractivité et de rencontres. Un peu plus loin, une maison pluridisciplinaire de Santé va être inauguré dans quelques semaines. Elle va accueillir 21 professionnels de santé : médecins généralistes, infirmières, kinésithérapeutes, diététicienne, podologue, orthophoniste, psychologue, sage femme et un espace d'animation santé.

Note/ Le montant du renouvellement urbain de Villeneuve les Salines s’élève à 125 millions d’euros TTC, dont : 16,4 millions d’euros (hors taxes) de l’ANRU ; 20 millions de l’agglomération ; 20 millions de la Ville ; 45 millions des organismes de logement social dont 31 de prêts de la Caisse des dépots ; 5 millions du Département ; 800 000 de la CAF du 17.

 

Un projet adoubé par l’Etat

Julien Denomandie et Jean-François Fountaine lors de la signature de la convention

Le ministre en charge de la ville et du logement, Julien Denormandie, est venu à Villeneuve-les-Salines le 7 mars. Après une visite du quartier au pas de course et sous la pluie, il a apposé sa signature sur la convention de renouvellement urbain de Villeneuve, avec Jean-Baptiste Dolci, vice-président du conseil d’administration de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU), dont le projet a bénéficié d’une aide financière. « Le rôle de l’Etat est un enjeu important », a rappelé Jean-François Fountaine à l’édile, « Au début du dossier, je ne vous cache pas que nous étions un petit peu déçus par le montant que nous proposait l’Etat, il ne nous paraissait pas à la hauteur. Et le préfet (Fabrice Rigoulet-Roze, ndlr) nous a suggéré d’aller voir le directeur général de l’ANRU directement : nous avons plaidé notre cause, on a même un petit peu harcelé (rires), et puis c’est tombé sur un bon timing, parce que l’Etat avait décidé à ce moment là de monter les enveloppes de l’ANRU. Nous avons eu la bonne nouvelle l’été dernier : une aide de 16,4 millions (hors taxes). Un grands pas était franchi », l’a-t-il remercié avant de prévenir, « Mais nous allons encore avoir besoin de l’Etat pour le marais de Tasdon. Nous avons besoin que l’Agence de l’eau vienne dans le dossier. Nous avons la même détermination sur ce projet, car cette réhabilitation est très importante. » Le message est passé. La Secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire Emmanuelle Wargon a d’ores et déjà promis de revenir voir les travaux du marais de Tasdon, qu’elle avait découvert lors d’une première visite en janvier 2019.  

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Agglomération La Rochelle

Partager sur Facebook
Vu par vous
9770
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !