Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Un tour de France pour l'Europe et ses rendez vous de 2009

27/03/2008 |

Mme Robert-Besse, attachée de presse du parlement européen

Cinquante ans d'existence ces jours-ci et si peu de place dans la presse française. Le Parlement Européen existe mais on ne le sait pas ou si peu. C'est pourtant le lieu d'une forme de démocratie où se dessinent les grandes lignes de quelques unes des politiques les plus importantes pour l'avenir des 27 pays de l'Union. Et comme il n'est jamais trop tôt pour attirer l'attention des citoyens européens sur les élections qui auront lieu en juin 2009 Mme Robert-Besse, attachée de presse du bureau d'information pour la France du Parlement a commencé par Bordeaux, le 25 mars, un tour de France à but pédagogique en venant à la rencontre des journalistes au club de la Presse

La France, qui a des moeurs d'une vieille démocratie parlementaire ,n'a guère cessé depuis le début de La V° République de donner au président élu les moyens de gouverner. C'est à dire des majorités dévouées et,depuis que sous le gouvernement Jospin, en période de cohabitation, les calendriers électoraux -présidentielle legislatives- ont été ajustés, il y a peu de chances de revivre une cohabitation. Autant dire d'être contraint, pour le pouvoir en place, à rechercher des compromis avec le Parlement. Rien de tel avec le Parlement Européen, élu au scrutin de liste, à la proportionnelle, ou la culture du compromis est la règle. Et où, par le jeuconjugué des représentations nationales des 27 pays membres de l'Union et des sensibilités politiques différentes au sein des groupes politiques, les débats peuvent prendre tout leur temps. Cette pratique dont il n'y aucun équivalent dans le monde est méconnue en France. Pourtant, il est significatif comme le rappelle Mme Robert-Besse que les démocraties d'Europe centrale, renaissantes, s'intéressent beaucoup plus aux lois qui sont votées à Strasbourg que la France ne le fait. D'abord les connaît-on et sait-on que notre propre arsenal législatif découle de plus en plus des propositions et travaux de quelques 785 députés ?

Européennes: on votera aussi en juin 2009

Le grand rendez vous électoral européenqui aura lieu en juin 2009 nous en donnera l'occasion. Au moins, ayons-le dèjà en tête, ne serait-ce que pour conjurer le risque d'une très forte abstention sur fond d'euroscepticisme galopant. Mais comme le pire n'est jamais certain, il y a lieu de s'intéresser de près dans les prochaines semaines et mois à l'actualité européenne. La présidence française qui commence le 1° juillet va nécessairement projeter les caméras dans les pas de Nicolas Sarkozy; celui-ci ne fait pas mystère de ses intentions d'action. Il sera d'ailleurs attendu de pied ferme à Strasbourg dans les premiers jours de juillet. Il y dévoilera ses priorités, au premier rang desquelles la mise en place d'une politique d'immigration dont les "normes" seraient précisées , en particulier en ce qui concerne le sort des clandestins, leur rétention et la reconduite aux frontières. Une question très sensible et que l'homme de l'Elysée aura intérêt à aborder avec diplomatie devant le Parlement.

Mme Robert-Besse et Joël Aubert au Club de la presse de Bordeaux

 

Un traité à ratifier

L'actualité européenne, c'est, aussi et surtout, la poursuite des ratifications du traité de Lisbonne qui doivent, dans l'absolu, aboutir d'ici à la fin de l'année. Sept pays dont la France et la Bulgarie, le dernier en date, l'ont fait.Objectif:son entrée en application, l'an prochain, avec l'une des conséquences les plus visibles pour les citoyens européens, le choix d'un président et la mise en place d'un nouveau fonctionnement des institutions. Cette ratification est encore loin d'être gagnée. Des pays comme l'Irlande qui ont pourtant bénéficié énormément de l'Union traînent les pieds face à la mise en route d'un référendum; la Pologne sous les coups de boutoir des frères Kacynski est repartie dans une campagne aux mauvais relents nationalistes. Quant aux britanniques, on comprend mieux pourquoi Nicolas Sarkozy met le paquet, ces jours-ci, sur le mode de l'entente amicale, fraternelle etc... pour les convaincre d'y aller de meilleur coeur et pas seulement pour faire du lobbying à Bruxelles ou récupérer l'argent qui s'y trouve.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
420
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !