Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/06/21 | "La Maison d'à côté" : coworking, formation et convivialité

    Lire

    La Maison d'à côté est un lieu convivial à La Souterraine, où sont proposées de multiples activités, ouvertes à toute la population dans sa diversité. C'est un espace de travail, mais aussi de détente et de loisirs. Elle accueille professionnels bénévoles et clients dans 3 domaines d'activité : location d'espace, restauration et animation. Son projet désormais est d'offrir des espaces propices au coworking pour des télétravailleurs ou travailleurs nomades, et l'animation d'un espace numérique ouvert à tous et d'ateliers de formation aux bases du numérique.

  • 25/06/21 | Limoges : PCM Trucks se diversifie dans le transport des médicaments

    Lire

    Afin d'assurer sa pérennité et son développement l'entreprise de transport routier de marchandises, PCM Trucks, s'oriente vers le marché de transports de médicaments. Une nouvelle activité qui nécessite des investissements matériels spécifiques dont la réfection complète du sol de l'entrepôt, l'acquisition d'une station de lavage pour nettoyer et désinfecter les véhicules, l'installation de chambres froides pour le stockage des médicaments ainsi que de conteneurs isothermes pour assurer la livraison à une température maîtrisée. Pour relever le défi, la société va bénéficier du soutien de l'Europe.

  • 24/06/21 | Arte Flamenco : El Granaíno remplacé pour la soirée du 2 juillet

    Lire

    Positif à la Covid-19, le chanteur Pedro El Granaíno ne pourra pas se produire sur la scène du festival Arte Flamenco, le vendredi 2 juillet à Mont-de-Marsan. Il sera remplacé par Jesús Méndez, héritier de la dynastie gitane de la famille de la “Paquera de Jerez", et l’un des plus grands noms du cante actuel. Jesús Méndez se produira donc aux côtés d’El Pele avec, en artiste invité, le danseur Farruquito.

  • 24/06/21 | Lot-et-Garonne : un incubateur pour l'ESS

    Lire

    Par le développement d'un incubateur dédié à l'ESS et l'innovation sociale, ATIS propose un accompagnement à la construction de réponses nouvelles à des besoins sociaux peu ou mal couverts. Nomade, il s'appuie sur les lieux ressources dans les territoires ruraux, et multi-partenariaux, en intégrant les acteurs existants de la chaîne. Parmi ses objectifs: susciter la création d'entreprises et activités d'utilité sociale, développer l'envie d'entreprendre, contribuer à résoudre des problématiques sociales et environnementales et proposer un maillage efficient d'accompagnement de porteurs de projet sur le département.

  • 24/06/21 | Lestiac-sur-Garonne, petit Dublin pour un soir

    Lire

    La commune de Lestiac-sur-Garonne (33) accueille, le 3 juillet prochain le Julien Loko Irish Band. Un concert gratuit en plein air à partir de 21 h et une ambiance 100% folk celtique assurée dans le cadre bucolique du village des bords de Garonne. Julien Loko et son quintet proposent standards irish et compositions originales pour une musique dansante et nerveuse, qui transporte dans l'atmosphère enfiévrée des pubs de Dublin! Possibilité de pique-niquer dès 19 heures ou de se restaurer auprès de food-trucks.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Tribune Libre - Yves d'Amécourt: Monsieur le Président : ne séparons pas les Bordelais des Girondins !

07/10/2018 | Maire de Sauveterre-de-Guyenne, conseiller régional "Les Républicains" de Nouvelle Aquitaine, Yves d'Amécourt expose ses raisons du refus d'une Gironde métropolisée.

Yves d'Amécourt, conseiller régional  Nouvelle-Aquitaine

Dans le projet Présidentiel d’Emmanuel Macron il y avait cette réforme d’inspiration Lyonnaise à savoir, faire de la Gironde un département troué, une espèce de rondelle, et en son milieu, une Métropole, qui aurait toutes les compétences du département !

Simplifier le mille feuilles ?
Parmi les arguments cités par le Président de la République il y a celui de vouloir « simplifier le mille-feuille » administratif français. En fait de simplifier le mille-feuille, cette proposition ne résout rien puisque là où il y a deux collectivités (le département et la métropole), il y aura toujours deux collectivités (une métropole départementalisée et un département sans métropole) ! Qui plus est, en faisant cette opération on crée une frontière supplémentaire entre la métropole et le département qui l’entourerait.

Faire des économies ?
La métropole est juste créée, issue de la loi MAPTAM et si mes informations sont exactes la situation selon les termes même d’Alain Juppé en février n’est pas simple, je cite : « Nos ratios vont se dégrader progressivement ». La capacité de désendettement : 2,6 années aujourd’hui sera de 7,4 en 2021. « On doit rester debout sur la vague qui nous poursuit ». Le fait de récupérer les compétences du département permettra-t-il de faire des économies ? Sûrement dans la compétence école qui pourra fusionner avec celle des collèges, mais les économies ne toucheront que les services généraux et éventuellement, à moyen et long terme, les fonctions d’encadrement en donnant à la métropole la faculté de mutualiser les établissements ? La fusion ne changera pas le nombre des élèves.

La fusion, comme pour les fusions récentes des Régions, des Communautés de Communes, des services des communes de la métropole, ne produit pas l’économie, loin s’en faut, puisqu’elle oblige à aligner les salaires et les indemnités « par le haut » !

Sur l’action sociale, le CCAS pourra, lui aussi, être mutualisé avec les MDSI du Conseil Départemental ( Maison Départementale de la Solidarité et de l'Insertion). Aujourd’hui, cette mutualisation existe déjà à travers des conventions et des mutualisations. Mais la fusion ne changera ni le nombre de bénéficiaires de l’APA ( Allocation Personnaisée d'Autonomie), ni le nombre des bénéficiaires du RSA ( Revenu de Solidarité Active), ni celui des bénéficiaires de l’APCH. (Prestation de Compensation du Handicap)

Il y aurait pu avoir une synergie au niveau des transports, mais cette compétence a été transférée aux Régions !

Nationaliser les allocations de solidarité
En demandant au Président Emmanuel Macron de régler préalablement le problème du versement des prestations sociales, Alain Juppé nous rappelle, en quelque sorte, que les départements ont subi de plein fouet le coût de 3 décentralisations successives :

Celle d’Alain Juppé, 1er Ministre, qui a confié aux départements et aux communes le financement des SDIS, sans que l’Etat ne compense complètement ce transfert. Un transfert dont le coût s’est accentué sous Lionel Jospin avec le passage aux 35 heures qui a entrainé le recrutement de quelques centaines de pompiers professionnels en Gironde, et le vote de la loi dite de « démocratie de proximité » en février 2002, qui a plafonné la participation des communes et EPCI ( Etablissement Public de Coopération Intercommunale) au taux de l’inflation, sans tenir compte de la poussée démographique, laissant aux départements la charge d’assumer seuls, le reste à charge ! La Gironde accueille chaque année 15000 habitants de plus dont un grand nombre habitent la métropole …

Mais dans sa grande sagesse, si l’Etat a confié aux collectivités locales la charge du service, il en assume toujours la direction puisque les pompiers sont sous les ordres du Préfet ! En confiant cette compétence à la métropole on se couperait, à coup sûr, du commandement de nos sapeurs pompiers et d’un grand nombre de pompiers professionnels, situé aujourd’hui à Bordeaux et nous aurions 2 SDIS ! Pas sûr qu’on y gagne en efficacité et qu’on face des économies !

Celle de Lionel Jospin qui en créant l’APA en a confié la gestion aux départements sous prétexte que « leurs recettes fiscales, notamment les droits de mutations (DMTO) étaient dynamiques » et force est de constater qu’il avait raison : c’est grâce à la croissance des DMTO ( Droits de Mutation à Titre Onéreux) que le département de la Gironde arrive à payer aujourd’hui l’APA. Le problème est que tous les départements n’ont pas forcément les DMTO qui augmentent au fur et à mesure que l’APA augmente … Pour certains d’entre eux, c’est même exactement le contraire !

Celle de Jean-Pierre Raffarin qui, à l’APA a ajouté la charge de l’APCH et du RMI (devenu RSA) et, cerise sur le gâteau, les routes nationales !

Alain Juppé a raison de demander à l’Etat d’assumer les dépenses sociales (RSA, APA, APCH). C’est un vieux combat ! Cela pourrait se faire par la re-nationalisation de ces prestations dans une vaste réforme de l’aide sociale –c’est en tout cas le point de vue que je défends depuis la décentralisation ratée de Jean-Pierre Raffarin - mais cela ira de pair avec la nationalisation d’une partie des recettes fiscales des départements (les DMTO ?) car la situation financière de l’Etat, se dégrade chaque trimestre et ne permet pas de prendre en charge les Allocations de Solidarité.

Emmanuel Macron n’a pas produit aujourd’hui le moindre €uro d’économie budgétaire permettant de financer de nouvelles dépenses ! A moins de les financer par la dette, comme il envisage de le faire pour financer la suppression de la Taxe d’Habitation !

Le financement du 5ème risque reste en France une question avec un grand point d’interrogation.

On ne voit pas bien comment, aujourd’hui, la fusion du département et de la métropole produirait des économies … Mais est-ce bien l’objectif ?

Faire de Bordeaux Métropole une métropole de taille Européenne ?
On ne voit pas bien comment, non plus, le fait de fusionner la métropole bordelaise avec le département de la Gironde ferait de cette « métropole » une métropole européenne ! Tout simplement parce que Bordeaux n’est pas –encore- une métropole !

Aujourd’hui la Métropole de Bordeaux, existe à peine et n’a pas vraiment le rôle de « locomotive » dont parle Alain Juppé. Elle n’irrigue pas l’économie régionale comme il le dit. Pour irriguer, encore faut-il avoir des canaux d’irrigation : des routes, des trains... Or, les 3 Présidents en charge de « l’irrigation », le Président de Bordeaux Métropole, le Président de la Région et le Président du Conseil Général n’ont que faire des transports !

Bordeaux est surtout et avant tout un nœud ferroviaire et un nœud routier, la métropole ressemble plus à une impasse qu’à une locomotive !

Le cœur ne peut irriguer le corps que si il a des veines et des artères … A Bordeaux les veines et les artères sont bouchées … On est proche de l’AVC ! On fait bien quelques pontages, on pose des stens, mais tout cela manque considérablement de fluidité et il faut prendre chaque jour une bonne dose d’anticoagulant pour ne pas créer l’embolie !

On se gargarise ici que Paris soit à deux heures de Bordeaux – ce dont je me réjouis moi aussi !- , mais on oublie qu’il faut plus de deux heures pour rejoindre la « métropole » lorsqu’on est en Gironde, à la frontière du département, 3 à 4 heures lorsqu’on est en Nouvelle-Aquitaine, aux portes de la Région ! Quant à « irriguer » la Région, on en est bien loin !

La métropole devrait-être l’interface qui connecte la Région au monde ! Un port, un aéroport, une gare, des routes, reliés entre eux, reliés à l’Europe et au monde, et reliés avec les capitales régionales et les départements pour permettre les échanges des biens et des personnes, l’organisation et le rayonnement du sport et de la culture.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Le Président de la Région ne veut pas mettre un € dans les routes. Le Président du département n’est pas ce qu’on appelle un « bâtisseur » ! On vient juste de créer un syndicat mixte des transports à l’échelle de la Région, après 20 ans de débats ! Il n’y a pas en Nouvelle-Aquitaine, d’aménagement du territoire !

Comme si les infrastructures n’intéressaient personne. On parle d’autoroute de la mer, de mettre les camions sur le rail … Mais en fait, rien ne se passe ! On fait mine de croire, pour s’en excuser, que de ne pas investir dans les routes est bon pour la planète ! Comme si les véhicules de demain ressemblaient aux véhicules d’hier ! Comme si on pouvait se passer aujourd’hui, d’utiliser sa voiture … en dehors de la métropole !

Comme on n’arrive pas à rentrer et à sortir de la métropole, on se donne des objectifs de croissance interne : 1 million d’habitants ! Mais à une demi-heure de Bordeaux par le rail (quand les trains roulent), des villes moyennes meurent, des maisons s’écroulent, les marchands de sommeil prospèrent, …

Les zones rurales accueillent les familles que la métropole ne peut plus accueillir à des prix abordables et chaque matin un mouvement de balancier s’opère, faute de train cadencés (faute de RER !), des chapelets de voitures s’engouffrent dans autant de goulots d’étranglement pour finir par s’agglutiner sur la rocade bordelaise, se mélanger au flux des Transports Internationaux Routiers qui arrivent à Bordeaux car c’est le seul itinéraire qu’on leur propose. Parce que, par manque de courage politique, on n’a jamais voulu construire de routes ailleurs, …. Alors il reste la rocade qu’on transforme petit à petit en deux fois 3 voies … sachant pertinemment que ce ne sera jamais suffisant pour accueillir un flux toujours plus grand !

Consacrons notre énergie et nos moyens à faire !
On ne voit pas bien pourquoi et comment, prendre les compétences du département aiderait Bordeaux-Métropole à devenir une « métropole ». Alain Juppé explique qu’il n’est pas demandeur et qu’il aimerait qu’on le laisse « digérer » la réforme MAPTAM … La CUB a déjà perdu 2 ans pour devenir Bordeaux-Métropole, combien de temps seront à nouveau perdus pour devenir Bordeaux-Métropole-Europe ?!? Combien de temps pour repartir dans une fusion des services, dans une négociation avec les syndicats, pour redéfinir l’organisation qu’on vient à peine d’achever, revoir les missions de chacun … Les personnels ont besoin de se poser, de travailler, de faire !

Les budgets de fonctionnement grossissent, les budgets d’investissement diminuent et l’Etat, transfère toujours plus de compétences, invente toujours plus de normes et de règlements. Des compétences, des normes et des règlements qu’il finance toujours moins !

La fusion du département et de la métropole est un leurre ! C’est un mariage sans dot ! Le mariage, disait Sacha Guitry, c’est résoudre à deux des problèmes qu’on ne se posait pas quand on était tous seuls ! Tel est la proposition de fusion entre les métropoles et les départements !

De nouvelles frontières

La métropole a besoin d’irriguer la Région ! Pour cela elle ne doit pas s’enfermer dans les frontières de la CUB !

Pour devenir la « métropole » de la Nouvelle-Aquitaine Bordeaux-Métropole doit étendre son influence, pas la réduire, elle doit se développer, pas se recroqueviller, elle doit rayonner, pas s’alourdir, elle doit nouer des partenariats ! A quoi ressemblerait cette pièce trouée, cette Gironde sans Bordeaux, ce Bordeaux sans la Gironde ! Cette capitale hors-sol ?

Les Girondins de Bordeaux, sont à la fois Girondins et de Bordeaux.

Moins de péréquation entre la métropole et le département

Le Département et la Région ont un rôle primordial dans la connexion de la métropole avec les territoires. Un rôle qu’ils n’exercent pas assez. Mais pour l’exercer, ils ont besoin de ressources. Ces ressources ils les trouvent, notamment sur l’aire métropolitaine. La métropole emploie des habitants du département et de la Région, elle transforme des produits agricoles du département et de la Région, elle tire une partie de sa croissance du département et de la Région. En échange, cette croissance alimente, via la fiscalité du département et de la Région, l’équipement du territoire.

En séparant la métropole du département, cette péréquation ne s’exercera plus.

Alain Juppé explique dans le journal Sud-Ouest que des compensations seront mises en place, mais, ceux d’entre-nous qui siègent dans les CLECT (Commission Locales d’Evaluation des Charges Transférées) savent pertinemment que la compensation se fait une fois pour toute, avec éventuellement une clause de revoyure, puis plus rien ! L’impôt est donc compensé à la date du transfert, mais ne l’est plus ensuite. Or, depuis 2004, date de mon élection au Conseil Général, pour prendre un exemple, les recettes de « Droits de mutation » ont augmenté de 300 % ! Si cette recette est transférée à la métropole, elle sera compensée le jour du transfert. Mais elle ne le sera plus ensuite, privant le département de ce qu’il est convenu d’appeler le « dynamisme » de cette recette.

Notre démocratie est fragile
Et puis derrière tout cela il y a l’organisation de notre démocratie ! Plus nos ensembles sont puissants et lourds, moins la place des élus locaux, représentant du peuple, est facile !

Un Président de métropole élu au suffrage universel direct sera un Mega-Maire. La ficelle est tellement grosse …

La réforme dont nous avons besoin c’est de revenir un peu partout aux périmètres du bon sens, les périmètres « à taille humaine », les périmètres où la démocratie peut s’exercer dans de bonnes conditions, avec un nombre d’élus raisonnable et des territoires parcourables. Des collectivités où l’on peut être à la fois responsable de ses actions et coupable de ses échecs !

La décentralisation chère aux Girondins n’est pas simplement de « confier des compétences aux provinces », comme le disent les « Parisiens ». La décentralisation c’est de confier aux territoires des compétences qu’ils exerceront mieux que l’Etat central, parce que le fossé entre le peuple et ses représentants est moins grand !

Monsieur le Président : ne séparons pas les Bordelais des Girondins !

Par Yves d'Amécourt
Par Par Yves d'Amécourt

Crédit Photo : Yves d'Amécourt

Partager sur Facebook
Vu par vous
7086
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Sourd louis-julien | 08/10/2018

Je suis tout à fait d'accord la métropole a déjà bien de sujets à résoudre sans prendre encore de nouvelles compétences !

Thierry Merger | 09/10/2018

Yves d'Amécourt nous dessine une Métropole qui occuperait tout l'espace du Département de la Gironde, puisqu'un réseau de routes et de chemin de fer de hautes capacité et efficacité permettrait aux habitants de tout le territoire girondin d'aller chaque jour au centre pour leur travail, leurs courses, leurs loisirs aussi peut-être...
Or, il est souhaitable d'être plus sobre en matière de déplacements, de privilégier la proximité, de ne pas inciter davantage les habitants de la Métropole à éloigner leurs habitations de leurs lieux d'activité.
Par ailleurs, les territoires ruraux (qui ont leur tissu urbain : Libourne, Langon...) doivent pouvoir être autre chose qu'un vaste espace résidentiel de Bordeaux.
Le cas du Pays de Buch autour du Bassin d'Arcachon mériterait une analyse spécifique : il n'est plus rural, il subit une explosion démographique, faut-il encourager les bordelais à aller y habiter ? En même temps, développer les services de train pour diminuer l'usage de la voiture, c'est bien...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
Le taux de participation sera un élément déterminant dimanche prochain Politique | 24/06/2021

Départementales en Dordogne : Un deuxième tour gagnant pour les sortants ?

Photo d'illustration urne vote élection Politique | 22/06/2021

Elections régionales : Ni accord, ni fusion de listes en vue du second tour

Hôtel de Région Nouvelle Aquitaine  9 mars 2017 Politique | 21/06/2021

Régionales : Rousset en tête, EELV avance, le RN recule, droite et centre s'évitent... Demain quelles alliances ?

Photo d'illustration urne vote élection Politique | 21/06/2021

Départementales dans les Pyrénées-Atlantiques : entre abstention, prime aux sortants et progression d'EH Bai

Les conseillers départementaux de la Gironde dans l'hémicycle Politique | 21/06/2021

Départementales en Gironde : les sortants plébiscités, Jean-Luc Gleyze réélu au premier tour

Il faut un sursaut de participation dimanche prochain Politique | 21/06/2021

Départementales en Dordogne : la prime aux sortants

Le premier tour des élections départementales a eu lieu ce dimanche 20 juin 2021 Politique | 21/06/2021

Élections départementales dans la Vienne : la majorité départementale en ballottage favorable

Carte électorale Politique | 21/06/2021

Aucun candidat élu aux Départementales en Haute-Vienne, abstention record

Hôtel de Région Nouvelle Aquitaine  9 mars 2017 Politique | 16/06/2021

Elections régionales: Quels candidats pour quelles compétences ?

La gauche espère conserver la majorité à l'assemblée départementales Politique | 15/06/2021

Départementales en Dordogne : la gauche espère conserver la majorité

Illustration urne Politique | 15/06/2021

Elections départementales en Charente : la droite mise sur ses têtes d'affiche

Les candidats rochelais issus du parti du maire Jean-François Fountaine, présenté le 29 avril Politique | 14/06/2021

Départementales en Charente-Maritime : on reprend (presque) les mêmes…

Le politologue Jean Petaux Politique | 14/06/2021

Départementales en Gironde: "Si instabilité il doit y avoir, elle sera plutôt à Bordeaux qu’en zone rurale" selon le politologue Jean Petaux

Jean-Jacques Lasserre, président du Département des Pyrénées-Atlantiques Politique | 11/06/2021

Pyrénées-Atlantiques : l'union droite-centre, déjà en route pour le second tour des Départementales ?

La salle du conseil du Conseil Départemental de la Haute-Vienne Politique | 11/06/2021

Elections départementales : Cinq listes se disputeront les suffrages des haut-viennois