Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/04/19 : Le pont d'Aquitaine sera fermé à la circulation pour travaux dans la nuit du 24 au 25 avril entre les échangeurs 2 et 4 ainsi que les échangeurs 4 et 5 et dans la nuit du 25 au 26 avril entre les échangeurs 4 et 4a en intérieur et 5 et 4 en extérieur.

23/04/19 : Après Jo-Wilfried Tsonga, ex n°1 français et ex n°5 mondial, Lucas Pouille 32ème joueur mondial, n°10 en 2018, vient de confirmer sa participation au tournoi bordelais BNP ParisBas Primrose qui démarre le 29 avril sur les cours de la villa Primrose

18/04/19 : A l'occasion du Joli Mois de l'Europe, la Maison de l'Europe Direct Limousin organise une rencontre avec Jürgen Habermas. Philosophe allemand, il consacre sa réflexion à la question de l'intégration européenne. Rdv jeudi 2 mai, 18h30 à Limoges.

18/04/19 : A la suite de l'incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris, la ville de Périgueux proposera un soutien financier de 10 000 €, lors de son prochain conseil municipal, pour aider à la reconstruction de ce bâtiment emblématique de l'histoire de France.

17/04/19 : Le coq reliquaire de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l’on croyait disparu dans l’incendie de lundi, a été retrouvé mardi. Il devrait regagner prochainement l'entreprise Socra à Marsac-sur-l'Isle (24) pour être restauré comme initialement prévu.

10/04/19 : Les Chambres d’agriculture de Lot-et-Garonne, Haute-Vienne et Vienne, estampillées Coordination rurale, ont créé, le 9 avril, l’Association des Chambres d’agriculture de Nouvelle Aquitaine pour le développement agricole et rural

02/04/19 : A partir du 1er septembre prochain, la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) lance un nouveau réseau de transport gratuit pour tous. L’exploitation a été confiée au groupe Transdev pour les huit prochaines années.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/04/19 | Compteur Linky : Bordeaux rend son verdict

    Lire

    206 plaignants attendaient avec impatience le verdict. Ce mardi 23 avril, le juge des référés du Tribunal de Grande instance de Bordeaux a rejeté la demande de ces opposants à l'installation du compteur Linky à leur domicile. 13 d'entre eux, dotés d'un certificat médical attestant d'une hypersensibilité électromagnétique, ont obtenu d'Enedis la pose d'un "filtre" protecteur dans les deux mois. Pour Pierre Hurmic, l'avocat des 206 plaignants (et élu local EELV), c'est "une première brèche timide". Enedis a quinze jours pour faire appel de la décision. C'est la deuxième décision de ce type après celle de Toulouse fin mars.

  • 23/04/19 | SNCF Réseau s'engage pour la biodiversité !

    Lire

    SCNF Réseau et la Fédération Régionale des Chasseurs de Nouvelle-Aquitaine ont signé courant mars une convention de partenariat pour contribuer à la préservation de la biodiversité autour de la problématique de la divagation de la faune sauvage sur les voies. Objectifs : favoriser le dialogue, partager connaissances et pratiques et réunir les compétences pour œuvrer à la préservation des biotopes. La coopération, lancée à l’automne 2018, organisera différentes actions à l’échelle locale.

  • 23/04/19 | Lascaux, l'exposition universelle à Munich

    Lire

    Lascaux l’Exposition Internationale est présentée à l’Olympiapark de Munich jusqu’au 8 septembre. C’est au cœur du Parc olympique de Munich qu’ont été installés les cinq fac-similés qui reproduisent grandeur nature les parois de la « nef » de Lascaux et les conditions de travail des artistes de l’époque. L’exposition offre une expérience interactive avec une découverte de l’évolution des œuvres et une iconographie autour de la découverte de la grotte. 150 000 visiteurs sont attendus.

  • 23/04/19 | Grande America : le robot sous-marin confirme les premières estimations

    Lire

    Le robot sous-marin ROV du navire spécialisé norvégien Island Pride a inspecté ces dernières semaines l'épave du Grande America coulé à 4600 m de fond. Les investigations confirment que, malgré l'intégrité de l'épave, "plusieurs fuites légères d’hydrocarbures s’échappaient par les évents de dégagement d’air sur certains ballasts d’eau de mer du navire, en provenance de ses soutes à carburant", selon la préfecture. Le ROV a obturé ces failles jusqu'au 16 avril puis vérifié l'étanchéité des travaux.

  • 23/04/19 | Elections européennes : David Labiche investit sur la liste Les Républicains

    Lire

    La commission nationale d'investiture des Républicains a désigné l'adjoint au maire de Chatelaillon-Plage David Labiche pour représenter la Charente-Maritime au sein de la Nouvelle-Aquitaine. Il est en 29e position sur la liste des Européennes conduite par François-Xavier Bellamy. David Labiche recevra Nadine Morano le 24 avril à Royan pour une visite du port suivie d'une réunion publique à l'espace Cordouan à 19h.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Inauguration ministérielle pour la ligne fret du bec d'Ambès

29/07/2016 | Après 5 mois de travaux et 20M€ d'investissement, la ligne capillaire du Bec d'Ambès connaît une seconde jeunesse. Le début d'un nouvel élan pour le fret ferroviaire ?

Inauguration de la rénovation de la ligne capilaire entre Ambès et Bassens, en présence d' Alain Vidalies

Le projet de la rénovation des 15 km de la ligne fret capillaire du Bec d'Ambès, a été rondement mené. Et pour cause, un et demi après la fin de la concertation, les officiels étaient réunis ce vendredi matin à la Gare de la Chapelle à Ambès, pour célébrer son inauguration. Au premier rang des présents, Alain Vidalies, Secrétaire d'Etat chargé des Transports. Engagé dans une dynamique de renouvellement des lignes ferrées de fret locales, en relatif piteux état au niveau national, l'inauguration de ce 29 juillet, est selon lui, « le parfait exemple » que la mobilisation des acteurs locaux et économiques à laquelle il appelle en la matière commence à porter ses fruits. Dans l'intérêt « du développement économique local, de l'emploi et de l'aménagement du territoire » avec l'objectif plus global d'une relance du fret.

Construite dans les années 1920, la ligne capillaire du Bec d'Ambès, qui dessert 8 entreprises de la zones industrielles, et transporte chaque année 300 000 tonnes de marchandises, était clairement devenue obsolète. Pour preuve, en 2012 une campagne de mesure et de correction de la géométrie de la voie avait révélé des désordres importants sur la ligne entraînant sa fermeture pendant plus de 3 semaines, et un impact important sur l'activité des industriels embranchés. Or, du point de vue économique 450 emplois dépendent directement de la performance de cette ligne, 6000 si on élargit aux emplois indirects... Mais outre son grand âge, la voie était mouvante, puisqu'en partie posée sur des marais ; « ce qui la rendait non seulement obsolète mais peu sécurisée au regard des matières dangereuses transportées... », souligne Alain Autruffe, Directeur régional SNCF Réseau.

Gérée par un gestionnaire d'infrastructure privéAu total, que ce soit d'un point de vue économique, sécuritaire ou environnementale, mais aussi d'intermodalité, cette ligne étant le trait d'union entre le port et le réseau fret national, sa modernisation s'imposait. Des enjeux multiples, et une certaine urgence, qui ont contribué à une mobilisation efficace des partenaires au sein du contrat de plan Etat-Région quant au financement des travaux. Un budget total de 20M€ pour un chantier « très importants », selon Patrick Jeantet le nouveau PDG de SNCF Réseau, auquel a pris part l'Etat (6M€), la Région (6M€) Bordeaux Métropole (2 M€), SNCF Réseau (2 M€) et l'Union Européenne (4M€).

Pour autant, si Alain Vidalies a rappelé qu'au niveau national « l'Etat investit 30 M€ sur 3 ans pour accompagner les acteurs locaux sur la régénération des lignes capillaires», il a également été des plus clairs quant à l'investissement sur l'entretien et à la gestion de celles-ci : « La question des lignes capillaires, n'est pas une question ferroviaire, mais une question économique qui s'adresse d'abord aux chefs d'entreprises et à ceux qui sont chargés du développement local. L'avenir de chaque ligne, doit être envisagé en fonction de ses spécificités et avec les acteurs locaux pour trouver des solutions innovantes de gestion ». A ce titre la ligne rénovée, sera la première ligne, au niveau régional en tout cas, à être gérée par un gestionnaire d'infrastructure privé. Baptisé CAPILRAIL, elle sera une filiale du Grand port de Bordeaux qui en sera l'actionnaire majoritaire, au côté de SNCF Réseau et d'autres entreprises privées. Un mode de gouvernance inédit qui devrait être finalisé dans les semaines à venir.


Train inaugural de la ligne capillaire du Bec d'Ambès après sa rénovation

La région bientôt propriétaire de ligne de fret?Autre option nouvelle de gestion de ces lignes, suggérée par le Secrétaire d'Etat : «  la possibilité a été offerte aux régions et aux intercommunalités, dans le cadre de la loi Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe) de devenir propriétaires de lignes capillaires, lorsque cela correspond à leur demande. Le décret d’application, en cours devrait être publié l’automne. » Si Alain Vidalies, dit en avoir souvent parlé avec Alain Rousset, Anne-Laure Bedu, conseillère régionale qui le représentait ce vendredi matin, bien que déclarant la Région effectivement intéressée par la démarche, semblait rester dans l'attente de compensation financière, pour aller plus avant.
Une formule qui n'est de toute façon pas à l'ordre du jour pour la ligne Ambès Bassens, mais peut-être en sera-t-il autrement pour d'autres lignes capillaires néo-aquitaines actuellement en projet de rénovation, signalées par le Secrétaire d'Etat, à savoir les liaisons Mont-de-Marsan -Tarbes, Niort – Saint-Varens ou encore autour du port de Bayonne.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
9059
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !