Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/05/18 : L'Hermione est arrivé hier à Pasaia, au pays basque espagnol, où elle restera jusqu'au 27 mai.

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/05/18 | Contournement de Beynac (24) : 3 nouveaux référés rejetés

    Lire

    Les décisions du tribunal administratif de Bordeaux concernant le contournement de Beynac (Dordogne) se suivent et se ressemblent. À la suite de son audience du 15 mai, il a rejeté, trois nouvelles requêtes contre les arrêtés d’autorisation de travaux de la préfecture et de la commune de Castelnaud-la-Chapelle. Les opposants requérants ont été déboutés et condamnés à verser 500 euros chacun au Conseil départemental et à la commune de Castelnaud-la-Chapelle pour les frais de justice.

  • 25/05/18 | Laura Flessel en visite à La Rochelle

    Lire

    La ministre des Sports Laura Flessel est en visite en Charente-Maritime ce vendredi 25 mai pour échanger avec lors du congrès des élus en charge du Sport (ANDES), au sujet de la nouvelle agence du sport. La ministre doit également visiter le Pole France Voile, basé à La Rochelle. Elle remettra la médaille de bronze de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement associatif à M.Ancel, proviseur du Lycée Dautet, avant de visiter le bateau du cercle handi rochelais.

  • 24/05/18 | Regardez voler les fusées à Biscarrosse

    Lire

    Du 24 au 27 mai à Biscarrosse, 40 équipes s'affrontent au sein du Rocketry Challenge, le concours amateur international de fusées. Les jeunes collégiens et lycéens ont pour objectif de construire une fusée qui doit voler jusqu’à une certaine altitude sur un temps défini avec à son bord un œuf cru devant revenir au sol intact! Cette année, l’événement sera pour la première fois ouvert gratuitement au grand public le samedi 26 mai de 14h à 18h au Centre Culturel et Sportif de l’Arcanson. A voir!

  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Tribune libre : Peggy Kançal et Claudio Rumolino - La page du nucléaire se tourne, enfin...

27/06/2011 |

Peggy Kançal, conseillère régionale EELV

Combien de temps encore allons-nous vivre avec l'épée de Damoclès de nos centrales vieillissantes disséminées dans l'hexagone ? Faut-il attendre que le coût de l'énergie explose, faut-il attendre une catastrophe pour prendre le virage énergétique, nécessaire à une France enfermée dans la voie sans issue du « tout nucléaire » ? Nos voisins européens - quatre pays déjà, et pas des moindres : Allemagne, Suisse, Autriche, Italie - sont entrés dans l'ère post Fukushima en stoppant leurs programmes nucléaires et en engageant la transition, tandis que nous, en France, imbus de notre "savoir-faire", persistons à proclamer à la face du monde, y compris celle des Japonais, que notre EPR constitue la solution d'avenir, alors que son coût abyssal rend le projet plus qu'hypothétique.

« Le nucléaire est mort ». Ces mots ont été prononcés il y a quelques jours, non par un militant antinucléaire, mais par Jérémy Rifkin, spécialiste mondial de prospective économique, président de la Fondation pour les tendances économiques. Il ajoute: "Je préside un groupe de 120 des plus grandes entreprises du monde dans le domaine de l'informatique, des transports, de la logistique, de l'énergie, de la distribution d'électricité, de la construction [...], ces sociétés savent que le nucléaire est mort". Pour illustrer son propos sur la disparition prochaine de la filière électronucléaire, M. Rifkin fait l'analogie avec l'industrie du disque, laquelle n'a pas anticipé le partage de fichiers sur Internet ; ou encore avec Bill Gates qui n'aurait jamais imaginé le succès du logiciel libre Linux. La logique implacable à chaque fois à l'œuvre est celle des réseaux décentralisés et autonomes s'affranchissant d'un pouvoir tutélaire.

Les arguments économiques du déclin du nucléaire sont multiples : l'absence depuis 50 ans de solutions pour les déchets radioactifs, l'augmentation du prix de l'uranium, le manque d'effet réel sur les émissions de CO2 (il faudrait 1 500 réacteurs, soit des milliards d'euros pour ne gagner que quelques pour cent d'émissions), le manque de ressources en eau pour le refroidissement (40 % de l'eau douce consommée en France est utilisée pour refroidir les réacteurs ;  rappelons que l'énergie dispersée dans l'environnement par ce refroidissement représente 900 milliards de kWh/an, soit bien plus que la quantité d'énergie nécessaire au chauffage de tous les bâtiments du pays...), le coût astronomique et non provisionné du démantèlement...N'est-ce pas un signe frappant que la France n'ait vendu que 9 réacteurs en 50 ans ?

Un scénario alternatif existe. Outre les arguments financiers, les raisons techniques au maintien du nucléaire s'évaporent. Le rapport du GIEC du 9 mai dernier estime que les énergies renouvelables - biomasse, solaire, géothermie, hydraulique, énergies marines, éolien - pourront couvrir jusqu'à 77 %  des besoins énergétiques mondiaux à l'horizon 2050, pour des coûts de développement inférieurs à 1 % du PIB mondial. A l'échelle locale, les études de l'Agence Locale Energie-Climat Bordeaux-Gironde montrent qu'une planification du facteur 4 du territoire ainsi que nos gisements locaux rendent accessibles de tels résultats. Si l'on travaille simultanément sur la demande  et la production d'énergie, en combinant les différents types d'énergies renouvelables et les « smart grids » (les réseaux informatiques intelligents pour la régulation des consommations : faire en sorte que, par exemple, les appareils ménagers ne démarrent pas en même temps), la transition énergétique se met en marche, tel qu'en Allemagne ou en Autriche, où des territoires fonctionnent déjà en étant approvisionnées à 100 % par des énergies renouvelables produites localement.

Au-delà d'une transition vers l'indépendance, c'est le déploiement d'un secteur industriel créateur de milliers d'emplois (déjà 400 000 en Allemagne ; projection de 680 000 créations nettes en France à 2020 selon l'institut Négawatt). A un an des présidentielles, le jeu est ouvert : aux décideurs de s'affranchir du poids des lobbies, aux élus locaux d'engager une décentralisation énergétique et aux citoyens d'être les acteurs, ici et maintenant, de ce virage !

Peggy Kançal, conseillère régionale EELV, et Claudio Rumolino, énergéticien membres fondateurs de "Virage Energie Aquitaine

Photo : Elu-es Ecologistes Région - Tous droits réservés

Elu-es Ecologistes Région

Partager sur Facebook
Vu par vous
1512
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Cagouille | 27/06/2011

Excellent article, enfin des idées neuves !

Ne pas oublier que le développement des énergies renouvelables n'a de sens que dans le cadre d'une politique volontariste de sobriété et d'efficacité énergétique.

De même le problème du nucléaire doit être traité dans le cadre plus global de l'énergie et du changement climatique. C'est à dire qu'il faut intégrer l'esplosion privisible du prix du pétrole du fait d'une demande supérieure à l'offre (pic du pétrole conventionnel en 2006), mais aussi la nécessite de réduire la production de CO², avec une trajectoire qui nous mène aujourd'hui à une augmentation moyenne de température de 3 à 5°, ce qui est clairement catastrophique.

Sachons utiliser la crise climatique et énergétique comme levier de changement positif d'une société à bout de souffle !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !