Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

12/02/20 : Louis Bodin, Monsieur Météo sur TF1, a décidé de se lancer dans les Municipales à Biarritz aux côtés de Maïder Arosteguy, tête de liste des Républi-cains. Il souhaite s'investir dans la ville de sa compagne Sylvie, notamment en matière d'environnement

11/02/20 : Charente-Maritime: Marie GROSGEORGE, 35 ans, a pris ce lundi la fonction de sous-préfète, directrice de cabinet du préfet de la Charente-Maritime. Cette diplômée de l'ENA et de l'ENS était précédemment chargée de mission au ministère de l’Intérieur.

10/02/20 : Chantal Castelnot a été nommée nouvelle préfète de la Vienne, le 3 février. Depuis 2017, elle était préfète de L'Orne. La préfète a fait sa première apparition publique ce 10 février pour un dépôt de gerbe au monument aux morts bd Verdun à Poitiers.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

04/02/20 : Le 44ème Challenge International du Vin se tiendra les 24 & 25 avril à Bordeaux et mettra à l'honneur les vins moldaves! Près de 4 000 vins d'une quarantaine de pays seront en compétition, et 700 dégustateurs viendront récompenser près de 1 400 vins

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/02/20 | Un cas de rage en Charente-Maritime

    Lire

    L’Institut Pasteur a signalé un cas de rage chez un chien, à Saint-Martin-de-Ré. Il a été euthanasié. Une enquête de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) et l’Agence régionale de santé (ARS) vise à rechercher d’autres personnes ou d’autres carnivores (chiens, chats, furets, etc) qui ont pu être en contact avec l’animal. Un arrêté préfectoral a été pris ce vendredi pour restreindre les mouvement des chats et chiens, qui doivent être tenus en laisse ou en caisse.

  • 16/02/20 | L'Europe et la Région en soutien au projet de Maison médicale d'Arudy (64)

    Lire

    Dans le cadre des réflexions engagées depuis 2015 sur l'accès aux soins et l'attractivité médicale de la Vallée d'Ossau, classée comme territoire vulnérable, plusieurs projets sont en cours. Parmi eux les projets de Maisons de Santé Pluri professionnelles (MSP) sur Arudy et Laruns. Le projet de MSP d'Arudy qui pévoit la construction d'un nouveau bâtiment et l'accueil de 10 médecins généralistes et professionnels de santé vient d'obtenir le soutien de la Région (200 000 €) et du FEDER (527 285 €). La livraison est prévue pour janvier 2022.

  • 14/02/20 | Isabelle Boudineau réélue présidente du COTER

    Lire

    Isabelle Boudineau vice-présidente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine vient d'être réélue à la présidence du COTER, la commission de la cohésion territoriale et du budget au sein du Comité des Régions, lieu qui regroupe les élus des pays membres de l'Union. Son expérience acquise et son engagement personnel, ces dernières années, seront d'autant plus précieux que les perspectives budgétaires, en particulier consécutives au Brexit, s'annoncent délicates. Et ceci alors que les régions, avec la gestion décentralisée des fonds européens, jouent un rôle clé dans l'accompagnement des territoires, au plus près du terrain et de leurs priorités.

  • 14/02/20 | Salon de l’apprentissage et de l’emploi, les 14 et 15 février à Poitiers

    Lire

    Au Parc des expositions de Poitiers, de 9h à 18h, le salon de l’apprentissage et de l’emploi accueille les jeunes et les adultes en reconversion pour discuter orientation. A partir d’aujourd’hui et jusqu’à demain, l’entrée dans le forum est libre. Des professionnels proposent un accompagnement personnalisé sur place et une découverte des métiers ouverts à l’apprentissage dans 8 secteurs différents. 18 organismes de formation seront également sur place pour répondre aux diverses interrogations.

  • 14/02/20 | Les écoles de la 2ème chance renforcées dans le 64

    Lire

    Déjà aidée en 2019, l'École départementale de la 2ème chance des Pyrénées-Atlantiques (Mourenx) est à nouveau soutenue par la Région en 2020 à hauteur de 180 000€. En effet, l'ouverture des sites de Pau et de Bayonne permet d'optimiser le maillage territorial en complétant le site "historique" de Mourenx. Conséquence: les effectifs passeraient de 50 en 2019 à 180 en 2020, soit + 260%. Pour mémoire ces écoles, labellisées, associent dans un parcours de formation individualisé, l'acquisition de compétences, l'expérience en entreprise et la définition d'un projet professionnel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Tribune Libre - Renaud Lagrave: Loi sur les Mobilités: le train n’est pas à l’heure

06/02/2020 | Loi sur les Mobilités: certes les intentions mais pas les moyens

 Renaud Lagrave, Vice-Président de la Région Aquitaine chargé du tourisme

Parce que la bataille contre l’autosolisme et la transition des motorisations ne suffiront pas, c’est d’abord par les transports collectifs, chaque fois qu’ils sont pertinents en termes de demande de déplacements, que se gagnera la bataille du développement durable. A l’heure de la crise climatique, c’est un impératif de faire des choix maintenant pour les nouvelles générations : la part des transports dans nos émissions de gaz à effet de serre et notre consommation énergétique nous oblige à agir.

La Région Nouvelle-Aquitaine n’a pas attendu la LOM pour être volontariste sur les mobilités, à commencer par le rail. Ne nous voilons pas la face : la situation ferroviaire est alarmante. Si l’encadrement par la Région des services de TER a fait d’énormes progrès, avec un contrat exigeant signé l’an dernier, l’infrastructure tombe néanmoins en ruine, malgré les investissements massifs de notre Région hors de nos compétences. Au printemps dernier, les besoins de régénération du réseau de Nouvelle-Aquitaine ont été ré-estimés lors d’un important travail avec SNCF Réseau à plus de 1,2 Md€, le double des projections antérieures. Et il ne s’agit pas de « petites lignes » désertées de clients, comme s’est plu à le dire le rapport Spinetta. Dans notre Région, en majorité, il s’agit de dessertes de villes de 50000 à 200 000 habitants, avec des trains bondés aux heures de pointe. La question de la fermeture de ces services n’est pas une option.C’est le résultat de plusieurs décennies de désengagement budgétaire de l’Etat et de focalisation de la SNCF sur d’autres enjeux souvent financiers. L’avancement désastreux des contrats de plan ferroviaires, dû au retard de l’Etat, est un symptôme de la situation.

Ainsi, en Nouvelle-Aquitaine, l’objectif est clair : aucune fermeture de lignes ! En plus des 300 M€ par an de subvention pour faire circuler les trains express régionaux, notre Région s’est aussi engagée à doubler son investissement ferroviaire dans les 10 prochaines années, afin de mettre en œuvre un plan de régénération et de modernisation des rails de 1,2 Md€ en dix ans, au lieu des 500 M€ prévus dans le CPER.

Pour essentiel qu’il soit, le train ne fait pas tout. Aussi, notre Région refond complètement son réseau de services d’autocars : tarifs, tracés des lignes, abolition des frontières départementales … Ce réaménagement se fait en lien avec les collectivités locales, afin d’articuler l’offre interurbaine et l’offre urbaine, parfois même avec des accords tarifaires. La Région a engagé en outre, dans le cadre de sa feuille de route Neo Terra, un important programme de verdissement des flottes d’autocars.

Et puis, l’ensemble de ces services fait également l’objet d’une approche intégrée de billettique et de recherche d’itinéraires. Le Syndicat mixte Nouvelle-Aquitaine Mobilités propose un service unifié de calcul d’itinéraires sur internet et sur application, et bientôt de vente de titres, qui s’appelle Modalis, intégrant les TER, les autocars, les offres urbaines, et même le covoiturage puisque divers services se développent avec des opérateurs. C’est l’embryon du fameux « MaaS régional », pour reprendre cet affreux anglicisme : une approche intégrée de l’ensemble des collectivités, de la petite communauté de communes à la Région en passant par la Métropole de Bordeaux.

De son côté, en début de législature, le Gouvernement avait annoncé sa priorité sur les trains du quotidien, lancé des assises de la mobilité, annoncé un plan inédit d’investissements sur les réseaux et à la fin une grande loi de programmation, la LOM. Certes, la LOM semble conforter les Régions en tant qu’acteurs incontournables des mobilités… Mais derrière les mots, quels sont les moyens accordés ? Les intentions affichées sont louables mais le compte n’y est pas ; en vérité, la LOM est un cadeau empoisonné où l’Etat se défausse de ses responsabilités, une décentralisation sans compensation de charges, une opération de communication sur le dos notamment des régions. De plus elle raye d’un trait l’avenir du rail en reportant des chantiers ferroviaires indispensables pour l’Europe, la France et notre Région, comme la LGV au sud de Bordeaux. Opposr les transports du quotidien à la grande vitesse est une ineptie, le rail a toujours su faire cohabiter des trains de fret, des TET, des TER et des LGV partout dans le monde mais avec des infrastructures qui peuvent le supporter, là est bien l’enjeu !

Le fret ferroviaire, parent pauvre de la loi
Que dire de l’abandon notoire du fret ferroviaire parent pauvre ce cette loi, que dire de la nomination de représentants de Bercy dans les Conseils d’Administration des SNCF à la place de ceux du Ministère des Transports, que dire enfin du manque de vision globale de la loi sur ce qui pourtant faisait l’unanimité dans notre pays depuis longtemps, le report modal.

Hélas, de la part du Gouvernement, la réponse cohérente et efficace à cette urgence de la ruine du rail se fait toujours attendre, et les récentes propositions qui font suite au énième rapport ne nous rassurent pas, à vous « vos petites lignes » sans l’Etat, à nous les lignes structurantes. Et, pourtant, dans quelques mois, l’année prochaine, les trains ralentiront encore pour des raisons de sécurité, voire même arrêteront de circuler, comme entre Limoges et Angoulême.

N’en déplaise à l’Etat recentralisateur, dès les prochaines mandatures municipales, la Région va engager le dialogue avec les communautés de communes, en vue d’une élaboration de contrats de mobilité. C’est évidement l’enjeu de la mobilité rurale qui se jouera dans ces contrats, nous ferons des propositions concrètes pour faciliter la mobilité des néo aquitains. De plus, même si le Gouvernement n’a pas souhaité dans la LOM doter les Régions de moyens spécifiques avec, par exemple, le Versement Mobilité, ces discussions seront loyales avec les communautés de communes. La Région cherchera des accords équilibrés, car l’essentiel est d’offrir le service aux usagers qui n’ont pas toujours d’alternative.

Notre réponse est pourtant à la hauteur de l’urgence : responsable, collective et courageuse. Mais nous n’y arriverons pas seuls. Les enjeux de mobilité et d’aménagement du territoire, mais aussi de transition énergétique et écologique, méritent que tous les acteurs s’impliquent pleinement, en adéquation avec leurs moyens.

Renaud LAGRAVE - Vice-Président de la Région Nouvelle Aquitaine
Par Renaud LAGRAVE - Vice-Président de la Région Nouvelle Aquitaine

Crédit Photo : Renaud Lagrave

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
13911
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !