Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/04/21 | « De l’air ! » en Deux-Sèvres

    Lire

    L’association Ah ? qui propose des spectacles vivants et des évènements artistiques propose pour cette année 2021, 40 représentations dans 8 communes du département comme du théâtre de rue, de la poésie ou des dispersions graphiques. Les 22 compagnies programmées auront pour thématique « De l’air ! » en référence à l’épidémie de Covid-19 et traitera du besoin de liberté, de grands espaces, et de véritables retrouvailles. Festival espéré du 27 mai au 6 juin 2021...

  • 09/04/21 | Les « Marais d’Olives » à Parempuyre recherche un agriculteur

    Lire

    Bordeaux Métropole, propriétaire des « marais d’Olives » à Parempuyre, lance un Appel à Manifestation d’Intérêt pour recruter un agriculteur sur le site. Le site de 90 ha abrite une partie en prairie, un « marais pédagogique » et une partie non-valorisée comprenant des terrains agricoles et un bâtiment. Ce bail agricole environnemental sera d’une durée de 9 ans renouvelable. Les dossiers de candidature sont à transmettre avant le 30 juin 2021.

  • 09/04/21 | David Fortems, lauréat du prix Régine Desforges

    Lire

    Pour la 6ème année, le prix Régine Desforges, porté par la Ville de Limoges et les enfants de l’auteure, récompense un premier roman écrit par un auteur francophone. Cette année, le jury a décerné son prix à David Fortems, 24 ans, pour son roman « Louis veut partir ». Le lauréat a été récompensé par la Ville à hauteur de 3 000 €.

  • 09/04/21 | Plusieurs départs de feu de forêts en Charente-Maritime

    Lire

    Le sud du département de la Charente-Maritime a été touché par plusieurs feux de forêt le dimanche 4 avril (Montendre) et le jeudi 8 avril (Cercoux), qui ont nécessité le déploiement d’importants moyens de secours, ainsi que l’évacuation de plusieurs habitants à titre préventif. Face à cette situation, le préfet a demandé à la Gendarmerie nationale d’intensifier les patrouilles de surveillance afin de repérer et de procéder à l’interpellation de tout individu présentant un comportement suspect.

  • 08/04/21 | Ségur de la santé: 240 M€ pour la modernisation du CHU de Bordeaux

    Lire

    C'est Olivier Véran, ministre de la santé et des Solidarité qui en a fait l'annonce, le CHU de Bordeaux va bénéficier de 240 M€ dans le cadre du Ségur de la Santé. Cette enveloppe permettra de mener à bien le projet de "Nouveau CHU" porté par l'établissement lourd d'un investissement de 800 M€ sur 10 ans. Au total, une dizaine d’opérations va être menée sur les différents sites du CHU entre construction de nouveaux bâtiments (90 000 m²), et rénovation de l'existant. Les sites de Pellegrin et Saint-André notamment seront entièrement réhabilités, proposant aussi une réorganisations des services.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Une pré-formation pour les futurs vétérinaires à Limoges en 2021

09/12/2020 |

Alain Rousset en visite Centre de Biologie et de Recherche en Santé en Haute-Vienne

De passage en Haute-Vienne, Alain Rousset avait placé son déplacement sous le signe de la gestion de la crise sanitaire en visitant notamment le Centre de Biologie et de Recherche en Santé qui regroupe les laboratoires de recherche du CHU et de l'Université, porteur du projet One Health. Il ambitionne de lutter contre l’antibiorésistance en associant le monde médical à la santé animale. Il a également fait le point sur le projet d’école vétérinaire annonçant l‘ouverture d’une pré-formation dès septembre 2021. L’occasion aussi de rappeler l’engagement de la Région sur les infrastructures notamment l’axe Limoges Poitiers.

Après Maison Alfort, Toulouse, Lyon et Nantes, le projet de cinquième école vétérinaire est en train de prendre forme en Haute-Vienne même si les négociations avancent doucement. Le Président de la Région s’est entretenu, le 7 décembre, avec le Président du Syndicat national de vétérinaires, le Président régional de l’Ordre, le directeur de l’Ecole vétérinaire de Toulouse et la direction régionale de l’agriculture. Il faudra cependant patienter quatre à cinq ans pour voir sa concrétisation. Mais d’ici là, les candidats aux études de vétérinaire pourront se former dans la cité de la porcelaine.
« On devrait avoir à Limoges dès la rentrée une pré-formation pour ceux qui se destinent à ce métier annonce Alain Rousset, cette idée d’école vétérinaire répond à plusieurs objectifs. Premièrement la Nouvelle-Aquitaine est la première région agricole de France ; deuxièmement, on forme 50 % de nos vétérinaires à l’étranger enfin, il y a plusieurs enjeux autour de l’accompagnement du bien-être animal et de la transition agro-écologique sachant que ce métier va évoluer, même si aujourd’hui, on soigne plus les chiens et les chats que les animaux de la ferme. » L’école sera publique mais le président Rousset ne compte pas attendre l’agrément délivré par le Ministre de l’Agriculture pour valider cette école. Si la localisation n’est pas encore déterminée, il souhaite un site « pas loin du CHU. Nous aurons le soutien du CHU, un certain nombre d’enseignements y seront dispensés, et le soutien de l’Université. »  L’école devrait accueillir jusqu’à 160 étudiants avec une montée en puissance au gré de l’arrivée de chaque promotion. 

Le projet « One health » sur l’antibiorésistance

Autre projet qui avance « One Health » (une seule santé) porté par l’Université de Limoges depuis l’an dernier suite à un colloque qui avait réuni des professionnels de santé issus du monde médical et du monde animal. Il avait pour but de dresser un état des lieux de l’antibiorésistance, d’évoquer des stratégies de lutte, des innovations pour traiter des infections bactériennes et leur impact environnemental. Un colloque qui résonne fortement aujourd’hui dans ce contexte de pandémie. L’idée est de créer des passerelles entre la santé humaine, animale et végétale afin de mieux anticiper de futures crises épidémiologiques. Ce positionnement conférerait à Limoges une visibilité plus importante dans ce domaine. « On serait les premiers en France et en Europe à se lancer sur cette stratégie une seule santé en décloisonnant le monde de la santé humaine et de la santé vétérinaire constate Alain Rouset, nous allons embarquer tout le monde et fonctionner en réseau à l’échelle de la région. »
L’accueil semble déjà très positif de la part des milieux professionnels et agricoles. « Les vétérinaires connaissent mieux le coronavirus que les médecins et si on avait utilisé un peu plus les laboratoires vétérinaires, on serait allé plus vite sur les tests et cela aurait coûté deux fois moins cher à l’Assurance Maladie. »

 

Le campus des formations paramédicales ouvrira à Limoges en février prochain.

Un campus des formations médicales ouvrira en février

Autre chantier bien avancé, le Campus des formations publiques paramédicales, en travaux grâce à un engagement de la Région de 8,1 millions d’euros. Situé dans les anciens locaux du Centre régional de documentation pédagogique, face à la Faculté des Lettres de Limoges, le bâtiment est en cours de réhabilitation et d’extension. Il regroupera sept instituts ou écoles du CHU et de l'Université aujourd’hui dispersés en ville. A partir de février ou mars, ce nouveau campus accueillera près d’un millier d’étudiants, de futurs infirmiers formés à l’lFSI, des cadres de santé de l’IFCS, des aides-soignants de l’IFAS, des ambulanciers de l’IFA, des infirmiers anesthésiste de l’EIADE et de bloc opératoire de l’EIBODE et des ergothérapeutes, kinés et orthophonistes formés à l’ILFOMER mais à l’étroit dans des locaux pas toujours adaptés.
Ces étudiants sont en formation initiale, stagiaires de la formation professionnelle pour une grande partie, mais aussi salariés en formation professionnelle et demandeurs d’emploi. Le campus qui s’étendra sur 3 950 m² dont 2 050 m² de bâtiments neufs comptera 31 salles d’enseignement, un espace de simulation, huit espaces de travail, deux amphithéâtres de 150 places, 29 bureaux ainsi qu’un espace de vie étudiante, une salle des professeurs et des locaux techniques.
L’objectif de la Région est de créer un lieu unique d’enseignement favorisant le développement d’une approche pédagogique fondée sur la pluridisciplinarité et les échanges entre professionnels grâce à de nouveaux moyens pédagogiques et numériques afin de garantir des formations au service des patients. Ainsi, des enseignements communs à l’ensemble des écoles et instituts seront proposés pour faciliter le partage d’expériences et d’expertises entre étudiants/formateurs et développer des séances pluri-professionnelles de simulation en santé. « Ce bâtiment représente la formation de milliers de professionnels de la santé qui sont aujourd’hui essentiels pour la sécurité sanitaire de nos concitoyens assure Alain Rousset, nous n’en n’avons pas assez formés par le passé, étant soumis à des numerus clausus et quotas. Nous voulons augmenter le nombre d’infirmières, d’aides-soignants et d’auxiliaires de vie également pour accompagner les personnes âgées. »
La Région finance trois écoles d’infirmières en Limousin, un maillage qui permet à des jeunes de suivre leurs études près de chez eux. Pour cette réalisation, de nouveaux modes d’enseignements seront privilégiés. « Ils s‘appuieront beaucoup sur le numérique, l’enseignement à distance et l’expérimentation précise-t-il, nous pourrons utiliser des sources pédagogiques provenant d’autres régions pour monter en compétences. Et ce campus offrira la possibilité de faire des stages, le meilleur moyen pour fidéliser des jeunes sur leur territoire. »

Des attentes fortes sur l’axe Limoges Poitiers

Autre sujet qui fâche celui-là, le projet d’A147 entre Limoges et Poitiers a été inscrit dernièrement à la Commission nationale du débat public, le préalable au lancement de nouvelles études. Si le projet semble à nouveau sur les rails après un coût d’arrêt de plusieurs mois, la Région piaffe d’impatience. Celle-ci s’est engagée à prendre en charge le surcoût de travaux évalué à 30 millions d’euros, à savoir la mise à 2x2 voies d’une portion de 6 km à la sortie de Couzeix et un ouvrage d’art sur Bellac. « On s‘est mis d’accord avec le Département et l’Agglo pour en financer la moitié et d’autre part, la Région est prête à faire l’avance à l’Etat de sa part de 15 millions mais je suis furieux de voir que ce dossier ne démarre pas tempête-t-il, j’ai appris récemment par une lettre du Préfet qu’il allait y avoir encore des enquêtes, l’A 147 est un dossier sensible, il faut qu’il y ait des accords politiques. Quant à la liaison ferroviaire Limoges Poitiers, je suis prêt à y mettre les moyens nécessaires et j’attends que le Ministre Djebbari nous donne des signes de vie. »
Concernant la ligne TER Limoges-Angoulême interrompue à Saint-Junien depuis plus de deux ans en raison d’un réseau vétuste, la Région a mis sur la table 184 millions d’euros dans le contrat de Plan Etat Région et elle attend que l’État prenne sa part. « Il n’y a pas d’argent contrairement à ce qu’on pense lance-t-il, on a un discours de l’Etat sur l’argent qui coule à flot et à l’atterrissage, on a rien ! Dans le CPER, il veut seulement faire le rattrapage de son retard sur les deux ans à venir et dans l’immédiat, il ne veut pas que je présente un programme sur 2020-2027. On est en train de se battre, il reste le plan de relance mais il est plus sur les routes que sur le fer. »

Corinne Mérigaud
Par Corinne Mérigaud

Crédit Photo : Corinne Mérigaud

Partager sur Facebook
Vu par vous
4607
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !