Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Tribune libre - Philippe Madrelle : la nouvelle génération maintiendra le département dans son rôle irremplaçable

03/03/2015 | Au moment de tourner la page d'une vie politique où le Conseil général de la Gironde aura représenté l'essentiel de son engagement Philippe Madrelle témoigne pour aqui.

Philippe Madrelle, Président du Conseil général de Gironde, lors de ses voeux à la presse le 21/01/2013

Pour la première fois depuis 1969, je ne serai pas candidat à la prochaine élection départementale des 22 et 29 mars prochains.
Par conséquent, je quitterai la Présidence de la Gironde, que j’ai assurée avec passion, 36 ans durant, grâce à la confiance que m’ont sans cesse renouvelé, tous les trois ans, les élus de l’Assemblée Départementale.

Cette décision m’est dictée par la sagesse de l’âge, plutôt que par une érosion de ma vitalité et de mon enthousiasme.
Je l’ai prise résolument et en responsabilité, afin de passer la main à une nouvelle génération. Je m’honore d’avoir contribué à sa formation politique, et de lui avoir transmis ma conception des solidarités essentielles, sociales et territoriales, qui fondent la Collectivité départementale et son identité républicaine.
Cette décision, je la prends avec la sérénité et la satisfaction du devoir accompli, que m’autorisent le constat d’une situation financière équilibrée et stable du Conseil général et un bilan politique complet et réussi. A aucun moment les finances du Conseil général n’ont pâti d’un relâchement ou d’une absence de rigueur, comme on l’observe trop souvent au terme d’une si longue magistrature politique.

Une collectivité saine et opérationnelleJe transmets une collectivité départementale saine et pleinement opérationnelle, qui n’a jamais fait l’objet d’observations ou d’injonctions péjoratives du contrôle de légalité du Préfet ou du contrôle de gestion de la Cour Régionale des Comptes, en 36 ans de responsabilités.
Cette réussite, je la dois d’abord à la qualité remarquable et au dévouement exceptionnel des viceprésidents dont je me suis entouré pendant toutes ces années, avec l’appui inestimable d’une majorité politique dont le soutien n’a jamais douté, ni failli.

Les Girondins la doivent aussi à une administration départementale de très haut niveau d’exigence et de professionnalisme, qui m’a permis de mettre en place des politiques publiques, en matière d’aide aux communes et aux territoires, d’insertion, d’environnement, d’agenda 21 et de climat, de desserte numérique, de protection de la biodiversité, de pistes cyclables, d’animation culturelle et sportive décentralisée, et désormais d’ingénierie territoriale, qui font figure d’avant-garde et ont été honorées de nombreuses distinctions nationales.
Au-delà de l’exercice le plus généreux possible de nos compétences obligatoires en matière de routes, de ports, de collèges, d’archives départementales, d’action sociale, au profit des plus fragiles, de la jeunesse en difficulté, des personnes âgées et des handicapés, le Conseil général n’a jamais manqué au monde agricole, aux sylviculteurs, aux ostréiculteurs, aux viticulteurs mais aussi aux créateurs d’entreprises et à la vie associative.
Je suis fier d’avoir accompagné les grands projets d’agglomération, du Pont Mitterrand, au parc des expositions en passant par le plan Université 2000, le Port Autonome, les rénovations du Grand Théâtre ou du stade Chaban-Delmas, le financement de la LGV Tours-Bordeaux, les grands équipements des communes les plus démunies de l’agglomération, mais aussi l’équipement des 542 communes du Département à travers le Fonds d’Aide à l’Équipement des Communes désormais unique en France.
J’ai aussi su résister aux sollicitations pressantes de personnalités politiques aussi fortes que Jacques Chaban-Delmas et Alain Juppé afin de ne pas engager le contribuable girondin dans le naufrage financier du club des Girondins de Bordeaux dans les années 90, ou encore dans le financement du Grand Stade et du futur Centre des Civilisations de la Vigne et du Vin en contraignant des partenaires privés à y investir.
Chacun comprendra que mon retrait, pour raisonnable qu’il soit, m’inspire un intime sentiment de nostalgie au moment de quitter l’institution départementale.
Les observateurs et témoins de l’exercice de mon mandat départemental, connaissent l’attachement profond, affectif, charnel, qui me lie à la Gironde, à ses élus locaux, et à sa population si riche d’humanité et de générosité, de cultures et de talents, avec lesquels j’ai tissé au fil des années des liens exceptionnels et étroits.
Il se trouve que mon départ coïncide avec une nouvelle époque et de profondes réformes de notre organisation territoriale, qui vont en bouleverser le paysage. Mais je ne pars pas sans y avoir apporté mes contributions, mon énergie, et manifesté régulièrement mes désaccords quand il l’a fallu.

A nouvelle ère nouvelle générationUne page de l’histoire des départements se tourne au moment ou je tourne la mienne. Il est donc finalement heureux que cette nouvelle ère, qui introduira de nouvelles perspectives politiques et de nouveaux équilibres institutionnels, mette en selle une nouvelle génération politique.

Je me réjouis qu’au cours de l’exercice de mes responsabilités exécutives départementales, des talents se soient exprimés, et des expériences se soient forgées, pour donner à nos territoires, aujourd’hui et demain, des représentants politiques de qualité.
S’ils constituent une promesse de renouvellement, ils s’inscrivent aussi dans une continuité d’inspiration politique et d’identité institutionnelle. Aussi, cette nouvelle génération maintiendra le Département dans son rôle irremplaçable d’exercer sans faiblesse, ni appropriation par telle ou telle autre collectivité, ses missions essentielles de solidarité ville-campagne, et d’action sociale de proximité.
En cette circonstance, je voudrais adresser à tous les Girondins, à tous les élus de quelque tendance que ce soit, aux agents du Département, ma gratitude infinie pour la confiance et le concours décisifs qu’ils ont apporté à mon action publique, mais aussi pour l’exceptionnelle expérience humaine dont ils ont enchanté ma vie.

Qu’ils sachent que le Sénateur que je reste pour quelque temps encore, ne pourra se dispenser de leur proximité, et de les retrouver dans tous les chemins de traverse de notre merveilleux département.

Philippe Madrelle
Par Philippe Madrelle

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1150
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !