Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Les projets de tram D et tram-train Médoc de nouveau sur les rails

22/07/2015 | Reliant le centre de Bordeaux à Eysines, le tram D dont la réalisation était suspendu depuis le mois d'octobre par décision de justice, va bel et bien voir le jour, et avec lui le tram-train du Médoc.

Le tram D et le tram-train ont obtenu le feu vert de la justice administrative. Leur réalisation vont pouvoir reprendre.

Avec pour objectif de desservir le quadrant nord-ouest de l'agglomération bordelaise, les projets du tram D et du tram-train du Médoc, était suspendus depuis le mois d'octobre avec l'annulation par le Tribunal administratif de Bordeaux des arrêtés préfectoraux prononçant leur déclaration d'utilité publique. Une incertitude levée par la Cour Administrative d'Appel de Bordeaux qui, ce 21 juillet a confirmé la légalité de ces arrêtés préfectoraux permettant ainsi à Bordeaux Métropole d'envisager une reprise des travaux dès cet automne. Cette décision judiciaire sonne comme un grand soulagement pour les élus directement concernés par les projets dont nombre d'entre eux ont rapidement exprimés leur satisfaction.

En première instance, le Tribunal administratif de Bordeaux avait suivi les arguments portés par les contradicteurs des projets, l’association Trans'Cub et le comité de quartier de Caudéran. Il avait en effet estimé que l’évaluation socio-économique justifiant en partie les déclarations d’utilité publique des projets était insuffisante, et ainsi annulé les arrêtés portant déclaration d’utilité publique des projets, autant dire un coup d’arrêt aux projets eux-mêmes. Un jugement du mois d’octobre, duquel la métropole, à l’époque encore Communauté Urbaine, avait fait appel quelques jours plus tard. Bien lui en a pris, puisque pour la Cour Administrative d’Appel de Bordeaux, « une analyse globale des fréquentations, des financements, ainsi que des coûts d’exploitation et d’entretien en charge du dossier » a bel et bien était présentée par la CUB. En outre, « aucun des éléments de l’évaluation socio-économique, y compris la “valeur temps”, n’avait été manifestement surévalué ou mal-évalué », selon la Cour. En d’autres termes, l’évaluation socio-économique des projets étant « sincère et fiable », la légalité des arrêtés préfectoraux n’aurait pas du être mis en cause.

Un « ouf de soulagement » Les deux projets verront donc bel et bien le jour tel que prévu dans les arrêtés jusque-là litigieux. Le tram D traversera sur près de 10 km les communes de Bordeaux, Le Bouscat, Bruges et Eysines. Le tram-train du Médoc empruntera quant à lui, sur 7,2 km une voie ferroviaire dédiée au seul tramway, qui partira à proximité de la gare de Ravezies à Bordeaux pour atteindre la gare de Blanquefort en passant par Bruges.
La décision de la Cour Administrative est donc venue troubler la relative torpeur politique de l’été, entraînant un grand nombre de réactions de satisfaction à commencer par celle Bordeaux Métropole et son Président Alain Juppé, qui annonçant la reprise des travaux cet automne avec la réalisation des parkings et des déviations de réseaux, souligne qu’« à travers ce jugement, la cour a démontré, arguments contre arguments, le bien-fondé, la sincérité et la solidité de ces deux projets structurants pour la métropole ».
Concernant le projet de tram D, dont le coût se monte à 270 M€ pour 10 km, Gérad Chausset, Président de la Commission transport de Bordeaux Métropole (EELV), pousse lui aussi un « ouf de soulagement ». Pour autant, « à l’heure où les finances des collectivités sont contraintes » rappelle-t-il, il ne manque pas de souligner, « la nécessité de revenir à l’objectif de – 40 % pour économiser une cinquantaine de millions d’euros sans toucher à la structure du projet qui nous permettront de mener à bien la structuration du réseau de la métropole ». Il en appelle pour cela à « la volonté politique du Président Alain Juppé », tout en citant plusieurs pistes d’économie parmi lesquelles « plus de voies uniques, moins d’alimentation par le sol, des aménagements plus sobres, du ballast etc ».

« Une stratégie plus vaste de changement des modes de déplacements » Du côté des élus des communes et territoires directement concernés l’heure est au soulagement. C’est notamment le cas pour Christine Bost, Maire d’Eysines, satisfaite que la décision de la Cour « conforte celle prise par les élus de la CUB en novembre 2009 », tout en regrettant le retard de neuf mois engendré par cette procédure judiciaire sur un chantier indispensable pour le développement et la modernisation de la métropole. « La ligne D n’a pas seulement pour objectif de desservir les communes parcourues par le tracé. Son terminus à Eysines Cantinolle représente une ouverture sur les communes limitrophes et la possibilité de capter les trajets domicile-travail des habitants du Médoc. Le Tram-train du Médoc et la ligne D s’inscrivent surtout dans une stratégie plus vaste de changement des modes de déplacements », insiste-t-elle.

À Bruges, Brigitte Terraza, Maire et Vice-Présidente de Bordeaux Métropole, se satisfait elle aussi de la décision de la Cour Administrative d’Appel. « Ce qui était contesté se révèle incontestable ! Le quadrant nord-ouest de l’agglomération va pouvoir bénéficier d’infrastructures de transports modernes et durables, apportant une première solution à l’engorgement du trafic routier que subissent les villes du secteur ». Bruges est doublement satisfaite puisque la ville bénéficiera à terme des lignes C (extension vers Blanquefort) et de la future ligne D.

Autre fervent défenseur du projet, Stéphane Saubusse, conseiller départemental du canton des Portes du Médoc (qu’il partage avec Christine Bost), parle de « victoire ». Victoire pour « les populations des villes de la Métropole qui seront impactées, mais aussi au regard du “rayonnement qu’apporte la création de telles infrastructures dans le Médoc qui profitera également à l’ensemble du territoire”. “C’est une mobilité durable et responsable que le tram D et le tram-train vont créer sur le territoire médocain, une nécessité face à l’engorgement des grands axes routiers, à l’augmentation de la pollution atmosphérique et à l’étalement urbain”, se félicite-t-il.

Denis Tesseire, Président de Trans'Cub, a quant à lui fait savoir l’intention de l’association de porter l’affaire devant le Conseil d’État. Une procédure qui n’est pas suspensive pour le démarrage des travaux.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Spsmiler

Partager sur Facebook
Vu par vous
1828
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !