17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Inauguration ministérielle pour la ligne fret du bec d'Ambès

29/07/2016 | Après 5 mois de travaux et 20M€ d'investissement, la ligne capillaire du Bec d'Ambès connaît une seconde jeunesse. Le début d'un nouvel élan pour le fret ferroviaire ?

Inauguration de la rénovation de la ligne capilaire entre Ambès et Bassens, en présence d' Alain Vidalies

Le projet de la rénovation des 15 km de la ligne fret capillaire du Bec d'Ambès, a été rondement mené. Et pour cause, un et demi après la fin de la concertation, les officiels étaient réunis ce vendredi matin à la Gare de la Chapelle à Ambès, pour célébrer son inauguration. Au premier rang des présents, Alain Vidalies, Secrétaire d'Etat chargé des Transports. Engagé dans une dynamique de renouvellement des lignes ferrées de fret locales, en relatif piteux état au niveau national, l'inauguration de ce 29 juillet, est selon lui, « le parfait exemple » que la mobilisation des acteurs locaux et économiques à laquelle il appelle en la matière commence à porter ses fruits. Dans l'intérêt « du développement économique local, de l'emploi et de l'aménagement du territoire » avec l'objectif plus global d'une relance du fret.

Construite dans les années 1920, la ligne capillaire du Bec d'Ambès, qui dessert 8 entreprises de la zones industrielles, et transporte chaque année 300 000 tonnes de marchandises, était clairement devenue obsolète. Pour preuve, en 2012 une campagne de mesure et de correction de la géométrie de la voie avait révélé des désordres importants sur la ligne entraînant sa fermeture pendant plus de 3 semaines, et un impact important sur l'activité des industriels embranchés. Or, du point de vue économique 450 emplois dépendent directement de la performance de cette ligne, 6000 si on élargit aux emplois indirects... Mais outre son grand âge, la voie était mouvante, puisqu'en partie posée sur des marais ; « ce qui la rendait non seulement obsolète mais peu sécurisée au regard des matières dangereuses transportées... », souligne Alain Autruffe, Directeur régional SNCF Réseau.

Gérée par un gestionnaire d'infrastructure privéAu total, que ce soit d'un point de vue économique, sécuritaire ou environnementale, mais aussi d'intermodalité, cette ligne étant le trait d'union entre le port et le réseau fret national, sa modernisation s'imposait. Des enjeux multiples, et une certaine urgence, qui ont contribué à une mobilisation efficace des partenaires au sein du contrat de plan Etat-Région quant au financement des travaux. Un budget total de 20M€ pour un chantier « très importants », selon Patrick Jeantet le nouveau PDG de SNCF Réseau, auquel a pris part l'Etat (6M€), la Région (6M€) Bordeaux Métropole (2 M€), SNCF Réseau (2 M€) et l'Union Européenne (4M€).

Pour autant, si Alain Vidalies a rappelé qu'au niveau national « l'Etat investit 30 M€ sur 3 ans pour accompagner les acteurs locaux sur la régénération des lignes capillaires», il a également été des plus clairs quant à l'investissement sur l'entretien et à la gestion de celles-ci : « La question des lignes capillaires, n'est pas une question ferroviaire, mais une question économique qui s'adresse d'abord aux chefs d'entreprises et à ceux qui sont chargés du développement local. L'avenir de chaque ligne, doit être envisagé en fonction de ses spécificités et avec les acteurs locaux pour trouver des solutions innovantes de gestion ». A ce titre la ligne rénovée, sera la première ligne, au niveau régional en tout cas, à être gérée par un gestionnaire d'infrastructure privé. Baptisé CAPILRAIL, elle sera une filiale du Grand port de Bordeaux qui en sera l'actionnaire majoritaire, au côté de SNCF Réseau et d'autres entreprises privées. Un mode de gouvernance inédit qui devrait être finalisé dans les semaines à venir.


Train inaugural de la ligne capillaire du Bec d'Ambès après sa rénovation

La région bientôt propriétaire de ligne de fret?Autre option nouvelle de gestion de ces lignes, suggérée par le Secrétaire d'Etat : «  la possibilité a été offerte aux régions et aux intercommunalités, dans le cadre de la loi Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe) de devenir propriétaires de lignes capillaires, lorsque cela correspond à leur demande. Le décret d’application, en cours devrait être publié l’automne. » Si Alain Vidalies, dit en avoir souvent parlé avec Alain Rousset, Anne-Laure Bedu, conseillère régionale qui le représentait ce vendredi matin, bien que déclarant la Région effectivement intéressée par la démarche, semblait rester dans l'attente de compensation financière, pour aller plus avant.
Une formule qui n'est de toute façon pas à l'ordre du jour pour la ligne Ambès Bassens, mais peut-être en sera-t-il autrement pour d'autres lignes capillaires néo-aquitaines actuellement en projet de rénovation, signalées par le Secrétaire d'Etat, à savoir les liaisons Mont-de-Marsan -Tarbes, Niort – Saint-Varens ou encore autour du port de Bayonne.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7697
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !