Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

07/08/20 : Suite au décret du 30 juillet dernier, le préfet des Pyrénées-Atlantiques a décidé de rendre obligatoire le port du masque dans l'espace public dans les communes de Bidart, Espelette, Guéthary et Saint-Jean-Pied-de-Port.

05/08/20 : Dès aujourd'hui, le port du masque est obligatoire dans les secteurs piétonniers d'Hossegor.

05/08/20 : Jean-Baptiste Irigoyen, le maire de Saint-Jean-Luz a fait savoir en début de soirée que sa ville rejoignait le club des villes du littoral basque exigeant le port du masque dans le centre-ville et notamment la rue piétonne Gambetta hyper fréquentée

05/08/20 : L'Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine, organise un dépistage COVID-19 à Biarritz, ce jeudi 6 août, de 9h à 13h sur l’Esplanade du Casino Municipal; un acte gratuit. Se présenter avec sa pièce d’identité, et carte vitale

04/08/20 : A compter du 05 août et jusqu'à nouvel ordre, le département de la Gironde et du Lot-et-Garonne sont placés en vigilance orange pour le risque "feux de forêt". Le département des Landes a cette vigilance depuis le 29 juillet dernier.

30/07/20 : Le maire d'Anglet Claude Olive, après entretien avec le préfet, a pris la même décision que Maïder Arosteguy et fermera ses 4,5km de plage de 22 h à 6 h à partir du 4 août. Une décision logique en raison de la proximité des deux stations balnéaires.

30/07/20 : En Dordogne, aucun record de température n'est tombé ce jeudi 30 juillet. Météo France a enregistré un maximal de 39 degrés aux Eyzies, dans la vallée de la Vézère. Le département est placé en vigilance jaune jusqu’au samedi 1er août à 12 heures.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

30/07/20 : Albin Chalandon,l'une des figures de la V° république et du gaullisme, qui occupa plusieurs postes ministériels dont celui de Garde des Sceaux mais fut aussi PDG du groupe Elf-Aquitaine est décédé à l'âge de cent ans.

30/07/20 : A Pau, le départ de la course cycliste féminine « Donnons des ailes au vélo » sera donné le 6 août à 8 heures au Tour des Géant Stade Tissié. Cette course reprend les 21 étapes du Tour de France parcourues par les cyclistes masculins.

30/07/20 : Ce jeudi, sur la Côte basque, Biarritz devrait battre ses records de chaleur avec 41°, soyons fous, selon les spécialistes, ressenti 47°. Bref la Côte basque flirtera avec sa concurrente d'Azur, voire en matière de culture assumée, sa cousine, la Corse.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 08/08/20 | La LPO Aquitaine cherche des "rapatrieurs"

    Lire

    Face au grand nombre d'animaux retrouvés en détresse par des particuliers, la Ligue de protection des oiseaux vient de lancer un appel à bénévoles pour transporter ceux-ci dans leur véhicule personnel. Leur mission : aller du lieu où a été trouvé l'animal jusqu'au centre de soins d'Audenge. La LPO cherche des volontaires en particulier sur les secteurs du Médoc, de Blaye, Libourne ainsi qu'en Dordogne. Contact : benevolot.cds33@lpo.fr.

  • 08/08/20 | Incendie d'Anglet: un adolescent mis en examen

    Lire

    C'est le procureur de la République qui l'a annoncé: un jeune apprenti de 16 ans, apprenti menuisier et vivant dans un foyer de Bayonne dans le cadre d'une assistance a été mis en examen. Il se serait vanté de son "exploit" à des camarades. Il avait déjà tenté de mettre le feu à sa chambre. S'il n'a pas reconnu les faits, le Procureur l'a mis en examen en raison d'indices graves concordants", mais Jérôme Bourrier insiste: "La présomption d'innocence doit être respectée". La peine maximale pour cet acte de destruction volontaire est de vingt ans de prison.

  • 08/08/20 | L’Open de France Espoirs et 100% filles de Surf annulés et reportés à Lacanau

    Lire

    Initialement prévu du 12 au 16 août, l’Open de France Espoirs et l’Open de France 100 % filles ont été annulés et reportés par les services de l’État, la ville de Lacanau et le Lacanau Surf Club. Cette décision a été prise suite aux conditions sanitaires actuelles, du pic de fréquentation touristique et du brassage géographique des compétiteurs. La Fédération et ses partenaires travaillent actuellement pour trouver une nouvelle date pour l’Open de France 100 % filles.

  • 07/08/20 | Bordeaux Métropole soutient le Liban

    Lire

    Suite aux évènements qui viennent de se dérouler à Beyrouth, le président de Bordeaux Métropole, Alain Anziani, propose d’allouer une aide exceptionnelle à Médecins Sans Frontières, qui est actuellement dans la capitale libanaise pour assurer l’aide médicale d’urgence, de 50 000€. MSF depuis 25 ans a sa plus grande base logistique à Mérignac. Fin septembre lors du prochain Conseil de Bordeaux Métropole, une délibération formalisera ce soutien.

  • 07/08/20 | Lauak supprimerait 156 emplois au Pays basque

    Lire

    La sous-traitant aéronautique Lauak, de la famille Charritton, victime de la crise post-Covid, supprimerait 156 postes -sur 528- dans ses usines d'Ayherre-Hasparren. Le groupe qui possède également une usine à L'Isle Jourdain (Gers) verra cette dernière amputée de 60 salariés. La baisse d'activité des compagnies aériennes impacte sérieusement le carnet de commande du groupe basque en pleine expansion auparavant. La direction n'a pas commenté ce plan de sauvegarde de l'emploi et de l'entreprise par la même occasion.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Tribune libre - Pierre Recarte : LGV, où en sommes-nous en 2020?

10/02/2020 |

Pierre Recarte, Vice-président du CADE

Se fera, se fera pas ? Les optimistes pensent que le projet est enterré. Nous restons vigilants car certains signaux doivent inciter à la prudence. Jean-Louis Chauzy, président du CESER Occitanie annonce le début des travaux de la LGV Bordeaux-Toulouse en 2022, Eric Spitz, notre préfet confie à Sud-Ouest vouloir relancer le projet de prolongement de la LGV vers l’Espagne.

2020, c’est le rendez-vous donné par RFF (SNCF Réseau) pour ses prévisions de trafic annoncées lors du débat public de 2006. Tous les trafics indiqués sont quotidiens et s’entendent 2 sens confondus.
Un mensonge organisé


Entre Bayonne et la frontière devaient circuler, dès 2013, avant la mise en service de l’Y basque, 150 trains. RFF prédisait pour 2020 : 204 trains entre Dax et Bayonne et 266 trains au point le plus contraint, le pont sur l’Adour sur lequel circulent également les trains vers Pau et Garazi. Parmi ces trains sont attendus 152 trains de fret !

Le CADE consulte le « Recueil statistique des transports en Nouvelle Aquitaine » publié tous les ans, où figurent les cartes de péages de SNCF Réseau indiquant la circulation quotidienne, 2 sens confondus, de tous les trains. Une source qui permet de suivre l’évolution des trafics car depuis juin 2014, l’Observatoire des trafics est en sommeil, sans explication, mais avec une raison sûrement : les estimations délirantes de RFF ne sont pas au rendez-vous.

Fin 2017 circulaient sur Dax-Bayonne 50 trains par jour et sur le pont sur l’Adour 67 trains dont 12 trains de fret ! Où est la saturation de la ligne dont la capacité varie, selon les tronçons, entre 240 et 264 trains ?

Oui RFF nous a trompés lors du débat public en prédisant un trafic irréaliste pour justifier la construction d’une LGV. Oui RFF nous a trompés en comptant les trains deux fois, un train arrivant en gare de Bayonne est compté, il repart, il est à nouveau comptabilisé !

Une ligne réaménagée donnerait les mêmes bénéfices

Le CADE l’affirme depuis longtemps, les pro-LGV s’en offusquent prétextant l’impossibilité de faire cohabiter sur la même ligne TGV, TER et fret. Pourtant en 2018, le Conseil d’Orientation des Infrastructures (COI) mis en place par la ministre des transports va dans le même sens : « l’opportunité d’une ligne nouvelle Bordeaux-Dax doit être réinterrogée à plus longue échéance. Il semble en effet au Conseil que moyennant des travaux de relèvement de vitesse sur la ligne classique, il est possible d’obtenir quasiment les mêmes bénéfices qu’une ligne nouvelle à un coût bien moindre. Dans les faits, l’infrastructure nouvelle ici ne se serait justifiable que par la saturation de la ligne existante, notamment pour répondre aux besoins du fret, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui et ne semble pas envisageable avant un horizon lointain

Un fret ferroviaire à la dérive

Le fret ferroviaire dont le CADE est un farouche défenseur ne cesse de décliner. En France, il s’effondre depuis la fin des années 90 jusqu’en 2010 (- 45 %) et se stabilise à 33 milliards de tonnes-kilomètres en 2017.

En Espagne, la CNMC (1) indique que le rail représente 4% du transport terrestre des marchandises en 2018 (4,1% en 2011). Un rapport (2) rappelle que « le trafic mixte de passagers et de marchandises sur une ligne à grande vitesse n’est guère compatible » pour plusieurs raisons (coût de construction 30% plus élevé, paramètres de construction plus exigeants, problème de croisement avec un TGV dans les tunnels et coûts de maintenance prohibitifs).

L’écartement des rails est différent du reste de l'Europe. Problème majeur pour le fret ferroviaire espagnol, les trains de marchandises peinent à franchir les frontières et à circuler à l’intérieur du territoire du fait de la disparité d’écartement entre les réseaux conventionnel et à grande vitesse. Selon la FEDEA (3) « la longueur du réseau de chemin de fer espagnol adapté aux marchandises est relativement faible ».

La CNMC souligne d'autres raisons de la faiblesse du rail dans le transport des marchandises notamment le manque de connexions avec les zones industrielles.

Ainsi, l’explosion du trafic prédite par RFF en 2020 n’a pas eu lieu et le taux d’occupation de la ligne actuelle varie selon les tronçons de 19 à 28%.

« Il faut sortir des camions de la route pour les mettre sur le train » clame Alain Rousset. D’accord, encore faut-il une réelle politique pour développer le fret ferroviaire sinon cela relève de l’incantation ! Dans une tribune libre publiée par votre journal, Renaud Lagrave, responsable des transports en Nouvelle Aquitaine reconnaît « l’abandon notoire du fret ferroviaire parent pauvre ce cette loi » (NDLR : Loi d’Orientation des Mobilités), ce que nous regrettons également.

Lorsqu’Alain Rousset s’entête à répéter : « il n’y a d’autre alternative que de construire une ligne nouvelle si l’on veut mettre fin au "mur de camions" », nous sommes en total désaccord car une LGV est inutile compte tenu de la capacité de la ligne actuelle. Ainsi, rien ne justifie la construction d’une LGV, même pas le gain de temps que l’expertise du Commissariat Général à l’investissement (CGI) estime à 5 minutes entre Bordeaux et Dax !

Renaud Lagrave a beau s’insurger en déclarant que la loi LOM « raye d’un trait l’avenir du rail en reportant des chantiers ferroviaires indispensables pour l’Europe, la France et notre Région, comme la LGV au sud de Bordeaux. », pour notre part, nous estimons que cette mise à l’écart, en adéquation avec les conclusions du Conseil d’Orientation des Infrastructures, est tout à fait pertinente et nous ne pouvons que nous en féliciter.


 Pierre Recarte,

Vice-Président du Cade

Collectif des Associations de Défense de l'Environnement du Pays-Basque et du sud des Landes


 

1 Comision Nacional de los Mercados y la Competencia

2 Rentabilité sociale du projet de connexion ferroviaire à grande vitesse en Navarre

3 Fondation des études économiques appliquées

Pierre Recarte
Par Pierre Recarte

Crédit Photo : P.Recarte

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
238397
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Roland | 06/07/2020

Très bonne analyse d'un des spécialistes LGV du CADE, comme toujours.

tchoo | 13/06/2020

Je ne vois pas en quoi une LGV qui transporte des passagers qui vont gagner de 20à 30 mn sur leur parcours va faire tomber le mur de camions de l'A 10 ou de l'A 62; A Rousset nous prendrait-il pour des zozos? Si un jour il faut construire une autre ligne, elle devrait être réservée aux camions à mettre sur les rails

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 11 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !