aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

24/04/17 : A La Rochelle, Macron arrive en tête avec 29,09%, devant Mélenchon (24,33%), Fillon (18,80%) et Le Pen (12%). Sur 50 905 inscrits, 73,86% se sont exprimés

24/04/17 : Résultats définitifs Villenave d'Ornon : EM 28,10%; JLM 26,63%; MLP 15,53; FF 12,04%; BH 8,30%; NDA 4,34%

24/04/17 : Résultats complets à Lormont : JLM 29,58%; EM 22,90%; MLP 19,36%; BH 10,14%; FF 9,46%; NDA 3,27%; PP 1,93%; FA 1,34%; JL 1,32%; NA 0,55%; JC 0,15%

24/04/17 : Résultats définitifs Mérignac : EM 31,03%; JLM 23,39%; FF 15,31%; MLP 12,89%; BH 9,21%; NDA 3,94%; JL 1,46%; PP 1,33%; FA 0,94%; NA 0,45%; JC 0,17%

24/04/17 : Résultats définitifs Saint-Médard-en-Jalles :EM 30,81%; JLM 20,28%; FF 16,35%; MLP 15,34%; BH 7,91%, NDA 4,73%

24/04/17 : A Bayonne, Emmanuel Macron, 25,69%, Jean-Luc Melenchon, 23,11%, François Fillon, 18,03%, Marine Le Pen, 13,50%; Benoît Hamon, 9,42%; Jean Lassale, 3,83%; Nicolas Dupont-Aignan, 3,29%; Philippe Poutou, 1;62%; François Asselineau, 0,94%

24/04/17 : Résultats complets Libourne : EM 24,69%; JLM 20,50%; MLP 20,27%; FF 17,98%; BH 7,88%; NDA 3,97%; JL 1,76%

24/04/17 : A Anglet, dont le maire Claude Olive était soutien de François Fillon, Emmanuel Macron est arrivé en tête 28,50% des voix devant François Fillon, 25% et Jean-Luc Mélenchon avec 18,55%. Marie Le Pen est quatrième avec 18,55%.

24/04/17 : Résultats définitifs Cenon : JLM 31,58%; EM 24,65%; MLP 16,13%; BH 10,28%; FF 8,93%

24/04/17 : Résultats définitifs Pessac : EM : 31.19 % ; JLM : 24.59 % ; FF : 14.81 % ; MLP : 11.45 % ; BH : 9.74 %

24/04/17 : Résultats définitifs Talence : EM : 31.43 % ; JLM : 26.29 % ; FF : 15.00 % ; MLP : 8.70 % ; BH : 11.43 %

24/04/17 : Résultats définitifs Pau : Votants 76,05%. Macron 29,95%, Mélenchon 21,95% , Fillon 17,96%, Le Pen 12,01 % , Hamon 8,98%, Lassalle 3,57%, Dupont-Aignan 3,01%, Poutou 1,13%, Asselineau 0,83%, Arthaud 0,44%, Cheminade 0,17%.

24/04/17 : Résultats définitifs Floirac : JLM 30,41%; EM 23,64%; MLP 17,22; BH 10,73%; FF 9,34%

24/04/17 : Résultats définitives Carbon-Blanc : EM 26,77%; JLM 23,60%; MLP 18,75%; FF 11,85%; BH 9,36%; NDA 4,74%; PP 1,89%; JL 1,71%; FA 0,71%; NA 0,41%; JC 0,21%

24/04/17 : Résultats complets à Bègles : JLM 33,63%; EM 26,02%; MLP 12,58%; BH 10,85%; FF8,90%; NDA 2,96%; JL 1,76%; PP 1,63%; FA 0,91%; NA 0,54%; JC 0,22%

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/04/17 | 'Isabelle Vetois: En Marche en Charente-Maritime

    Lire

    Face aux résultats obtenus par Emmanuel Macron, Isabelle Vétois s'est dit "absolument enthousiaste". "Les Français veulent moderniser la France, on va vers de l'espoir [...] C'est le seul qui peut rassembler une majorité plurielle". Elle a conscience qu'il faudra encore convaincre la vingtaine de pourcentage ayant voté Le Pen dans le département (en particulier dans les petites communes rurales) et préfère retenir le recul du FN dans les quartiers populaires de La Rochelle.

  • 24/04/17 | P-Atlantiques : un front républicain se dessine face au FN

    Lire

    A gauche comme à droite, les voix se succèdent pour faire barrage au second tour au Front National dans les Pyrénées-Atlantiques. Qu'il s'agisse de la sénatrice Frédérique Espagnac, porte-parole de Benoit Hamon, comme des députés PS Martine Lignières-Cassou et David Habib. Une même position est adoptée par Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. Même si celui-ci entend combattre les mesures d'Emmanuel Macron qui porteraient atteinte aux travailleurs. Nicolas Patriarche, secrétaire départemental LR, soutiendra pour sa part Macron, en souhaitant que ce dernier... s'en souvienne.

  • 24/04/17 | Réaction d'Olivier Falorni, député de la circonscription La Rochelle-Ré

    Lire

    Le député de la 1re circonscription de Charente-Maritime s'est montré satisfait des résultats : "Si je devais résumer cette élection en un mot, je dirais : neuf. La vie politique ne sera plus la même.La gauche et la droite ont implosé. Les Français ont montré une volonté de tout mettre en l'air,de bazarder les anciennes pratiques. Macron comme Le Pen sont trangressifs en ce sens qu'ils refusent d'être de droite ou de gauche[...] Les Français ne veulent plus d'une politique de clivages périmés"

  • 23/04/17 | Pyrénées-Atlantiques : le Modem évoque une "belle espérance"

    Lire

    Comme l'a fait François Bayrou, qui estime que la clé du second tour réside dans le rassemblement, le président Modem du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, Jean-Jacques Lasserre, qualifie de "belle espérance" le résultat obtenu par Emmanuel Macron sur le plan national. Il salue également un projet qui associe "la recherche d'une économie compétitive et un équilibre social sans lequel rien ne peut se construire".

  • 23/04/17 | François Bayrou : "Le premier défi sera de rassembler"

    Lire

    "Après tant et tant d'inquiétudes, les Français ont choisi de faire mentir les prophètes de malheur et de choisir l'espoir" estime François Bayrou. "Le premier défi sera de rassembler sans perdre son cap, avec un renouvellement des visages mais également des pratiques". Sans prendre le risque de crier victoire trop tôt, François Bayrou ajoute qu'aux élections législatives, il "sera proposé aux Français d'élire une majorité nouvelle. Le temps de cette fracture entre des supposées droite et gauche elles mêmes éclatées en leur sein n'est plus le temps que nous vivons".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Tribune Libre de Philippe Madrelle : Biodiversité - La France doit devenir une nation exemplaire

01/02/2016 | Le sénateur PS de la Gironde défend l'importance de la loi en discussion au parlement

Philippe Madrelle, Président du Conseil général de Gironde, lors de ses voeux à la presse le 21/01/2013

Après le succès de l'accord historique de Paris à l'issue de la COP21, le projet de loi "Pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages" est enfin arrivé au Sénat, un peu moins d’un an après son examen à l'Assemblée Nationale et trois ans après l'annonce par le Président Hollande de sa principale disposition,-la création de l'Agence de la Biodiversité-.

Au commencement de l'examen de ce texte, fondamental car il est pleinement lié à la question du changement climatique puisqu'il s'agit de préserver la vie dans sa richesse et sa diversité, la Ministre Ségolène Royal a rassuré d'emblée les sénateurs en renonçant à légiférer par ordonnance montrant ainsi sa volonté de "co-construire cette loi magnifique". Plus de six-cent amendements ont été examinés lors de la discussion qui a eu lieu la semaine dernière. Cette loi est qualifiée par Ségolène Royal de "deuxième pilier" de sa politique avec celle qui concerne la transition énergétique. Ces deux textes constituent un cadre législatif volontariste destiné à faciliter la mise en œuvre et l’application des décisions prises et des solutions envisagées lors des récentes négociations internationales sur le climat.

Ce projet de loi a le mérite de proposer une définition de la biodiversité ambitieuse qui prend en compte "l'ensemble des organismes vivants ainsi que les interactions qui existent entre ces organismes, leurs habitats naturels et leurs milieux de vie". La France doit devenir une nation exemplaire en matière de préservation et de valorisation de la biodiversité, du vivant. C’est l’objectif du gouvernement. En effet, il faut savoir qu'en dépit de tout un arsenal législatif et d’un empilement d'outils réglementaires qui encadrent les parcs, les réserves, les sites Natura 2000, 1% seulement de notre territoire est sous protection véritablement forte. Ceci alors que la France possède un domaine maritime immense -le deuxième de la planète- et que les territoires d'outre-mer concentrent à eux-seuls 80% de la biodiversité de notre territoire, un patrimoine naturel d'exception. Cette richesse est aujourd’hui menacée, notre pays se situe au 6e rang des états hébergeant le plus grand nombre d’espèces en danger.

Des chiffres alarmants

Un rapport de l'Agence européenne pour l’environnement estime plus généralement que 67% des espèces sont en situation défavorables en Europe où en trente ans, 420 millions d'oiseaux ont disparu. Une espèce de plante sur huit est menacée d'extinction; 30% des abeilles ont disparu en 2014; un cinquième de toutes les espèces vivantes pourrait disparaitre dans les prochaines décennies. Une étude publiée fin juin par les universitaires de Stanford et Berkeley estime que la faune de notre planète est en train de subir sa sixième grande extinction de masse...Et cette sixième extinction est provoquée par la seule action de l'homme!

Face à ces risques et conscients de l'urgence, nous n'avons pas le choix! Nous devons changer de paradigme et ce texte, même imparfait, doit nous aider et nous guider pour inventer de nouveaux comportements. Il s'agit d'un choix de civilisation alliant le respect des droits humains à ceux des biens communs du vivant!

En six titres ce texte aborde les principes fondamentaux, la gouvernance de la biodiversité, la protection des espaces naturels et des espèces, puis celle des sites et des paysages. J’ai travaillé plus particulièrement sur le titre 4 qui lui concerne "la mise en place d'un dispositif d'accès aux ressources génétiques et de partage juste et équitable des avantages pour l'ensemble des acteurs". Il s'agit de proposer un dispositif de lutte contre la biopiraterie, c'est à dire de lutter contre l'appropriation illégitime de ressources génétiques, de connaissances et de savoir-faire des peuples autochtones(communautés d'habitants) sans partage des bénéfices liés à la valorisation marchande de ces ressources. Les amendements présentés ont eu pour objectif d’endiguer le pillage dont pourraient se rendre coupables certaines filières industrielles. Lors de l'examen des principaux articles de cette partie du projet de loi, nous avons voulu renforcer quelques-uns des points fondamentaux qui sont directement liés au protocole de Nagoya : mettre en place un régime de réglementation ou d’autorisation de l’accès aux ressources génétiques, qui renforce l’information des communautés d’habitants et instituer des règles d'accès et de partage des avantages. Il s’agit également de renforcer le système de sanctions pénales prévu en cas d'utilisation commerciale des ressources génétiques sans autorisation et nous avons souhaité l'introduction de l'annulation de tout brevet obtenu de manière frauduleuse.

En décidant ainsi des conditions efficaces de la lutte contre la biopiraterie, du contrôle du partage équitable des ressources dans le respect de la dignité des droits humains, nous réalisons l’application concrète du protocole de Nagoya adopté en Japon en 2010, que la France avait signé en 2011 et qu'elle n'a pas encore ratifié. Le protocole de Nagoya précise que le partage des avantages doit faire l'objet de conditions convenues d'un commun accord construit dans un dialogue entre les Etats, les communautés d'habitants, les chercheurs et les entreprises pour un partage des avantages juste et équitable. Ce titre offre le cadre d’une coopération future entre les différents acteurs responsables ensemble de la préservation de la biodiversité !

Comme l'a souligné Ségolène Royal, "cette ratification permettra à la France d'honorer ses engagements vis-à-vis de l'Union Européenne tout en préparant la COP13 sur la biodiversité qui se tiendra au Mexique en 2016."

Quarante ans après la loi du 10 Juillet 1976 sur la protection de la nature, le vote de cette loi sur la reconquête de la biodiversité représente un enjeu majeur de politique publique car il prépare l'avenir des générations futures tout en créant les conditions de la mise en œuvre de l'accord historique de Paris. Je suis fier que le gouvernement de François Hollande ait porté ce texte fondateur!

Philippe Madrelle
Par Philippe Madrelle

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3694
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !