Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/02/18 | Charente-Maritime et Deux-Sèvres font Chambres communes

    Lire

    Les deux Chambres d'Agriculture de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres ont fusionné leurs services en janvier. En fait de fusion, il s'agit plus exactement d'une "mutualisation" de moyens à travers le regroupement des services. Les 180 agents des Deux-Chambres travaillent désormais pour les deux départements, de façon complémentaires : le 17 apportera son expertise en maraîchage au 79, qui apportera son expertise en élevage. L'accueil du public et les antennes locales ne changent pas.

  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Trois mois après les municipales, climat délétère à la mairie de Saint Astier

25/06/2014 | Face à une opposition qui a du mal à admettre sa défaite, Elisabeth Marty, maire de Saint-Astier, s'exprime sur son premier trimestre de mandat difficile.

Saint Astier, une vie municipale pas si tranquille

Elue dès le premier tour des municipales, Elisabeth Marty, devenue maire de Saint-Astier, commune de 5500 habitants en vallée de l'Isle, achève les trois premiers mois difficiles de son mandat. A Saint Astier, le climat au sein du conseil municipal est devenu pesant. Elisabeth Marty dénonce le comportement de son prédécesseur à son égard et l'attitude de l'opposition. L'ancien maire Jacques Monmarson, qui fut à la tête de la commune pendant 37 ans, accuse Madame le maire d'agressivité et exprime ses doutes sur la capacité de la nouvelle équipe à gérer la ville.

Elisabeth Marty, devenue maire de Saint-Astier, à l'issue du premier tour des municipales, termine le premier trimestre de son mandat. Et le moins que l'on puisse dire, est que le climat est loin d'être serein au sein du conseil municipal de cette petite ville de 5500 habitants au coeur de la vallée de l'Isle. La nouvelle équipe est au travail et entend bien mener à bien ses projets, dont le celui de la maison de santé pluridisciplinaire communale dont l'enquête publique débute. Mais Madame le maire dénonce l'attitude de l'opposition qu'elle juge "destructive" et surtout celle de l'ancien maire, Jacques Monmarson qui demeure toujours conseiller général. Lassée de ses attaques à son égard, Madame le maire a décidé de réagir et de parler. "Dès la passation, l'ambiance a été tendue. Le 23 mars, Jacques Monmarson a refusé de proclamer les résultats. Je peux comprendre qu'il soit vexé de perdre cette élection, mais très vite, il y a eu des rumeurs de chasse aux sorcières au sein du personnel, que je voulais annuler les principales manifestations de la ville. Il n'en est rien. J'ai beaucoup de respect pour le personnel municipal. Ils sont tous au travail."  "Lors du premier conseil, le 15 avril, on a baissé de 20 % nos indemnités d'élus et supprimé l'enveloppe pour les frais. Dans un premier temps, Jacques Monmarson a voté contre, puis il s'est ravisé en s'abstenant cinq minutes plus tard," développe Elisabeth Marty.

Passe d'armes sur le budget communalLe conseil municipal du 16  mai consacré au budget a donné lieu à quelques passes d'armes." Concernant le budget, nous avons eu des mauvaises surprises. La dette est passée de 9,969 millions d'euros à 10,387 millions, le niveau d'endettement atteint 1848 euros par habitant. M. Monmarson a renégocié un emprunt toxique et a pris une pénalité de 418 000 euros. Il ne l'a pas fait apparaître dans le budget communal, nous avons jugé les budgets présentés non sincères, nous avons tout repris, ligne par ligne avec l'accord de la préfecture, et préparé un nouveau budget avec l'aide du percepteur, " poursuit Elisabeth Marty. Autre mauvaise surprise pour la nouvelle équipe en place : elle a trouvé 257 000 euros de factures impayées. Pour l'entourage de Madame le maire, la priorité est de remettre les finances à flot. Comment ? Il n'est pas question d'augmenter les impôts. Les dépenses et les investissements seront limités au maximum. Dans le budget communal, la part d'investissement est de 3,9 millions d'euros et la partie fonctionnement est de 8 millions dont une grosse part en charges de personnel. Au delà des aspects financiers, Elisabeth Marty s'estime peu respectée par son ancien adversaire aux élections. "J'ai siégé pendant six ans dans l'opposition, je l'ai toujours respecté. Dans mon premier discours, j'ai rendu hommage à son travail. Mais se faire traiter de minable en conseil municipal n'est pas l'attitude d'un gentleman. Et je souhaite qu'il arrête de se poser en donneur de leçon." 

La riposte de Jacques MonmarsonDepuis quelques jours, le téléphone de l'ancien maire de Saint Astier n'arrête pas de sonner. Les propos d'Elisabeth Marty repris dans les colonnes de nos confrères la Dordogne libre l'ont supris et déçu. Loin d'être déstabilisé et commençant "à en avoir assez", Jacques Monmarson, joint par téléphone,  riposte. "Premièrement je ne suis pas quelqu'un d'agressif, ni de vindicatif. Oui, ma défaite le soir du premier tour m'a surpris et peiné. J'ai eu quinze jours assez difficiles. J'ai passé 37 ans à la tête de cette commune que j'affectionne par dessus tout. Je n'ai plus rien à prouver. Que Madame Marty nous démontre quels sont ces projets, de quoi elle est capable et nous verrons dans six ans. Elle doit apprendre au lieu de faire preuve d'agressivité. Personnellement, j'ai des doutes sur sa capacité à gérer une commune de cette taille. L'habit est-il trop grand pour elle, l'avenir le dira. Je suis inquiet pour l'avenir de Saint-Astier. Cette année, il n'y aura pas de travaux, alors que certaines rues en auraient bien besoin."  Au sujet des finances communales, l'ancien maire se défend et réfute toute mauvaise gestion financière en répondant point par point aux attaques de la première magistrate. "Oui, la dette de Saint Astier est importante, mais en matière de finances, il faut voir aussi la capacité à rembourser les emprunts. Entre les dépenses et les recettes, on peut dégager une épargne nette comprise entre 1,6 et 1,8 million d'euros, ce qui est assez exceptionnel pour une ville de cette taille avec un tel niveau d'équipement." Jacques Monmarson ne sera pas candidat pour la prochaine mandature. Mais d'ici quelques jours, il lance un blog, et s'apprête à constituer une association citoyenne dont l'un des principaux objectifs sera la reconquête de la mairie par des membres de l'actuelle opposition. La première réunion a lieu lundi. De quoi permettre aux Astériens d'entrer dans le vif du débat entre deux élus que tout oppose. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Archives Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
1140
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !