27/07/15 : Saint-Jean D'Illac : environ une cinquantaine de personnes ne seront pas relogées avant mardi matin. Il s'agit des habitants en lisière de forêt Pessac-Toctoucau et les résidents de la Clinique des Pins.

27/07/15 : Les 600 habitants évacués à Saint-Jean D'Illac vont pouvoir rentrer chez eux à partir de 17 heures ce lundi avec l'aide des forces de police. Sur place, 400 pompiers restent mobilisés mais aucun départ de feu n'a été signalé depuis lundi matin.

27/07/15 : L'état de catastrophe naturelle est reconnu pour les communes de Lagorce (du 1/01 au 9/03/14) et Salles (du 27/01 au 7/02/14) au titre des inondations par remontée de nappe phréatique. Les sinistrés ont 10 jours pour se rapprocher de leur assurance

27/07/15 : Le Préfet Pierre Dartout annonce sur Twitter qu'en fonction de l'évolution de la météo "la décision sera prise à 15h quant à l'éventuel retour des personnes évacuées à Pessac et à Saint-Jean-d'Illac" suite à l'incendie.

27/07/15 : Selon un sondage de l'Ifop pour le compte de nos confrères de RTL, Alain Juppé serait le mieux placé à droite pour battre le Front National et gagner des voix à gauche.+ d'info

26/07/15 : Dans le secteur de Saint-Jean d'Illac le combat contre le feu se poursuivait à la nuit tombée ce dimanche soir; il mobilisait quelques 600 hommes de Gironde et des départements voisins.

26/07/15 : L'équipe de France de basket est accueillie ces jours-ci à Pau avant l'Euro 2015. Le public pourra assister gratuitement à une séance d'entrainement,suivie de dédicaces, le lundi 27 juillet au Palais des sports, de 17h à 19h3O.+ d'info

25/07/15 : Un spectacle son et lumière gratuit racontant la vie de Henri IV sera projeté chaque soir en août dans la cour du château de Pau. Les façades du château seront également illuminées pour évoquer l'histoire de ce site qui a vu naitre le Vert Galant.+ d'info

24/07/15 : Réputée pour sa saveur et cultivée sur une quinzaine d'hectares en Béarn, la pêche Roussanne sera fêtée sous les halles de Monein (64), le samedi 25 juillet à partir de 9h. Dégustations et produits locaux, dont le vin de jurançon, seront proposés.+ d'info

23/07/15 : C'est l'adjoint à l'environnement Guillaume Barucq qui le fait savoir sur sa page Facebook désormais, toute personne qui, à Biarritz, jettera des déchets, mégots ou urinera sur la voie publique encourra dorénavant 68 euros d'amende

23/07/15 : C'est l'un des temps forts de l'été en vallée d'Aspe, dans les Pyrénées-Atlantiques. Le village d'Etsaut accueille sa fête du fromage, le dimanche 26 juillet. Des sonnailles au miel, des fromages de pays aux charcuteries,90 exposants y participent.+ d'info

23/07/15 : Les agriculteurs manifestent aujourd'hui en Dordogne : opération péage gratuit ce matin, sur l'A 89 à Mussidan et La Bachellerie, barrages filtrants. Ils pourraient aussi bloquer les différents points d'accès à Périgueux dès le début de l'après midi

23/07/15 : Animasia, le festival des cultures asiatiques, met la Corée du Sud à l'honneur les 10 et 11 octobre au Hangar 14. Les préventes offrant un tarif avantageux sur les pass d'entrée sont déjà accessibles en ligne.+ d'info

22/07/15 : Lascaux II est de nouveau accessible à la visite depuis ce matin. La grotte a été bloquée hier par des éleveurs et producteurs laitiers. Semitour, la société d'économie mixte qui gère le site, annonce 35.000 euros de pertes sur la journée d'hier.

21/07/15 : Concerts, bandas, bals, carrefour des musiques à gogo, novillada et corrida... Le programme 2015 des fêtes d'Orthez (64) ne manque pas de diversité. Elles se dérouleront du jeudi 23 au dimanche 26 juillet.+ d'info

21/07/15 : Avant d'entamer l'EuroBasket 2015, l'équipe de France masculine de basket sera en stage à Pau du 24 au 30 juillet.Un entraînement ouvert au public aura lieu le lundi 27,de 17h à 19h30 au Palais des sports. Il sera suivi d'une séance de dédicaces.

20/07/15 : Des travaux vont affecter la ligne SNCF entre Limoges et Périgueux, perturbant la circulation du 20 au 24 juillet. Des autocars de substitution sont mis en place. Du 25 au 31 juillet, certains horaires seront modifiés, entre 2 et 15 minutes. + d'info

19/07/15 : Buffets à volonté : une recette en or ! Inventé dans les années 1960, ce type de restauration s'est aujourd'hui imposé partout, y compris à Périgueux, où le "Jaune Poussin" de Gérard Caillé a les honneurs d'Envoyé spécial, jeudi 23 juillet à 20 h 55.

15/07/15 : Jean Grenet, ancien député et ancien maire de Bayonne, a été fait chevalier de la Légion d'honneur. Il s'est également vu attribuer la qualité de maire honoraire "en reconnaissance des services rendus lors de ses différents mandats électifs".

15/07/15 : Thierry Braillard, secrétaire d'Etat aux sports, se rendra à Pau le jeudi 16 juillet. Il rencontrera les responsables des grands équipements sportifs et signera la première convention emploi pour l'embauche d'un éducateur sportif à la MJC des Fleurs.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 27/07/15 | Chômage en Aquitaine : -0,9 % en juin et + 5,5% en un an

    Lire

    Fin juin 2015, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A sans aucune activité était de 180 535 en Aquitaine. : -0,9% (-1597) par rapport à mai et +5,5% en un an : France ( +4,7%) Par département : Dordogne (-0,4%), Gironde (-1,0%), Landes (-1,0%), Lot-et-Garonne (-0,6%) et Pyrénées-Atlantiques (-0,9%). Le nombre des demandeurs d’emploi de catégories B (78 h d'activité au plus dans le mois et C ( plus de 78h) était de 107 958 fin juin 2015. Ce nombre augmente de + 1,9% par rapport au mois précédent (+16,0% sur un an).

  • 27/07/15 | Incendie Saint-Jean-d'Illac - bilan du week-end

    Lire

    Après 4 jours de lutte contre l'incendie qui s'est déclenché le 24 juillet vers 15h, ce sont environ 550 ha de pin qui sont partis en fumée. Sur le week-end et à la demande de Bernard Cazeneuve, Ministre de l'intérieur venu sur place samedi, 7 avions bombardiers d'eau et 660 sapeurs-pompiers de Gironde et de départements de toute la France sont intervenus sur le feu, qui semble stabilisé ce matin. Les quelques 500 personnes évacuées au cours du week-end, n'ont pour l'heure pas l'autorisation de rejoindre leur domicilie. La D211, et la D1250 sont toujours coupées dans les 2 sens à proximité de la zone de feu.

  • 24/07/15 | Nouveau coup de colère de la FDSEA et des JA de la Dordogne qui dénoncent la méthode Leclerc

    Lire

    Ce soir, la FDSEA et des JA dénoncent " la méthode Leclerc" à travers un communiqué. Selon eux, le patron de cette enseigne aurait entrepris de déréférencer "l'ensemble des produits du des producteurs du département. C'est une position inadmissible et incompréhensible". "Doit-on le mettre sous le coup de la provocation ou d'une réaction de panique ?" La FDSEA et les JA préviennent que si la situation n'est pas rétablie, elle va se rendre dans toutes les enseignes concernées dès demain samedi.

  • 24/07/15 | Une augmentation du prix du lait obtenue par les éleveurs

    Lire

    Ce vendredi, les éleveurs, producteurs et professionnels du lait se sont entretenus avec le Ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll. Objectif : une revalorisation du prix du lait. Un terrain d'entente a été trouvé : une augmentation jusqu'à 4 quatre centimes par litre, soit un cours fixé à 340 euros minimum les 1000 litres. Xavier Beulin, président de la FNSEA a appelé les éleveurs qui bloquent encore les routes à la "pondération". L'accord est valable jusqu'en décembre prochain.

  • 24/07/15 | L'agglomération paloise, "territoire à énergie positive"

    Lire

    L'Etat va accorder 500 000€ à un programme lancé par la communauté d'agglomération paloise. Cela, à la suite d'un appel à projets lancé par les pouvoirs publics et intitulé "Territoire à énergie positive pour la croissance verte". Le programme palois vise à économiser l'énergie dans les bâtiments et l'espace public, diminuer les pollutions liées aux transports, assurer une gestion durable des déchets, développer l'économie circulaire, produire des énergies renouvelables, préserver la biodiversité, protéger les paysages et développer l'éco-citoyenneté.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Bordeaux 2030 Innov'action et Agriculture

Politique | Tribune libre - Alain Lamassoure : Budget européen, les ministres marquent contre leur camp

04/10/2012 | "Une fois l’opération engagée, le paiement n’est plus qu’une conséquence technique, juridique, comptable, inéluctable."

Alain Lamassoure, député européen, président de la commission des Budgets du Parlement européen

Comme les années précédentes, le débat sur le budget européen s’engage comme un jeu de rôles qui paraît aussi détestable qu’inexorable : d’un côté, les dépensiers incoercibles, que seraient la Commission et le Parlement européen ; de l’autre, les sages ministres du Budget, économes de l’argent des contribuables. Imaginez un peu : au moment où tous les pays sabrent héroïquement dans leurs budgets nationaux, « Bruxelles » propose d’augmenter ses dépenses de près de 7% ! Sur quelle planète vivent donc ces eurocrates incorrigibles ? Les acteurs eux-mêmes croient participer à un débat de sourds. Mais la bonne comparaison serait plutôt la parabole des aveugles : tout le monde perd de vue ce dont on parle vraiment. L’impasse budgétaire s’explique, non par un manque de moyens, mais par ce qui restera un cas d’école de mauvaise gestion politique : à Bruxelles ; dans les capitales nationales ; et entre les deux niveaux.

On s’en tiendra au cas des fonds structurels, ou fonds régionaux, qui représentent près de 40% du budget.
Comme dans tous les budgets publics, on distingue des crédits d’engagement et des crédits de paiement. Une opération ne peut être lancée que si l’on est sûr de disposer de l’argent nécessaire : ce sont les crédits d’engagement, sur la base desquels sont subventionnés les marchés, après ventilation par Etat membre et programmes opérationnels. Si l’opération dure plusieurs années, les prestations sont réglées au fur et à mesure à partir des crédits de paiement.

La vraie décision politique porte donc sur les crédits d’engagement : une fois l’opération engagée, le paiement n’est plus qu’une conséquence technique, juridique, comptable, inéluctable. Et jusqu’à une période récente, le débat annuel sur le budget européen ne portait bien que sur les engagements. Seulement voilà : le budget européen est financé par des contributions des budgets nationaux, et celles-ci sont versées sur la base d’appels de fonds de la Commission européenne en fonction des besoins de paiements. La crise de la dette ayant fait peser des tensions insupportables sur les budgets nationaux, depuis trois ans les gouvernements se désintéressent totalement du débat politique sur le budget européen, laissant leurs représentants se battre exclusivement pour réduire les paiements.

C’est un mauvais combat : les paiements ne reflètent pas les choix politiques. C’est un combat perdu d’avance : l’échéance n’est que retardée, de quelques semaines ou de quelques mois. Et surtout, c’est un combat perdant-perdant pour les Etats membres, autant que pour la politique européenne.
Lorsqu’un projet local est financé avec des crédits européens, l'autorité de gestion qui assure la maîtrise d’ouvrage règle les fournisseurs, puis demande à la Commission le remboursement de sa part de la dépense. Un remboursement qui ne peut être effectué qu’à partir de crédits de paiements. Si bien que les crédits de paiement demandés par la Commission ne sont que l’addition des demandes faites par les Etats membres, demandes qui correspondent à des dépenses déjà décidées par ceux-ci et, le plus souvent, déjà faites. Ainsi, les crédits de paiement ne sont pas « l’argent de Bruxelles », mais bel et bien « l’argent des 27 Etats membres », les droits de tirage que ceux-ci exercent légitimement envers l’Union. Et pourtant, chaque automne, quand les 27 ministres du Budget rencontrent la délégation de 27 députés européens pour décider du montant du budget annuel, chacun des acteurs joue à contre-emploi : les ministres se battent pour réduire les remboursements qui leur reviennent, et les députés plaident pour honorer les engagements des Etats ! Pire : chacun est de bonne foi.

Comment cette situation ridicule est-elle possible ? Tout simplement par le fait que, dans la plupart des Etats membres, l’autorité qui demande les remboursements à Bruxelles n’est pas la même que celle qui négocie le budget communautaire. Parfois, ce sont les collectivités territoriales elles-mêmes qui s’adressent directement à la Commission, sans passer par leur administration centrale. Il n’est pas rare qu’un ministre du Budget ignore la somme des demandes faites à Bruxelles par les collègues de son propre gouvernement. D’autres ont les moyens de savoir, mais préfèrent apparemment ne pas y regarder de trop près. La Commission a encouragé maladroitement la confusion générale, en gardant pour elle les informations provenant des capitales nationales, tout en se réservant le droit de réviser unilatéralement certaines demandes sur la base de critères qui lui sont propres, dans une cuisine comptable dont elle se réserve jalousement le secret. Ce faisant, elle achève de « bruxelliser » des demandes de paiements qui auraient dû rester nationales.

En cet automne 2012, cette procédure aberrante atteint un paroxysme qui remet en cause les décisions prises par le Conseil européen de juin dernier. Le 28 juin, en adoptant un « pacte de croissance », le Conseil européen a décidé de consacrer 120 milliards d’euros, au niveau de l’Union, au soutien immédiat de l’activité économique, dont 55 milliards de « crédits supplémentaires » (sic) provenant des fonds régionaux. Mais la machinerie budgétaire pilotée par leurs propres ministres est partie pour aboutir au résultat exactement contraire. Formulées par les Etats membres eux-mêmes, les demandes de crédits de paiement correspondant aux opérations déjà achevées ou en cours d’achèvement sont évaluées à une dizaine de milliards supplémentaires pour la seule année 2012. Si ces crédits ne sont pas ouverts, ce n’est pas le Parlement européen qui souffrira, ni la Commission, mais les collectivités locales et les budgets nationaux qui ne seront pas remboursés des dépenses qu’ils ont faites.

On peut évaluer l’ordre de grandeur du manque à gagner pour chaque pays. Pour la France, sur le seul exercice actuel, la perte représentera environ 400 millions de moins pour les investissements régionaux. Pour une région moyenne telle que l’Aquitaine, cela signifiera environ 10 à 15 millions de crédits européens promis dont le remboursement sera renvoyé sine die. Très à l’avant-garde pour comprimer les dépenses européennes, le Royaume-Uni se privera d’environ 180 millions de remboursements de l’Union.

Le manque à gagner sera encore plus élevé pour les pays qui ont le plus besoin des financements européens : de l’ordre de 600 millions pour la Grèce et 900 millions pour l’Espagne ! Au moment même où le Conseil européen met en place, dans la douleur, des mécanismes coûteux de soutien à ces pays. Et ces besoins ne sont pas prêts d’être satisfaits puisque les ministres du budget entendre réduire encore de 1,6 milliards les crédits de paiement de l’année à venir dans le seul domaine de la Cohésion.
En ce début d’octobre, le FSE est en cessation de paiement. Les programmes Erasmus le seront dès la semaine prochaine. Le programme-cadre recherche et les crédits d’aide à l’innovation le seront à la fin du mois. Qui donc sera rassuré de cette incapacité de l’Union d’honorer ses engagements ? Ni les opinions publiques, ni les marchés financiers.

Ainsi, les gouvernements se sont enfermés dans une logique qui est contraire à l’intérêt de chacun et qui contredit de manière choquante les engagements les plus solennels d’accroître la solidarité européenne et de soutenir la croissance. Il est temps d’en sortir.
Pour le budget 2013, le Parlement a bien l’intention d’engager un débat politique : donc, de négocier sur le montant du budget et sur ses priorités politiques à partir des crédits d’engagement. Nous considérons que, sur les crédits de paiement, la charge de la preuve incombe à ceux des Etats qui nient que deux et deux font quatre. Nous invitons la Commission à demander aux autorités nationales habilitées de certifier, dans un document rendu public, le niveau et la répartition des demandes complémentaires de crédits de paiement pour 2012 et l’actualisation de leurs besoins pour 2013.

Si cette suggestion est retenue, je proposerai au Parlement de retenir purement et simplement l’addition de ces besoins pour fixer les chiffres définitifs de crédits de paiement.
Dans le cas contraire, nous demanderons à la Commission de publier l’ordre de grandeur du manque à gagner pour chacun des Etats, des régions, des opérations et des programmes concernés. Chacun sera mis publiquement devant ses responsabilités.

Alain Lamassoure, député européen
Par Alain Lamassoure, député européen

Crédit Photo : Groupe PPE Parlement européen - 2011

Partager sur Facebook
Vu par vous
127
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 08/10/2012

L'argumentation est complexe pour un profane, mais semble tenir la route ! Merci à Aqui.fr de l'avoir diffusée.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Manuel Valls à Aerocampus aux côtés de Matthias Fekl, secrétaire d'Etat au commerce extérieur et d'Alain Rousset, président de la Région Aquitaine Politique | 23/07/2015

En Gironde, Valls défend son plan d'urgence face aux agriculteurs

Alain Rousset au salon de l'agriculture Aquitaine Politique | 23/07/2015

Point de vue : Alain Rousset sur la crise de l'élevage "Trouver des réponses structurelles"

Un tram place des Quinconces à Bordeaux Politique | 22/07/2015

Les projets de tram D et tram-train Médoc de nouveau sur les rails

Alain Rousset (Gironde) et Nathalie Lanzi (Deux Sèvres) Politique | 16/07/2015

Régionales : les têtes de listes PS de la Grande Région sont dans le pré

Jean-Luc Gleyze était accompagné de Christine Bost et de plusieurs autres élus départementaux Politique | 10/07/2015

Conseil départemental de la Gironde : le dialogue territorial est lancé

Virginie  Calmels en visite à  l entreprise Dubourg de Rauzan  en compagnie  du sénateur  Gérard  César Politique | 08/07/2015

GRANDE REGION: Entretien - Virginie Calmels: les centres de décision ne doivent pas être concentrés à Bordeaux

Laurence Motoman, tête de liste landaise, Françoise Coutant, Tête de liste régionale EELV, Nicolas Thierry, tête de liste Gironde et  Alain Godot, n°2 sur la liste landaise Politique | 07/07/2015

Régionales: Etape landaise pour Françoise Coutant, la candidate EELV

701 millions d'euros, c'est la part de la région Aquitaine dans le CPER Politique | 06/07/2015

Conseil régional : Un Contrat de Plan État-Région adopté et contesté

patroulleur Politique | 06/07/2015

Anglet pleure sa base navale dissoute

Le Comité régional de Programmation des Fonds Européens se tient ce vendredi 3 juillet Politique | 03/07/2015

Fonds Européens : la région prend la main

Luc Paboeuf, Président du Ceser Aquitaine, accompagné d'un vice président d'exception Politique | 01/07/2015

CESER: un forum "Conjoncture 2015" résolument en rupture(s)

Slogan affiché : "Une ambition pour une grande région" Politique | 27/06/2015

Grande région : à Cognac le projet politique du PS mobilise

Le ministre de la Défense en Béarn : l'aéro-combat face au terrorisme Politique | 26/06/2015

En Béarn, le ministre de la Défense dit l’importance de l’aéro-combat face au terrorisme

Les délibérations présentaient pour une majorité un fort volet social Politique | 25/06/2015

Conseil Départemental de Gironde : un budget 2015 ajusté et un fort accent sur le social

L'une de ces propositions est de rediriger les 1000 milliards débloqués par la BCE pour un plan climat plus ambitieux Politique | 25/06/2015

Nouvelle Donne : leur "plan d'urgence" pour la France

Gérard Vandenbroucke: Le Limousin ou la pratique de la proximité Politique | 24/06/2015

GRANDE REGION: Interview - Gérard Vandenbroucke: le Limousin c'est l'exercice de la proximité

Assemblée plénière du Conseil régional d'Aquitaine Politique | 24/06/2015

Grande Région: Des délibérations communes aux 3 régions... sans consensus sur les bancs aquitains

En tout, 1770 migrants ont trouvé la mort en Méditerranée depuis janvier dernier Politique | 23/06/2015

Interview: Jean-Charles Leygues : "l'intégration européenne n'est pas la priorité des États de l'UE"