Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Une rentrée sur fond de « remise à plat des politiques » pour Pierre Camani

11/09/2015 | Rentrée 2015 : « Contexte financier difficile, application de la loi NOTRe et élections régionales qui redéfiniront le rôle des départements »...

Pierre Camani président du Conseil départemental47

« Remettre à plat nos politiques et redéfinir nos priorités ». Telle est la ligne directrice de Pierre Camani, sénateur et président du Conseil départemental de Lot-et-Garonne, en cette rentrée de septembre. Au cours d'un petit déjeuner-presse, le 10 septembre dernier, il a souhaité mettre en avant sa volonté première de « faire du Lot-et-Garonne un département de la qualité de vie », principalement en « réinventant » les services publics et en soutenant l'innovation, à l'aube d'élections régionales qui redéfiniront la place de cette collectivité...

@qui ! : Comment abordez-vous cette rentrée 2015 ?
Pierre Camani :
Cette rentrée 2015 est marquée par un contexte financier difficile du à la baisse des dotations, aux difficultés financières des collectivités et à l’application de la loi NOTRe qui redéfinit nos compétences. Pour toutes ces raisons, nous allons remettre à plat nos politiques et redéfinir nos priorités d’actions publiques. Dans cet esprit, nous allons concerter les Lot-et-Garonnais à travers un questionnaire distribué dans notre magazine à la mi-octobre. Nous allons également consulter les élus* et rencontrerons les acteurs socio-économiques, les entreprises, les chambres consulaires, pour échanger avec eux sur ce qu’ils attendent du département et leurs priorités que nous devons porter dans nos politiques publiques. Et dans quelques mois, dans le cadre du débat d’orientations budgétaires, nous présenterons nos orientations pour notre nouvelle mandature.

@ ! : Dans un tel contexte, quelle est votre ligne directrice ?
P.C :
C’est dans ces périodes difficiles qu’il faut savoir innover, réfléchir, redéfinir et concerter. Il va falloir poursuivre nos actions d’innovation pour continuer d’apporter un service public de qualité aux Lot-et-Garonnais. Poursuivre le développement des infrastructures routières, des grands axes routiers (RN21, Barreau de Camélat et déviation de Marmande). Poursuivre la progression des grandes infrastructures numériques avec le déploiement de la fibre optique et l’offre de service de très haut débit dès mi-2016. Poursuivre notre soutien aux communes, collectivités et intercommunalités pour développer d’autres nouveaux projets.

@ ! : Vous dites que vous sonderez, à travers un questionnaire, les Lot-et-Garonnais sur leurs priorités que vous prendrez en compte pour définir les orientations de votre mandature. Mais à la fois, on a l’impression qu’elles sont déjà bien définies...
P. C :
Oui et non car nous avons besoin de savoir quelles sont, pour les Lot-et-Garonnais, les priorités pour cette nouvelle mandature. Il y a bien d’autres projets à développer. Par exemple, quels sont, à leurs yeux, les services publics les plus importants : la démographie médicale, le soutien aux gendarmeries, la modernisation des Services départementaux d’incendie et de secours. Ou encore faut-il continuer à soutenir le Bureau d’accueil de tournage qui a un coût (une centaine de milliers d’€/an), mais qui amène de la notoriété pour le département. Ce questionnaire très fourni est à retrouver dans notre magazine et sur notre site internet mi-octobre. « Pour exister, ce n’est pas la géographie qui compte, c’est l’action. »@ ! : Avec la nouvelle grande région qui va naître craignez-vous d’être isolé ?
P.C :
On est isolé lorsqu’on est faible. Et on est reconnu lorsqu’on est fort. Nous, nous sommes forts de nos projets, de notre volonté à faire, à faire avancer le département. Nous sommes un département innovant dans beaucoup de projets. Dans le domaine économique en particulier avec cette volonté de développer les Clusters, les grappes d’entreprises, de créer une économie innovante qui engendre de l’emploi. Le Lot-et-Garonne sera donc reconnu à travers ses projets, ses innovations, son dynamisme qui nous caractérisent. Je n’ai aucune crainte par rapport à cela. Pour exister, ce n’est pas la géographie qui compte, c’est l’action.

@ ! : Avec cette nouvelle région, les départements vont perdre en partie la compétence économique. Comment voyez-vous cela ?
P.C :
La compétence économique est pour moi quelque chose d’essentiel. Certes elle ira à la Région, mais la Région, qui va développer des projets stratégiques sur un grand territoire, aura besoin de relais locaux. Un rôle que je souhaite épouser. En effet, les départements peuvent devenir des acteurs de proximité en rapprochant la Région des acteurs économiques départementaux. C’est pour cette raison que le partenariat avec la Région est indispensable.

@ ! : Cette rentrée politique est marquée par l’arrivée d’une vague de migrants en Europe. La France va d’ailleurs en accueillir. Quelle est la position du département ?
P.C :
J’ai pris l’initiative de proposer au président de l’Amicale des maires du Lot-et-Garonne, Jean Dionis du Séjour, un courrier commun à l’ensemble des maires pour leur dire que nous serons à leur côté et nous les soutiendrons s’ils souhaitent accueillir des réfugiés. Nous mettrons à disposition nos services sociaux. Cela fait partie de nos compétences d’aider à l’installation de ces migrants, mais c’est également une question d’humanité.

*
Réunions d’arrondissement dans le cadre de la consultation des élus :
— Arrondissement de Nérac : jeudi 17 septembre à 19 h à l’espace d’Albret à Nérac
— Arrondissement d’Agen : lundi 21 septembre à 19 h à la salle polyvalente de Pont-du-Casse
— Arrondissement de Marmande : vendredi 2 octobre à 19 h à la salle polyvalente de Virazeil
— Arrondissement de Villeneuve : jeudi 8 octobre à 19 h à la salle polyvalente de Monflanquin

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
1662
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !