10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

06/12/17 : C'est ce lundi 11 décembre que Didier Lallement, prendra officiellement ses fonctions de préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la zone de défense et de sécurité Sud-Ouest et préfet de la Gironde à la suite de Pierre Dartout.

30/11/17 : Le 20 décembre, la salle de spectacles “Les Cigales“ à Luxey (40) accueille Françis Huster pour un seul-en-scène moderne et engagé, à l’image de celui qu’il incarne: Albert Camus. Rendez-vous à 21h. Pensez à réserver sur www.musicalarue.com !

30/11/17 : Du 5 au 16 décembre, la médiathèque du Marsan (à Mont-de-Marsan) accueille une exposition d'affiches créée à l'occasion du cinquantième anniversaire d'Amnesty International. Objectif: sensibiliser et éduquer aux droits humains.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

  • 08/12/17 | L'ambassadeur de Chine annoncé à la prochaine fête de la truffe

    Lire

    La prochaine fête de la truffe a lieu à Sarlat, les 20 et 21 janvier 2018. Cet événement culinaire accueillera l'assemblée générale de l’association des Bocuse d’Or Winners. Pour l’occasion, 17 lauréats du célèbre concours de cuisine du monde seront présents. Zhai Jun, l'ambassadeur de la République populaire de Chine, accompagné d'une vingtaine de personnes à la prochaine Académie culinaire du foie gras et de la truffe, a répondu favorablement à l'invitation de la municipalité.

  • 07/12/17 | L'avenir du vélo en débat à La Rochelle

    Lire

    Depuis douze ans, la Charente-Maritime organise ses Tribunes de l'Innovation autour de grands thèmes d'actualité comme la solidarité, la mondialisation, etc. Pour cette édition, la "petite reine" est à l'honneur, avec des conférences-débats autour de son histoire, sa place socio-économique, ses innovations technologiques et son avenir en tant que transport doux et durable. RDV (gratuit) le 14 décembre à 18h à la Maison du Département. Ouvert au grand public sur inscription au 05 46 31 72 00.

  • 06/12/17 | Nouveau record pour Bordeaux-Mérignac

    Lire

    En novembre 2017, le trafic international continue de soutenir les bons résultats de l'Aéroport de Bordeaux-Mérignac et affiche un record mensuel de croissance pour 2017 de +26,3%. Ce premier mois de la saison Automne-Hiver a vu 404.000 passagers mensuels transportés (+3,2%). Depuis début 2017, le trafic de la plate-forme bordelaise progresse de +8,2% et 5.772.000 passagers ont été transportés. Une fin d'année qui s'annonce très positive à Bordeaux avec cependant un bémol, la baisse de 10,3% du trafic national liée au recul de Paris.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Tribune libre : Peggy Kançal et Claudio Rumolino - La page du nucléaire se tourne, enfin...

27/06/2011 |

Peggy Kançal, conseillère régionale EELV

Combien de temps encore allons-nous vivre avec l'épée de Damoclès de nos centrales vieillissantes disséminées dans l'hexagone ? Faut-il attendre que le coût de l'énergie explose, faut-il attendre une catastrophe pour prendre le virage énergétique, nécessaire à une France enfermée dans la voie sans issue du « tout nucléaire » ? Nos voisins européens - quatre pays déjà, et pas des moindres : Allemagne, Suisse, Autriche, Italie - sont entrés dans l'ère post Fukushima en stoppant leurs programmes nucléaires et en engageant la transition, tandis que nous, en France, imbus de notre "savoir-faire", persistons à proclamer à la face du monde, y compris celle des Japonais, que notre EPR constitue la solution d'avenir, alors que son coût abyssal rend le projet plus qu'hypothétique.

« Le nucléaire est mort ». Ces mots ont été prononcés il y a quelques jours, non par un militant antinucléaire, mais par Jérémy Rifkin, spécialiste mondial de prospective économique, président de la Fondation pour les tendances économiques. Il ajoute: "Je préside un groupe de 120 des plus grandes entreprises du monde dans le domaine de l'informatique, des transports, de la logistique, de l'énergie, de la distribution d'électricité, de la construction [...], ces sociétés savent que le nucléaire est mort". Pour illustrer son propos sur la disparition prochaine de la filière électronucléaire, M. Rifkin fait l'analogie avec l'industrie du disque, laquelle n'a pas anticipé le partage de fichiers sur Internet ; ou encore avec Bill Gates qui n'aurait jamais imaginé le succès du logiciel libre Linux. La logique implacable à chaque fois à l'œuvre est celle des réseaux décentralisés et autonomes s'affranchissant d'un pouvoir tutélaire.

Les arguments économiques du déclin du nucléaire sont multiples : l'absence depuis 50 ans de solutions pour les déchets radioactifs, l'augmentation du prix de l'uranium, le manque d'effet réel sur les émissions de CO2 (il faudrait 1 500 réacteurs, soit des milliards d'euros pour ne gagner que quelques pour cent d'émissions), le manque de ressources en eau pour le refroidissement (40 % de l'eau douce consommée en France est utilisée pour refroidir les réacteurs ;  rappelons que l'énergie dispersée dans l'environnement par ce refroidissement représente 900 milliards de kWh/an, soit bien plus que la quantité d'énergie nécessaire au chauffage de tous les bâtiments du pays...), le coût astronomique et non provisionné du démantèlement...N'est-ce pas un signe frappant que la France n'ait vendu que 9 réacteurs en 50 ans ?

Un scénario alternatif existe. Outre les arguments financiers, les raisons techniques au maintien du nucléaire s'évaporent. Le rapport du GIEC du 9 mai dernier estime que les énergies renouvelables - biomasse, solaire, géothermie, hydraulique, énergies marines, éolien - pourront couvrir jusqu'à 77 %  des besoins énergétiques mondiaux à l'horizon 2050, pour des coûts de développement inférieurs à 1 % du PIB mondial. A l'échelle locale, les études de l'Agence Locale Energie-Climat Bordeaux-Gironde montrent qu'une planification du facteur 4 du territoire ainsi que nos gisements locaux rendent accessibles de tels résultats. Si l'on travaille simultanément sur la demande  et la production d'énergie, en combinant les différents types d'énergies renouvelables et les « smart grids » (les réseaux informatiques intelligents pour la régulation des consommations : faire en sorte que, par exemple, les appareils ménagers ne démarrent pas en même temps), la transition énergétique se met en marche, tel qu'en Allemagne ou en Autriche, où des territoires fonctionnent déjà en étant approvisionnées à 100 % par des énergies renouvelables produites localement.

Au-delà d'une transition vers l'indépendance, c'est le déploiement d'un secteur industriel créateur de milliers d'emplois (déjà 400 000 en Allemagne ; projection de 680 000 créations nettes en France à 2020 selon l'institut Négawatt). A un an des présidentielles, le jeu est ouvert : aux décideurs de s'affranchir du poids des lobbies, aux élus locaux d'engager une décentralisation énergétique et aux citoyens d'être les acteurs, ici et maintenant, de ce virage !

Peggy Kançal, conseillère régionale EELV, et Claudio Rumolino, énergéticien membres fondateurs de "Virage Energie Aquitaine

Photo : Elu-es Ecologistes Région - Tous droits réservés

Elu-es Ecologistes Région

Partager sur Facebook
Vu par vous
1337
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Cagouille | 27/06/2011

Excellent article, enfin des idées neuves !

Ne pas oublier que le développement des énergies renouvelables n'a de sens que dans le cadre d'une politique volontariste de sobriété et d'efficacité énergétique.

De même le problème du nucléaire doit être traité dans le cadre plus global de l'énergie et du changement climatique. C'est à dire qu'il faut intégrer l'esplosion privisible du prix du pétrole du fait d'une demande supérieure à l'offre (pic du pétrole conventionnel en 2006), mais aussi la nécessite de réduire la production de CO², avec une trajectoire qui nous mène aujourd'hui à une augmentation moyenne de température de 3 à 5°, ce qui est clairement catastrophique.

Sachons utiliser la crise climatique et énergétique comme levier de changement positif d'une société à bout de souffle !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !