15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Trois regards sur le monde arabe contemporain à l'Escale du livre.

07/04/2013 | Le politologue Gilles Kepel, l'écrivain égyptien Alaa El Aswany et le maire de Bordeaux et ancien ministre des affaires étrangères Alain Juppé ont débattu sur le monde arabe.

Photo escale du livre, débat printemps arabe, avril 2013, grande

Après l'ambiance houleuse du débat sur les discriminations de la veille, la salle Vitez du TnBA accueillait ce samedi 6 avril une nouvelle rencontre autour, cette fois-ci, du monde arabe contemporain. Pour ce grand débat animé par Pierre Mazet et intitulé "Turbulences politiques, turbulences religieuses", trois personnalités: le politologue français spécialiste de l'islam et du monde arabe Gilles Kepel, l'écrivain égyptien Alaa El Aswany, dont le roman "L'Immeuble Yacoubian a été un véritable succès littéraire, et Alain Juppé, qui intervenait ici davantage en tant qu'ancien ministre des affaires étrangères qu'en tant que maire de la ville.

Deux ans après le début des révolutions arabes, la question de la mise en place d'un régime démocratique dans des pays comme la Tunisie, l'Egypte ou la Lybie reste encore sensible. Observateur et acteur très engagé dans les bouleversements dont ses romans faisaient préssentir l'urgence, Alaa El Aswany a ainsi parlé de la révolution qu'a connu son pays début 2011 comme "un phénomène humain qui aurait quelque-chose de volcanique". Pour reprendre ses mots, "Il est des choses qu'on ne peut pas expliquer à 100% et je suis convaincue que le soulèvement populaire de ces deux dernières années fait partie de celles-la. Le 25 janvier 2011, le peuple a fait le choix de ne pas laisser les intellectuels seuls, c'était plus fort que lui".

L'importance de DIRE ce qu'il se passeA ses côtés, Gilles Kepel évoque son regard à lui sur une révolution qui" ne pouvait pas ne pas être". Dans son dernier ouvrage paru chez Gallimard, Passion arabe, il raconte comment, de mars 2011 à février 2013, il est allé à la source, au plus près de ce qui se passait. Raconter, vérifier, écrire. A ce sujet, les trois interlocuteurs sont arrivés sans peine à s'accorder sur l'importance de l'écrit, du verbe, de la précision, afin que "ce qui a été fait ou dit soit rendu comme tel et que ceci, dans les livres ou ailleurs, serve de leçon, ou non", comme l'a dit A.EL Aswani dont les Chroniques de la révolution egyptienne (Actes Sud, 2011) s'attachent à rendre compte de ce qui a été, sans le transformer. Se référant à son ancien poste de ministre des affaires étrangères, Alain Juppé a reconnu sans peine que le phénomène volcanique dont parlait A. EL Aswani "n'avait pas été considéré à sa mesure". Pour reprendre ici ses mots, "c'est un épisode qu'on n'a pas vu venir ou qu'on n'a pas voulu voir venir". L'auteur égyptien et le politologue ont alors confirmé la chose, le second rappelant non sans malice les tribulations de Michèle Alliot-Marie en Tunisie... 

Une Syrie prise en otageLe débat n'a bien sûr pas manqué d'évoquer la situation en Syrie. Pour Gilles Kepel, "il y a plusieurs mondes arabes: un premier où des pays comme la Tunisie, l'Egypte ou la Lybie ont, non sans mal, réussi à faire entendre leurs voix et où les révolutions ont changé les choses et un second, où des pays comme le Yémen ou, plus frappant encore, la Syrie sont complètement pris en otages par des enjeux qui les dépassent complètement". Et Alain Juppé de confirmer, "c'est exactement ça oui, les Syriens sont aujourd'hui au coeur d'une épouvantable tuerie, dépassés par une révolution qui a été complètement étouffée par Bachar el Assad". Le mot, sage, de la fin, revenant alors à Alaa El Aswani pour qui "les révolutions doivent êtres accompagnées pour ne pas que les bains de sang noient les principes et les valeurs."

Lise Gallitre
Par Lise Gallitre

Crédit Photo : Pierre Planchenault

Partager sur Facebook
Vu par vous
506
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !