18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Tribune libre: République ou démocratie : que sommes-nous et pourquoi s'abstenir ?

26/03/2014 | Coup de gueule d'un citoyen en mal de la cité...

Michel Queyraud

Si ces deux questions sonnent haut l'appel à une reflexion en profondeur, le résumé succint que nous délivre la plupart des médias consiste à dire que ce premier tour des élections municipales rassurent les élus de droite de retours favorables sur de nombreux rings pour le second tour et tancent les apparatchik d'un PS sous glissement droitier depuis la mitterrandisation de ses responsables. Hors de ce bipartisme travaillé au corps par une presse majoritaire et industrielle, l'un expliquant l'autre, les "autres" partis nagent en eau trouble, pour le plus grand malheur de nos démocraties

Je parle là, non seulement de la France, mais de la majorité des pays dits "développés" où nulle autre place n'est faite hors de ce fameux bipartisme à l'anglosaxonne : sociodémocrates versus droites républicaines, conservatrices ou ultra-libérales. Et pourtant. La créativité vient toujours d'une minorité, souvent en avance, à coup de bons sens et de remise à plat de vieilles croyances.
Le véritable humanisme est trop rare pour se parer des habits de la majorité. Et la propagande, au sens où le dénonce le génial Chomsky, comme arme de pouvoir de nos dirigeants politiques, continue de gagner du terrain sur les gravats d'un ancien mur berlinois où la "schlag" version Stasi (mot à la mode à l'UMP) servait de d'outil de conviction massive. Alors, avant d'oser une petit revue d'effectif sous forme de mode d'emploi au profit du citoyen, il parait essentiel de rappeler ce qu'est une démocratie, imaginé par des Grecs en quête de sens commun, comparativement à la république par laquelle les Romains ont su remettre au pouvoir les possédants au détriment de la plèbe, ces humains ne possédant rien ou presque, au service indéfectible des premiers.

Gouverner la cité est une affaire publique et collective"De façon générale, un gouvernement est dit démocratique par opposition aux systèmes monarchiques d'une part, où le pouvoir est détenu par un seul, et d'autre part aux systèmes oligarchiques, où le pouvoir est détenu par un groupe restreint d'individus. Néanmoins, ces oppositions, héritées de la philosophie grecque (notamment de la classification d'Aristote) sont aujourd'hui équivoques de par l'existence de monarchies parlementaires."
Cette définition sortie d'un Wikipédia simple et vulgarisateur, nous rappelle que nos pseudos démocraties ressemblent de plus en plus à des oligarchies... Quoi que si nous lisons ce que dit le même site sur la définition de la république : Le mot "république" vient du latin res publica, ce qui signifie "la chose publique". Gouverner la cité est donc une affaire publique et collective. La devise de la République est Senatus Populus Que Romanus (SPQR), "le Sénat et le peuple romain". Elle symbolise l'union du Sénat de la République romaine, où siègent à l'origine les familles patriciennes, et de l'ensemble des citoyens romains. En effet, les Romains sont divisés à l'origine en deux groupes, les patriciens et les plébéiens. Ces derniers forment la masse des artisans et paysans. Ils vivent en dehors de l'organisation patricienne et n'honorent aucun ancêtre particulier. Les patriciens sont souvent propriétaires de vastes domaines cultivés. Ils appartiennent à de célèbres familles, les gentes.
Il semblerait donc que la dérive oligarchique soit un effet colatéral de toute république. A l'image d'un J.F. Copé nous rappellant que la politique est un métier, plein et entier, et que pour le citoyen lambda, la non appartenance à un parti puissant, intitulé démocrate ou républicain, interdit la voix au chapitre électoral.
Quant à l'idée de transmission familiale du pouvoir, Bourdieu n'a cessé de le dénoncer. C'est bien là que l'abstension prend racine, au fur et à mesure que le citoyen constate l'inutilité de son vote. Ou qu'un FN joue sur le vide intersidéral laissé par les seigneurs de la politique, vivant dans la hautes sphères du pouvoir, entre gentes, auraient dit les Romains...
Ces bases posées, il est intéressant de s'interroger sur la façon dont s'intitulent quelques uns de nos partis politiques français et, ce n'est pas d'aujourd'hui, avec ce que cela implique de manipulations culturelles, voire de propagande comme dirait Chomsky ou l'excellent professeur québécois, Normand Baillargeon. De l'intitulé de quelques partisLe PS : n'a de socialiste que son nom et des souvenirs embrumés d'un Front Populaire. Rebaptisé socialdémocrate par l'aveu d'un F. Hollande à l'Elysée, ce parti déploie une politique obéissant aux contraintes d'une Europe ultra libérale qu'il a participé à créer, celle des lobbys oligarchiques. Se disant social, agissant libéral version dérégulée, le PS fait une politique européenne standard, obéissant aux ordres d'une Commission européenne non élue dont le mode de fonctionnement bannit de fait, toute idée de démocratie. Le futur traité de Grand Marché Transatlantique, défendu bec et ongles par le PS, confirmé avec empressement par F. Hollande lors de sa visite aux USA, en dit long sur la disparition de toute idéologie plaçant l'homme avant la marchandise, le tout orchestré par les géants de la finance internationale. Quant au citoyen de gauche, celle héritée du Front Populaire et du Conseil National de la Résistance, que dire si ce n'est de pointer ce sentiment de trahison qui l'amène par ordre d'importance, soit à s'abstenir, soit à rejoindre un FN dont la confusion des valeurs est une arme redoutable pour rassembler les déçus de tout et les volontaires à un repli sur soi et la xénophobie, soit à rejoindre prudemment ce melting-pot appelé Front de Gauche dont la voie beuglante d'un Mélenchon en colère permanente brouille les valeurs qui le soutendent.

L'UMP : n'a de populaire que le nom, en forme de promesse paradoxale. Comment en effet croire qu'un parti de droite puisse soutenir une politique orientée vers le peuple ? Un parti républicain s'il en est, qui a le talent de surfer entre une vision gaulliste sociale à minima et une vision conservatrice longtemps chère aux grenouilles de bénitier... Tout en agissant en coulisses pour l'accumulation des richesses défiscalisées et paradisiaques par un nombre réduit de seigneurs au pouvoir de conviction sonnant et trébuchant. Comment imaginer qu'un agneau voterait pour le loup ? En comptabilisant le nombre de citoyens vivant chichement et votant aveuglément pour ceux qui font des lois pour les faire payer en lieu et place de ceux qui fabriquent des richesses, comme les faisaient les gentes romaines. Entre toute puissance et populisme, entre dérégulation et ultra-libéralisme, un parti qui pense macro, compétition, pouvoir et richesse.

L'EELV : un vaste fourre-tout qui rassemble quelques rares adeptes de la décroissance, unique facteur d'une écologie maitrisée à long terme, et de nombreux libéraux softs, mangeurs de quinoa colombien quitte à ce qu'il détruise une agriculture auto-suffisante au profit du business pour les bobos. L'écologie est une vision sociétale qui peut appartenir à tous. La preuve : la soeur de Mohammed VI est présidente d'une assocation écologiste royale, en charge de sanctuariser des territoires naturels du Maroc, y compris le Sahara occidental, avec comme sponsors quelques émirs arabes qui aiment à chasser le gibier à plumes sur des milliers d'hectares, en toute quiétude cela va de soi.

FN : une affaire de famille qui rapporte bien. Se délecte des restes, occupe des places vacantes et titille les croyances ancestrales des citoyens version village gaulois. Comment comprendre que ce mouvement capte et ratisse aussi large ? Par un discours ambigu, obscur, disant tout et son contraire, pointant des boucs émissaires à tout va, carburant au populisme, en aspiration des deux "grands" partis, récupérant leurs déçus à la pelle. Et ça marche !

Le Front de Gauche : qui peut comprendre le fond de ce parti hétéroclite, rassemblant les restes d'un PCF, des égarés de la LCR et les déçus du PS, le tout dans un brouhaha inaudible pour le citoyen lambda. Fort d'une idéologie centrée sur l'homme avant le capital, le père Marx y perdrait son latin, alors même qu'il rejaillissait de ses cendres au vu des effets comme des causes de la crise de 2008. Un parti qui fait sourire les médias, s'attachant à tort à la forme et non au fond.
L'UDI: La garder pour la fin, c'est réserver une place pour une vision d'un autre temps. Le cul entre deux chaises, ce parti n'a de centre que son nom et sa puissance est à l'image du faible charisme de ceux qui le portent. Tantôt avec les uns, tantôt contre les autres, ce qui marque ces centristes est avant tout l'absence de toute idéologie fondée. Parfois, il arrive de croiser un sympathique béarnais qui, tel un d'Artagnan pourrait encore croire aux vertus de la bière chti, façon Borloo.

Démocratie ? République ? Ou grand foutoir dans lequel ne se reconnait plus le citoyen ? Reste le pain et les jeux pour l'amuser, pendant que ceux qui orchestrent nos sociétés, continuent à accumuler pouvoirs et richesses. A force de se divertir, il semble que l'on s'abstient de toute activisme et même de voter...
Que devient le quatrième pouvoir, apte à démonter les supercheries politico-économiques ? Il dénonce et résiste dans une relatif silence pour sa minorité; il alimente les jeux pour profiter du cerveau disponible pour la grande majorité.
Il n'y a plus plus qu'à se réveiller, individuellement, avec une sacrée gueule de bois, tant qu'il est encore temps.

Michel Queyraud
Par Michel Queyraud

Crédit Photo : Michel Queyraud

Partager sur Facebook
Vu par vous
1157
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !
La MSP de Monflanquin Politique | 18/10/2017

« La baisse vertigineuse du nombre de médecins n’a pas eu lieu ! » Joël Hocquelet, vice-président du CD47 en charge de la démographie médicale

Maison du Département Politique | 17/10/2017

Charente-Maritime : le très haut débit et le DOB en tête des débats de la session d'automne

IJBA Politique | 10/10/2017

A l’IJBA , Edwy Plenel lance la 9ème édition de la Fabrique de l’info

Virginie Calmels Politique | 09/10/2017

Région Nouvelle Aquitaine : l'opposition fait les comptes

Jacqueline Gourault était l'invitée de l'Union des maires de la Dordogne Politique | 07/10/2017

Jacqueline Gourault a tenté de rassurer les élus locaux

TGV Politique | 06/10/2017

Tribune Libre: Liaisons TGV, illusions LGV

Nouvelle-Aquitaine THD Politique | 03/10/2017

Fibre : la Nouvelle Aquitaine met les doigts dans la prise

PosteCD40 Politique | 03/10/2017

Mieux vieillir à domicile : vers la généralisation du test landais avec la Poste

Didier Delanis Président de la Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne CIED Moyenne Garonne Politique | 29/09/2017

« Pour l’Europe soyons déterminés ! » Didier Delanis, président de la Maison de l’Europe/CIED 47

Lancement d'EMPLEO par Mikel Antón, Dir Affaires Européennes du Gouv. Basque, Izaskun Goñi, DG Politique Économique, Commerciale et de Travail du Gouv. de Navarre et Andde Sainte-Marie, conseiller rég Montagne et Pastoralisme Nouvelle-Aquitaine Politique | 27/09/2017

Nouvelle-Aquitaine, Euskadi et Navarre travaillent à un bassin d'emploi eurorégional

Les élus des deux Charentes Politique | 27/09/2017

Les deux Charentes se penchent sur le réseau ferroviaire

Martine Jardiné Politique | 25/09/2017

En Gironde, un nouveau schéma de développement social en préparation

Jean-Pierre Moga et Christine Bonfanti-Dossat Politique | 25/09/2017

Christine Bonfanti-Dossat et Jean-Pierre Moga élus sénateurs de Lot-et-Garonne

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques Politique | 24/09/2017

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques

MLubin Politique | 24/09/2017

Dans les Landes, le PS conserve ses deux sièges de sénateurs