Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/06/18 | Thalys : de nouvelles lignes au départ de Bordeaux

    Lire

    C'est la compagnie ferroviaire Thalys qui l'a annoncé directement ce mardi 19 juin : un aller-retour par semaine, sans arrêt, entre Bordeaux et Bruxelles tous les samedi sera proposé à partir du mois de juin 2019. Deux autres allers-retours quotidiens ont aussi été annoncés à des échéances plus courtes. À compter d'avril 2019, vous pourrez donc voyager en Thalys au départ de Bordeaux vers Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles, Roissy et Marne-la-Vallée. Enfin, Thalys a annoncer la révision de ses 26 rames à horizon 2022.

  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Tribune libre - Pierre Recarte : Comment, entre Hendaye et Bayonne, saturer virtuellement la ligne actuelle pour justifier la construction de la LGV ?

23/11/2010 |

LGV - Centre technique de la LGV Atlantique

"On va en Espagne, c'est tout à fait clair, en utilisant la voie existante tant qu'elle n'est pas saturée et s'il y a saturation, on en construit une nouvelle au maximum enterrée." déclare Jean Louis Borloo, le 28 septembre dernier, à Bordeaux.
«M. Borloo a affirmé être pour le maintien de la ligne existante jusqu'à saturation, mais reste à savoir quand aura lieu cette saturation. On sait que pour les opposants c'est en 2 060 et que pour RFF, comme pour moi, c'est en 2 020. » renchérit le maire de Bayonne, Jean Grenet.

Pour une fois, le Maire de Bayonne pose clairement les données du problème de la LGV mais ne répond pas à cette question : comment la ligne actuelle sera-t-elle saturée en 2020 ?
Pour trouver la réponse, il faut se tourner vers Réseau Ferré de France et le Conseil Régional d'Aquitaine.

« Trafiquer » le trafic
Actuellement sur la ligne Hendaye <=> Bayonne circulent une vingtaine de trains de marchandises et 45 trains de voyageurs : 27 TER et intercités et 18 trains de grande ligne (Source : fichiers SNCF). La capacité maximale de la ligne est de 264 trains (Source : étude Citec).

RFF a enfin admis, après avoir avancé les prévisions les plus fantaisistes, que seuls 94 trains de fret pourraient franchir la frontière, dans les deux sens (54 trains d'autoroute ferroviaire et 40 trains longs recomposés à partir de 60 trains courts). Ce chiffre de 94 correspond à la saturation des deux réseaux ferrés ibériques : Y basque et réseau Renfe mis aux normes UIC (écartement des voies, signalisation et dispositifs de sécurité au standard européen) avec de ce fait remplacement de tout le matériel roulant.

Le fret sera-t-il au rendez-vous ?
Oui répond RFF. La SNCF saura, nous dit-on, développer une politique ambitieuse et attractive.
Le doute persiste avec la baisse du fret et la suppression du « wagon isolé ». Une décision lourde de conséquence avec le report sur la route de un à deux millions de camions en plus par an !
94 trains de fret. Quel désaveu pour RFF qui en prévoyait 155 ! Comment alors atteindre la saturation virtuelle de la ligne existante en 2020 ?

Faire rouler des « trains vides »
Sans la moindre hésitation le Président de Région demande 80 TER sur la ligne Bordeaux Hendaye ! 80 TER, un chiffre ne reposant sur aucune étude sérieuse. Qu'en est-il en la réalité ?
Il circule, dans les deux sens entre Hendaye et Bayonne 27 TER transportant en moyenne 34 passagers par train,soit 917 passagers par jour ! (Source SNCF 2009) . Sans augmenter le nombre de trains, avec un taux de remplissage de 60% et en utilisant les nouveaux TER Alsthom (de 450 places) dont la Région a passé commande, ce sont 7290 passagers par jour que l'on peut transporter soit 8 fois plus !
Les marges de progression sont considérables : remplissage à 80% (seuil de rentabilité) couplage des rames permettant une capacité de 1000 places, mise en service des trains Bombardier...
Monsieur Rousset avant d'augmenter le nombre de TER pour saturer virtuellement la ligne, commencez donc par les remplir !

Diminuer la capacité de la ligne existante
En « sabotant » la voie actuelle, sous prétexte de rénovation, RFF tente de diminuer sa capacité. Les voies d'évitement sont supprimées en gare de Saint Jean de Luz, pour que le trafic soit ralenti par des trains qui ne peuvent plus se dépasser. Le pont sur l'Adour est reconstruit à 2 voies et non à 3, comme le demandent les associations. Un franchissement à 3 voies permettrait la circulation autonome des trains de la ligne Bayonne <=> Pau et de la ligne Bayonne <=> St Jean Pied de Port.
Avec 2 voies, on prépare un mini bouchon ferroviaire.

D'autres solutions sont possibles : construire une halte gare à Glain pour les trains sans correspondance de St Jean Pied de Port et une à Maignon pour les trains de Pau afin d'éviter le passage sur l'Adour.
Mais les solutions simples et peu coûteuses n'intéressent ni RFF ni nos politiques.

Enfin le Grenelle de l'environnement préconise l'utilisation des trains longs pour le fret. Avec 3 trains normaux, on peut constituer 2 trains longs. La configuration des réseaux ibériques y compris de l'Y basque ne permet que la circulation de trains courts.
Il faut donc reconstituer des trains longs pour le réseau français. Cette opérationpeut se faire sur la plateforme de Hendaye préservant ainsi une activité ferroviaire sur ce site. RFF envisage cette activité dans les Landes. Pourquoi ? Sûrement pas pour des raisons logistiques mais tout simplement pour accélérer la saturation de la ligne au Pays basque !

« Moi je ne suis pas technicien. RFF et la SNCF pilotent le dispositif et j'écoute ce qu'ils me disent. » répond le maire de Bayonne. Dès lors on comprend mieux pourquoi il prédit une saturation de la voie existante en 2020. Ce que l'on comprend moins, c'est sa confiance aveugle en RFF et son manque d'esprit critique !

Photo : Benjism89

Pierre Recarte Association Nivelle - Bidassoa

Partager sur Facebook
Vu par vous
636
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 29/11/2010

Il faut distinguer la liaison Bordeaux-Dax-Bayonne et Bayonne-Hendaye.

Sur Bordeaux-Dax-Bayonne, le temps de trajet en train est intéressant, mais il manque beaucoup de fréquence de trains. Cela peut souvent conduire à préférer la voiture.

Sur Bayonne-Hendaye, je viens de regarder les horaires : il y a une bonne fréquence (une demi-heure...) aux heures des trajets domicile-travail, mais des trous de plusieurs heures en dehors de ces plages.
Or, beaucoup de déplacements se font pour autre chose que le travail, surtout sur la côte basque, avec une forte population de retraités.
Boucher les trous horaires permettrait de gagner une nouvelle clientèle.

Une meilleure desserte des deux lignes entrainera aussi une synergie entre les deux.
Je pense que la présidence Rousset a compris tout ça. Je crois que la montée en charge qu'elle prévoit n'est donc pas "du pipeau". De là à justifier une LGV tout de suite, il y a de la marge !
Et c'est vrai que le frêt est une inconnue majeure pour prévoir la saturation future de la ligne classique.

"Ne pas se précipiter" serait mon conseil !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !