17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Très haut débit hors Métropole : le Département a un plan

06/04/2016 | Pour ne pas laisser les territoires ruraux sans accès à l'internet très haut débit, le Conseil départemental lance un ambitieux plan numérique: le plan "Haut Méga".

Présentation du plan Haut Méga par Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental de Gironde

Jeudi dernier, Bordeaux Métropole et Orange signaient un accord sur la poursuite du déploiement de la fibre optique. Un accord qui s’arrête aux frontières de la métropole, zone urbaine où la rentabilité de l’exercice est assurée pour l’opérateur privé. Mais quid du très haut débit pour le reste du territoire girondin, soit 410 000 foyers (et entreprises) habitants hors Bordeaux métropole et hors Libourne qui bénéficie elle aussi d’un accord avec des opérateurs privés ? Afin d’éviter « une Gironde à 2 débits », selon l’expression de Jean-Luc Gleyze, Président du Département, ce dernier a présenté au côté de Matthieu Rouveyre, Vice Président chargé de la citoyenneté, des relations avec les usagers, de la communication et des accès numériques, le plan de déploiement à 10 ans du très haut débit à tous les Girondins.

Favoriser l’implantation ou le développement d’une entreprise qu’elle qu’elle soit, communiquer avec le reste du monde, rechercher un emploi, faciliter et prévoir ses déplacements, ou encore accéder à un certain nombre de services qu’ils soient privés ou publics, avec le fort développement de l’e-administration, un internet de haute qualité et rapidité est désormais partout indispensable... « Que ce soit à l’occasion des récentes rencontres territoriales organisées entre les territoires et le département ou des rencontres avec les Maires lors des cérémonies des vœux ; la sollicitation pour un débit internet plus élevé émane de partout sur le territoire » note le Président Jean-Luc Gleyze. Or, hors métropole et Libourne, les opérateurs ne prendront pas les choses en main d’eux même au regard de la hauteur des investissements nécessaires à la construction du réseau.

« Il ne faut pas que la vitesse soit l’apanage des villes » D’où le choix du Département, à travers le syndicat mixte Gironde numérique, après avoir développer le haut débit sur les territoires girondins, de passer désormais une étape en lançant « Haut méga », le nouveau plan girondin pour le déploiement du très haut débit. « Une politique volontariste », tiennent à préciser les deux élus, car si le sujet de l’accessibilité à internet très haut débit partout entre bien dans le cadre des solidarités humaines et territoriales auxquelles le Département doit veiller, un tel déploiement ne fait en réalité en rien partie des compétences obligatoires de la collectivité. « Nous développons cela dans un esprit de péréquation, pour veiller à ce que le reste du territoire de Gironde (hors Bordeaux et Libourne, ndlr) puisse bénéficier du très haut débit. C’est un facteur d’attractivité et de différenciation pour nos territoires, y compris ruraux. Il ne faut pas que la vitesse soit l’apanage des villes », insiste Jean-Luc Gleyze.
« Une ambition forte, qui est à la fois d’un défi technique et financier », souligne Matthieu Rouveyre. Et pour cause : équiper l’ensemble de la Gironde « rurale », c’est déployer 23 500 km de réseaux, pour un investissement total estimé à 650 M€ sur 10 ans pour couvrir les 410 000 foyers. L’exercice est à la taille de ce qu’a été en d’autres temps le déploiement de l’électricité ou du téléphone. Pour effet de comparaison le Président du Département rappelle que « 23 500 km, c’est plus que le réseau girondin d’eau potable (23 000 km, ndlr) ou plus que la moitié de la circonférence de la terre... ».

Entre 46 et 53 M€ du Plan numérique nationalD'un point de vue technique, si l’ambition est bien d’élever le débit au niveau du très haut débit (soit un minimum de 30 Mbit/s, là où le haut débit garanti un minimum de 3 à4 Mbit/s), les solutions envisagées sont diverses, selon leurs possibilités à les mettre en œuvre. En d’autres termes, la fibre optique ne sera pas partout, mais l’élévation de la vitesse pourra également être mise en place par une montée en débit cuivre, qui permet désormais lui aussi d’atteindre des débits entre 30 et 70 Mbit/s dans un rayon d’un kilomètre, ou encore, « pour les habitations les plus isolées, les choix techniques s’orienteront soit vers le satellite, soit vers les réseaux hertziens terrestres », explique Matthieu Rouveyre.
Du point de vue financier, si le Département est porteur de projet, les 650 M€ émaneront également de l’État (entre 46 et 53 M€ venus tout droit du Plan numérique national), de la Région, des Communautés de communes et communes volontaires à faire un effort de participation supplémentaire et des opérateurs privés.
Un aménagement numérique du territoire qui se fera en deux grandes phases de 5 ans (servant 205 000 habitants chacune) dont la maîtrise d’ouvrage sera assurée par Gironde numérique, en partenariat avec des assistants à maîtrise d’ouvrage récemment choisi. Quant au maître d’ouvrage, « une DSP concessive va être lancée pour trouver un opérateur d’opérateur, qui sera désigné au plus tard en septembre permettant un démarrage des travaux en début d’année prochaine », indique le vice-président. C’est n’est d’ailleurs qu’après cette DSP que la part d’investissements privés pourra être connue.

Matthieu Rouveyre, Vice Président chargé de la citoyenneté, des relations avec les usagers, de la communication et des accès numériques

6 M€ sur 2 ans pour résorber les zones blanches et grisesPour autant, ces délais ne resteront pas inoccupés pour le Département et Gironde Numérique. 3,2 M€ ont d’ores et déjà été votés au budget 2016 (et 2,8 M€ devrait l’être au budget 2017), dès cette année sur les derniers 25 sites de Gironde, abritant entre 12 000 et 15 000 foyers, qui sont encore dans les fameuses zones blanches ou grises, ne bénéficiant peu ou pas du haut niveau.
Quant aux travaux relatifs, cette fois à la montée en très haut débit, là encore l’ordre des chantiers sera établi là encore dans un souci de péréquation, ont assuré les élus. En bref, ce ne sont pas les communes les plus riches qui se verront automatiquement servies les premières, d’autres critères entreront en jeu.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4235
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !