Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

27/05/20 : La crise sanitaire est passée par là: la Commission et sa présidente Mme Von der Leyen annoncent un plan de relance de 750 milliards empruntés sur les marchés pour renforcer le budget de l'Union.Préalable: obtenir l'accord des 27 pour ce New Deal "fédéral

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/05/20 | Des esturgeons exotiques dans le Bassin d'Arcachon

    Lire

    Avec le débordement de cours d'eau du Sud Gironde les 10 et 11 mai 2020, des piscicultures dans les bassins du Ciron et de la Leyre ont été inondées laissant échapper des esturgeons sibériens et des esturgeons du Danube. Si l’espèce sibérienne pourrait a priori survivre sans se reproduire, les esturgeons sibériens emportés dans le Bassin d’Arcachon ne supportent pas la salinité des eaux. Ces deux espèces ne doivent pas être confondus avec l’esturgeon européen, protégé en voie de disparition. La prefecture demande donc aux pêcheurs de relâcher vivants tous les esturgeons qui seraient pris, quelle que soit l’espèce.

  • 30/05/20 | Dordogne : une hausse 24,2 % du nombre de demandeurs d'emploi en avril

    Lire

    La Dordogne voit son nombre de chômeurs s'envoler au mois d'avril. Pôle emploi a enregistré une hausse des inscrits en catégorie A, c'est à dire sans aucune activité, de 24,2 % en avril par rapport à mars 2020. En Nouvelle-Aquitaine, elle est de 27,4 %. C'est plus qu'au niveau national : cette hausse historique est de +22,6 %. Cela porte à 25 170 le nombre de personnes sans aucune activité en Dordogne. Le nombre d'inscrits en catégorie B et C (activité réduite) enregistre une forte baisse.

  • 30/05/20 | Plus de 48 000 salariés périgourdins en activité partielle

    Lire

    En Dordogne, 7390 entreprises ont établi une demande de chômage partielle, ce qui concerne 48 572 salariés actuellement. 1045 entreprises ont demandé des reports de charges fiscales, cela correspond à un montant de 9,4 millions d'euros. 14 487 entreprises ont sollicité le fonds de solidarité, cela représente une somme globale de 24,2 millions d'euros. Sur ces demandeurs, 64 % sont des entreprises individuelles et 24 % sont des SARL.

  • 30/05/20 | Bordeaux Métropole : des mesures pour le tourisme

    Lire

    Bordeaux Métropole vient d'adopter 11 mesures (550 000€) pour soutenir la filière tourisme, parmi lesquelles le financement (à 50%) du déficit d'exploitation "à venir" de l'Office de Tourisme et d'une campagne de promotion de la "destination Bordeaux", une réduction du prix du stationnement dans certains parkings souterrains pour les clients des hôtels, un délai de reversement de la taxe de séjour (dont la redevance passe de 2,5 à 5%) pour les hébergeurs ou l'exonération de "tout ou partie" des redevances d'occupation des pontons pour le tourisme fluvial.

  • 30/05/20 | Fonds d'urgence : 2154 dossiers pour Bordeaux métropole

    Lire

    Ce vendredi, dans un point consacré à l'économie, Bordeaux Métropole a précisé que 2154 dossiers avaient été traités dans le cadre de son fonds d'urgence (15,2 millions d'euros) aux entreprises de 1 à 5 salariés, pour un montant total distribué de 4,313 millions d'euros. Ils l'ont été principalement à des entreprises de services (39%), des cafés/hôtels et restaurants (30%) et des commerces (20%). L'essentiel de ces dossiers (1107) a été déposé par des entreprises bordelaises. Les entreprises peuvent encore déposer une demande d'aide jusqu'au 30 juin.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Tribune Libre – Alexandra Siarri - "Pour des villes plus solidaires, au-delà de la crise, mettons fin à la fracture digitale"

12/05/2020 | Alexandra Siarri

Alexandra Siarri

Alexandra Siarri, 2e adjointe au maire de Bordeaux, chargée de la Ville de demain, cohésion sociale et territoriale et présidente de France-Médiation...

« Pour des villes plus solidaires, au-delà de la crise, mettons fin à la fracture digitale. Etonnant changement de sens, si rapide. Souvenons-nous : le numérique était en passe de devenir, dans nos esprits, dans tant d'essais, dans les prises de position publiques, un phénomène essentiellement aliénant, synonyme de "virtualisation" des relations sociales, de régression sociétale. Il conviendra assurément de reprendre ce débat et de ne pas baisser notre vigilance citoyenne et politique. Mais les termes du débat ont changé. Les perceptions et les priorités aussi. Le tsunami de la pandémie, le confinement et la suspension des activités économiques et administratives ont révélé plus crûment, et plus cruellement, l'immense inégalité de nos concitoyens face au numérique. Nous avons vu les fragilités qu'un accès limité, qu'une maîtrise trop incertaine des interfaces occasionnent dans ces moments-là, qui amplifient des souffrances déjà existantes. Le confinement a levé le voile. Ce sont bien sûr ces nouveaux regroupements virtuels aux contenus affectifs bien réels, avec la chaleur de la voix et les prouesses d'une vidéo de plus en plus performante, où tout passe : les rires, les hésitations, la tendresse, l'écoute, les conseils, bref, la vie. Un monde de sociabilité en ligne à l’abri des risques, dont un pan entier de notre population a été privé faute d'accès et de maîtrise des outils. Double peine, double isolement, au moment où la sociabilité classique devient impossible.

« Fossé invisible »
C'est aussi l'accès aux produits culturels de tout type via le net, dont le volume prodigieux a même menacé la fluidité des réseaux dans les premiers jours de la pandémie. Là encore, fossé invisible entre les connectés et ceux qui n'en perçoivent qu'un lointain écho. Et que dire alors des effets plus fondamentaux encore : l'accès aux droits, l'accès à l’éducation, l’accès à la santé. L’utilisation des démarches administratives en ligne, souvent cruciales pour les bénéficiaires d'aides, ou tout simplement pour les administrés les moins familiers avec Internet constitue en temps normal un sujet de grande préoccupation. Ceci devient un sujet d'alerte quand les mécanismes de médiation, les aides au remplissage des formalités s'arrêtent brutalement, remplacés par un numéro de téléphone souvent encombré. Et bien sûr, car les handicaps sont toujours cumulatifs, ces mêmes publics sont confrontés à de nouvelles exigences, nées de la crise : imprimer son attestation de sortie pour la remplir, utiliser telle application nationale...

Triple peine
Le constat vaut tout autant pour certaines de nos écoliers, dont au moins 5% ne seraient pas aujourd'hui en mesure de se connecter aux plateformes en ligne qui permettent la continuité de l'expérience scolaire. Difficilement joignables, les élèves déconnectés ne vivent certainement pas les longues semaines du confinement de la même façon que les foyers raccordés à la fibre. Et plus fondamentalement encore : la télé-médecine a franchi, ces deux derniers mois, un palier décisif : pré-diagnostic en visioconférence, échanges via les plateformes en ligne de prise de rendez-vous, prolongement d'une première consultation à distance, pour affiner, atténuer l'inquiétude, prévenir une aggravation : autant de téléservices en pleine croissance, inaccessibles si la connexion ne le permet pas, ou si les interfaces, encore trop obscures pour nombre de nos concitoyens, empêchent de communiquer avec son docteur ou son spécialiste. Et là, c’est une triple peine de la souffrance voire des pathologies de complication qui auraient pu être évitées. Scandale humain de la consultation à laquelle on renonce. Inacceptable. Nous le savions, nous le savons plus encore, et nous sommes tenus de faire que "plus jamais cela" dans le domaine du numérique aussi.

Eteignons-la, cette fracture-source-de-fractures !
Mobilisons opérateurs et bailleurs pour un accès au web à la portée de tous les milieux sociaux. Déployons plus largement dans nos villes, nos départements, nos régions, le wifi à très haut débit qui permettra à chacun de se connecter dans des espaces publics bien repérés, même aux horaires où tous les services sont fermés. Equipons aussi les scolaires pour la longue coupure de l'été Formons nos agents, dans toutes les collectivités, dans les services sociaux, pour que chacun maîtrise assez pour être aidant le moment venu. Installons des opérations en pied d'immeubles, faisons vivre des projets d'art numérique qui dédramatisent le sujet, innovons, sans relâche, avec les animateurs, avec les bénévoles, à tous les niveaux de décision. C'est un combat où nous, élus locaux, n'avons jamais baissé la garde. Mais la pandémie nous montre qu'il est temps de pousser plus fort encore, et de passer un cap, pour faire refluer, et pour éteindre, dans les faits, l'intolérable fracture digitale qui nous barre le chemin. »

Alexandra Siarri
Par Alexandra Siarri

Crédit Photo : Alexandre Siarri

Partager sur Facebook
Vu par vous
6773
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Philippe MOCELLIN | 20/05/2020

Merci encore pour cette contribution.
Un enjeu, à l'aune des smarts cities, un peu en panne….

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !