Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

24/11/20 : Assistante importante ce mardi soir pour manifester à Bordeaux, place de la Comédie, contre la loi " sécurité globale" adoptée en première lecture ce jour même à l'assemblée par 388 voix contre 104 et 66 abstentions.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/11/20 | Coutras (33) : un contournement pour la Dronne

    Lire

    A défaut d'araser son barrage emblématique, la commune de Coutras a trouvé une autre solution pour permettre aux poissons de remonter la Dronne, classée réserve de biosphère par l'Unesco. En effet, des travaux d'aménagement d'une rivière de contournement ont démarré cet automne pour une durée d'environ un an. Le chantier est financé par l'Union Européenne (FEDER), la Région Nouvelle-Aquitaine , l'Agence de l'Eau Adour Garonne et le Département de la Gironde.

  • 25/11/20 | La gare de Mont-de-Marsan va devenir plus accessibles

    Lire

    En septembre et décembre 2021, les travaux de mise en accessibilité de la gare de Mont-de-Marsan vont être réalisés. Les études d’avant-projet et de projet sont en cours de finalisation. Pour le lancement de ces travaux l’année prochaine, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé d’apporter son aide à hauteur de 1,3 M€.

  • 25/11/20 | Charentes : une nouvelle présidence pour l'interprofession du cognac

    Lire

    Le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC) vient de renouveler son Bureau, avec 14 membres au Comité Permanent. Le nouveau président est Christophe Véral, vigneron bouilleur de cru et représentant de la filière à l’INAO* ; le vice-président est Alexandre Gabriel, dirigeant et maître de chai chez Ferrand. Les représentants des familles Viticulture et Négoce sont Anthony Brun, viticulteur et président de l’UGVC, et Florent Morillon, directeur Amont chez Hennessy et président du CRINAO.

  • 25/11/20 | La Creuse rencontre ses Entreprises en ligne

    Lire

    Depuis 2018, le Département de la Creuse mène une démarche à l’intention des entreprises du territoire autour des rencontres « chefs d’entreprises, discutons marchés publics ». L’enjeu de ces rencontres est d’améliorer l’accès des entreprises aux marchés publics mais aussi de permettre à la commande publique de jouer son rôle de levier économique. Au cours de la prochaine rencontre qui se tiendra le 3 décembre à partir de 17h en ligne sur le site du Département, un expert commentera le mécanisme de la cotraitance notamment. Cette rencontre est gratuite et sans inscription.

  • 25/11/20 | La Rochelle : le FFTV de nouveau reporté

    Lire

    Après avoir organisé en septembre à Paris une édition spéciale destinée aux professionnels de l’audiovisuel, le Festival de Fiction TV avait imaginé une première édition Hors saison du 17 au 19 décembre exclusivement destinée au public de La Rochelle, ville où il se tient d'habitude en septembre. Au regard du contexte sanitaire actuel, l'organisation a décidé de reporter de nouveau le festival au printemps prochain, si toutes les conditions sanitaires et d’accueil sont réunies.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Tribune Libre - Covid : réagir et repenser

12/11/2020 | Par Alexandra Siarri Conseillère régionale,conseillère municipale de Bordeaux, cofondatrice de Bordeaux Demain et Christophe Adam médecin généraliste, militant associatif

Conseil Municipal de Bordeaux Octobre 2020

Nous vivons sous la pression de la pandémie du coronavirus qui impacte notre condition humaine. Ce virus nous fait peur, légitimement, en nous faisant presque oublier qu’on en guérit.

Il a surtout révélé les manques de notre offre de soins : de lits hospitaliers en réanimation, de personnels soignants spécialisés, de coordination entre système hospitalier public et privé, entre la médecine de ville et l’hôpital, d’informations et de préparation de la population à affronter une crise sanitaire et peut être même une crise tout court. Nous avons eu la chance en Nouvelle-Aquitaine et à Bordeaux, d’échapper à une vague virale ingérable. Nous avons résisté, ensemble. Tant mieux, mais à quel prix ? D’un retard aux soins pour certains, d’un impact psycho-social lourd pour d’autres, et du chaos économique pour tous.

Sans attendre de nouvelles décisions nationales, nous devons ici, à Bordeaux, nous attaquer aux questions, graves et complexes que soulève cette épidémie au-delà de la mise en place d’un conseil de résilience sanitaire. N’oublions pas que tout acte de santé publique est avant tout un acte politique qui s’appuie sur une conception de la liberté, de la solidarité et de nos biens communs. Trois points essentiels doivent être discutés, avec le plus grand nombre au niveau local.

 
D’abord il nous devons moderniser nos modèles de démocratie sanitaire. On ne peut plus laisser les questions de santé, se discuter uniquement dans des lieux clos et technocratiques. Comment dans la ville ou dans la métropole dès aujourd’hui, sommes-nous en capacité d’informer, d’éduquer, de renforcer les capacités des habitants aux principes de réduction des risques, mais aussi aux choix éthiques que génère l’incertitude médicale ? Une véritable politique de promotion de la santé s’appuie avant tout sur les acteurs de terrain et de proximité (médecin généraliste, infirmier, pharmacien, kinésithérapeute, professionnels du secteur médico-psycho-social). Les patients doivent devenir de véritables acteurs de soins et de prévention, pour limiter le fardeau de protocoles de prise de plus en plus contraignants. Nous devons construire à Bordeaux de véritables approches de santé communautaire.

Ensuite nous devons repenser l’offre de soins de 1er recours au sein de la ville, car elle évolue vite, avec l’arrivée d’une nouvelle génération de soignants qui ne veut pas exercer selon le même modèle que leurs ainés, avec le développement de l’offre de télémédecine, avec la puissance des réseaux sociaux qui élargissent les sources d’informations médicales pas forcément justes. Les cabinets médicaux de demain ne seront pas les mêmes.

Le vieillissement de la population, l’explosion des maladies chroniques, les besoins de coordination entre les différents acteurs impliqués autour d’un patient, nous imposent de faire évoluer ces lieux d’entrée dans le soin, vers des plateformes modernes d’accès à la santé et de coordination de parcours de soins de plus en plus longs et personnalisés. Nous devons favoriser les modalités d’exercices inter-disciplinaires, attirer à Bordeaux, les expertises et les expériences originales. Il faut planifier une offre de soins de 1er recours moderne, dans chaque quartier, particulièrement auprès des populations les plus vulnérables.

Enfin, l’éducation à la santé doit renforcer nos capacités individuelles et collectives, pour faire face aux risques sanitaires ou épidémiques (transmission vectorielle par les moustiques, insalubrité des logements ou précarité de l’hébergement).

La gestion douloureuse de la covid doit être saisie comme une opportunité de mieux faire localement. La santé doit désormais être au cœur des champs de l’urbanisme, de l’éducation et de la démocratie locale, en transcendant les clivages partisans. Nous avons besoin d’une vraie ambition collective.

 

 

Alexandra Siarri - Christophe Adam
Par Alexandra Siarri - Christophe Adam

Crédit Photo : Mairie de Bordeaux

Partager sur Facebook
Vu par vous
3672
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !