Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/01/19 : Compte-tenu des conditions climatiques le Conseil Régional a suspendu les transports scolaires ce mardi soir dans le secteur de Thiviers (Dordogne). Les parents doivent venir chercher leurs enfants dans les établissements scolaires.

22/01/19 : La Dordogne est en alerte jaune neige et verglas ce mardi jusqu'à 18 h. Des chutes de neige sont possibles dès le début de matinée à l'est de l'axe Nontron et Sarlat. Suivez les évolutions météorologiques sur les sites de Météo France, Info route.

22/01/19 : La Rochelle : une réunion publique de présentation du projet de protection contre les submersions marines du quartier de Port-Neuf se tient mardi 22 janvier à 18h30 à la Maison de quartier de Port Neuf, Place de l’île-de-France.

21/01/19 : Dans un propos à France 3 Vincent Feltesse, ancien président de la Communauté urbaine de Bordeaux et membre de la minorité municipale, indique qu'il a signifié à Olivier Faure son départ du PS :J'ai besoin de continuer à produire, le PS empêche ça." 

21/01/19 : Construction de la retenue d'eau de Caussade. La préfète du 47 a fait apposer des scellés sur les engins de chantier. Par arrêté du 14 décembre 2018, les travaux de construction de cette retenue d’eau est suspendue et se poursuivent illégalement.

21/01/19 : Pour éviter les débordements des manifestations des gilets jaunes à Bordeaux, l'association des commerçants à décidé de décaler la braderie, organisée traditionnellement du jeudi au samedi. Elle se tiendra donc du mercredi 6 au vendredi 8 février.

21/01/19 : Ce mercredi 23 janvier, le service V3 (vélos en libre-service) de Bordeaux Métropole change de système d’exploitation pour un plus moderne. Une coupure totale du service aura donc lieu de 8h00 à 9h00 avec une réouverture progressive des stations.

20/01/19 : Pour la première fois depuis le début du mouvement, les gilets jaunes de Dordogne ont organisé samedi à l’occasion de l’acte X, un rassemblement départemental à Bergerac. Environ 1400 personnes ont défilé dans les rues de la sous préfecture.

19/01/19 : Nouvelles violences et affrontements avec incendies de véhicules en fin d'après-midi à Bordeaux: la manifestation GJ a dégénéré, les casseurs sont entrés en action et les forces de l'ordre ont dû recourir aux véhicules blindés

18/01/19 : Bordeaux: l'opération de parking gratuit place des Quinconces reconduite ce dimanche et étendue à demain samedi et jusqu’à la fin des soldes : environ 400 places de stationnement libre de 9h30 à 20h chaque samedi et dimanche jusqu'aux 16 et 17 février

18/01/19 : Le nouveau service de location de vélos de l'agglomération du Grand Périgueux s'appellera "Périvélo". 400 deux-roues (à assistance électrique, pliants, vélos classiques) seront progressivement mis à disposition pour les usagers à partir du printemps.

17/01/19 : Rochefort (17) : la tête d'affiche de la programmation du festival Stéréoparc vient de tomber. Il s'agit du groupe Offenbach, qui jouera le 20 juillet.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/01/19 | Une délégation Régionale pour l'UNICEM

    Lire

    La plus grande région de la filière a enfin son syndicat! L'Union Nationale des Industries de Carrières et Matériaux de Construction (UNICEM) Nouvelle-Aquitaine vient de naître de la fusion des trois syndicats des anciennes régions. Patrice Gazzarin, ex-président de l'UNICEM Aquitaine, a été élu à la tête du syndicat. En 2017, l'UNICEM représentait sur le territoire néo-aquitain, plus de 4 300 emplois directs, pour 345 entreprises et plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires.

  • 22/01/19 | Le Crédit Agricole engagé pour l'artisanat

    Lire

    Faciliter la préparation et la réalisation des travaux des clients Girondins. Tel est le but du partenariat qui vient de naître entre le Crédit Agricole d'Aquitaine et One Artisan. Créé en 2014, One Artisan est un service d'apporteur d'affaires pour les professionnels du bâtiment mais aussi de recommandation d'artisan pour les particuliers. Grâce à ce partenariat, les clients du Crédit Agricole pourront bénéficier, s'ils le souhaitent, d'une solution de financement pour leurs travaux.

  • 22/01/19 | Limoges a du cœur !

    Lire

    La préfecture limousine vient d'être récompensée pour sa lutte contre l'arrêt cardiaque. En effet, la Fondation AJILA a remis le Label 2019 "Ma Commune a du Cœur" à la Ville de Limoges pour saluer sa politique de lutte et de formation face à l'arrêt cardiaque. Depuis 2011, la Ville s'est engagée dans une campagne de déploiement de défibrillateurs automatisés sur son territoire. Les limougeauds ont ainsi 37 défibrillateurs mis à leur disposition dans plusieurs lieux public.

  • 22/01/19 | Région : quatre appels à projets (re)lancés

    Lire

    2019 sous le signe de la coopération européenne et internationale ! Le Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine lance, ou relance, des appels à projets sur ce thème. Ainsi, le lien avec la Communauté autonome d'Aragon (Espagne) sur l'éducation et la formation est renouvelé. La Région soutient également le développement solidaire et Éducation à la Citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) à travers deux projets. Le dernier projet concerne le renforcement des échanges avec le Québec.

  • 22/01/19 | Poursuite de sa croissance à l'export pour le Cognac

    Lire

    Le cognac confirme son développement sur ses marchés en 2018, avec des expéditions en croissance de plus de 3% en volume et près de 2% en valeur. Au total, 204,2 millions de bouteilles ont été expédiées, pour un chiffre d’affaires de 3,2 milliards d’euros. Les Etats-Unis restent les plus gros consommateurs (87,4 millions de bouteilles), tandis que le développement d'un nouveau marché vers le Moyen-Orient se confirme, avec 5,6% de croissance et 60 millions de bouteilles exportées.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Tribune libre - Gilles Savary : Dernière cartouche avant dissolution?

15/04/2014 | Gilles Savary député socialiste de la 9°circonscription de la Gironde revient pour Aqui.fr sur les leçons à tirer des élections municipales

Gilles Savary, député de la Gironde

Dans notre cher et vieux pays, qui rechigne a regarder en face les formidables mutations qui préfigurent le XXI ème siècle, les élections intermédiaires sont devenues pour les français, une occasion rituelle d'exprimer un vote rebelle contre le Gouvernement en place ! En 2008, la Droite n'y avait pas échappé, et il était attendu que ces élections municipales, soient l'occasion d'un vote sanction contre un Gouvernement de Gauche. C'est incontestablement l'ampleur de la débâcle de la Gauche qui a surpris ! Car il s'agit bien de toute la Gauche et pas seulement du Parti Socialiste et de ses alliés de la Gauche de Gouvernement !

S'il s'était agi d'un déficit d'orientation à Gauche, il y avait des offres concurrentes prêtes à en capitaliser les déçus. Mais force est de convenir, à l'analyse des résultats, que les diverses composantes de la Gauche de la Gauche, quelles soient internes ou externes au Parti Socialiste n'ont pas profité de la sanction adressée au Gouvernement ! En Aquitaine par exemple, il n'est pas possible d'établir une corrélation catégorique entre le positionnement des candidats sur le curseur de la Gauche et leur fortune électorale. Les déconvenues des socialistes landais, comme celles d'ailleurs des communistes en région parisienne, l'illustrent suffisamment.
Les causes d'un recul d'une telle ampleur, ne sont pas réductibles aux explications simplistes dont s'accommodent évidemment les déçus et les victimes du scrutin. Certes, l'ampleur nationale, homogène sur tout le territoire, du recul des candidats du parti Socialiste exprime une forte composante protestataire du vote. Mais l'interprétation en est rendue malaisée. Certes, on peut penser que l'abstention, importante mais guère plus qu'en 2008, est cette fois le fait de déçus de la Gauche. Cela n'empêche pas de constater qu'elle n'a pas trouvé son compte dans l'offre politique de la Gauche de la Gauche et qu'au total c'est très nettement un coup de barre a Droite et a l'extrême Droite qu'exprime le scrutin.

Tout indique que les Français sont conscients de l'état du pays et des efforts a consentir, mais ces élections ont surtout manifesté leur doute sur la capacité de la Gauche a être a la hauteur de la situation. En particulier, l'amplification de la sanction du premier tour au second, a clairement poussé le Président de la République à changer de Gouvernement. Mais il ne faudrait pas que cette dimension nationale du scrutin occulte la très nette aspiration au renouvellement des mœurs et des comportements politiques exprimée par l'électorat ! Il est très frappant de constater en Gironde que les défaites de la Gauche les moins prévisibles ont sanctionné des failles ou des fragilités, souvent anodines et imperceptibles, de têtes de liste qui n'ont pas lucidement apprécié les évolutions qui affectent la culture et les exigences politiques de l'électorat de Gauche. Cette aspiration à un changement de mœurs politiques s'est, a contrario, manifestée par la facilité paradoxale de candidates féminines, affichées socialistes ou proches, à conserver voire conquérir des Mairies, à Bruges, Le Haillan, Eysines, Parempuyre, Saint André de Cubzac, Cénac, Guillos ou Saint Selve !

Doit on l'interpréter comme une prime au pragmatisme et au désintéressement ? L'étiquette de Gauche n'a pas plus nui à la conquête de certaines mairies par des hommes quand ils incarnaient une fraicheur d'engagement comme a Mios, Origne, Villandraut, Langon, Saint Savin-de-Blaye ou encore Libourne. Jamais, à Gauche, plus qu'à Droite puisque les Balkany, Woerth ou Bechter n'ont visiblement pas souffert de climats d'affaires délétères, une telle aspiration au renouvellement des comportements politiques, et en particulier à la limitation du cumul des mandats, ne s'était aussi clairement exprimée lors d'un scrutin local. Ce serait s'aveugler que ne pas en tirer de fortes leçons pour les prochains scrutins.

Une ligne pragmatique

Au plan national, un message aussi nettement adressé au Gouvernement et au Président de la République en particulier, ne pouvait rester sans réponse politique forte ! Faute de pouvoir renoncer à redresser des comptes publics et une hémorragie industrielle héritées d'années d'aveuglements et de mirages idéologiques ultralibéraux, il n'avait guère comme option que de changer de casting et d'incarner une nouvelle étape de sa mandature. En nommant Manuel Valls à Matignon, il envoie aux français un message de détermination à une ligne pragmatique plus encline à la recherche de résultats qu'aux délices des débats d'école et à l'intellectualisme éthéré qui ont tant détourné le peuple du Parti Socialiste, ces derniers années. En constituant un gouvernement resserré, et en faisant un grand ménage de printemps a l'Elysée et au Parti Socialiste, il ajoute a l'image de fermeté, de professionnalisme et d'énergie du nouveau Premier Ministre la volonté d'exorciser celle d'amateurisme et de procrastination qui lui colle a la peau. Il n'en reste pas moins que le handicap originel de François Hollande est d'être contraint par les defis économiques et financiers exceptionnels auxquels est confrontée la France, de mener une politique à contre emploi du retard intellectuel et idéologique dans lequel, pour des raisons tactiques et carriéristes, la Gauche française a été délibérément entretenue et infantilisée par ses dirigeants.

Le Président est aujourd'hui rudement confronté aux renoncements d'hier du Premier Secrétaire du Parti Socialiste qu'il fut. Cette singularité européenne, pour ne pas dire mondiale, d'une impréparation de la Gauche française aux multiples et formidables bouleversements de notre environnement socio économique, constitue la difficulté majeure de l'exercice du pouvoir de François Hollande et explique largement les prudences qui lui sont reprochées. Le retrait des Verts de la majorité gouvernementale, au moment ou les élections municipales les ont remis en selle, réduit la majorité théorique du nouveau Gouvernement aux 2 voix du Parti Socialiste qui lui donnent la majorité absolue a l'Assemblée Nationale, puisque le Sénat est déjà virtuellement perdu. Mais la Gauche et le Parti Socialiste en particulier sont familiers des contre réflexes qui aggravent leur situation.

Il s'est déjà trouvé 11 socialistes à l'Assemblée pour ne pas voter la confiance au Gouvernement, avec pour conséquence d'ouvrir un pouvoir de négociation démesuré mais aléatoire aux Verts, et aux Radicaux qui,  du coup, imposent 3 des leurs au Gouvernement. Le Gouvernement Valls est d'emblée condamné à cheminer sur une étroite ligne de crête par fort blizzard ! S'il devait perdre pied, alors les subtilités bonapartistes de notre robuste constitution Gaullienne, laisserait encore au Président l'ultime solution de dissoudre l'assemblée, pour solde de l'échec du second souffle qu'il sollicite aujourd'hui d'une majorité peau de chagrin !

Gilles Savary
Par Gilles Savary

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3990
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !