17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Tribune libre - Michel Lacanette : Grand Sud-Ouest, avenir des régions, fiction ou fusion

03/05/2013 | Ceci pourrait se traduire pour la région Aquitaine, dans un premier temps par un rapprochement actif avec la région Midi Pyrénées et pourquoi pas Languedoc-Roussillon.

Contreforts Pyrénéens

Les derniers événements politiques, qui ont secoué la société Française, n' ont sûrement pas incité les Alsaciens à se rendre dans les bureaux de votes, pour adhérer au projet de fusion entre les départements du Haut Rhin et Bas Rhin de la région Alsace.

Ce n'est pas parce que la région Alsace pionnière dans ce domaine n'a pas réussi, qu'il est interdit aux autres régions de tenter des rapprochements pour arriver à la fusion. 
Cette possibilité, nous est offerte par la loi de réforme des collectivités territoriales de décembre 2010. Il serait dommage qu'après avoir vécu sous des décennies de centralisme administratif pesant, les régions ne profitent pas de cette opportunité nouvelle, offerte par l'Etat. 
 
Vers une Eurorégion Grand Sud-Ouest...
 
Ceci pourrait se traduire pour la région Aquitaine, dans un premier temps par un rapprochement actif avec la région Midi Pyrénées et pourquoi pas Languedoc-Roussillon, pour tendre vers la fusion, avec, pour objectif final la création d'une Eurorégion Grand Sud-Ouest, homogène, fédérée par le massif Pyrénéen, qui traverse ces trois régions, avec à l'Ouest et à l'Est deux façades maritimes. Avantage indéniable, dont peu de régions en Europe peuvent se prévaloir. A cet ensemble, peut être un jour, pourrons nous proposer, à tous nos amis voisins du Sud, de nous rejoindre pour poursuivre d'un commun accord cette aventure.
 
Dernièrement, le journal La Dépêche du Midi a publié un article titré "Béarn et Bigorre: Les feux de l'Adour" qui évoque un possible rapprochement entre le Béarn et la Bigorre. Cette approche chère à certains n'est pas crédible, dans le contexte économique de globalisation actuel, par contre, il pourrait l'être dans le cadre d'une Eurorégion. Il ne faut pas se voiler la face, 600000 habitants, même avec du pouvoir d'achat, à l'échelon Européen, c'est tout juste une ville moyenne!!! Surtout, que cette enclave, n'aurait pas de façade maritime, ni de débouchés viables vers le Sud.
 
Toutefois, quelques mots très significatifs de ce  texte, qui sont " Voire plus ..." , ont particulièrement attiré mon attention. Cela, laisse supposer que coté région Midi-Pyrénées, des gens aussi cherchent à développer cette idée de fusion, à plus ou moins long terme. 
Dans bien des domaines, ces régions sont complémentaires, mais aucune n'atteint le seuil de compétence et crédibilité auprès de l'Opinion, des Administrations Françaises mais surtout Européennes pour mettre en avant leurs atouts, qui ainsi, se perdent dans les méandres administratifs actuels, Français ou Européens. (Voir pour exemple la difficulté de la réouverture de la liaison ferroviaire Pau / Canfranc, qui démarre sans financement  Européen et un très faible de la part de l'Etat Français).  
 
Pour parvenir à cet objectif, à partir du consentement des Présidents des Régions, deux solutions seraient possibles.
  • La première, serait la solution que j'appellerai " Administrative Référendaire", qui a été utilisée par nos amis Alsaciens. Cela à l'avantage d'être rapide, mais fait courir le risque de l'incompréhension de la part des citoyens par manque de concret sur le terrain, surtout en période de difficulté économique.
  • La seconde, serait une solution que j'appellerai "Relationnelle ", plus longue à mettre en oeuvre, mais qui obligerait chacune des composantes à apprendre à se connaître et se faire connaître, à juger les capacités d'engagement des autres et à maîtriser l'esprit de domination, des uns sur les autres. Cette solution serait sanctionnée au final par un vote (Référendum ou autre) et aurait l'avantage de se traduire sur le terrain par des actions concrètes, profitables aux citoyens. 

 

 
D'une période de 3 à 5 ans, cette transition serait de la responsabilité d'un Conseil ou Comité de Surveillance, composé de représentants des Régions actuelles, de la Société Civile, de l'Etat. 
Sa mission serait de veiller en permanence l'avancement du projet, en fixant des objectifs et un calendrier, tout en faisant des propositions et des recommandations, à toutes les parties, avec un devoir de résultat pour atteindre l'objectif dans les délais impartis.
 
Deux cercles d'influence
 
La situation actuelle fait qu'aujourd'hui, les régions sont sous l'influence d'un système d'influence "volumique"(sphère), qui fait que le plus fort attire toujours les plus faibles et capte la majorité des financements de projets. 
Dans le futur cadre d'une fusion, ce système pernicieux, devra être remplacé par un système d'influence surfacique" (disque) qui mettra l'ensemble des villes ou des zones d'influences sur le même niveau d'action.
Pour ce qui concerne notre future Eurorégion, ce système se composera de deux cercles d' influences concentriques, maillés entre eux et avec l'ensemble.
 
  • Le cercle extérieur par un maillage avec les autres régions limitrophes pourrait se composer de pôles urbains et économiques existants ou à créer. ( BAB sur la cote Basque, pôles, Bordelais, Périgourdin, Toulousain, et Méditerranéen Montpellier, Narbonne, Perpignan)
  • Le cercle intérieur que j'appellerai le "coeur de région" pourrait se composer d'un réseau de villes moyennes, (Par exemple, Pau, Dax, Mt de Marsan, Agen, Albi, Castres, Carcassonne, Foix, St Gaudens, Tarbes, Lourdes), qui par un maillage, pourrait influencer des villes plus petites par des zones satelitaires qui graviteraient  sur ce même plan. (Par exemple,Pau / Tarbes / Lourdes, Pau / Oloron / Orthez ou Mauléon / St Palais / St Jean Pied de Port)
Ce système, révélerait très vite les points forts et faibles de ces zones, sur lesquelles devraient  porter en priorité les efforts de dynamisation de l'Eurorégion. A la notion de distance de physique (km), seule prise en compte dans le système actuel et que l' on cherche à supprimer par tous les moyens, devra s'ajouter la notion de distance "fonctionnelle". Immatérielle aujourd'hui, mais qu'il faudra nécessairement valoriser et prendre en compte demain. Pau est bien physiquement à 30 km de Tarbes, mais fonctionnellement à mille lieues.
Demain, il faudra tendre au rapprochement de ces deux notions. Avec cela, toute la relation Piémontaise Béarn / Bigorre trouvera tout son sens. Des projets actuels d'importance capitale aux yeux de certains, deviendraient secondaires, d'autres, anodins aujourd'hui, prendraient de l'importance. 
A ce moment là, il faudra peut être créer plus de lits hospitaliers, à Auch ou Marmande, qu'à Bordeaux ou Toulouse ou rouvrir des écoles en milieu rural, pour en fermer en ville.
 
Cette phase de démarrage pourrait se traduire par l'une ou l'autre des solutions suivantes.
  • Soit, on fait le choix d'actions structurantes pour l'avenir de l'Eurorégion (Par exemple rénovation complète de la ligne ferroviaire Hendaye/ Narbonne avec renouvellement des matériels ou toute autre action de cette envergure)
  • Soit, on fait le choix d'actions de terrain, moindres, plus nombreuses, mais impliquant les citoyens des zones limitrophes des régions actuelles (Aquitaine / Midi-Pyrénées ou Midi-Pyrénées / Languedoc / Roussillon) 
Pour ne pas reconduire le schéma actuel d'influence des grandes villes Bordeaux, Toulouse, Montpellier, il faudra choisir une "capitale Eurorégionale" parmi les villes moyennes du "coeur de région". Maintenant, à nous citoyens, de faire comprendre à nos responsables l'intérêt de cette évolution, à faire que dès demain, des initiatives voient le jour, pour que la fiction ne reste pas un vain mot, mais devienne une vraie fusion.

 Michel Lacanette.
Par Michel Lacanette.

Crédit Photo : Toprural

Partager sur Facebook
Vu par vous
523
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !