Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/01/20 : Initialement prévue jusqu'au 2 février, l'exposition d'art contemporain QUASAR est prolongée jusqu'au dimanche 23 février à l'Espace des Arts à Pau : une chance, si vous ne l'avez pas encore vue!+ d'info

26/01/20 : Ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot a accepté de parrainer la 36e édition du Biarritz Quiksilver Maïder Arosteguy du 10 au 13 avril et placée sous le signe de l'Environnement. De nombreux invités dont Justine Dupont.

23/01/20 : A Montignac (24), le maire sortant Laurent Mathieu (ex UMP) et le conseiller départemental socialiste Christian Teillac ont décidé de faire liste commune pour les prochaines élections municipales. Ils étaient adversaires lors du scrutin de 2014.

23/01/20 : Elu sénateur en 2008, le socialiste Claude Bérit-Debat a annoncé lors de ses voeux qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en septembre. Il a été maire de Chancelade de 1992 à 2009 et a présidé l'agglomération de Périgueux de 2001 à 2014.

22/01/20 : L'élu EELV et adjoint PS à la mairie de Mérignac Gérard Chausset a annoncé son ralliement à la liste du maire sortant, Alain Anziani, dans la course aux municipales. Il entraîne avec lui une dizaine de personnes, dont des anciens EELV.

22/01/20 : Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie et des Finances, visitera deux sites industriels à Pessac jeudi 23 janvier avant de signer à Bordeaux le protocole d’accord « Territoires d’industrie » de la Région.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/01/20 | Enercoop Aquitaine propulse la transition énergétique

    Lire

    Enercoop Aquitaine, fournisseur d’électricité 100% verte se lance dans l’accompagnement et le co-développement des projets de production d’énergies renouvelables. En fournissant un service d’assistance pour la réalisation de centrales photovoltaïques, un soutien financier et l’achat de l’énergie à prix bonifier, elle espère encourager la transition énergétique des entreprises, associations et collectivités. Enercoop Aquitaine est présente aux Assises Européennes de la Transition Énergétique au Centre des Congrès de Bordeaux du 28 au 30 janvier.

  • 29/01/20 | Journée d'orientation à La Croix-Rouge de Bègles (33)

    Lire

    Avis aux futurs bacheliers, le Croix-rouge française organise une journée portes ouvertes à son Institut Régional de Formation Sanitaire et Social (IRFSS) de Bègles le 1er février prochain. De 9h à 17h les étudiants pourront rencontrer des professionnels du secteur sanitaire et social et découvrir les formations disponibles. La Croix-Rouge c’est 73 sites de formations et 12 IRFSS à travers la France, elle forme 12% du personnel soignant sur le territoire, en privilégiant une ouverture à l’international dont 600 étudiants ont pu bénéficier en 2018.

  • 29/01/20 | Elargissement exceptionnel des horaires de l’exposition Goya à Agen

    Lire

    L’exposition Goya aux Jacobins à Agen fermera ses portes le 10 février prochain. Afin de permettre au maximum de visiteurs d’en profiter, les horaires d’ouverture des week-ends prochains seront élargis. Le vendredi 31 janvier, samedi 1er février, dimanche 2 février et le vendredi 7 février, samedi 8 février, dimanche 9 février l'église ouvrira de 10h à 20h au lieu de 11h/19h. Plus d’informations au 05 53 69 47 23 // musee@agen.fr

  • 29/01/20 | En vélo dans les bâtiments de Bordeaux

    Lire

    15-20km à vélo vous tentent peu, mais dans des bâtiments bordelais ça oui ! C’est le concept du Vélotour organisé pour la troisième fois à Bordeaux le 13 décembre 2020 dans le cadre de la Semaine de la Mobilité. Cet évènement familial et ludique permet de traverser des bâtiments culturels et administratifs, des scènes musicales, le tout sans descendre de son vélo. L’an dernier 49 000 bordelais ont pris part à l’expérience. Pour participer la billetterie est (déjà) ouverte depuis hier 18h sur le site www.velotour.fr (attention places limitées).

  • 29/01/20 | L'aéroport de La Rochelle-Ré perd des passagers

    Lire

    L’Aéroport de La Rochelle - Ile de Ré a accueilli 233 001 passagers sur ses vols commerciaux en 2019. C'est 2,98 % de moins qu'en 2018. Pour le directeur de l'aéroport Thomas Juin, cette baisse serait une des conséquences du Brexit, les lignes phares étant celles en direction de l'Angleterre. De manière globale, "la saison estivale a été très contrastée. Mai et juin ont été en net retrait. Le mois de juillet a enregistré une légère progression et août une hausse significative (+ 11,92 %)."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Un Front pyrénéen se constitue pour obtenir une desserte LGV

19/01/2012 |

hypothèse d'une nouvelle ligne pour la desserte Béarn / Bigorre

Lorsque le département des Landes propose aux Béarnais et aux Bigourdans d'imaginer avec la ligne de chemin de fer existante un nouveau scénario à minima pour leur territoire, « compte tenu de la situation économique et en l'absence de son intégration dans les Grands Projets ferroviaires du Sud Ouest (GPSO) », les élus concernés, qui rêvent de LGV, montent au créneau. La réaction ne s'est pas faite attendre. Un cénacle d'élus béarnais et bigourdans, mais en l'absence d'Orthéziens, s'est aussitôt réuni à l'université de Pau, puis à la mairie, pour signer une motion officialisant leur union. Le message du Front pyrénéen est clair : qu'importe le tracé choisi, il faut que la grande vitesse desserve le Béarn et la Bigorre.

Lors du premier atelier thématique organisé par RFF fin décembre, Robert Cabé, maire d'Aire-sur-l'Adour et premier vice-président des Landes, avança une idée apparemment surprenante : pourquoi ne pas aménager simplement les voies existantes entre Dax et Orthez ?

Coup de tonnerre à Pau. La député-maire, Martine Lignières-Cassou, entre dans une colère noire, déclarant dans un communiqué de presse cette hypothèse inacceptable : « Depuis 6 ans, nous nous battons pour obtenir une desserte LGV du Béarn et de la Bigorre qui placerait notre territoire à 3 heures de Paris. À la veille de la saisine de la Commission nationale du débat public, nous ne pouvons accepter cette hypothèse qui ne serait qu'un renoncement à toute ambition pour notre territoire. »

« Nous ne pouvons concevoir que les élus landais s'opposent à ladesserte LGV du Béarn et de la Bigorre » , a-t-elle ajouté. Mais enréaction, ces derniers se sont déclarés « associés à la demande du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques d'intégrer la desserte Béarn-Bigorre dans le projet GPSO » , avant d'ajouter, que selon lesestimations de RFF la note s'élèverait entre 2,1 et 3 milliards d'euros,etqu' « à défaut d'une intégration de la desserte dans leprojetGPSO, le Conseil général des Landes considère qu'il estindispensablequ'RFF étudie le scénario consistant à réaménager la ligne existanteDax-Orthez-Pau. »

« Le Béarn et la Bigorre forment aujourd'huiune ligne de front, un packuni » , Michel Pélieu, président duConseil général des Hautes-Pyrénées
Michel Pélieu, présidentdu Conseil général des Hautes-pyrénées, a conscience qu'il vit un momentfort. « On a l'habitude de s'exprimer séparément. Mais le Béarn et laBigorre forment aujourd'hui une ligne de front, un pack uni. Notrebassin de vie compte six cent mille habitants et ce n'est pas une zonefranche. »

Sauf que pourl'instant la desserte Béarn-Bigorre ne compte pas dans les GrandsProjets ferroviaires du Sud Ouest (GPSO). Et c'est bien ce qui inquiète.L'agglomération paloise est dans une situation délicate compte tenu de l'avance de 21,5 millions d'euros pour la Tours-Bordeaux consentie sans aucune contrepartie ou engagement pour le financement du reste de la ligne entre Bordeaux et le Béarn. Martine Lignières-Cassou, député-mairede Pau, consciente de la concurrence entre les territoires, espère unesolidarité. Elle s'accroche aussi à l'espoir d'une aide massive de laFrance et de l'Europe pour faire baisser la facture.

« Ils nepeuvent pas rester sans bouger. 500 milliards d'euros sont nécessairespour mettre le réseau ferré européen en état et l'Europe va dégager 30milliards, notamment pour les liaisons internationales. Car sansfinancement, pas de projet » , avance-t-elle en préambule de laconférence de presse qui s'est déroulée à la mairie suite à la réunion àl'université de Pau. 

De leur côté, l'agglomération tarbaise etle Conseil général des Hautes-pyrénées, appelés à contribuerrespectivement à hauteur de 29 millions d'euros et 11 millions d'euros,ont conditionné leur chèque à la certitude d'une desserte de leurterritoire. 

« Nous sommes pris en tenaille dans un triangle detrois pôles d'attractivité, Bordeaux, Toulouse et le Pays-basque, clamele maire de Tarbes, Gérard Trémège. On donnera de vraies contributionslorsque nous aurons de vrais engagements sur la desserte LGV de notrebassin de vie. Que nos voeux se transforment en exigences »

« Ce n'est plus la question de quel tracé nous allons choisir, mais allons nous avoir une desserte LGV, oui ou non ? C'est tout. » Frédérique Espagnac, sénatrice des Pyrénées-atlantiques
Frédérique Espagnac raconte queGeneviève Darrieussecq, maire de Mont-de-Marsan, lui aurait glissé lors d'une réunion début janvier avec le préfet Patrick Stefanini: « C'est trop cher, ça va tout nous plomber. » Mais pour la sénatrice des Pyrénées-atlantiques ce n'est pas ce raisonnement qui aboutira à une solution. 

Et à la question de l'existence d'une fracture entre des Landais et des Orthéziens, qui ne veulent pas payer pour une ligne Mont-de-Marsan / Pau, et un Front pyrénéen de Palois et de Tarbais qui veulent la grande vitesse sinon rien, Georges Labazée, président du Conseil général des Pyrénées-atlantiques, calme la donne, rappelant que le débat public est fait pour que tout le monde s'exprime.« Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre des Transports, a signé pour qu'il y ait un débat public en 2012 et 2013, à la fin duquel elle déclarera un tracé d'utilité publique. »

Frédérique Espagnac de répliquer avant d'en appeler à une mobilisation des citoyens : « Ce n'est plus la question de quel tracé nous allons choisir, mais allons nous avoir une desserte LGV, oui ou non ? C'est tout. »

photo : caisse des dépôts

Olivier Darrioumerle

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
3369
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
dimech | 09/02/2012

on veut créer une nouvelle ligne Mt de Marsan Pau c'est du délire encore des frais supplémentaire,des expotriations de terrains pour réaliser cela alors qu'une ligne existente demande à etre renover.
il vaut mieux aujourd'hui développer l'aéroport de Pau ou des lignes se meurent et des risques de perte d'emploi pour le personnel
prochainement un comité de Défense de l'Aéroport va voir le jour afin de redonner un essor à cette plateforme

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !