Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Tribune libre - Fabien Robert : Politiques culturelles : changeons de paradigme

06/10/2014 | Fabien Robert - Maire-adjoint de la ville de Bordeaux en charge de la Culture, du Patrimoine et du quartier Nansouty / Saint-Genès et Conseiller à la CUB

Fabien Robert - Maire-adjoint de la ville de Bordeaux

Il faut bien reconnaître que le rôle irremplaçable de la Culture, de l’Art et de la création dans la société moderne reste un combat. A l’heure où se succèdent les coupes budgétaires, sur fond de crise économique mondiale qui paraît endémique, il est urgent de rappeler que la Culture n’est pas un luxe : elle est aussi nécessaire à l’homme que le travail, la nourriture, le logement ou bien encore la santé.

Mais en plus d’être une condition indispensable à l’épanouissement de l’Homme, la Culture forge l’identité des pays, des villes et participe ainsi pleinement à l’attractivité économique et au rayonnement international d’un territoire. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer la compétition que se livrent les métropoles européennes, la question culturelle se voit assigner un rôle de tout premier plan et ce, à double titre :  d’une part une offre culturelle de qualité apparaît comme indispensable pour attirer les « cadres créatifs » qui semblent constituer l'oméga du développement urbain, d’autre part, des architectures emblématiques et de grands événements semblent aujourd’hui nécessaires pour attirer l'attention, créer du buzz et de l'attractivité touristique. La réussite de la Biennale Agora est un bel exemple.

Une quintuple mutationLes politiques culturelles vont cependant devoir faire face à une quintuple mutation : économique car l’argent public est devenu rare, social avec un emploi artistique fragilisé, institutionnelle compte tenu de la réforme territoriale en cours, sociétale avec l’émergence de nouveaux modèles d’action culturelle transversaux et collaboratifs axés notamment sur le numérique, et enfin identitaire car la tentation d’un repli sur soi face à une mondialisation mal comprise n’a jamais été aussi forte.

Notre politique culturelle doit être réinterrogée à la lumière de ces mutations, voire de ces menaces que nous devons transformer en opportunités. Il ne faut pas répondre à la crise des financements par une logique de saupoudrage mais au contraire, renforcer la dynamique collective au profit des pôles d’excellences artistiques. C’est pour cette raison, notamment, que j’ai proposé à Alain Juppé de doter avant la fin de l’année la ville de Bordeaux d’un Document d’Orientation Culturelle capable d’analyser sereinement les forces et les faiblesses de notre offre culturelle afin de faire des choix et de les assumer.

Une bonne politique culturelle naît du dialogue entre l’impulsion politique et la totale liberté de création des acteurs. Nous politiques, n’ayons pas peur de la création, du neuf, de l’imagination, de l’invention. Attention à la rouille historique, les artistes travaillent avec des mains d’avenir !

Diversifier les sources de financementDonner l’envie de Culture à tous les bordelais, dans tous les quartiers, soutenir les professionnels tout en portant attention aux amateurs, favoriser la création et l’innovation, encourager le croisement des disciplines, la mobilité des publics, développer des liens avec les entreprises culturelles, soutenir des institutions ouvertes sur la cité, créer de nouveaux lieux  intermédiaires et collaboratifs, coordonner une politique évènementielle qui propose une offre 365 jours par an, permettre le rayonnement de nos talents à l’international… voici esquissées quelques orientations culturelles pour faire de Bordeaux une ville encore plus épanouissante et attractive.

L’enjeu est triple à mes yeux. Il nous faut d’une part bâtir de nouvelles relations institutionnelles avec la future Métropole et des collectivités locales réorganisées à la lumière d’une clarification des compétences. D’autre part, nous ne ferons pas l’économie d’une diversification des sources de financements afin d’attirer plus fortement encore le mécénat (notamment des PME) tout en encourageant les nouveaux dispositifs de financements participatifs. Enfin, les pouvoirs publics vont devoir faire preuve de pédagogie auprès des acteurs culturels pour encourager les dynamiques partenariales. Le temps où chaque entité pouvait disposer seule de son lieu, de son budget, de son personnel, de son matériel est, je le crains, révolu. L’heure est aux mutualisations, c’est notamment pour cette raison que j’ai réuni récemment mes 27 collègues et homologues des communes de la CUB.

Un logiciel à réinventerInventé par Malraux et poursuivit par Lang, notre système culturel est aujourd’hui à bout de souffle, c’est le logiciel tout entier qui doit être réinventé. J’ai la conviction que les villes et demain les Métropoles joueront un rôle de premier plan dans ce changement de paradigme. Nous avons un impérieux devoir de rénovation.

Cela passe tout d’abord par une défense sans concession du rôle de la Culture, surtout en temps de crise. A ceux qui déclarent qu’il y a trop peu d’étudiants ou de jeunes dans les théâtres, les orchestres, les musées, etc… (ce qui reste à prouver) je réponds : imagine-t-on quelqu’un trouvant qu’il y a trop de suffrage universel parce qu’il y aurait trop d’abstention ?

Dans un monde où on assiste à l’offensive de l’argent absolu, certains experts et comptables arrogants et glacés nous parlent toujours du coût de la Culture. Je ne répéterai jamais assez que ce n’est pas la Culture qui coûte cher mais bien l’absence de Culture.

Fabien Robert
Par Fabien Robert

Crédit Photo : Fabien Robert

Partager sur Facebook
Vu par vous
1794
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
10 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
les indépendants-Plasticiens de Bdx | 05/11/2014

Suite à la « Tribune libre de Fabien Robert »
… Nous avons lu attentivement votre « Tribune libre » et ne pouvons qu’être d’accord avec vos certitudes de l’importance de la Culture et avec votre constat de l’indigence du budget qui lui est accordé.
… Mais pas un mot sur les Associations qui sont pourtant la trame du tissu culturel urbain et suburbain !!!
… Quelle sera leur place dans les «Pôles d’excellence » que vous évoquez ???
Dans l’attente d’une réponse,
Bonne réception
Cordialement
Les Indépendants-Plasticiens de bordeaux
Le 5 novembre 2014

Mereu Sandra | 07/10/2014

Voilà qui a le mérite d'être clair et engagé ! Merci pour ce dynamisme !

Christian Naura | 07/10/2014

En accord total avec votre analyse

Picturalement

Christian NAURA

GUIONNEAU-JOIE | 08/10/2014

Bonjour,
Bordeaux et la cub ont en effet un potentiel de développement culturel extraordinaire. Se cacher derrière l'absence ou le manque d'argent est très réducteur, il faut juste savoir en effet diversifier ses modes de financements. La culture si elle est envisagée comme un bien et un outil de développement durable, est force de développement économique.

Rumolino | 08/10/2014

Oui, à condition de ne pas favoriser toujours les mêmes structures et projets sous prétexte d'ancienneté. Diversifier, conseiller et suivre les nouveau projets culturels venues de tous horizons car la culture se construit grâce à le diversité, aux échanges, aux mélanges, au projets novateurs qui impliquent les habitants et non seulement les élites d'une ville. Merci M Robert d'entendre toutes les voix qui vont poursuivre et reconstruire la culture bordelaise.

Olivier Bleys | 08/10/2014

On ne peut qu'être d'accord, et volontiers contresigner cette tribune.
Il me semble toutefois qu'une politique culturelle bien ordonnée doit soutenir en priorité les créateurs. Non parce qu'ils sont les acteurs les plus importants de la chaîne culturelle, mais parce qu'ils sont les plus vulnérables et les plus exposés. La numérisation croissante des œuvres en favorise, hélas, la gratuité. Les écrivains, les cinéastes, les musiciens entrent dans un monde où personne ne déboursera plus le moindre centime pour acquérir leurs œuvres. L'usage en est déjà pris dans les jeunes générations. Il est donc urgent de développer la prestation " vivante " (concerts, conférences, ateliers…), qui elle demeure irremplaçable.
Olivier Bleys
http://fr.wikipedia.org/wiki/Olivier_Bleys

Bradley | 08/10/2014

La Mairie de Bordeaux oublie son artiste Jean Joseph Sanfourche

ROMAIN | 09/10/2014

Hisser Bordeaux au sommet des villes où il fait bon vivre passe obligatoirement et en priorité par la culture, c'est un challenge que la nouvelle municipalité veut relever, si j'ai bien compris. Vous détenez et exprimez une méthode simple et cohérente, pleine d'innovations. Il est rassurant de savoir que l'envie de créer, le besoin d'exprimer, l'urgence de transmettre des créatifs à plein temps soit soutenue par une jeune aussi intelligent, créatif et à plein temps qu'eux. La culture, c'est ce que les régimes extrémistes abandonnent en premier. C'est donc l'indicateur infaillible d'une politique saine. Puisse donc notre futur chef du gouvernement avoir les mêmes préoccupations que notre Maire...

Gaudin | 14/10/2014

Je suis tout à fait d'accord avec le projet de développement du mécénat, qui à mon sens, n'est pas assez présent dans les structures muséales de Bordeaux. Toutefois, je rebondis sur "la rouille historique", l'innovation peut se faire avec le patrimoine culturel déjà présent à Bordeaux et qui ne demande qu'un coup de pouce pour être mis en valeur. Je déplore l'abandon des musées et de leurs réserves à leur sort manque de financement. Oui à la mutualisation des réserves muséales et oui à l'innovation et à la valorisation de ce patrimoine oublié.

Fajnzilberg Bertrand | 15/10/2014

Merci de rappeler le role fondamental de la culture.
Bien sur il va falloir repenser le financement de la culture;favoriser la creation et penser au niveau de la metropole.
Par ailleurs il semble aussi important d'évaluer l'utilisation des deniers publiques, faciliter l'emergeance de nouvelles iniciatives,et s'assurer de la qualité des evenements.
Enfin il faut trouver le bon equilibre entre les grands evenements qui attirent les touristes et participent à la notoriete de la ville et les creations locales dans les quartiers qui favorisent "le vivre ensemble".
Bravo pour l'implication

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !