Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/06/21 : Au mois de mai, 334 projets en Nouvelle-Aquitaine ont été sélectionnés pour bénéficier de fonds européens pour un montant global de 56.2 millions d'euros. Parmi eux, 231 projets sont dans le cadre des programmes européens de développement rural.

09/06/21 : Dans le cadre du Mois des fiertés, le Département de la Gironde et les partenaires associatifs proposent des actions d'information et de dépistages gratuits du Sida (résultats en 30 min) samedi 12 Juin 2021, de 11h à 18h Placette Munich.

09/06/21 : Le CHU de Bordeaux lance sa plateforme de don en ligne sur le site don.chu-bordeaux.fr. Accessible à tous (particuliers, entreprises, associations) il permet de faire un don en ligne, au profit du CHU de Bordeaux, de manière totalement sécurisée. + d'info

31/05/21 : En Dordogne, l’ex-militaire recherché par les forces de l’ordre a été arrêté ce lundi. Il est blessé par balles. Il était recherché depuis dimanche après avoir tiré sur des gendarmes appelés pour des violences familiales à Lardin-Saint-Lazare (24).

28/05/21 : Le Conseil régional indique que les inscriptions aux transports scolaires pour la rentrée 2021-2022 s'ouvrent au 1er juin. L’inscription et le paiement peuvent être directement réalisés en ligne.+ d'info

17/05/21 : L'Hermione repartira au printemps 2022, annonce ce soir l'association Hermione La Fayette. La frégate fera escale dans quatre pays du nord de l’Europe : l’Angleterre (Londres), la Belgique (Anvers), les Pays-Bas (Amsterdam), l’Allemagne (Hambourg).

17/05/21 : En solidarité avec les cafetiers et restaurateurs, la Ville de Pau poursuit l'effort porté l'an dernier : ils seront exonérés à 100% de la redevance sur les terrasses du 19 mai à fin juin, puis à 50% de juillet à la fin du protocole sanitaire.

10/05/21 : En soutien au secteur de la restauration, la Ville de La Rochelle a décidé de reconduire les extensions de terrasses et accorde une exonération de droits jusqu’au 30 juin avec une gratuité des extensions jusqu’au 31 décembre, à partir du 19 mai.

27/04/21 : Régionales : En Dordogne, la maire socialiste de Périgueux, Delphine Labails a été choisie comme tête de liste départementale avec Christophe Cathus, conseiller régional sortant en charge des transports scolaires et maire de Calès.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 11/06/21 | Tonneins : le pôle de santé parie sur la télémédecine

    Lire

    L’association du pôle de santé du tonneinquais en Lot-et-Garonne regroupe une équipe de médecins, infirmiers, sages-femmes, orthophonistes et psychologues. Afin d’apporter aux patients une réponse médicale rapide et efficace, l’association souhaite développer la télémédecine grâce notamment à un partenariat avec la clinique Saint-Hilaire Esquirol. Pour cela, elle va acquérir du matériel connecté comme des stéthoscopes, échographes ou encore ECG.

  • 11/06/21 | Sport et tourisme: des parcours audioguidés à Limoges

    Lire

    En partenariat avec l’application Runnin’City, la Ville de Limoges propose 3 parcours de running touristique gratuits et audioguidés. Le coureur pourra choisir entre 3 parcours, deux de 7km (Centre-Ville et Bords de Vienne) et un de 10km (Uzurat/La Bastide), et sera guidé par le GPS vocal qui lui livrera des anecdotes sur les lieux croisés en chemin. L’application gratuite est disponible en 7 langues.

  • 10/06/21 | Vrai+Local développe le circuit-court

    Lire

    A Périgny en Charente-Maritime, la société Néos est en train de développer le projet Vrai+Local. Né du constat qu’il était plus facile d’acheter un produit provenant de l’autre bout du monde que localement, Vrai+Local apporte une solution logistique afin que les citoyens puissent faire leurs courses en « bio et local » au travers d’une plateforme, d’une collecte et d’une livraison de proximité. Ces livraisons s’effectueront avec des remorques brevetées « Drive Mobile ».

  • 10/06/21 | Rochefort: Le festival Soeurs Jumelles recherche des bénévoles

    Lire

    Le première édition du festival Soeurs Jumelles aura lieu à Rochefort, hommage à la célèbre comédie musicale de Jacques Demy, du 23 au 26 juin 2021. Consacré à la musique et à l’image, tous secteurs confondus, le festival est à la recherche de bénévoles pour aider à l'accueil du public et des professionnels. Le choix des horaires est libre et seules les personnes majeures sont en mesure de postuler. Dans la mesure du possible, des billets pour les séances de films seront offerts aux bénévoles. Le formulaire pour postuler.

  • 10/06/21 | L’Atelier du Vitrail poursuit son développement

    Lire

    A Limoges, L’Atelier du Vitrail conçoit, fabrique et restaure des vitraux sur toute la France. A l’heure actuelle, tous les process de conception, de création et de présentation sont informatisés. Afin de mieux maîtriser ces outils, les salariés doivent s’approprier le Brevet des Métiers d’Art. Objectif: augmenter leurs compétences en matière d’arts appliqués et de peinture sur verre. Pour aider l'entreprise dans son développement, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de lui attribuer une aide de 40 991,68 €.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Tribune Libre – Alexandra Siarri - "Pour des villes plus solidaires, au-delà de la crise, mettons fin à la fracture digitale"

12/05/2020 | Alexandra Siarri

Alexandra Siarri

Alexandra Siarri, 2e adjointe au maire de Bordeaux, chargée de la Ville de demain, cohésion sociale et territoriale et présidente de France-Médiation...

« Pour des villes plus solidaires, au-delà de la crise, mettons fin à la fracture digitale. Etonnant changement de sens, si rapide. Souvenons-nous : le numérique était en passe de devenir, dans nos esprits, dans tant d'essais, dans les prises de position publiques, un phénomène essentiellement aliénant, synonyme de "virtualisation" des relations sociales, de régression sociétale. Il conviendra assurément de reprendre ce débat et de ne pas baisser notre vigilance citoyenne et politique. Mais les termes du débat ont changé. Les perceptions et les priorités aussi. Le tsunami de la pandémie, le confinement et la suspension des activités économiques et administratives ont révélé plus crûment, et plus cruellement, l'immense inégalité de nos concitoyens face au numérique. Nous avons vu les fragilités qu'un accès limité, qu'une maîtrise trop incertaine des interfaces occasionnent dans ces moments-là, qui amplifient des souffrances déjà existantes. Le confinement a levé le voile. Ce sont bien sûr ces nouveaux regroupements virtuels aux contenus affectifs bien réels, avec la chaleur de la voix et les prouesses d'une vidéo de plus en plus performante, où tout passe : les rires, les hésitations, la tendresse, l'écoute, les conseils, bref, la vie. Un monde de sociabilité en ligne à l’abri des risques, dont un pan entier de notre population a été privé faute d'accès et de maîtrise des outils. Double peine, double isolement, au moment où la sociabilité classique devient impossible.

« Fossé invisible »
C'est aussi l'accès aux produits culturels de tout type via le net, dont le volume prodigieux a même menacé la fluidité des réseaux dans les premiers jours de la pandémie. Là encore, fossé invisible entre les connectés et ceux qui n'en perçoivent qu'un lointain écho. Et que dire alors des effets plus fondamentaux encore : l'accès aux droits, l'accès à l’éducation, l’accès à la santé. L’utilisation des démarches administratives en ligne, souvent cruciales pour les bénéficiaires d'aides, ou tout simplement pour les administrés les moins familiers avec Internet constitue en temps normal un sujet de grande préoccupation. Ceci devient un sujet d'alerte quand les mécanismes de médiation, les aides au remplissage des formalités s'arrêtent brutalement, remplacés par un numéro de téléphone souvent encombré. Et bien sûr, car les handicaps sont toujours cumulatifs, ces mêmes publics sont confrontés à de nouvelles exigences, nées de la crise : imprimer son attestation de sortie pour la remplir, utiliser telle application nationale...

Triple peine
Le constat vaut tout autant pour certaines de nos écoliers, dont au moins 5% ne seraient pas aujourd'hui en mesure de se connecter aux plateformes en ligne qui permettent la continuité de l'expérience scolaire. Difficilement joignables, les élèves déconnectés ne vivent certainement pas les longues semaines du confinement de la même façon que les foyers raccordés à la fibre. Et plus fondamentalement encore : la télé-médecine a franchi, ces deux derniers mois, un palier décisif : pré-diagnostic en visioconférence, échanges via les plateformes en ligne de prise de rendez-vous, prolongement d'une première consultation à distance, pour affiner, atténuer l'inquiétude, prévenir une aggravation : autant de téléservices en pleine croissance, inaccessibles si la connexion ne le permet pas, ou si les interfaces, encore trop obscures pour nombre de nos concitoyens, empêchent de communiquer avec son docteur ou son spécialiste. Et là, c’est une triple peine de la souffrance voire des pathologies de complication qui auraient pu être évitées. Scandale humain de la consultation à laquelle on renonce. Inacceptable. Nous le savions, nous le savons plus encore, et nous sommes tenus de faire que "plus jamais cela" dans le domaine du numérique aussi.

Eteignons-la, cette fracture-source-de-fractures !
Mobilisons opérateurs et bailleurs pour un accès au web à la portée de tous les milieux sociaux. Déployons plus largement dans nos villes, nos départements, nos régions, le wifi à très haut débit qui permettra à chacun de se connecter dans des espaces publics bien repérés, même aux horaires où tous les services sont fermés. Equipons aussi les scolaires pour la longue coupure de l'été Formons nos agents, dans toutes les collectivités, dans les services sociaux, pour que chacun maîtrise assez pour être aidant le moment venu. Installons des opérations en pied d'immeubles, faisons vivre des projets d'art numérique qui dédramatisent le sujet, innovons, sans relâche, avec les animateurs, avec les bénévoles, à tous les niveaux de décision. C'est un combat où nous, élus locaux, n'avons jamais baissé la garde. Mais la pandémie nous montre qu'il est temps de pousser plus fort encore, et de passer un cap, pour faire refluer, et pour éteindre, dans les faits, l'intolérable fracture digitale qui nous barre le chemin. »

Alexandra Siarri
Par Alexandra Siarri

Crédit Photo : Alexandre Siarri

Partager sur Facebook
Vu par vous
11632
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Philippe MOCELLIN | 20/05/2020

Merci encore pour cette contribution.
Un enjeu, à l'aune des smarts cities, un peu en panne….

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !