Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Les projets de tram D et tram-train Médoc de nouveau sur les rails

22/07/2015 | Reliant le centre de Bordeaux à Eysines, le tram D dont la réalisation était suspendu depuis le mois d'octobre par décision de justice, va bel et bien voir le jour, et avec lui le tram-train du Médoc.

Le tram D et le tram-train ont obtenu le feu vert de la justice administrative. Leur réalisation vont pouvoir reprendre.

Avec pour objectif de desservir le quadrant nord-ouest de l'agglomération bordelaise, les projets du tram D et du tram-train du Médoc, était suspendus depuis le mois d'octobre avec l'annulation par le Tribunal administratif de Bordeaux des arrêtés préfectoraux prononçant leur déclaration d'utilité publique. Une incertitude levée par la Cour Administrative d'Appel de Bordeaux qui, ce 21 juillet a confirmé la légalité de ces arrêtés préfectoraux permettant ainsi à Bordeaux Métropole d'envisager une reprise des travaux dès cet automne. Cette décision judiciaire sonne comme un grand soulagement pour les élus directement concernés par les projets dont nombre d'entre eux ont rapidement exprimés leur satisfaction.

En première instance, le Tribunal administratif de Bordeaux avait suivi les arguments portés par les contradicteurs des projets, l’association Trans'Cub et le comité de quartier de Caudéran. Il avait en effet estimé que l’évaluation socio-économique justifiant en partie les déclarations d’utilité publique des projets était insuffisante, et ainsi annulé les arrêtés portant déclaration d’utilité publique des projets, autant dire un coup d’arrêt aux projets eux-mêmes. Un jugement du mois d’octobre, duquel la métropole, à l’époque encore Communauté Urbaine, avait fait appel quelques jours plus tard. Bien lui en a pris, puisque pour la Cour Administrative d’Appel de Bordeaux, « une analyse globale des fréquentations, des financements, ainsi que des coûts d’exploitation et d’entretien en charge du dossier » a bel et bien était présentée par la CUB. En outre, « aucun des éléments de l’évaluation socio-économique, y compris la “valeur temps”, n’avait été manifestement surévalué ou mal-évalué », selon la Cour. En d’autres termes, l’évaluation socio-économique des projets étant « sincère et fiable », la légalité des arrêtés préfectoraux n’aurait pas du être mis en cause.

Un « ouf de soulagement » Les deux projets verront donc bel et bien le jour tel que prévu dans les arrêtés jusque-là litigieux. Le tram D traversera sur près de 10 km les communes de Bordeaux, Le Bouscat, Bruges et Eysines. Le tram-train du Médoc empruntera quant à lui, sur 7,2 km une voie ferroviaire dédiée au seul tramway, qui partira à proximité de la gare de Ravezies à Bordeaux pour atteindre la gare de Blanquefort en passant par Bruges.
La décision de la Cour Administrative est donc venue troubler la relative torpeur politique de l’été, entraînant un grand nombre de réactions de satisfaction à commencer par celle Bordeaux Métropole et son Président Alain Juppé, qui annonçant la reprise des travaux cet automne avec la réalisation des parkings et des déviations de réseaux, souligne qu’« à travers ce jugement, la cour a démontré, arguments contre arguments, le bien-fondé, la sincérité et la solidité de ces deux projets structurants pour la métropole ».
Concernant le projet de tram D, dont le coût se monte à 270 M€ pour 10 km, Gérad Chausset, Président de la Commission transport de Bordeaux Métropole (EELV), pousse lui aussi un « ouf de soulagement ». Pour autant, « à l’heure où les finances des collectivités sont contraintes » rappelle-t-il, il ne manque pas de souligner, « la nécessité de revenir à l’objectif de – 40 % pour économiser une cinquantaine de millions d’euros sans toucher à la structure du projet qui nous permettront de mener à bien la structuration du réseau de la métropole ». Il en appelle pour cela à « la volonté politique du Président Alain Juppé », tout en citant plusieurs pistes d’économie parmi lesquelles « plus de voies uniques, moins d’alimentation par le sol, des aménagements plus sobres, du ballast etc ».

« Une stratégie plus vaste de changement des modes de déplacements » Du côté des élus des communes et territoires directement concernés l’heure est au soulagement. C’est notamment le cas pour Christine Bost, Maire d’Eysines, satisfaite que la décision de la Cour « conforte celle prise par les élus de la CUB en novembre 2009 », tout en regrettant le retard de neuf mois engendré par cette procédure judiciaire sur un chantier indispensable pour le développement et la modernisation de la métropole. « La ligne D n’a pas seulement pour objectif de desservir les communes parcourues par le tracé. Son terminus à Eysines Cantinolle représente une ouverture sur les communes limitrophes et la possibilité de capter les trajets domicile-travail des habitants du Médoc. Le Tram-train du Médoc et la ligne D s’inscrivent surtout dans une stratégie plus vaste de changement des modes de déplacements », insiste-t-elle.

À Bruges, Brigitte Terraza, Maire et Vice-Présidente de Bordeaux Métropole, se satisfait elle aussi de la décision de la Cour Administrative d’Appel. « Ce qui était contesté se révèle incontestable ! Le quadrant nord-ouest de l’agglomération va pouvoir bénéficier d’infrastructures de transports modernes et durables, apportant une première solution à l’engorgement du trafic routier que subissent les villes du secteur ». Bruges est doublement satisfaite puisque la ville bénéficiera à terme des lignes C (extension vers Blanquefort) et de la future ligne D.

Autre fervent défenseur du projet, Stéphane Saubusse, conseiller départemental du canton des Portes du Médoc (qu’il partage avec Christine Bost), parle de « victoire ». Victoire pour « les populations des villes de la Métropole qui seront impactées, mais aussi au regard du “rayonnement qu’apporte la création de telles infrastructures dans le Médoc qui profitera également à l’ensemble du territoire”. “C’est une mobilité durable et responsable que le tram D et le tram-train vont créer sur le territoire médocain, une nécessité face à l’engorgement des grands axes routiers, à l’augmentation de la pollution atmosphérique et à l’étalement urbain”, se félicite-t-il.

Denis Tesseire, Président de Trans'Cub, a quant à lui fait savoir l’intention de l’association de porter l’affaire devant le Conseil d’État. Une procédure qui n’est pas suspensive pour le démarrage des travaux.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Spsmiler

Partager sur Facebook
Vu par vous
2079
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !