Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

  • 23/11/20 | Val de Garonne Agglomération : un 2ème Plan de soutien à l’économie spécial COVID‐19

    Lire

    Dans la continuité du Plan de soutien n°1 ouvert en mai dernier suite au premier confinement (530 000 € attribués), Val de Garonne Agglomération déclenche un Plan de soutien n°2 mobilisant 800 000 € en faveur de l’économie locale durement touchée par la crise sanitaire. Ce 2ème Plan de soutien, planifié de mi-novembre 2020 à fin juin 2021, comporte 3 mesures de prêts à 0%.

  • 23/11/20 | Lescar dit stop aux violences faites aux femmes

    Lire

    Stop aux violences à l’égard des femmes. Le centre commercial Lescar s’engage dans cette cause en accueillant du 23 au 26 novembre, une exposition sur ce thème. C’est aux côtés de la direction départementale aux droits des femmes et à l’égalité et l’association Du côté des femmes que Lescar agit. Des affiches de l'ouvrage En chemin sont exposées. Différents thèmes sont abordés comme le mariage forcé, le viol, le consentement. Le but est de sensibiliser, libérer la parole des femmes, informer et dans l’idéal, participer à une prise de conscience et de responsabilité collective.

  • 23/11/20 | Financement acté pour la voie verte entre Marmande et Casteljaloux

    Lire

    Dans le cadre de son aide baptisée « Grands équipements structurants de rayonnement régional ou national », le Conseil départemental participe au financement de la voie verte entre Marmande et Casteljaloux à hauteur de 565 441 €, Val de Garonne agglomération (VGA) pour un montant de 417 491 € et la Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne (C3LG) pour 147 950 €. D’un montant global de 5 654 416 €, la maitrise d’ouvrage de ce projet est assurée par VGA et C3LG, chacune sur leur périmètre géographique.

  • 22/11/20 | Rochefort : le centre de gestion des écoles de gendarmerie prend du galon

    Lire

    Le commandement des écoles de la gendarmerie nationale (GEGN) de Rochefort, dédié à la gestion des formations, des ressources humaines et des finances de 22 écoles et centres de formation de la gendarmerie, était appelé à disparaître. Le ministre de l'Intérieur a finalement annoncé cette semaine maintenir et même renforcer ses fonctions. Le service dédié à l'ingénierie des formation et du recrutement, basé à Issy (92), va rejoindre la structure, avec 60 équivalents temps-plein, d'ici 3 ans.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Transition économique et écologique, la Région accélère sur le "monde d'après"

14/09/2020 | Entre un plaidoyer pour la décentralisation de la compétence santé et la présentation d'un plan de reconquête et de transition, Alain Rousset a fait sa rentrée.

Alain Rousset

Alain Rousset tenait sa rentrée médiatique ce lundi 14 septembre, mettant au cœur de son propos deux sujets principaux. D'une part, l'incontournable lutte contre la pandémie de la covid 19 et les mesures d'urgence déjà prises par la Région, et d'autre part, les premiers contours d'un « plan de reconquête et de transition » régional. Faisant suite aux premières mesures d'urgence ce plan à 140 M€ vise à accélérer les transitions économiques, sociales, technologiques et environnementales pour sauver « en souveraineté » les entreprises de la région. Une conférence de presse lui donnant aussi l'occasion d'en appeler avec force à plus de décentralisation en matière de santé, notamment. Un président bien moins loquace en revanche, quant à l'échéance en approche des élections régionales...

Le sujet était bien sûr incontournable. « J'ai deux préoccupations majeures en cette rentrée. La première est la lutte contre la pandémie, il faut tout faire pour éviter le confinement. Je lance un appel à la responsabilité de chacun sur les éléments de sécurisation collective : les masques, la distanciation physique... mais aussi à réfléchir aux vestiaires sportifs, car le diable est dans les détails... » a-t-il démarré avec une certaine gravité, rappelant qu'en dehors des lycées et des transports, «  nous ne sommes pas à la manœuvre, l'Etat garde la responsabilité de la santé ». Ce qui n'est pas forcément pour lui plaire.

Santé: "notre modèle centralisé n'a pas été parfait"
Sur la gestion de la crise, tout en considérant que « les polémiques ne sont pas forcément les bienvenues », et que « l'heure est à la responsabilité pour tout le monde », le thème de « l'Etat centralisateur » n'a pas manqué une fois encore, d'emporter le discours du président de la Région. « Tous les pays européens, toutes les démocraties ont en la matière une compétence décentralisée (…) Notre modèle centralisé n'a pas été parfait...»
Plus précisément sur la santé, le Président Rousset se porte volontaire pour un transfert sous la responsabilité de la Région des Agences Régionales de la Santé, de la santé publique, autour de la prévention, de la relation entre santé et environnement, et l'accompagnement des personnes âgées avec les Départements. « Il faut aussi un travail collectif au sein des CHU, cliniques et hôpitaux... Avec un modèle centralisé, on parle au sommet dans des tuyaux d'or et pas à son voisin... ». Un souhait d'expérimentation qui pourrait peut-être être exhaussé par le projet de loi 3 D porté par Jacqueline Gourault. A ce compte là Alain Rousset glisse qu'il candidaterait aussi pour un transfert de compétence en matière d'éducation : « enseignement professionnel, agricole et maritime ; ce serait cohérent avec nos compétences sur l'apprentissage ou la formation ».

Sceptique sur le plan du Gouvernement
Si la Région n'a donc pas pu agir sur le plan sanitaire, elle n'a pas lésiné sur les moyens durant la crise. Sur l'axe de la recherche face à la covid-19 un appel à projets de près de 5 millions d'euros a été lancé et a reçu plus de 200 candidatures. Près de 50 lauréats ont été retenus, dont 9 projets innovants portés par des entreprises régionales et 36 projets de recherche. Quant aux aides accordées aux entreprises, « plusieurs dispositifs ont été mis en œuvre: dispositif d'urgence avec l'Etat, mais aussi en autonomie, à travers des prêts mais aussi des subventions qui ont eu beaucoup de succès auprès des artisans, du monde associatif, et de l'économie sociale et solidaire ».
Quant au plan d'urgence massif lancé début septembre par le Gouvernement, hormis "le point positif du chômage partiel qui se poursuit", le Président de la Nouvelle-Aquitaine reste sceptique. "Quel ruissellement aura-t-il sur les PME et sur les territoires ? Est-ce de l'argent "frais" ou la requalification de crédits déjà engagés...? Et surtout par qui va-t-il être opéré ? Dans quelle mesures les Régions vont-elles être associées ? Les fonds propoes ne ruissellent pas sur les TPE PME, or ce sont elles qui feront le redémarrage et la transition écologique..." estime-t-il.  
Un redémarrage de l'emploi et de l'économie qui est bien la deuxième préoccupation du moment du Président Rousset, et dont il souhaite « qu'il ne se fasse pas de la même manière » qu'avant la crise. Un redémarrage en accord avec le fameux « monde d'après » en quelque sorte.

Changer la donne économique et écologique
« Depuis juillet nous travaillons, filière par filière, à des dispositifs qui répondent à un plan de transition et de relance. Il s'agit de permettre un accompagnement à la transition écologique, technologique, territoriale, de mobilité, thermique... C'est primordial pour sauver nos entreprises ». Changer la donne économique et écologique « par un accompagnement en souveraineté de ces entreprises ». Comprendre ici « souveraineté de développement de ceux qui créent et de ceux qui souffrent, une souveraineté qui développent nos territoires... et là, la relation entre la Région, le monde de la recherche et le monde de l'entreprise est une force extraordinaire pour notre région, tout comme son écosystème diversifié ! ».
Autre atout également, la feuille de route Néo terra, qui démontre selon le Président que la crise n'a fait qu'accélérer une stratégie déjà l'oeuvre, « qui va dans le sens de l'emploi, en gardant les compétences grâce à la formation, et le défi de la transition écologique ». Le budget formation va d'ailleurs augmenter « de 14 à 20% dès l'an prochain sur au moins 5 ans », précise-t-il.  
A travers un certain nombre d’actions-phares ou de projets, ce plan, présenté en octobre devant l'assemblée plénière, visera ainsi à relocaliser les chaînes d'approvisionnement et de valeur des filières et à travailler sur les besoins de repositionnement des entreprises. Pour ce faire, la Région prévoit une enveloppe de 140 millions d'euros. « Nous sommes prêts à aller jusqu'à la création de micro-usine pour reconquérir des compétences techniques dans les domaines des médicaments, des bases de médicaments, dans l'électronique, l'instrumentation médicale... », illustre le Président.

Quel demain sur le plan électoral ?
Un président de Région pour qui l'essentiel « c'est à la fois aujourd'hui et comment on prépare demain et après-demain » sur le terrain industriel en tout cas. Car pour l'heure, pour ce qui est du demain et de l'après-demain sur le terrain électoral, Alain Rousset est assez taiseux, même s'il a déjà dit avant l'été son intention de se présenter à sa succession, pour un cinquième mandat. Aux récentes mains tendues de la République en Marche pour les élections régionales de mars 2021, la réponse est laconique : « moi, je reste un homme de gauche, avec ma carte au PS et j'assume ma relation au monde de l'entreprise, et à la transition écologique. Macron a été élu à 70% par la gauche... Le retour au bercail est toujours le bienvenu », commente-t-il un brin mal à l'aise, et d'autant plus sans doute avec l'annonce d'EELV de constituer une liste autonome dès le premier tour. Un souhait de ses « amis verts » qu'Alain Rousset dit regretter: "ils ont voté 98 % des délibérations".

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Carré d'info

Partager sur Facebook
Vu par vous
2807
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !